Chronique des habitants de la rue Fontaine – Semaine 47 (Du 16/11/2009 au 22/11/2009)

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. Thomas dit :

    Mardi 24 novembre :
    en milieu de matinée, trois individus habitués du groupe de squatters de la rue Fontaine sont déjà là. Ils se trouvent près du magasin Exotic-Center. Vers 13h, une dizaine de personnes stagne entre les 1, 2, 3 et 6 rue Fontaine. Certains sont assis sur les marches qui mènent aux portes d’entrée.

    Ces individus indésirables sont restés toute l’après-midi et jusque tard dans la soirée pour boire, fumer et dealer.

    0

    0
  2. Thomas dit :

    Lundi 23 novembre :
    Les habitués sont là.
    Un homme, type « monsieur-tout-le-monde », s’arrête pour pisser au niveau du rideau de fer où les indésirables habituels urinent. Et oui, ici on peut faire ce que l’on veut.

    Sinon, le noyau dur reste jusqu’à minuit sous la pluie, au sec sous l’abri du primeur de la rue de la République qui donne face à la rue Fontaine. Deux femmes restent avec un enfant en poussette jusqu’à 22h30. Le groupe écoute de la musique sur leurs scooters, danse, fume, boit…

    Aussi, dans la journée, une femme se fait arracher son sac qu’elle porte en bandoulière. Les deux malfrats prennent la fuite par la rue Émile Connoy.

    0

    0
  3. Thomas dit :

    Jeudi 26 novembre :
    Ce midi, quatre personnes occultent l’entrée du 3 rue Fontaine. En milieu d’après-midi, ils sont une quinzaine, toujours les mêmes (dealers et consommateurs). L’un des groupes se forme autour d’une moto, garée devant l’entrée du 2, sur laquelle est assise une des personnes. Cette moto semble appartenir à l’un des leurs. Deux individus sont également appuyés contre le rebord de fenêtre de l’appartement du rez-de-chaussée. Et trois vélos sont appuyés contre la façade. Ils s’adonnent à leurs activités favorites. Une fois de plus, on constate qu’ils sont chez eux en investissant l’espace public… et privé. Au 2, on retrouve une flaque d’urine qui est à la fois dans l’ascenseur et au niveau du sol devant l’ascenseur : la personne aura pissé pile dans la fente de la cage d’ascenseur et, hélas pour les riverains, aura mal visé en débordant de part et d’autre…

    Ils sont encore une quinzaine en début de soirée, malgré la pluie. L’abri du primeur est idéal pour eux.
    Définitivement rien ne les déloge.

    0

    0
  4. goldo dit :

    Mais comment se fait-il qu’il n’y a pas d’intervention de la police ? Comment se fait-il que ça perdure sans que rien ne se passe ? Où sont les promesses d’Hortefeux et de Sarko.
    Je vous souhaite bon courage.

    0

    0
  5. emma dit :

    Tu avais l’air de dire que tu sentais quelque chose bouger ?
    Vous a-t-on promis des résultats dans cette réunion?
    N’hésitez pas à réorganiser un « café-ras le bol » ou une réunion plus « programmation d’actions ».
    Mon soutien ne s’essoufflera pas, votre quotidien a malheureusement valeur d’exemple.
    Courage

    0

    0
  6. goldo dit :

    Qu’est-ce que c’est cette ville où les habitants ne peuvent pas vivre tranquillement chez eux ?
    Où les femmes ont peur de sortir avec un sac ?

    Tout à l’heure, je traversais la rue de la République. J’étais derrière une jeune femme qui parlait et disait « ici ça craint, vaut mieux se promener avec un couteau dans la poche« .
    Est-ce normal d’entendre une femme dire cela à l’homme qui se trouvait avec elle ?

    0

    0
  7. Sam dit :

    Je viens de découvrir cette brève sur le JSD :

    Bel Air/Franc-Moisin

    Démarche-quartier

    Le commissaire divisionnaire de Saint-Denis Bernard Bobrowska viendra discuter des « questions de tranquillité publique sur le quartier », à l’invitation des élus en charge de la démarche-quartier, Fabienne Soulas, Lynda Fellahi et Philippe Julien. Mercredi 25 novembre à 18 h, à l’école Louise-Michel : 35, rue Danielle-Casanova.

    Est-ce qu’un internaute aurait assisté à cette réunion ?

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *