AFP – « Hilary Swank victime d’un vol à la portière dans le 93 »

Vous aimerez aussi...

14 réponses

  1. TRAZ dit :

    Génial le savoir faire dyonisien à l’international…..

    0

    0
  2. chris dit :

    > Les problèmes de sécurité de notre ville rayonne à l’internationale…quelle image

    Je pense que l’image de la ville est assez dégradée dans les esprits – surtout de ceux qui n’y habitent pas – pour que ce fait divers soit remarquable.

    A l’inverse, les statistiques immobilières pour 2012 sont surprenantes: alors que la hausse des prix ralentit ou stagne en Ile de France, le 9-3 est en hausse de 3% je crois.

    Bon OK, le 9-3 n’est pas St Denis …

    0

    0
  3. Marion dit :

    @ TRAZ
    Beh oui, ces jeunes acteurs ont entendu MOTEUR , ils ont fait le boulot pour lequel ils étaient venus !

    0

    0
  4. Sam dit :

    ça mérite bien un film de notre fameuse réalisatrice, hein ? 😉

    0

    0
  5. Marion dit :

    Ah oui, ça mérite un film, mais sutout assorti des commentaires de de la « première dame de St Denis » faisant l’apologie de la voyoucratie ordinaire … Tellement fun et pas trash du tout !!!

    0

    0
  6. suger dit :

    A propos de l’apologie de la voyoucratie ordinaire, dénoncée par Marion, il faut aussi rappeler l’intérêt de Braouezec pour une comète médiatique de la fin des années 2000 , un ancien chef de gang dans l’Essonne, Lamence Mazdou. Braouezec participait notamment à une conférence, en septembre 2009, sur le livre de témoignage, « J’étais chef de gang » (Ed. La Découverte), co-écrit par Lamence Mazdou et Marie-Hélène Bacqué, une architecte-urbaniste, devenu professeur de sociologie.
    Il faut savoir qu’il y a plus plus de quinze ans, M-H Bacqué était dionysienne et un soutien actif de la politique urbaine de Braouezec. Elle dénonçait avec lui les méfaits des idées petite-bourgeoises (les affreuses couches moyennes) pour la banlieue ! Depuis, elle a quitté Saint-Denis, assez vite d’ailleurs, et malgré ses conceptions « progressistes » a préféré un parcours résidentiel plus prestigieux…
    Cette fascination pour la violence et les voyous est très forte dans le groupe dirigeant de nos élus et chez certains de leurs amis universitaires. Il y a là sans doute comme une nostalgie de la « violence révolutionnaire » (les propos de la compagne du maire actuel sur les émeutes urbaines sont significatifs de cet état d’esprit). Pour eux, la démocratie a toujours un relent de « démocratie bourgeoise » empêchant la réalisation de leur projet politique : la domination d’une avant-garde révolutionnaire, même minoritaire, pour changer de société.
    On comprend mieux pourquoi, pour eux, le « communisme municipal » , entaché de réformisme, devait être abandonné. Il fallait faire de Saint-Denis un lieu d’expériences innovantes en rupture avec les pratiques municipales passées d’amélioration progressive du quotidien, et s’appuyer sur ce laboratoire pour reconstruire nationalement une extrême-gauche vraiment révolutionnaire. L’échec de ce projet est total et il ne leur reste plus qu’à s’accrocher à leurs postes par tous les moyens…

    0

    0
  7. Bertrand dit :

    « Hilary Swank victime d’un vol à Saint-Denis », c’est surréaliste 🙂
    Ce me fait penser à un titre d ‘Ici Paris » qui m’avait fait rire : « Céline Dion, elle refait sa vie à Laval »…
    Juste des associations de personnes et de lieux qui ne vont pas ensemble 🙂

    0

    0
  8. py93 dit :

    Bravo a Suger pour ce rappel historique et cette analyse de la stratégie d’innovation urbaine de nos amis coco-locaux. Dire que dans quelques années et qu’ils seront comme Sarko retraités certains les regretteront en pensant : « au moins une actrice amércaine venait se faire voler dans nos quartiers »…

    0

    0
  9. Marion dit :

    @ suger
    Merci pour vos liens, ils sont épatants ! Je vous témoigne aussi ma reconnaissance pour vos rappels historiques à propos des centres d’intéret, ou plutôt des obsessions de nos élus, enfin certains sont déjà ex ….
    La sociologie que j’ai étudiée à Nanterre mérite mieux que cette apprentie-sorcière de MH Bacqué ….Mes profs de socio n’ont jamais recommandé cet « auteur », et je ne me souviens pas avoir vu ses « ouvrages » ou « travaux » à la bibiliothèque universitaire de Paris X … Mais je peux me tromper sur la réallité de sa néfaste influence et sur l’impact de ses capacités de nuisance anciennes ou plus récentes. Je laisse donc l’homme très avisé que vous êtes nous éclairer encore et encore …..(pour info, mon prof de socio spécialisé dans la violence urbaine se nommait Jacques PAIN et ses cours étaient remarquables … Normal pour un véritable Professeur des Universités).

    0

    0
  10. Catherine dit :

    Cette information vient de l’AFP ou du Parisien ?

    j’ai lu : C’est une info du Parisien : l’actrice Hilary Swank a été victime, ce matin, d’un vol à Paris.

    Saint-Denis est devenu le 21 ème arrondissement de Paris ?

    0

    0
  11. suger dit :

    @Marion : M-H Bacqué est une spécialiste des questions de « démocratie participative » et de la ségrégation spatiale (son livre-interview d’un ancien chef de gang et sur les violences urbaines est un peu à part dans ses publications). Ses écrits, ses conférences et interviews ont un intérêt universitaire certain.
    Le problème pour nous, modestes habitants de Saint-Denis, c’est la volonté de certains universitaires de devenir les « conseillers des princes », de ne jamais s’interroger sur la façon dont les élus utilisent leurs discours d’universitaires, quand il ne s’agit pas cyniquement pour ces universitaires d’accéder au cercle du pouvoir et de bénéficier des avantages matériels qu’il accorde (prestige, commandes publiques, emplois, attribution de logements sociaux pour pour soi-même ou les siens…). De leur coté, les politiciens vont s’inspirer des discours de ces universitaires pour justifier les politiques qu’ils mènent. Prenons deux exemples concrets sur la sécurité à Saint-Denis.
    D’où viennent les contorsions, pendant des années, de la municipalité, Braouezec en tête, autour de la notion de « sentiment d’insécurité » ? Du sociologue Laurent Mucchielli qui déclarait à propos de l’insécurité : « Ce n’est pas un concept scientifique et ce n’est pas un ensemble de choses identifiables. C’est en réalité une notion de type politique et médiatique, qui ne réfère pas à des comportements précis mais à des peurs. » (interview paru le 1er novembre 2011 sur un blog du « Nouvel Obs » : lien).
    D’où vient l’idée des « médiateurs de nuit », à l’inefficacité totale ? Toujours de Laurent Mucchielli ! Opposant de principe à la vidéosurveillance, il affirme que l’argent public serait mieux dépensé à mener des politiques d’accompagnement social, comme « créer des emplois de médiateurs dans les quartiers sensibles ».
    Bien sûr, pour nos élus, reprendre les idées de sociologues critiques à la mode, est plus payant médiatiquement que des mesures banales, telles que l’augmentation du nombre et des moyens des policiers municipaux, qui n’attireraient aucun journaliste. Et surtout cela les conforte dans le sentiment qu’ils sont une avant-garde intellectuelle, que les politiques qu’ils mènent vont servir d’exemples dans le monde entier… En fait, on retiendra d’eux qu’ils n’ont été que les apprentis-sorciers du chaos urbain.

    0

    0
  12. georges dit :

    Après les cheminots (pourtant service public) qui trainent les pieds pour venir à Saint-Denis (et vraisemblablement beaucoup d’autres entreprises), c’est maintenant une actrice qui se fait agresser. C’est là un coup dur pour Besson et le milieu du cinéma !!

    0

    0
  13. ddavid dit :

    Suger, je suis tout à fait d’accord avec votre analyse, j’y ajouterais que cette « posture » extrème gauche sert aussi à dissimuler la politique réelle qui est menée ici, à savoir pour paraphraser le camarade Georges « valets du grand capital ». Je me souviens d’un article du « Figaro » s’étonnant de l’empressement de mr Braouezec a faire cadeau des terrains de la plaine aux multinationales! Voir aussi les services publics peu à peu privatisés, comme le stationnement ou le ramassage des ordures, les cadeaux d’espace public à Decaux, et le sabotage du retour au public du service de l’eau! (ça aurait fait mauvais genre alors que Veolia s’installe à la plaine!). Dans nimporte quelle ville normalement gérée on en verrait les retombées dans l’entretien de l’espace public! Or ici il suffit de se promener rue Gabriel Péri pour voir en temps réel la ville tomber en ruine! Les immeubles magnifiques murés comme celui qui vient de bruler tragiquement ou celui quelques numéros avant, le 76, un splendide ensemble historique dévasté, squatté, brulé, re-squatté, re- brulé, laissé à l’abandon…. Aussi à « apprentis sorciers du chaos urbain » j’ajouterais simplement imposteurs.

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *