Compte-rendu des Habitants – Démarche quartier Du 1er juillet 2009 – Aménagement de l’îlot Condroyer

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Charly dit :

    Stéphane Peu a également parlé de la démolition de l’ancienne cuisine centrale pour la rentrée. En tout cas le permis de démolir est déposé nous a-t-il dit.

    l’actuelle Halte jeu sera égalment démoli ( et peut-être reconstruire dans le quartier de la Gare, car aujourd’hui la Mairie estime que Crèche et Halte jeu remplissent les mêmes fonctions)

    En revanche je ne me souviens plus, quel sera le sort de la PMI est-ce que quelqu’un a été plus attentif que moi.

    0

    0
  2. Charly dit :

    Une petite précision quand même, un point que je trouve particulièrement positif : C’est la mise en valeur par ce futur square, de l’ancienne sous-prefecture de Saint-Denis ( derrière la Poste République), une trés belle maison bourgeoise.

    Le Bâtiment qui abrite la Poste République ainsi que la « maison de maître » et le terrain sur lesquels ils sont bâtis, sont la propriété de la Ville de Saint-Denis.

    Aujourd’hui cette demeure bourgeoise, en plein coeur de ville, héberge les locaux de l’association  » Communiquer à Saint-Denis » qui édite le JSD….. et l’association « Farandole » (subventionné par le conseil général 93) qui à pour objet d’ organiser et d’animer des ateliers de découverte des arts et des métiers auprès denfants et adolescents placés en foyers daccueil.

    0

    0
  3. Sam dit :

    Voici un post de G. Sali l’élu socialiste sur le sujet :

    « Lors de la récente séance du Conseil municipal a été abordée la question de l’aménagement de «l’Ilot Condroyer». Cet espace de terrain, resté si longtemps en friche, se trouve entre la Poste République, la cité Franklin et le couvent des Ursulines. Les anciens se souviennent de la présence du cinéma l’Ile de France et aussi d’une salle de bal… le tout démoli depuis.

    Cet endroit est évidemment lourd d’enjeux pour notre centre-ville. Nombre des opérations de rénovation qui ont été menées jusqu’à présent n’ont pas été concluante. Je passe sur la ZAC Basilique… Contentons-nous du projet, récemment réalisé, dit «des places», qui a coûté une véritable fortune au contribuable. Ce projet qui avait vocation à rénover le « cœur de ville » (que n’a-t-on été bombardé de communication sur ce thème durant le précédent mandat municipal…), est loin d’être une réussite en regard des espoirs qu’il portait. Concrètement, tant la dimension végétale que la présence de l’eau en sont absentes. C’est le prix du refus de la démocratie participative dont le déroulé initial avait pris en compte ces préoccupations… que M. Brouezec, alors Maire, s’est empressé de rejeter.

    Le contexte de dépérissement de très nombreux immeubles en copropriétés, aujourd’hui largement dégradées, la suroccupation de logements mal équipés, la présence de nombreuses situations de squat,… rend l’espace public, notamment la rue de la république, de moins en moins attrayant. Un commerce qui continue de se déqualifier, la vente à la sauvette qui se développe, la présence de trafics divers,une ambiance trop souvent dégradée avec, hélas, de nombreuses altercations violentes, voire agressions… le paysage est aujourd’hui plutôt négatif.

    C’est en ce sens que «le cœur du cœur» du centre-ville que peut constituer «l’ilôt condroyer» devrait être pris en compte par MM. Braouezec, Paillard et Peu en charge du sujet. Un espace dédié à la nature, à la vie sociale pour tous, à la présence d’un équipement culturel majeur, comme une salle de qualité pour le Conservatoire, devraient être des pistes à travailler avec la population. Ce dernier point devrait d’ailleurs pouvoir être mis en œuvre puisque la décision du Maire de procéder au déclassement de l’espace boisé impose une concertation avec les habitants. Nous verrons bien si cet engagement sera tenu, non pas dans la forme, mais dans le fond.

    Pour ma part, je serai extrêmement sceptique. D’abord parce que l’expérience montre que les élus en charge (op. cit.) se moquent éperdument de l’opinion qui ressort des débats publics. Ensuite, parce que les projets d’aménagement sont bien avancés avec le promoteur COGEDIM. L’examen du projet ne laisse aucun doute : au-delà de la reconstitution de la crèche et d’un jardin pour les tout petits, il s’agira de construire une énième résidence en partie en locatif social et une autre en accession à la propriété. Le modèle peut être visionné en grandeur nature avec l’ensemble Péri-Carnot-Fontaine. Allez dialogue avec les habitants de cet ensemble, dans la rue Fontaine et vous verrez ce que cela peut donner en efficacité de gestion et de qualité de vie pour les résidents. L’exemple même de l’erreur d’aménagement urbain ! Et l’erreur, en l’occurrence, n’est pas de se tromper (ce qui peut arriver même lorsqu’on est bardé de bonnes intentions) mais c’est l’aveuglement qui veut que l’on persiste à se tromper… à moins qu’il ne s’agisse que de cynisme. »

    En clair, il n’est à l’évidence aucunement dans l’intention des élus décideurs, MM. Braouezec, Paillard et Peu, de saisir la chance que représente la disponibilité de ce terrain en hyper centre pour réaliser un projet ambitieux dont la diversité de notre population pourrait s’approprier la richesse sociale et culturelle potentielle.

    Le débat en Conseil Municipal ne laisse, hélas !, aucun doute sur ce point. »

    http://georgessali.fr

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *