Ce soir le mercredi 23 Juin 2010 vers 22h – Visite surprise du Président au quartier de la gare…

Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. AFP dit :

    Voici un article de presse concernant cette visite de Sarko à Saint-Denis « Quartier de la gare », La courneuve « cité des 4000 » et Tremblay en France « dépôt de bus ». Ceci a tout l’air d’un communiqué de presse de l’Elysée. Normal, aucun média n’avait couvert cette visite surprise.
    Sam

    Visite surprise de Sarkozy en Seine-Saint-Denis

    Nicolas Sarkozy a effectué mercredi soir une visite surprise de près de trois heures en Seine-Saint-Denis. Au cours de ce déplacment surprise, un jeune homme a été interpellé pour insulte à Chef d’Etat.

    Le Président était accompagné du ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, du préfet de police, Michel Gaudin, du directeur général de la police nationale, Frédéric Péchenard, et du préfet de Seine-Saint-Denis, Christian Lambert.

    Retour à la cité des 4000

    De 21h00 à près de minuit, le chef de l’Etat a sillonné ce département particulièrement touché par la délinquance. Il est retourné à la cité des 4.000 à La Courneuve qu’il avait promis de nettoyer au «kärcher» en juin 2005, après la mort d’un enfant tué par une balle perdue.

    Ces propos avaient suscité une vive polémique, qui avait perduré pendant la campagne présidentielle. Une dizaine de jours après la mort de l’enfant, M. Sarkozy était retournée dans ce quartier défavorisé pour annoncer des mesures en faveur de l’emploi, l’éducation et la sécurité.

    Au pied de la tour Balzac de la cité, destinée à être détruite, M. Sarkozy s’est entretenu avec des unités de sécurisation, ainsi qu’avec des jeunes dans des halls d’immeubles. «Ils ont surtout discuté recherche de travail et trafic de drogue», a rapporté un proche de M. Sarkozy.

    Halte au dépôt de bus de Tremblay-en-France

    Avant La Courneuve, M. Sarkozy avait débuté sa tournée du département à Tremblay-en-France, pour visiter, pour la deuxième fois depuis le 20 avril dernier, les dépôts de bus des Transports rapides automobiles (TRA) et du CIF (Courrier de l’Ile-de-France), vandalisés à la fin du mois de mars.

    Pendant environ une demi-heure, il a discuté avec les conducteurs de bus, qui avaient usé de leur droit de retrait, avec le caillassage et l’incendie de deux de leurs véhicules, le 31 mars. Plusieurs d’entre eux avaient été reçus par le président à l’Elysée le 2 avril.

    Nicolas Sarkozy s’est ensuite rendu à la gare SNCF de Saint-Denis, où il s’est entretenu avec les patrouilles de police, avant de discuter avec des passants et des commerçants aux abords de la gare, a également indiqué l’Elysée. Il s’est également arrêté au poste de police de Saint-Denis qui abrite le service régional de la police des transports.

    Le président de la République a fait étape au commissariat de La Courneuve où il s’est fait présenter le dispositif de lutte contre les stupéfiants, ainsi que les saisies d’armes et de stupéfiants. Le maire communiste de la ville, Gilles Poux, était présent.

    Ce déplacement en Seine-Saint-Denis intervient alors que se tient, dans le département voisin du Val d’Oise, le procès des tireurs présumés des émeutes de Villiers-le-Bel en novembre 2007.

    Le Parisien avec l’AFP – Article publié le 24 juin 7H37 – Source

    0

    0
  2. BlogLaCourneuve dit :

    Très intéressant travail de mise en perspective des interventions des politiques à La Courneuve cité des 4000 : Les faits divers et les politiques …A méditer.

    Merci au blog http://lacourneuve.blog.lemonde.fr/ pour ce travail !!!!

     

    0

    0
  3. Stéphanie dit :

    C’est une bonne chose en effet si le quartier, et plus généralement le 93, devient un enjeu politique … enfin…
    Toutefois, je partage tout à fait l’avis de François Hollande dont j’ai relevé les propos sur le site de Libération ce matin :

    «C’est finalement très banal qu’un président de la République aille dans un quartier de nos villes. Pourquoi ça devient un évènement ?» a demandé M. Hollande sur Europe 1.
    «Pourquoi c’est à ce point dangereux qu’il faudrait qu’il n’y ait pas de médias? Pourquoi ça se passe sans que le maire de la commune en soit lui-même informé?» a-t-il poursuivi.
    C’est une «curieuse conception de la République», selon le député de Corrèze, pour qui «il y aurait donc des zones de non-droit où il y aurait presque péril pour le président» d’y aller, au point «qu’il y aille nuitamment», sans journalistes, «pour qu’on n’en rapporte pas éventuellement le détail».

    Cliquer-ici pour lire l’article de Libé

    0

    0
  4. LeMonde dit :

    Un homme interpellé pour insulte après la visite de Sarkozy en Seine-Saint-Denis

    Un jeune homme a été interpellé mercredi 23 juin peu avant 23 heures à la Courneuve, en Seine-Saint-Denis, pour avoir insulté le président Nicolas Sarkozy qui effectuait une visite surprise dans les quartiers sensibles. « Le jeune homme devrait être poursuivi pour insultes au chef de l’Etat », a indiqué une source policière, qui n’a pas précisé s’il était toujours en garde à vue jeudi matin.

    (…)

    Aucun journaliste n’était présent au côté du président de la République. La visite, qui n’avait pas été annoncée, s’est bien passée, selon l’Elysée, qui n’a pas manqué de rappeler que Nicolas Sarkozy avait promis de retourner sur place. Il voulait également voir le dispositif mis en place depuis l’installation en avril du préfet Christian Lambert. Ce dernier doit présenter ce jeudi un premier bilan de son action lors d’une conférence de presse.

    Avant La Courneuve, M. Sarkozy avait débuté sa tournée du département à Tremblay-en-France, pour visiter, pour la deuxième fois depuis le 20 avril, les dépôts de bus des Transports rapides automobiles (TRA) et du CIF (Courriers de l’Ile-de-France), vandalisés à la fin du mois de mars. Le président s’est ensuite rendu à la gare SNCF de Saint-Denis, où il s’est entretenu avec les patrouilles de police, avant de discuter avec des passants et des commerçants aux abords de la gare, a également indiqué l’Elysée.
    Il s’est également arrêté au poste de police de Saint-Denis qui abrite le service régional de la police des transports ainsi qu’au commissariat de La Courneuve où il s’est fait présenter le dispositif de lutte contre les stupéfiants, ainsi que les saisies d’armes et de stupéfiants. Le maire communiste de la ville, Gilles Poux, était présent.

    Article publié dans leMonde.fr le 24 juin 2010 6H50 – Source

     

    0

    0
  5. Caniveau Royal dit :

    Le site http://lacourneuve.blog.lemonde.fr/ a certes fait un bon article, mais il interdit à tous les internautes de le commenter. Ça, ça n’est pas très heureux en revanche.

    0

    0
  6. oncle paul dit :

    le pauvre petit « jeune  » ( moi je dirai voyou ) interpellé se soir la , est très bien connu par les services de police !
    et pourquoi je devrai croire un journaliste dans ses affirmations .
    a t il obtempéré aux consignes qui lui a été dites par les fonctionnaires .
    a t il pas voulu faire un scoop en voyant les force de police embarquer , un individu se cette acabit ( voir la photo du parisien de se matin ).

    0

    0
  7. thierryb dit :

    @oncle paul
     » un individu de cet acabit ( voir la photo du parisien de se matin ). »
    La photo suffit ?! C’est un peu du « délit de sale gueule », non ?
    Ce sont plutôt ses déclarations filmées que je trouve consternantes.

    0

    0
  8. LePost dit :

    Journaliste giflé par le service d’ordre de Sarkozy: « Nous allons porter plainte »

    (…)

    Quelles suites vont être données à cette affaire?

    Sur Le Post, Jean-François Téaldi, secrétaire général du SNJ-CGT de France télévisions, indique qu’il va « porter plainte ».

    Quelle a été la première réaction de votre syndicat à l’annonce de cet incident?

    « Nous avons envoyé une lettre à Brice Hortefeux, le ministre de l’Intérieur pour lui demander une enquête de l’IGS (Inspection générale des services). Le but étant d’identifier le ou les auteurs de l’agression et de les sanctionner. »

    Vous dénoncez aussi une atteinte à la liberté de la presse?

    « Oui, au-delà de cette agression, ce qui est plus grave encore, c’est l’atteinte à la liberté de la presse. Les services du chef de l’Etat ont empêché notre confrère de filmer. Mais il faisait simplement son travail! Avec le président de la République, si on n’est pas convoqué par le service de communication de Sarkozy, on n’est pas les bienvenus. C’est grave. »

    Allez-vous porter plainte?

    « La semaine prochaine, notre collègue va porter plainte pour agression et nous allons porter plainte pour atteinte à la liberté de la presse. LE SNJ-CGT se portera partie civile. »

    Pensez-vous que c’est un incident isolé?

    « Le contexte est très difficile pour les médias. Avec ce qui vient de se passer à France 3, à France Inter, les pressions sur Le Monde, et bientôt la nomination directement par le président d’un nouveau PDG pour France télévisions… Mais ce qui est rassurant, c’est que Sarkozy réussit finalement à resserer les liens entre les journalistes et le public. On assiste à des démonstrations de sympathie. Les gens commencent à prendre conscience qu’il ne faut pas lâcher sur l’indépendance ».

    Article publié le 26 juin 2010 – Source

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *