AFP – Un enfant de 10 ans meurt après avoir été percuté par un 4X4 à Saint-Deni​s

Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. morneplaine dit :

    Cela s’est passé près de chez moi, c’est déjà le deuxième enfant renversé par une voiture en 4 ans dans le quartier. Pour vous situer devant le truffaut

    0

    0
  2. Sam dit :

    Bouleversant !

    Sincères condoléances aux proches et parents.

    0

    0
  3. goldo dit :

    et oui que dire dans ces cas là,sinon de la compassion pour les proches.
    j’ai entendu dire sur radio france bleue qu’il yavait eu un autre accident a la hauteur du stade de france ce WE.La conductrice âgée de 20 ans est décédée et les passagers blessées. Ils étaient quatre dans la voiture et rentraient de sorties nocturnes.
    pareil condoléances aux familles.

    0

    0
  4. minet dit :

    Ces grandes avenues sont évidemment des terrains d’accélération faciles pour les grosses cylindrées et les 4×4 qui sont bien plus haut que les têtes des enfants- quoique les raisons du drame ne soient pas encore clairement définies. Des obstacles devraient être placés par la commune sur ces rues très droites et larges. Aujourd’hui c’est un 4×4 mais cela aurait pu être une moto aussi. La situation de cet hôtel transformé en foyer est également problématique : des familles entières dans les chambres d’appart’hôtel et les gosses n’ont pas d’autres choix que de jouer sur les trottoirs et évidemment – ce sont des gosses – de « déborder » sur les chaussées avec les conséquences malheureuses que l’on voit. Une aire de jeux pourrait très bien être installée entre cet appart’hôtel et le bâtiment voisin si on virait les glandeurs qui dissèquent les motos et vélos en bas des halls.

    Stéphane

    .

    0

    0
  5. LeParisien dit :

    Au milieu de la chaussée, à l’angle des rues Jesse-Owens et Tournoi-des-Cinq-Nations à Saint-Denis, bloquée par la police hier après-midi, un bouquet de fleurs a été déposé sur la sciure qui recouvre les traces de l’accident tragique de dimanche après-midi. Oumar, âgé de10 ans, jouait au beau milieu de la chaussée, quand une voiture l’a percuté. Le garçonnet qui a été pris en charge par le médecin des pompiers a été conduit dans un état critique aux urgences. Il est décédé hier matin des suites de ses blessures.

    Le conducteur de la voiture devait passer une seconde nuit en garde à vue au commissariat de Saint-Denis. Il n’avait ni bu ni consommé de drogue au moment de l’accident. Seule inconnue, la vitesse à laquelle il roulait, qui selon des témoins était modérée. « Il était à moins de 50 km/h », estime une des voisines. « Il n’a pas immédiatement vu l’enfant qui courait au milieu de la route. Il a essayé de l’éviter en braquant son volant, cassant sa roue avant contre un ralentisseur », renchérit une autre.

    Dimanche après-midi, Oumar et ses parents rendaient visite à une tante du petit garçon, qui habite l’hôtel social situé de l’autre côté de la chaussée où l’enfant a été renversé. Sur la façade du bâtiment, qui compte une centaine de chambres, un drap a été tendu hier à la mémoire de « Check Oumar ». Des résidants, en pleurs, se sont rassemblés là, en hommage au petit garçon.

    « Cet accident affreux aurait pu arriver à n’importe qui », soufflent des riverains inquiets pour les autres enfants de l’hôtel social qui utilisent la rue comme terrain de jeu jusque tard dans la nuit. « Ils n’ont nulle part où jouer », insistent les habitants, outrés des conditions de vie de ces familles placées ici par le Samu social de Paris, pour 800 à 900 € la chambre par mois. « Il faudrait peut-être que le Samu social de Paris s’occupe du suivi de ces familles, logées parfois à huit dans moins de 15 m2, sans le moindre respect des normes de sécurité. J’ai découvert des portes de secours soudées. Le lieu est inadapté pour des enfants », s’alarmait hier Stéphane Peu, l’adjoint de permanence de la mairie de Saint-Denis, qui demande au préfet de Seine-Saint-Denis de diligenter une enquête.

    MP Bologna et C Sterlé – Le 31/07/2012

    0

    0
  6. LeParisien dit :

    La résidence « sociale » décriée depuis 2007

    (…) Conçu comme une résidence hôtelière (agréée en 2004 par la commission départementale de l’action touristique), avec des appartements à louer à la semaine, le bâtiment est dépourvu de cour intérieure. Un immeuble « inadapté à l’accueil des familles », selon Stéphane Peu, adjoint au maire de Saint-Denis, qui multiplie depuis cinq ans les démarches pour dénoncer cette situation.

    (…)

    En 2007, déjà, l’élu mettait en demeure le gérant arrivé en 2006 de respecter la destination initiale de cette résidence et d’une autre, dans la même situation, à la Plaine, avenue de la Métallurgie. Cela concerne au total près de 200 familles dont 150 enfants. En novembre 2008, Stéphane Peu saisissait le procureur de la République de Bobigny. Au passage, en 2009, la ville estimait qu’il fallait créer six classes pour pouvoir scolariser tous ces enfants issus de familles parisiennes, alors que ces hébergements n’étaient pas recensés comme de vrais logements. Le 17 juillet dernier, encore, l’élu rappelait une gestion « douteuse » de ces « hôtels », avec 735000 € d’arriérés, auprès du Samu social 75 et de la préfecture de région. « Nos liens avec le gérant vont bientôt s’arrêter », assure Stefania Parigi, qui dirige le Samu social 75. « On s’est donné quatre mois pour réorienter les familles », assure la responsable, en évoquant une situation « complexe ».

    C. Sterlé – Le 01/08/2012

    0

    0
  7. Sam dit :

    Question qui découle du dernier article du parisien : où sont scolarisés ces 150 enfants ?

    0

    0
  8. koil dit :

    Pas étonnant quand on voit le nombre de gosse sur le trottoir, pour une fois le chauffeur et non chauffard n’a pas l’air d’être en cause, mais si c’est une personne normal comme vous et moi ça va être dure de se reconstruire après avoir tuer un gamin.

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *