2 juin 2014 : Visite du Ministre de l’Intérieur à St Denis

Vous aimerez aussi...

25 réponses

  1. Habitant dit :

    En espérant qu’on aura la vidéosurveillance place des tilleuls, rue de la charronnerie, car ça devient insupportable les regroupements de dealers et d’alcoolique quotidiens à cet endroit, ça crée un tapage insupportable aux yeux et la vue de tout le monde avec une impunité assez étonnante. Après plusieurs appel à la police, ceux-ci m’ont expliqué qu’il ne pouvait rien faire car ils ne savent pas où ils cachent la drogue, alors que tout le monde les voit dealer, je pense que la vidéosurveillance pourrait beaucoup aider la police à cet endroit car sinon je craint fort que ce soit les habitants qui descendent pour en découdre une fois pour toute. On en vient presque à regretter les anciens dealer qui respectaient les habitant et faisait leur affaire en silence. J’ai l’impression que dans cette ville, on nous donne toujours à choisir entre la peste et le choléra ou partir (ce que beaucoup ont déjà fait).

    0

    0
  2. jean dit :

    Saint-Denis : un détenu libéré par un commando armé
    Francois | 04/06/2014
    Un homme, détenu dans une affaire de trafic de stupéfiants, est parvenu à s’évader, ce mercredi 4 juin, vers 11 heures, d’un fourgon de transport cellulaire alors qu’il venait d’être conduit à l’hôpital Delafontaine à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Un commando de quatre hommes armés a menacé les surveillants qui accompagnaient ce détenu, originaire de la Cité des 4000

    0

    0
  3. Usagé... dit :

    Blocage des rames du RER D ce jeudi 5 juin vers 16h30-17h en direction de Saint-Denis pendant environ 1/2 heure. Raison annoncée : jets de pierres sur les rames et intervention de la police au niveau de Saint-Denis. Quelqu’un en sait-il un peu plus ?

    0

    0
  4. Sam dit :

    @Mr le ministre

    C’est quoi donc une ZSP ? Et où sont donc passés les moyens déployés lors de la création de la ZSP ?

    @Mr le maire
    Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis.

    @Tous
    J’ai vu le reportage de France3, ridicule…les habitants qui témoignent ne sont pas les témoins de ces trafics de drogue et mélangent tout. Bref, cette visite n’apporte aucune solution pour faire bouger les lignes ou pour faire peur aux caïds du secteur …qui peuvent continuer le business « tranquilles ».

    Action : Mieux vaut une vidéo amateur qui filme la sortie de l’école et en faire un buzz. Y a que la mauvaise presse qui les fait bouger TOUS…et rendre public les conditions de vie des habitants de cette zone de non droits à quelques pas de la mairie.

    0

    0
  5. popita dit :

    C’est sympa de venir faire un bilan et de parler de tout , sauf du dit bilan… Faute de s’intéresser à ce qui se passe vraiment, on préfèrera jeter de vieilles images de toxico sans parler ni de l’arrêté municipal, ni de l’avancée des travaux du tram, ni de subventions données pour sécuriser certains immeubles… Par contre faire un discours sur les djihadistes avec écris saint denis en second plan, tout de suite ça fait mouche. Un grand merci à monsieur le ministre de conforter les éternels clichés du 9’3′ et à France 3 de ce magnifique montage vidéo.

    0

    0
  6. farfadetbreton dit :

    Y’a des subventions pour sécuriser certains immeubles … Vite vite l’adresse vu que nous devons justement sécuriser notre immeuble…

    0

    0
  7. popita dit :

    @ farfadetbreton
    Dans notre cas nous avons fait intervenir la Soreqa (maison de l’habitat) dans le projet de rénovation du quartier de la gare du PNRQAD. Tout type de travaux sont éligibles a des aides, et la municipalité a dans notre cas clairement appuyé notre cause pour faire valider le changement de notre porte d’entrée qui avait été fracturée permettant des squats de toxicomanes le jour et de dealers fe crack la nuit…Il me semble également avoir vu passe une aide de Plaine Commune mais notre syndic ne nous a pas bien précise les conditions. Quoi qu’il en soit ce type d’intervention a clairement sa place dans une zone ZSP et sera soutenue par les autorités compétentes. Sachez cependant que l’impulsion d’un changement ne peut venir que par la coalition entre copropriétaires et que les subventions ne sont versées qu’a la fin des travaux. Elles ont le mérite d’exister et mieux vaut ne pas passer a côté! Ca en vaut la peine! bon courage!

    0

    0
  8. suger dit :

    L’absence de l’action policière et surtout judiciaire laisse la population démunie face à la délinquance. Les réactions incontrôlées peuvent mener à des drames terribles :

    Dépêche AFP le 16-06-2014 à 21:03
    Un adolescent rom lynché, dans un état critique

    « Un adolescent rom se trouvait entre la vie et la mort lundi soir après avoir été roué de coups par une douzaine de personnes qui le soupçonnaient de cambriolage dans une cité sensible de Seine-Saint-Denis.
    Le jeune de 16 ans, vivant dans un bidonville de Pierrefitte-sur-Seine, a été retrouvé vendredi vers 23H30, inconscient, dans un chariot de supermarché abandonné sur la Nationale 1, près de la Cité des Poètes, selon une source policière. D’après les premiers éléments de l’enquête, il aurait été roué de coups par des personnes qui le soupçonnaient d’avoir cambriolé quelques heures plus tôt l’appartement d’une habitante de cette cité.
    « Un groupe de plusieurs personnes est venu le chercher dans le campement et l’a emmené de force », a raconté une autre source policière. L’adolescent aurait alors été séquestré dans une cave, où ses agresseurs l’auraient violemment frappé. Selon une source proche de l’affaire, « une douzaine de personnes » auraient participé à ce lynchage. C’est la mère de l’adolescent qui a prévenu la police pour signaler l’enlèvement de son fils.
    Grièvement blessé, il a été transporté à l’hôpital Lariboisière à Paris, où il se trouvait toujours dans un état critique lundi. « Son pronostic vital est engagé. Il est dans le coma », a précisé une source judiciaire. D’après cette source, le jeune homme était connu pour des faits de vol. Il avait été interpellé à plusieurs reprises depuis début juin, a précisé le maire de Pierrefitte-sur-Seine Michel Fourcade.
    Selon l’élu socialiste, plusieurs voitures ont eu leurs vitres cassées et ont été cambriolées ces dernières semaines dans la Cité des Poètes, suscitant la rancoeur des habitants envers les tziganes du campement qu’ils accusaient d’être les auteurs de ces vols. Toujours d’après le maire, il n’y a pas eu de tensions ce week-end dans la ville après le drame. La police judiciaire de Seine-Saint-Denis est chargée de l’enquête. Personne n’avait été interpellé lundi soir. »

    0

    0
  9. Caroline dit :

    L’état ne fait plus son travail, d’après les médias, le jeune homme a été arreté plusieurs fois pour vol et relaché.
    Je sais que faire sois même sa justice est très dangereux et grave, mais, nos quartiers populaires sont toujours les premiers touchés

    0

    0
  10. Habitant dit :

    On laisse s’installer des populations Rooms en grande détresse ds des quartiers sensibles du 93 en grande difficulté aussi et après on s’étonne qu’il y ait des drames. Soit tous ceci est fait de façon prémédité soit les personnes qui nous gouvernent n’ont rien ds la tête.

    0

    0
  11. Azzedine dit :

    Bonjour à tous.
    @Suger.
    C’est un drame qui s’est passé mais c’est une volonté politique depuis une trentaine d’année qui a amené cet état de fait. Quand la pauvreté toise la misère, c’est pas très jolie.

    Et puis, il faut être conscient que ceux qui ont commis ce crime seront pas inquiété et que les roms se débrouilleront comme ils peuvent pour survivre.
    Alors c’est un fait divers comme d’autre. Et ce qui est arrivé à cet ado risque d’arriver à Saint Denis ou tout autre ville en tension sociale.

    Les municipalités comme Saint Denis ou d’autres qui ont favorisé l’installation de bidonvilles doivent être consciente que chaque actions entraîne une réaction. Cette dernière est à l’heure actuelle tragique.

    Cela fait un petit moment que j’étais pas intervenu… J’ai quitté Saint Denis pour des cieux un peu plus clément. Bon courage à ceux qui sont encore la. La persévérance finit par payer un jour.

    0

    0
  12. goldo dit :

    et oui on accepte toute la misère du monde. Ici il s’agit d’une agression envers une personne rom qui posait de sérieux problèmes. Oui effectivement on ne fait pas justice soi même mais en même temps on peut aussi essayer de comprendre l’exaspération des gens qui vivent autour. Ca arrivera malheureusement de plus en plus souvent car dans nos villes ramasse misère nous sommes délaissés par les pouvoirs publics.Goldo

    0

    0
  13. BB dit :

    Avec ce fait divers vont fleurir les « indignations » de la classe politique. Cette même classe politique qui accepte et favorise la ghettoïsation des territoires, engendrant ainsi les tensions à l’origine de tels drames. La politique est la science des conséquences.

    0

    0
  14. Sam dit :

    Comme ce qui s’est passé à Marseille, c’est dramatique condamnable mais pas du tout surprenant. 

    Cela peut se passer à St Denis et SCG avec d’autres assos avons alertés sur ce risque compte tenu de l’exaspération des riverains qui se sentent abandonnés et laissés pour compte. 

    Quand les pouvoirs publics n’agissent pas, c’est la justice de la rue qui reprend le relai. S’indigner est normal mais on attend des politique des actions préventives.

    0

    0
  15. figarovox dit :

    Intéressant…
    Sam

    Laurent Obertone : Rom lynché, l’indignation indécente

    France, juin 2014. La classe politique, médiatique et associative s’enthousiasme -enfin- pour un fait divers.

    Pour les gens encore en contact avec la réalité, le fait qu’un Rom soit suspecté de vol ou le fait qu’une bande de «jeunes» du 9-3 tabasse un homme seul, voilà qui n’a rien de sensationnel.

    Que nous vaut donc ce déferlement de réactions outragées?

    Le choc des mondes: la bande de «jeunes» a tabassé le Rom accusé de vol. Et ça ce n’est pas acceptable Madame Chabot. Donc que se passe-t-il? Les piliers de la culture de l’excuse s’indignent de l’insécurité qu’ils n’ont eu de cesse d’entretenir et de nier. Comme à chaque fois ils osent nous ressortir le refrain du «climat malsain», de la «montée des xénophobies», de la «libération de la parole». Tout le gouvernement «condamne fermement», puisque la justice ne le fait plus. François Hollande -qui avait promis de ne pas réagir aux faits divers- demande que «tout soit engagé pour retrouver les acteurs de cette agression», et dénonce des actes «innommables et injustifiables», qui «heurtent tous les principes sur lesquels notre République est fondée».

    Qu’on puisse faire remarquer tout de même à Monsieur Hollande, Madame Taubira et à leur «contrainte pénale», que notre République s’est fondée il y a deux siècles sur la guillotine, «les fers, la réclusion dans la maison de force, la gêne, la détention, la dégradation civique, le carcan», (Code pénal de 1791). Sur un Code pénal qui n’est aujourd’hui plus là que pour rappeler ce que risquaient les criminels, avant le laxisme institutionnel.

    Certes, le monde a changé mais il n’empêche, notre République est fondée sur la rigueur de la loi et la notion de punition, tout ce que les socialistes cherchent à éliminer. Qu’on ne vienne pas s’étonner de voir, dans notre pays, tous les jours, des choses qui «heurtent tous les principes sur lesquels notre République est fondée».

    Même la Roumanie a réagi. Bucarest a demandé à Paris de «tout faire pour juger les responsables». À croire que jusqu’en France, les Roumains ont ce que les Français n’ont plus: un État pour les défendre. Pourquoi ne pas réagir quand un adolescent de 15 ans est tabassé lors d’un match de football, jusqu’à avoir le crâne enfoncé (à Conflans-Sainte-Honorine, dans le Parisien du 20 mai 2014), quand un sexagénaire est passé à tabac par «une bande de jeunes», jusqu’à rester inconscient, victime de plusieurs fractures (à Guilers, le Télégramme du 10 juin 2014), quand un voleur de 43 ans est roué de coups par la foule, la police empêchant qu’il soit «achevé sur place» (à Marseille, RTL, le 23 mai 2014), quand un artiste de Montmartre est «tabassé à mort» à son domicile (Paris Match, le 28 avril 2014), quand la bande d’un rappeur corrige jusqu’au coma l’employé d’un rappeur «rival» (à Paris, AFP, le 22 avril 2014), quand un homme attaqué par une bande est «entre la vie et la mort» (à Caumont-sur-Durance, le Dauphiné, le 17 mai 2014), quand un Cayennais agressé par trois personnes et plongé dans le coma à «coups de battes de base-ball» (France Guyanne, le 22 avril 2014)?

    Pourquoi aucun politicien n’a de commentaire à faire à propos de cette femme poignardée à mort à Paris, de ce jeune homme de Digne-les-Bains tué à coups de couteau, de ce Limougeaud assassiné d’une quarantaine de coups de couteau, de ce Dunkerquois qui a poignardé trois personnes dont une à mort, ou encore de cet homme tué par balles à Stains? C’était lundi et mardi.

    Parce que d’après les médias, politiques et associations, toutes ces agressions sont dues au hasard. Aucun «climat» ne les explique. Alors que l’agression d’un jeune Rom, bien entendu, est tout sauf un hasard. D’après l’association Romeurope, «C’est la terrifiante conséquence de plusieurs années de politiques publiques inefficaces et de prises de paroles d’élus, de représentants de l’État mais aussi de nombreux médias, entretenant et surfant sur un climat malsain».
    Alors quelle est donc la cause réelle des innombrables lynchages de «français de souche», pour une cigarette, un regard, ou pour la beauté du geste? Pourquoi ceux-là n’ont pas de Bucarest pour exiger «des actes», ni de Président pour demander que «tout soit engagé», ni de Premier ministre pour condamner avec «grande fermeté», ni de ministre de l’Intérieur pour assurer que «la police est totalement mobilisée», ni même d’associations pour déplorer un «climat malsain»?

    Pourquoi tous ceux-là ne s’inquiètent-ils pas réellement de la criminalité venue d’Europe de l’est, qui touche si sévèrement nos villes et nos campagnes? Pourquoi feignent-ils d’ignorer que les lynchages, dans «les cités sensibles de Seine-Saint-Denis», sont moins rares qu’ailleurs?

    En dépit du concert d’indignation, comme toujours, les actes ne seront pas, la fermeté n’aura pas lieu. Les assaillants, qui «encourent la réclusion criminelle à perpétuité», s’ils sont arrêtés, seront sans doute relaxés, comme cette «bande de jeunes» ayant tabassé un homme «pour un regard» à Argentan (Ouest France, le 17 mai 2014), ou peut-être, dans le meilleur des cas, usera-t-on de la «contrainte pénale» pour aménager leur peine, si on leur trouve une place en prison. Bracelet pour tous. Pensons à la réinsertion, l’idéal c’est la prévention.

    Nos responsables pourraient avoir au moins la décence d’être cohérents avec leur cynisme idéologique. Qu’ils se taisent. Qu’ils ne viennent plus s’indigner de l’état des victimes, quand ils ne font rien contre les coupables.

    Laurent Obertone – publié le 18/06/2014

    0

    0
  16. Bill dit :

    Dans cette histoire, plusieurs faits me dérangent.
    Effectivement, ce jeune Rom semble avoir démarré très fort ce séjour en France avec une rapide visite du Tribunal de Bobigny pour vols. On parle beaucoup de son profil « voleur » et du scandale qu’il ait été libre. OK, mais à mon avis les personnes qui l’ont torturé auraient dû elles aussi être en prison. Pas sûr qu’on les retrouve ces barbares, mais si un jour on apprend leur identité, je ne serai pas surprise d’apprendre qu’ils ont un bon casier bien fourni.

    A St Denis, je croise beaucoup de personnes qui me disent : « ça devait arriver » pour les soft, « bien fait » pour les plus durs.
    Mais en tout cas, il y a des chances que les Roms évitent désormais la Cité des Poètes la malnommée, et pour beaucoup, la conclusion c’est : ok c’est pas bien mais au moins maintenant ils seront tranquilles. Le camp Rom a été évacué dans l’heure qui a suivi l’enlèvement, il y a de grands risques pour que d’autres décident de suivre la méthode en l’absence de réponse des autorités.

    Enfin, et là je rejoins le commentaire au dessus. On parle beaucoup de cette agression mais malheureusement dans notre ville et nos voisines, la violence gratuite et aveugle est en hausse.
    D’un côté, nous avons la violence criminelle avec les réglements de compte entre dealers, de l’autre, nous subissons une violence quotidienne : très forte agressivité verbale, des bagarres qui démarrent pour rien… Ca peut vous arriver pour un détail insignifiant, un geste ou une parole interprétée comme une atteinte à l’honneur, ça peut être un homme comme une femme qui va se mettre à hurler, sortir de la voiture … un jeune, un vieux…

    La conséquence : pour les normaux qui ont appris à parler, ils marchent dans la rue tête baissée pour éviter tout contact visuel et éviter la provocation. Les rues appartiennent aux grandes gueules et à la violence. On oublie le partage, l’esprit convivial, vive le repli sur soi et au final le vote FN.

    C’est inquiétant parce que cela semble être un mouvement de fond et qui touche toutes les générations. L’autre jour, dans une salle d’attente de médecin, un père accompagné de sa fille de 12 ans voulait absolument se battre contre un jeune homme qui ne comprenait rien à ce qui lui arrivait, il essayait désespérément de calmer ce père de famille de 50 ans et d’éviter la bagarre et c’est finalement le médecin qui a réussi à calmer le fou furieux.

    Je trouve inquiétant que la sagesse de l’âge n’adoucisse pas le besoin de mesurer qui a la plus grosse… Avec des pères comme ça, comment réagissent les ados shootés à la testostérone ?

    Mais j’y pense, nous sommes dans une ville communiste, pourquoi ne lancerions nous pas un programme obligatoire d’endoctrinement au dialogue et au respect des autres ?

    0

    0
  17. Bel Air dit :

    Bonne idée concernant le programme Bill! La SNCF a fait une campagne contre l’incivilité et j’ai trouvé que ça avait pas mal porté ses fruits même si les résultats sont difficiles à mesurer. On reste bien entendu loin du compte…
    Concernant le sujet des incivilité, je constate globalement qu’il arrive de plus en plus qu’il y ait un lien entre la misère, le stress et le dégoût de son environnement et une certaine agressivité (comme si c’était de la faute de la terre entière si on était malheureux, sans le sous etc.) Évidemment si on plus la politique du laisser-faire prime, il n’y a pas de raisons pour que ça s’arrête. Comment se remettre en question s’il n’y a pas de sanction? Dur à mettre en place mais pas impossible…

    0

    0
  18. Bill dit :

    Il faudrait travailler sur une campagne de com assez drôle pour qu’on la lise, qu’on ne se sente pas pointer du doigt mais qu’on se dise « c’est vrai, ce serait mieux ! ».
    Après, occuper le terrain comme le suggère Goldo me parait bien mais on ne peut pas le faire tous les jours, on a autre chose à faire que tenir les murs malheureusement.
    Ou beaucoup plus agressif : site spécial photos / vidéos « flagrant délit d’incivilité » : voitures mal garées, à contre sens, pipis dans la rue, amas de déchets, ivresse, etc. Mais ça peut très mal tourner (délation, agression…)
    J’avais adoré ce maire espagnol qui renvoyait par la poste les crottes de chien laissées par leur proprio dans la rue mais pour ça, il faut avoir un maire.

    0

    0
  19. Sam dit :

    @Bill

    J’adore la chutte « …mais pour ça il faut avoir un maire » 😀

    L’humour est un excellent vecteur de com’, il faut en user pr faire réagir ceux qui commettent les incivilités ainsi que ceux qui la nient. Je veux bien aider pr le site. T’in je rechute les z’amis AU SECOURS 😉

     « Que la force soit avec vous » !

    0

    0
  20. suger dit :

    « Selfie poubella » : voila une campagne originale de milliers d’internautes tunisiens « pour faire honte au pouvoir ». Ils se prennent en photos devant les tas d’ordures laissés sur la voie publique et mettent ces photos sur les réseaux sociaux et les blogs (voir le billet du « Canard enchaîné » de cette semaine, p.5, et l’article du « Parisien » du 14/06).

    0

    0
  21. Bill dit :

    @Suger : hier je pensais justement créer une page « photos poubelle ». 

    @Tous : Donc c’est décidé, prenez en photo les amas divers, donnez les coordonnées et je les poste.

    0

    0
  22. Sam dit :

    Une illustration en images de l’action des tunisiens, bravo ! En plus pas dur à mettre en place 🙂

    SCG-SelfiPoubella-20062014.jpg

    Et j’aime leur slogan « Mettons la pression sur les municipalités! Mais n’oublions pas qu’elles ne pourront en aucun cas réussir ce pari seules. Un progrès durable passe par la participation active et civique de toutes et de tous.

    A vos selfies!! »

    Excellente idée, Go go go !!!

    Moi je vais prendre des photos à chaque fois que je viens au ChezWam 😉

    T’in l’effet miroir va foutre la honte à ceux qui nient cette réalités et les faire enfin réagir …on va bien se marrer !

    @Bill

    Mais on peut poster direct sur la page facebook pr te faciliter la tâche.

    PS : En arabe, les tunisiens ont appelé leur page « Nettoie Tunis ». Faut trouver un nom accrocheur.

    0

    0
  23. goldo dit :

    bonne idée, je ne pourrai pas prendre de photos avant le 5 juillet car je suis en vacances mais je consulterai régulièrement le blog de mon lieu de vacances

    0

    0
  24. Gabriella dit :

    L’humour et la dérision, en effet ça marchera, quelques idées:
    Saint-Denis: c’est du propre!
    La propreté c’est la politesse de la ville des rois!
    Saint-Denis si se nettoie ( si ce n’est toi) c’est donc nous tous.
    Saint-Denis comme t’y es belle et pas poubelle!

    0

    0
  25. suger dit :

    Tout autre chose, quoique ?…
    AFP le 20/06 : « Il s’était évadé le 4 juin grâce à l’irruption d’un commando de cinq hommes armés lors d’un examen médical de routine en dehors de sa prison (à l’Hôpital de Saint-Denis). Le trafiquant de drogue présumé Ouaihid Ben Faïza a été arrêté dans la soirée de jeudi 19 juin devant l’hôtel où il se cachait au Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis), a annoncé le ministère de l’intérieur. »
    Comme quoi, la loi cela existe encore dans nos banlieues à condition de refuser le laisser-faire !

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *