« Collectif sac à main » : Un collectif fantôme qui compte des fans fantômes !!!

Vous aimerez aussi...

38 réponses

  1. habitant dit :

    Encore des assoc’ d’art qui viennent de Paris et qui veulent nous apprendre ce qu’est Saint-Denis? J’ai pas fait gaffe à ces « œuvres artistiques » dans Saint-Denis en tout cas pas dans ma cité. Sans doute que ces artistes ne s’y sont pas aventurés.
    Blague à part, le second degré sur ce sujet, c’est un terrain de jeux dangereux dans le sens où même des élus se sont fait agressés près d’un DAB, au volant d’une voiture, dans la rue. Sans compter des faits divers autres…
    En tous cas, très clairement, il y a un manque d’inspi à ce niveau là.
    On n’est pas du même quartier Sam mais c’est comme l’affichage dans ma cité d’artistes qui veulent des témoignages d’habitants pour en faire un spectacle. Avant c’était pour un documentaire ou un film. Ils s’approprient une histoire qu’ils n’ont pas vécu eux-mêmes. Je trouve que ça fait de l’exploite comme on dit, surtout quand on sait réellement ce que vivent les gens, en particulier ceux qui en bavent.
    Et ça c’est pas du spectacle, de la fiction: c’est la réalité de la vie qu’on devrait écouter déjà dans la réalité au lieu de l’exploiter même dans un sens « artistique ».

    0

    0
  2. Marion dit :

    J’ai vu une affichette de ce type ce matin rue du cygne en centre-ville, mais n’avais aucune idée de quoi il retournait sur les auteurs et leurs motivations. Un passant qui a vu que je m’arrêtais pour la regarder m’a dit que c’était une artiste qui s’était fait certainement voler son sac à main et qui voulait alerter l’opinion dionysienne.
    De là à penser qu’il y avait matière à se faire berner …….

    0

    0
  3. Bertrand dit :

    Je trouve l’initiative bonne et ces affiches dénoncent ce que nous dénonçons depuis des années sur ce blog. Après, je suis d’accord avec toi Sam, c’est très gênant de ne pas savoir qui se cache derrière ce collectif. Les visages sont masqués sur Facebook et je pense que ces personnes gagneraient à se démasquer. Après, je ne pense pas que nous puissions parler de manipulation. L’une des affiches est d’ailleurs signée Michel Quarez, artiste reconnu qui expose actuellement à Saint-Denis http://ville-saint-denis.fr/jcms/jc… . Sur cette affiche on y voit un visage de femme tuméfié avec le slogan « Très drôle de se faire massacrée dans la rue pour un portable ou un bijou ».
    Mais, ce que je remarque, c’est que les employés municipaux ont été très efficaces pour les faire disparaitre au plus vite des mûrs de notre ville. Comme quoi, ils peuvent être efficaces quand ils veulent (ou quand l’ordre leur est donné).

    0

    0
  4. habitant dit :

    Juste pour revenir à l’info terre à terre dyonisienne (quartier Franc-Moisin) et pas des collectifs fantômes, simplement signaler que demain, c’est le pot de départ des médecins de famille, les Docteurs Ménard et Paknadel, à 12h30 au lycée Suger.
    Il n’y a pas assez de mots pour résumer le bienfait apporté par deux héros de quartier sur des générations. MERCI!

    0

    0
  5. Sam dit :

    Le collectif sacamain existe bel et bien et il s’agit d’artistes, au sujet des autres interrogations ci-dessous la réponse du collectif. Nous voilà rassurés. 

    SCG-SacAMain-24012014-Reponse.jpeg

    Quant au terme « manipulation », il y en a bien une : les personnes qui ont manipulé cette initiative pour nourrir une rumeur gratuite lancée contre Sophie…qui pour info sait à peine utiliser facebook (pardon ma belle, je balance. Hé ne m’attaque pas pr diffamation dit ! 😉 )

    Bertrand a raison, toute initiative qui défend cette volonté de vivre en paix est bonne.

    @habitant

    Tu peux faire un article sur ces deux personnes steup ? 😉 

    0

    0
  6. goldo dit :

    Moi je trouve ça très bien,afficher aux yeux de tous ce que les gens vivent au quotidien. Si ces affiches sont vite décollées c’est qu’elles dérangent. Bravo aux artistes. Goldo

    0

    0
  7. Gabriella dit :

    Je ne connais pas bien facebook , mais les amis basés à l’étranger ce n’est pas tellement étonnant peut-être croient-ils qu’il s’agit de Saint-Denis de la Réunion , pour le texte cela ressemble à des amis de l’extrême plutôt ….droite. Je suis d’accord avec @habitant les non-dionysiens de quel bord qu’ils soient ne devraient pas faire de l’ingérence sans vivre le quotidien.

    0

    0
  8. toflec93200 dit :

    Vers chez moi (Rue Auguste Poullain)), plusieurs commerces ont l’affiche de Quarez en vitrine…Houla, ça va pas plaire à la mairie, ça….

    0

    0
  9. Bertrand dit :

    @Gabriella
    Michel Quarez, l’artiste qui a réalisé une des affiches, habite Saint-Denis. Quant au message, je ne supporte plus d’entendre que la sécurité est une valeur d’extrême droite. Au contraire. La sécurité pour tous est une valeur de gauche. Quel que soit sa richesse, son origine, son lieu d’habitation, toute personne devrait pouvoir vivre en sécurité. C’est la base d’une vie en société. Aujourd’hui, malheureusement,certains partis de gauche ont oublié cette valeur fondamentale. Les riches peuvent vivre dans des endroits protégés. Les pauvres subissent la violence.

    0

    0
  10. suger dit :

    Je suis d’accord avec habitant et Gabriella sur les « expériences artistiques » menées sur le vécu des habitants de Saint-Denis, surtout par des artistes qui n’y résident pas ou qui n’y font qu’un bref passage. Quelle est alors leur légitimité ?
    J’ai toujours été choqué par ces pratiques qui ressemblent à une manipulation des inquiétudes et des espoirs des dionysiens. Cette position de « surplomb » de l’artiste qui se penche sur les quartiers en difficulté laisse une impression désagréable ?
    La question que je me pose, depuis des années, à chaque nouvelle initiative de ce type est : feraient-il les mêmes « expériences » dans les beaux quartiers ? S’adresseraient-ils de la même manière à des personnes de milieux privilégiés ?…

    0

    0
  11. georges dit :

    @Suger: expliquez-moi, les artistes, assosses, ONG,… qui interviennent partout en France et dans le monde seraient illégitimes parce que non résidents ?

    0

    0
  12. suger dit :

    @georges : la première préoccupation des ONG et des associations (quand elles sont responsables) qui interviennent sur un territoire est de s’appuyer sur des aides locales quand c’est possible et surtout de respecter la population locale. On apprend régulièrement que certains de ces organismes par irresponsabilité ou manque d’expérience connaissent des dérives inquiétantes.
    Mais ici il ne s’agit même pas d’ONG ou d’associations caritatives, mais d’artistes, ou prétendus tels, qui utilisent le matériau qu’est le vécu des habitants pour produire une « oeuvre ». Quelles sont leurs règles déontologiques ? En ont-ils ? Qu’est-ce qui encadre leurs pratiques ? Le fait d’être artiste n’exonère pas de ce cadre que tout psychologue, médecin, personnel administratif du secteur social, enseignant, …, doit respecter, surtout quand on s’adresse à des populations fragilisées par un environnement aussi dur.

    0

    0
  13. citoyen93 dit :

    @Bertrand
    La problématique soulevée en arrière plan est toujours la même.
    La ghettoïsation de certains territoires.
    Pourquoi à Saint Denis on doit subir les trafics, le deal et plus généralement l’insécurité et dans d’autres banlieues on se retrouve dans de véritables bonbonnières à cadres sup.
    Rueil Malmaison, Boulogne, Issy les Mx, Levallois sont de bons exemples.
    Les élus ont beaucoup de pouvoirs et décident ce qui doit être construit ou pas. Le résultat est que l’on a dans certaines banlieues des logements de standing et des bureaux et dans d’autres du logement dégradé avec une forte concentration de pauvres.
    C’est le fameux NIMBY (Not in my back yard) qui se traduit par « Pas de ça chez moi » .
    Le résultat est que les smicards vivent ou plutôt survivent dans des banlieues ravagées par la violence à plus d’une heure de transport de Paris dans du logement social dégradé ou alors à Saint Denis dans également des HLM en bout de course ou dans du parc locatif privé totalement pourri.
    A noter que Mathieu Hanotin ne dit rien sur cette problématique dans sa campagne.

    0

    0
  14. Gabriella dit :

    @Bertrand
    reprenons le texte :  » nous en avons assez de subir la violence au quotidien et avons décidé de reprendre le contrôle de nos vies »
    Il me semble que lorsqu’on crée un blog (ou un collectif) pour ne parler que de  » la violence subie au quotidien » dans une ville comme Saint-Denis, on la stigmatise ; attention le poids et le choix des mots sont très importants et si j’ai parlé « d’extrême et plutôt….droite c’est parce que j’ai déjà entendu entendu des phrases similaires chez des personnes qui « voteraient » à Saint-Denis pour l’extrême droite .

    En ce qui concerne la sécurité, je pense que nous sommes nombreux à ne pas croire que c’est une valeur d’extrême droite et je n’ai pas été du tout d’accord avec la municipalité qui dénonçait, il n’y a pas très longtemps les positions de gauche sur la sécurité comme « le tout sécuritaire ».

    @Georges
    Les non résidents peuvent aider parce qu’ils sont souvent un regard différent mais il peut y avoir, parfois, une forme de paternalisme qui peut être dérangeant et ingérant.

    0

    0
  15. habitant dit :

    @Sam, petite parenthèse suite (pot de départ des docteurs), faire un article… je ne veux pas non plus verser dans le nostalgique. Comme le Docteur Ménard a dit » Tout a une fin mais je reviendrai vous voir. » Evidemment, fidèle à son humour il a dit, « Maintenant, je ne fous plus rien, je suis à la retraite! » et elle est bien méritée!
    Simplement dire qu’hier il y a avait beaucoup de monde et que ça a duré toute l’après-midi. Le maire était là bien sûr. Cela a été appréciable qu’en cette période électorale, il a été bref dans le discours. Serait-ce aussi pour bientôt son départ à la retraite? Bizarrement, même s’il était réélu, je le sens pas faire six ans à lui tout seul. Mais c’est un autre débat…

    @Georges, pour revenir au sujet initial, je suis d’accord avec suger.
    Le manque d’inspiration artistique s’en fait sentir à ce niveau là à Saint-Denis. Pour la retrouver, il suffit de vivre à Saint-Denis et dans ses différents quartiers. Cela ne suffit plus de coller des affiches et surtout quand c’est pour demander des témoignages sur le vécu des habitants pour en faire un spectacle par exemple.

    0

    0
  16. suger dit :

    @citoyen93 : je ne comprends pas votre pique contre le candidat socialiste M.Hanotin. On peut émettre des critiques ou des doutes sur ses positions, mais certainement pas prétendre qu’il ne se préoccupe pas de ces questions.
    La sécurité et le rôle d’un maire dans ce domaine est un des thèmes majeurs de sa campagne électorale. Cela lui est d’ailleurs assez reproché par les partisans du maire sortant, qui considèrent que c’est à l’Etat de prendre en charge cette question et qu’un maire n’est pas responsable dans ce domaine.
    Et en ce qui concerne un des aspects de la dégradation du logement en banlieue, il a présenté et fait voter un amendement à la récente loi sur le logement et l’urbanisme pour donner aux municipalités un pouvoir de contrôle sur les propriétaires bailleurs, afin de lutter contre les « marchands de sommeil ».
    Je sais bien que nous sommes en campagne électorale, mais ce n’est pas une raison pour ne pas respecter les faits. Le débat s’en portera mieux.

    0

    0
  17. georges dit :

    @suger : ? ! ? ! ? !
    Bon eh bien c’est pas gagné !

    0

    0
  18. Sam dit :

    @habitant

    Pr Dr Ménard, bien reçu ton article mais j’ai coupé ce WE…du coup l’article est un peu obsolète.

    je mets à La Une l’article de Médiapart pr lui dire bonne retraite et merci pr son don de soi.

    @Tous

    Dans le cas de ce collectif, qu’est-ce qui permet à certains d’affirmer que les auteurs ne sont pas résidents à St Denis ? Là en l’occurrence j’ai cru comprendre qu’ils résidaient au 6B.

    Contrairement au projet dont parle habitant, cette initiative semble spontanée et non « expérimentale » ou « subventionnée » pour faire un « spectacle ». Tout autant que les travailleurs sur la commune St Denis, je ne vois pas pourquoi les artistes n’auraient pas la légitimité d’exprimer leur malaise face à cette violence avec leur propre mode d’expression.

    Mais c’est vrai que le message et la cible me paraissent personnellement ambigus, ce qui laisse libre cour à différentes lectures voire manipulations en cette période électorale…ce sujet est délicat et mérite d’être explicite, l’identité des auteurs dans ce cas précis doit être claire. Mais je comprends que les auteurs puissent craindre des représailles de la part de ceux qui préfèrent taire cette réalité…

    Par contre le message de l’affiche de Quarez est limpide !

    SCG-CollectifSacAMain-27012014.jpg

    0

    0
  19. suger dit :

    @georges : j’aimerais bien avoir un réel échange à propos de ces interventions d’artistes sur le vécu des dionysiens. Je suis justement en train d’écouter une émission (France Inter 9H-10H) avec Ernest Pignon-Ernest, un plasticien qui par ses dessins-affiches révèle l’histoire et la sensibilité des lieux où il intervient.
    Nous sommes là avec un artiste dont les oeuvres dérangent, car ses thèmes sont souvent douloureux, mais ne cherchent pas à choquer. Ses dessins interpellent , grâce à leur beauté, et permettent à tous ceux qui les voient de réfléchir. Il n’y a aucune agressivité à l’égard des habitants des quartiers où ils affichent ses oeuvres, mais au contraire une immense empathie. Là, oui, c’est gagné !

    0

    0
  20. citoyen93 dit :

    @Suger,
    Mathieu Hanotin a été aux abonnés absents lors des combats de SCG concernant les problèmes de toxicomanie et de sécurité sur le quartier de la gare.
    Sauf erreur, je ne l’ai également jamais vu aux réunions à la sous préfecture (Sam peut le confirmer).
    Je ne fais que le constater que cela vous plaise ou non.
    Que Monsieur Hanotin nous parle aujourd’hui sur son blog de « Rétablir la sécurité », pourquoi pas.
    Dans les faits, il a été totalement absent lorsqu’il a fallu se mobiliser pour dénoncer une situation inacceptable.
    Je me souviens être allé en délégation au commissariat de Saint Denis, un dimanche soir accompagné de Sam et d’adhérents de SCG. Je n’ai pas vu Hanotin (ni les autres élus) nous soutenir sur cette problématique qui semble t’il, aujourd’hui, dans sa campagne, est au coeur de ces préoccupations (comme par hasard).
    Quel a été son engagement sur ces questions avant qu’il soit député et candidat aux municipales ?
    La majorité municipale a été absente également sur ces combats. Je ne me souviens pas avoir vu un élu de la mairie nous accompagner et je ne parle même pas des élus de l’opposition totalement inexistants sur ces questions.
    C’est un constat objectif, sans complaisance pour l’élu X ou Y. Le fait est que lorsqu’on a eu besoin d’eux dans les moments difficiles aucun n’a répondu présent.

    0

    0
  21. Marion dit :

    Quarez a un talent d’affichiste indéniable.
    Le collectif sacamain devrait dire d’où il parle et avec quelles intentions ou pas, ce serait plus clair. « Mais je comprends que les auteurs puissent craindre des représailles des autorités locales » nous dit Sam. Hélas le constat est très juste : le climat s’alourdit terriblement sur le terrain au point que certains se terrent et se taisent….
    Suger a raison d’évoquer le cadre de travail et la déontologie des artistes. Ces derniers ne sont pas là pour dire la vérité à la place de la population, de l’instrumentaliser à d’autres fin avec la condescendance en prime. Le peuple de Saint-Denis subit au quotidien la violence des voyous mais aussi la violence diffuse, celle qui ne se voit pas. C’est quelquefois encore pire quand on voit la terreur s’exprimer dans les yeux de certaines personnes plus particulièrement exposées.

    0

    0
  22. Gabriella dit :

    @Citoyen 93

    Pour un meilleur éclairage, de quelle époque exacte datent les combats de SCG contre la sécurité et la toxicomanie ?

    0

    0
  23. Sam dit :

    Je crois qu’on s’écarte du sujet de cet article, ne mélangeons pas tout svp.

    @Gabriella

    Lien.

    @Tous

    Voilà ce qu’on peut lire sur les affiches, effectivement « Bienvenue à St Denis »…

    SCG-CollectifSacAMain-27012014.jpeg

    0

    0
  24. georges dit :

    Bravo Sam !!

    0

    0
  25. Bertrand dit :

    @Citoyen93
    Mathieu Hanotin a été présent lors de notre dernière manifestation « Ville dégradée, enfants en dangers » qui dénonçait la violence et le deal aux abords des écoles primaires de notre ville. Depuis qu’il a été élu député, il est venu à la réunion organisée par la préfecture (je crois qu’il n’y en a eu qu’une seule). Quant à son projet, je vous renvoie vers son livre qui est limpide sur les questions de sécurité et de mixité sociale. Avant d’attaquer, il faut se renseigner…

    0

    0
  26. Thierryb dit :

    A propos des graffitis, qui témoignent de ce qu’on peut entendre quand on demande une lutte contre l’insécurité: trouver ces affiches « racistes » c’est déjà la preuve d’un amalgame douteux que ne fait pas l’affiche. Les gens qui écrivent ça sont ou bien des candides, des aveugles qui ne voient pas ce qui ne vas pas, ou bien des cyniques qui acceptent ou justifient implicitement les vols avec violence.
    D’un autre côté, il peut s’agir de réactions sincères de gens qui se sentent floués par ces dessins; quand on entend des généralités stupides sur St Denis (et j’en entends parfois là où je suis ) on a envie de dire que la ville ce n’est pas ça, et la défendre. C’est complexe d’aimer et de critiquer, mais il vaut mieux être un peu de la ville pour le faire avec quelque légitimité. Ces affiches sont sûrement ressenties comme une intrusion (cf le commentaire de Suger il y a quelques jours).

    0

    0
  27. georges dit :

    @suger, je vous ai lu plus pertinent… mais je ne reviendrais pas sur les « prétendus artistes » et autres « illégitimes »… permettez-moi quand même quelques (dernières !) remarques et notamment celles sur Ernest Pignon Ernest (un artiste que je suis et admire depuis bientôt un demi-siècle). On peut effectivement être ébloui par la qualité de son trait et son dessin quasi hyperréaliste mais c’est justement ces qualités qui édulcorent son message d’autant que les thèmes retenus sont pour beaucoup illisibles (ainsi les extases montrées aux dionysiens au musée de notre ville). Par contre, le dessin « brut » de Quarèz (un vrai dionysien !) est un véritable uppercut et comme dit Sam limpide.

    0

    0
  28. Georges Sali dit :

    @citoyen93
    Grâce à vous je reprends un peu de temps pour parcourir votre blog et je vous en remercie même si tel n’était aucunement votre objectif.
    Je réagis à vos affirmations selon lesquelles aucun élu n’a soutenu les efforts de SCG : c’est évidemment faux. J’ai toujours été très attentif au travail accompli par Sam et l’association. Quant aux réunions en Préfecture, je n’en ai raté qu’une (je pense que Sam peut vous renseigner sur ce point). Enfin, je ne parle pas de mes innombrables interventions municipales depuis 15 ans sur le sujet (je dis bien 15) et qui m’ont valu d’être traité d’agent de l’extrême droite !
    Enfin, pour ce qui me concerne, je sais exprimer sur le blog un soutien à Sam là où d’autres passent un coup de fil qui ne laisse pas de traces. Courage, courage…
    Une chose est sûre : j’ai appris avec le temps qu’il y avait des profils politiques plus fréquentables que d’autres. Pour ne pas dire autre chose. Je vous laisse à votre hostilité sans doute naturelle.

    @suger
    je trouve votre réflexion intéressante sur les artistes en résidence dans les quartiers sensibles. Je ne parlerai pas d’illégitimité mais d’exigence de vrai lien durable et équitable entre les artistes en question et la population qu’ils côtoient. Cela ne doit pas être de l’immersion seulement mais de la vraie vie commune inspirant des oeuvres valorisantes pour les êtres humains qui sont assignés dans des quartiers déshérités et dont l’horizon personnel est largement bouché.
    Ce point est important et mérite d’être abordé selon moi.

    @Sam
    Sur la campagne sac à mains, en effet, ce genre de démarche doit être assumée par leurs auteurs. Sinon, il y a un risque d’interprétation erronée des objectifs poursuivis. Vous avez raison de souligner que SCG a agi courageusement à visage découvert contre l’insécurité. Encore une fois : il y a ceux qui ont du courage et ceux qui n’en ont pas.

    0

    0
  29. citoyen93 dit :

    @Bertrand
    Sur les problématiques de sécurité, L’engagement de Monsieur Hanotin est nouveau car dans les années 2008 à 2011, je n’ai pas souvenir de l’avoir vu.
    Quant à son livre, j’attends de voir.
    François Hollande en a écrit un également juste avant les présidentielles « Le rêve français ».
    On en voit le résultat aujourd’hui.
    Puisqu’il est question de bibliographie, je vous renvoi à un excellent ouvrage de la sociologue Monique Pinçon Charlot « La violence des riches » et vous aurez un petit aperçu des renoncements d’Hollande.
    @Georges Sali
    Oui je me souviens vous avoir vu aux réunions et être effectivement actif sur les questions épineuses relatives à la sécurité.
    Un grand merci pour votre soutien à Sam.

    0

    0
  30. Sam dit :

    T’in je devrais même être incarcérée cette fois-ci car là je récidive « zéro pointé en modération » puisque certains commentaires hors sujet n’auraient jamais dû être publiés…

    Bon je rentre d’une longue journée bien remplie, laissez moi le temps de souffler et je vais essayer de recadrer tout ça et je vais être très « limpide » promis 😉

    Mea culpa pour la tournure que ça prend 🙁

    0

    0
  31. Bertrand dit :

    @Citoyen93
    Je vous parle du livre de Mathieu Hanotin et vous me répondez sur le bouquin de François Hollande. Quel est le rapport ? M.Sali a été président du comité de soutien à François Hollande, l’attaquez-vous sur ce point ?
    Un peu de recul. Les enjeux sont ici locaux. Lisez le livre de M.Hanotin et nous en reparlerons ensuite.

    0

    0
  32. popita dit :

    Depuis le temps que le 6b est installé dans le quartier, c’est tout à leur honneur que sur les 150 têtes résidentes, certains investissent leur environnement comme support de travail. Même si les moyens mis en oeuvre manquent de subtilités aux yeux de certains , cette démarche est une main tendue vers les voisins, une tentative de rencontres, de « diffusion » … nettement plus appréciable que les concerts de tecno-électro-trucs bizards parigo, un peu hors contexte à mon goût :).
    Le sujet de l’insécurité reste un thème super méga glissant et polémique, mais ce qui est sur c’est que la prise de risque est toujours payante, et à St Denis faut pas lésiner sur les moyens 🙂 !

    0

    0
  33. Traz dit :

    @ Sam : tututut !!! Pas de mea culpa !

    Tu t’es toujours battue comme une hyène pour nous, pour Saint Denis, pour faire évoluer les choses alors HAUT LES COEURS !!!!

    0

    0
  34. Sam dit :

    @Tous,

    L’article en question concerne l’initiative du collectif « sac à main », je ne comprends pas pourquoi certains essaient de mettre en opposition « les courageux » militants de SCG et « les non courageux » artistes…cela me semble contre productif.

    Quarez fait partie du collectif et il a choisi de signer en son nom propre, les autres artistes semblent sincères (j’ai échangé avec eux via facebook) mais ne connaissent peut-être pas suffisamment la ville. Peut-être que c’est la première fois qu’ils traitent d’un sujet tel que l’insécurité. Alors, laissons leur le temps d’apprendre, de trouver leur voie et le ton juste.

    Après, pourquoi j’ai le sentiment que certains veulent régler les comptes Hanotin/Sali à travers SCG et ce blog. Si certains élus et personnalités choisissent de m’écrire ou de m’appeler pour cette « mise en examen », je suis la seule à pouvoir juger de leur sincérité. J’ai trouvé Mr M. Hanotin aussi sincère que Mr G. Sali, Mr le député a tenu à me le dire de vive voix et cela m’a touché. « Point barre ».

    Par ailleurs, certains militants ont essayé de récupérer cette histoire de mise en examen pour siphonner notre réseau, lancer un appel aux dons et m’enfermer dans le rôle d’une victime du système « Paillard & Co »…nous avons appris avec le temps à distinguer « les sincères » et les « intéressés », les masques tombent…alors non merci. 

    Notre indépendance est notre force et notre sens des responsabilités est de notoriété publique. Nous avons commis une erreur que nous ne pouvons nier, nous saurons prouver notre bonne foi…et nous sommes certes victimes mais de notre amateurisme.

    SCG a mené un combat militant aussi pugnace soit-il depuis environ 5 ans avec comme unique objectif l’amélioration du cadre de vie dans notre ville. 

    SCG a été contrainte de combler un grand vide laissé par les élus locaux toutes tendances confondues. Lors des rencontres avec les pouvoirs publics, nous avons systématiquement rappelé que nous faisons ce travail de fond car personne ne le faisait. J’ai personnellement toujours dit haut et fort que ce travail de fond n’était pas notre boulot, que nous allions continuer à le faire à court et moyen terme pour faire avancer le shmilblik…mais avec objectif de ne plus devoir le faire à long terme. 

    Bref, nous ne pouvons pas continuer à être sur tous les fronts et nous espérons tout simplement qu’en cette période décisive que la prochaine équipe municipale jouera pleinement son rôle. Notamment auprès de TOUS les pouvoirs publics et en capitalisant sur le travail et la méthode initiés et éprouvés par SCG. Il n’y a pas de fatalité, pugnacité paie tôt ou tard.

    Se demander si tel ou tel élu était présent à telle ou telle réunion, est-ce vraiment pertinent pour mesurer l’action des élus ? La véritable question est combien étaient réellement sur le terrain ? 

    Pour moi un seul mérite tout notre respect c’est Mr S. Peu. Cet élu a bossé, a pris les coups, était le seul à être sur le terrain et prenait notamment pour les autres « bras cassés » (suivez mon regard…) de son équipe. Les problèmes sont loin d’être réglés et nous ne sommes pas toujours contents de certains de ses choix (notamment le nombre d’HLM avec le programme PNRQAD)…mais le bonhomme est un homme de dialogue et d’ouverture, il s’interroge et a maintes fois pris ses distances par rapport à l’équipe municipale notamment en matière de vidéosurveillance. Je comprends que Braouezec le craigne…

    Quant à Mr Sali, il a toujours répondu présent à toutes les réunions avec le préfet quand il était invité. Il a eu des interventions pertinentes et constructives notamment sur la question de vidéosurveillance. Il est indéniable qu’il connaisse parfaitement ses dossiers et n’a jamais cherché – contrairement à d’autres – à faire des coups d’éclats. Il avait toujours respecté les habitants participants et avait toujours fait preuve d’une écoute active et bienveillante. 

    Mr le député M. Hanotin a réagi très justement en saisissant le maire et le ministre de l’intérieur l’été dernier 2013. Action que nous avons salué. Le résultat fut décevant, mais là il n’y peut rien. Valls qui répond « très politiquement » en évoquant « le sentiment d’insécurité »… Réduire notre réalité à un sentiment est juste insultant. Avant cela, Mr Hanotin n’avait pas de légitimité pour agir sur notre secteur.

    Bref, on est en droit de s’interroger tout de même : comment en quelques années une poignée d’amateurs, dont je fais partie, ont réussi à faire plus de buzz et à initier plus d’actions qu’aucun acteur de la vie publique de Saint-Denis ? Mon point de vue est simple, une légitimité ça ne se décrète pas, ça se gagne !

    Alors aux différents candidats, agissez, communiquez, prenez des initiatives et obtenez des résultats et alors oui le verdict des urnes vous apportera votre récompense.

    Alors, c’est « limpide » ? 😉

    0

    0
  35. habitant dit :

    Bravo pour ton éthique Sam! 😉
    Ce débat a aussi permis de parler d’autres initiatives « artistiques » en matière d’inspiration qui se veulent « rendez-vous en terre inconnue » sur tel ou tel quartier, cité de Saint-Denis .
    Pour revenir à la première affiche, pour ma part, ce n’est pas l’anonymat qui me gêne. Des œuvres anonymes, il y en a dans les musées, les bibliothèques, les rues ( street art) … parfois percutantes quand le message (si message il y a) passe.
    Là, le trait grossier, le stéréotype du « jeune homme à capuche »… peut aussi choquer quelque soit l’intention de l’auteur.

    0

    0
  36. Gabriella dit :

    Sam

    Vous vous battez depuis des années pour notre belle ville de Saint-Denis et pour les dionysiens et moi je vous dis : CHAPEAU BAS !!

    0

    0
  37. karima dit :

    Bonjour Sam,
    Je te félicite pour ce petit compte rendu sur nos élus.
    J’ai toujours été avec toi pour tes actions et je continuerais, car je sais que notre ville bougera grâce à des associations comme la tienne.
    Continue ton combat avec SCG, Le but est peut être que tu arrêtes !!!!

    0

    0
  38. Sam dit :

    Merci ma belle !

    T’es également tombée du lit 😉

    Moi je rédige ma prose à mon avocate, pas mal non comme petit dej’ 😀

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *