“ Peut-être, ça va… arriver ” Création de Nicolas Frize sur un texte de Marie Desplechin en collaboration avec les habitants

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Thierryb dit :

    Je me souviens avoir participé deux fois à des concerts de Nicolas Frize, et notamment à « Composition Française », qui se passait dans la Basilique au moment du festival, fin mai 1992.
    Il y avait un chœur d’enfants des écoles, d’adultes de la ville, avec musiciens et quatre chanteurs, dont la magnifique Houria Aichi. Dans le public, il y avait tous les parents des gamins, et tout le gratin culturel de l’époque, accompagnant …Jack Lang, et Madeleine Rébérioux, une grande historienne qui dirigeait à l’époque la Ligue des Droits de l’Homme.
    La musique était belle, inventive (il n’a pas travaillé avec Cage pour rien) mais le plus beau ce fut, à la fin du concert, le tonnerre d’applaudissements, et les youyous qui n’en finissaient pas des mères, si fières de voir leurs enfants chanter, là, en ce lieu, youyous qui s’ajoutaient à la musique contemporaine, arabe, vietnamienne, qu’on venait de faire…ça avoit soudain un sens d’être là, tous ensemble… Magnifique!
    Dommage que ce ne soit pas enregistré, car Frize, en bon situationniste, ne voulait pas conserver autre chose que des traces (partitions) et les souvenirs.
    Alors je ne sais pas si ce sera aussi bien, si les textes de Desplechin valent la peine, mais, pour la démarche, pour l’émotion de voir des amateurs, non musiciens souvent, chanter un compositeur extrêmement original qui a en plus un beau discours sur le monde, je conseille à tous ceux qui le peuvent d’aller écouter. Vous l’aurez compris, c’est un de mes plus beaux souvenirs.

    0

    0
  2. Lila AMELAL dit :

    Nous, du moins moi, je le comprends Monsieur Thierryb ce que vous décrivez là relève d’un moment de passion.

    L’émotion montre que notre ville est riche de culture et surtout accessible à tous.

    Quand je parle du « mieux vivre ensemble », je l’exprime dans de telles situations.

    Je comprends car j’ai eu le même ressenti lorsque j’ai vu j’ai mon fils ainé danser avec la troupe de Philippe Découflé au théâtre de Bobigny.
    Alors en 3ème section de maternelle à l’école La Source proche de C&A, à l’initiative de son professeur des écoles, 1 an de répétition pour au final un beau spectacle. Plusieurs écoles du 93 y ont participé dont 1 classe de notre ville.
    Même chose, même émotion, pas de youyous car l’endroit ne s’y prêtait pas mais des tonnerres d’applaudissements de parents de toutes milieux socio-culturels.

    Oui, vous l’aurez également compris fière ce jour de voir mon bambin saluer le public avec cette troupe de danseurs « accessible et ouverte à tous.
    L’occasion pour nous dionysiens de rêver à peu. C’est cela aussi « I love Saint-Denis ».

    0

    0
  3. georges dit :

    si le domaine culturel est le rare point fort à mettre à l’actif de cette municipalié, la part des associations et autres bénévoles n’est pas moins importante. Merci donc à vous dionysiens de contribuer largement au mieux vivre dans notre ville.

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *