Christophe Girard – Adjoint au Maire de Saint-Denis – Réponse à l’Article « Aubervilliers restreint la vente d’alcool »

Vous aimerez aussi...

13 réponses

  1. sam dit :

    Ainsi, et comme il est précisé dans le « chapô » de l’article du Parisien curieusement non reproduit sur votre blog, c’est « après Neuilly-Plaisance, Saint-Denis, La Courneuve ou Bondy » qu’« Aubervilliers interdit la vente d’alcool »

    Juste pour votre information, nous n’avons pas le droit de copier et coller les articles de la presse dans leur intégralité mais d’en prendre des extraits et de les commenter. Alors, des fois c’est un vrai casse-tête car l’intégralité de l’article est importante…sur cet article, j’ai fait le choix d’enlever le « chapô » et de cibler l’article sur Aubervilliers. D’autant plus que l’amplitude horaire d’interdiction n’était pas exact concernant St Denis car on parlait d’une interdiction de 20H00 à 6H00, alors qu’à Saint-Denis c’est de 22H00 à 8H00.

    Pour donner tous les éléments aux blogueurs on met toujours le lien vers la source pour qu’ils accèdent à l’intégralité de l’information.

    Merci de participer à ce débat.

    0

    0
  2. Citoyen93 dit :

    Je remercie Mr Girard pour ces précisions.

    0

    0
  3. thierryb dit :

    Je lis cela, je ne doute pas un instant de l’intégrité et de l’action de M.Girard, mais au même moment, puisque lui aussi pointe l’insoluble problème du lien social défait et du « capital social » à reconstituer, je pense ce qu’il ne faudrait pas penser, c’est à dire: « De fait, ils sont impuissants, tout le monde est impuissant, face à la désormais répandue « nuisance publique « .
    Mais puisque son dernier paragraphe pointe des actions entreprises qui ont l’air appuyées et efficaces, j’essaie de ne pas laisser la petite musique négative (« faut se barrer, etc ») prendre la place: allez, encore de l’espoir!

    0

    0
  4. noelle23 dit :

    merci de ces informations de Mr Girard qui montre au moins qu’il a mené une réelle réflexion sur cette question de l’ivresse sur la voie publique, conformément à ses responsabilités certes, mais tout de même, c’est bien d’exposer sa démarche..c’est vrai que des fois, on peut douter de l’implication totale des élus..la mise au point est appréciée mais il est normal que les habitants se posent des questions et qu’ils soient impatients de voir des améliorations de leur qualité de vie.

    0

    0
  5. FrançoiseB dit :

    Je suis étonnée de lire que consommer « de l’alcool sur la voie publique » est une « pratique interdite par arrêté municipal » (depuis 2008) et que « Le commissaire »… »a assuré avoir dispensé l’information, mais s’engageait à faire une piqûre de rappel à ses troupes ». De quand cela date-t-il ? la semaine passée, lors d’un appel au commissariat à 22h30 pour signaler que la bande habituelle de la rue Courte faisait la fête dans la rue, l’agent nous a répondu qu’une patrouille venait de passer mais qu’on ne pouvait rien leur dire car au passage de la voiture de police, ils arrêtaient la musique ; j’ai insisté en disant : alors vous pouvez les verbaliser parce qu’ils sont en train de boire (et en état d’ébriété avancée qui plus est !), il m’a répondu catégoriquement non, qu’aucune loi n’interdisait de boire sur la voie publique. La piqûre n’a apparemment pas été administrée à tout le monde ! ?

    0

    0
  6. suger dit :

    Pas un mot dans cette réaction du Maire-Adjoint Philippe Girard sur la Police municipale. N’a t-elle vraiment aucun rôle à jouer pour faire appliquer les arrêtés municipaux ? Il est vrai que la municipalité de Saint-Denis n’a mis en place une police municipale que très tardivement et en traînant des pieds, dans les mandats précédents, car elle était opposée idéologiquement au principe de son existence. Mais, sous la pression des faits et des habitants, elle est bien présente aujourd’hui. Alors utilisez la ! D’autant plus qu’il ne s’agit pas de combattre des trafiquants internationaux de drogues, mais de faire respecter un arrêté municipal d’interdiction de le consommation d’alcool sur la voie publique. Cela semble être de sa compétence, non ?…

    0

    0
  7. suger dit :

    J’ai fait un lapsus sur le prénom et je m’en excuse auprès de Chistophe Girard . C’est bien « Christophe Girard » (et non « Philippe ») dans mon précédent message.

    0

    0
  8. hélène dit :

    Une idée pour Monsieur Christophe Girard : pourqoui ne pas publier dans le journal municipal tous les « arrêtés municipaux » pas dans un entrefilet, mais clairement dans une page bien visible et lisible.
    Cela informerait la population et, éviterait bien de confusions.

    0

    0
  9. goldo dit :

    A Charles Michels,c es derniers temps c’était l’enfer. Nous avons décidé à plusieurs de signaler tout ce que nous vivons par mails à la police et aux élus et aussi de nous les transférer mutuellement. Hier lorsque je suis rentrée et à la lecture d’un message j’ai décidé d’appeler un des commissaires pour lui lire ce qu’il devait avoir sur sa messagerie. Ce message et les autres indiquaient que les habitants étaient au bord de la crise de nerfs et qu’il y allait avoir un drame. Du coup 15 mn après mon appel, la police est passée mais à ce moment là comme par hasard,il n’y avait que deux individus. Par contre hier soir nous étions en réunion de locataires et la rue était super calme et supposons donc qu’il y a du avoir un passage ou un contrôle de police.
    Si c’est le cas l’opération doit être renouvelée car apparemment elle est efficace. Nous sommes fatigués de ne pas pouvoir vivre et dormir normalement dans ce quartier qui n’en n’est plus un . Malgré notre fatigue et notre énervement c’est à nous riverains de se rassembler et de s’organiser de manière à nous faire entendre. Heureusement que par le biais de cette galère nous nous connaissons bien et pouvons nous soutenir. Malgré celà, je crains un drame car pendant le W.E où je n’étais pas là un résident de la résidence sociale aurait jeté de l’eau par la fenêtre sur les individus qui nous pourissent la vie tous les soirs. Nous n’avons pas de représentants dans cette résidence, ni de téléphone pour contacter quelqu’un. Se sentant seuls, ils risquent de craquer plus vite. Je vais essayer de trouver un moment pour tenter de rencontrer la gardienne,mais encore faut-il que je puisse rentrer.

    0

    0
  10. goldo dit :

    Et rue Emile Connoy,comment ça se passe en ce moment ?

    0

    0
  11. hélène dit :

    @ goldo,
    La rue Emile connoy c’est couçi couça : nos alcoolos dealers, dont certains ont disparus mais, remplacés par d’autres, se positionnent soit devant le primeur (il saute de joie !), soit devant la pharmacie rue fontaine, au 2 rue fontaine (l’épicier oeuvre toujours) , soit rue Emile Connoy
    Un soir ils ont tenté de nouveau d’organiser une belle java; la police a été appelée par notre voisin et s’est déplacée rapidement. En fait ils tournent sans arrêt, les guetteurs bien en place. Il faut dire que, tout part de l’église de l’estrée, c’est rapide en vélo ou en moto.
    Nous avons constaté un autre lieu de deal, celui là rien à voir avec les alcoolos, qui est situé au 3 rue Franklin où, un guetteur se trouve à l’entrée du porche toute la journée ; c’est une vue imprenable sur la rue de la république !
    Comme dirait « ZAZIE » soyons « zen » aujourd’hui mon humeur n’est pas dans les chaussettes!

    0

    0
  12. cece dit :

    Je confirme que dans la rue Franklin il y a des guetteurs, à partir de 10h jusqu’à 23h00 parfois. Il n’y a pas beaucoup d’allées venues dans cet immeuble, il s’agit peut être d’un lieu de « fabrication » et stockage…
    La police fait des rondes. Des hommes en costumes civils, avec des dossiers sous leurs bras étaient là ce matin à 9h..

    0

    0
  13. Lilia dit :

    Pour ce qui est du 3 rue Franklin c’est le premier endroit où j’ai remarqué qu’il y avait du trafic quand j’ai emménagé vu que j’y passe tous les soirs quand je rentre de cours. Il y avait toujours 3 ou 4 mecs sous l’espèce de porche avec un scooter et au moins un mec posté à l’entrée de la rue Franklin. Je dis avais car il y a eu une descente de police à la fin de l’année ( en novembre je crois), pile au moment où je passais, avec la BAC et tout le tralala ils ont embarqués 3 mecs menottes aux poignets et après je n’ai plus jamais revu trainer qui que ce soit là. Mais c’est vrai que depuis quelque temps il y de nouveau un mec à l’entrée de la rue Franklin, en général au niveau du panneau (un stop où je sais plus quoi),il est avec un portable et matte partout. Mais je n’ai pas vu trop de mouvement au 3. Comme le dit Cece peut être un lieu de « fabrication », en tout cas il est clair qu’il n’y a pas de consommateurs dans le coin et qu’ils restent discrets…à suivre…

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *