Chronique des habitants de la rue Fontaine – Semaine 41 (Du 05/10/2009 au 11/10/2009)

Vous aimerez aussi...

14 réponses

  1. bertrand dit :

    CHUT , mais ne crier pas si fort vous aller les réveiller ils sont dant leurs reves.

    0

    0
  2. Thomas dit :

    Lundi 12 octobre : Le salon Jenny coiffure, l’épicerie New Exo et le magasin Exotic Center sont fermés le lundi. Conséquence directe : aucun habitué n’est venu rue Fontaine aujourd’hui. Petite pause hebdomadaire d’à peine 24 heures pour les riverains…

    Mardi 13 octobre : Une dizaine de dealers et autres habitués arrivent en fin de matinée : ils s’installent entre la pharmacie et le 2 rue Fontaine, et trois d’entre eux font le guet. Ils boivent et fument ouvertement. Ils partiront en fin d’après-midi pour laisser la place à un autre groupe de sept personnes, qui boivent et qui sont très bruyantes, postées devant le salon Jenny.

    0

    0
  3. Thomas dit :

    Mardi 13 octobre : Vers 17h, deux ou trois adultes (30 à 35 ans) séjournent devant la pharmacie et font aboyer un gros chien tenu en laisse. De type pitbull, il est manifestement destiné à impressionner les passants.

    Mercredi 14 octobre : Un groupe de cinq personnes fait clairement le guet au croisement de la rue de la République et de la rue Fontaine en début d’après-midi. De cinq à dix personnes sont éparpillées dans ce périmètre restreint tout l’après-midi. Comme d’habitude, elles boivent, fument et dealent. La voiture d’une de ces personnes est garée un long moment en plein milieu de la rue au niveau du 1 rue Fontaine.

    Jeudi 15 octobre : Toute l’après-midi, un groupe de cinq dealers stagne adossé à la fenêtre de l’appartement du rez-de-chaussée. Vers 18h, une dizaine d’habitués sont regroupés devant la pharmacie, mais du côté de la rue de la République cette fois. Une dizaine d’autres personnes stagne au niveau du 1 rue Fontaine. Jusqu’à 20h, deux individus font des allées et venues réguliers en vélo.

    0

    0
  4. goldo dit :

    Appelez vous le 17 a chaque fois,il faut le faire,ça oblige a avoir des traces car tout est enregistré et ils ne pourront pas dire qu’ils ne sont pas au courant.

    0

    0
  5. Thomas dit :

    Oui, nous appelons la police le plus souvent possible. Tout dépend en fait de la personne sur qui nous tombons au standard. Il faut reconnaître que nous avons un peu l’impression d’être les seuls à le faire dans le sens où nos appels ne sont pas toujours suivis d’une intervention. En effet, la police nationale fait ce qu’elle peut… Ce qui est dramatique, c’est que les gens du quartier finissent par se dire que ça ne sert à rien d’appeler le commissariat.

    0

    0
  6. Thomas dit :

    Vendredi 16 octobre : Vers 17h, une quinzaine d’habitués dealent, fument et boivent sous le préau du marché Franprix, à l’angle du magasin Picard pour se protéger de la pluie. Quelques enfants sont présents. Comme d’habitude, deux personnes montent la garde à l’angle de la rue de la République et de la rue Fontaine.

    0

    0
  7. Stéphanie dit :

    Autre témoignage : hier soir dans la rue Dézobry, plusieurs individus hurlent et se battent au su et au vu de tous en fin de soirée. Des guetteurs postés un peu en retrait disent « aimablement » aux rares piétons qui s’arrêtent de « circuler, il faut les laisser travailler » !!!!!! Et si vous appelez la police, on vous dit toujours très aimablement : « je vais voir ce que je peux faire » ….

    0

    0
  8. goldo dit :

    et oui c’est comme au niveau de l’épicerie qui se trouve 2 rue Charles Michels qui attire buveurs et attroupements divers. Quand on appelle la police,elle vient soit trop tard ou pas assez discrètement si bien qu’ils ont eu le temps de s’envoler comme des petits moineaux. Et oui on n’a pas encore tout gagné et c’est pour cela que nous devons rester vigilants.

    0

    0
  9. Sam dit :

    Stéphanie,
    C la preuve que les dealers ne cèdent pas le terrain…le quartier de la gare est leur territoire !
    C loin d’être fini.

    0

    0
  10. Thomas dit :

    Samedi 17 octobre : Vers 13h, le petit groupe d’habitués s’installe pour l’après-midi. À 18h, c’est une vingtaine de personnes alcoolisées et très excitées qui stagne entre le salon de coiffure « Jenny » et le magasin Picard. La police a été appelée à plusieurs reprises par différents riverains.

    0

    0
  11. sally dit :

    Bonjour,
    Je viens de lire les commentaires, holà c’est chaud ?
    Rien ne m’étonne. Je comprends pourquoi la police ne vient pas, ou trop tard, car derrière la mairie il s’avère qu’il y aurait aussi des dealers et des consommateurs.
    Qui dit mairie , et bien Monsieur paillard n’a pas l’air de supporter ce que nous vivons…la mairie est prioritaire !
    Il faut un rassemblement pour montrer qu’on n’a pas l’intention de laisser faire !!

    0

    0
  12. goldo dit :

    Ce rassemblement on en parle depuis longtemps mais on ne l’a pas encore fait.
    Des dealers et des toxicos a la mairie,à mon avis ils ne vont pas rester longtemps. C’est comme les voitures mal garées,dans ce quartier ça dégage vite.
    Alors réagissons.

    0

    0
  13. Thomas dit :

    Lundi 19 octobre : Le lundi n’est pas une science exacte. Entre dix et quinze personnes végètent une partie de l’après-midi entre la pharmacie et le 2 rue Fontaine. Particulièrement ivre, l’une d’entre elles semble même « saouler » ses compagnons par ses cris.

    0

    0
  14. mimile dit :

    Rue Fontaine. Ce lundi pas de trêve malgré la fermeture de l’épicier et du coiffeur. Une dizaine de ces crétins continue à se griller les neurones. Quelques uns, l’air con, veillent au grain sur des vélos trop petits pour eux. Hall du 1 investi par des vendeurs des fringues. On leur doit le respect sous prétexte qu’ils sont nés ici. Moi aussi. Mais ça ne me donne aucun droit particulier, ni aucun devoir par ailleurs.
    A suivre…

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *