Compte rendu des habitants – Réunion du 19 décembre avec le Préfet de la Seine-Saint-Denis

Vous aimerez aussi...

11 réponses

  1. Sam dit :

    Merci AnthonyC pour ce compte rendu de qualité !

    Chaque fait remonté dans notre synthèse passe au peigne fin par les différents services. Et chaque point est suivi par les différents services de l’Etat (préfecture, sous-préfecture et Police)…

    Ahhhhh, si nos chers zélus de tous poils pouvaient en prendre de la graine …

    Allez bonne année à nos zélus en espérant qu’en 2012 ils seront d’avantage sur le terrain…et pas uniquemet pour les échéances électorales.

    0

    0
  2. thierryb dit :

    La police municipale recrute comment ? On doit attendre de ces gens-là une autre attitude devant l’incivilité que l’acceptation du fait accompli ! C’est comme si un médecin vous disait qu’il ne sert à rien de soigner votre bronchite, de toute façon vous allez en attraper une autre vu votre hygiène de vie. Et la prévention ? Et la répression sans faiblir devant le stationnement anarchique? C’est possible ailleurs, et pas ici ? Si ce responsable (tu parles!) en appelle aux citoyens eux-mêmes pour faire la police, je suggère qu’il abandonne aussi ( comme son absence de stratégie le prouve ) son salaire à ceux -là, ils payent des impôts locaux.

    0

    0
  3. sarah dit :

    quelle est la position du préfet sur les expulsions pendant l’hivers ?

    0

    0
  4. Ignace dit :

    Je vis au centre ville depuis 10 ans, et rue de la république depuis un an. Cela fait un an que plus personne ne dort correctement dans la famille. Notre chambre, comme celle des enfants, donne sur la rép et il n’y a pas une nuit sans désordre. Disputes, hurlements de toxicos, interpellations à distance…motos, voitures. Il paraît que les habitants de la gare dorment mieux aujourd’hui, mais centre-rép c’est la débandade…. un exemple récent : avant hier, 3h30 du matin, un couple se dispute sous mes fenêtres, ça hurle. Réveillé, j’interviens de ma fenêtre. Je demande énergiquement le silence. Je me fais copieusement insulter par le monsieur (et ma mère avec !). La dispute reprend. Le sang me monte à la tête, mais je tiens bon, j’insiste et demande encore le silence. De nouveau, insultes. Rebolote. J’insiste. La femme s’en va, il la suit. C’est fini. Ca a duré 10 minutes. J’ai la tête à l’envers et l’envie d’en découdre, tout le monde est réveillé dans la maison. Et personne ne peut rien faire pour nous. Un vulgaire fait divers qui n’intéresse personne mais qui en dit long sur l’ambiance ecoeurante qui règne toutes (toutes) les nuits dans cette affreuse rue. La violence ne naît pas de nulle part ; elle se construit avec le temps. Et plus ça va, plus j’ai la rage de ne pouvoir rien faire. Les nuits passent et se ressemblent. Les réunions avec le préfet se suivent et mes nuits se ressemblent. Les défilés de toxicos qui déambulent du matin au soir sous mes fenêtres, à brailler ou à fumer. Au moment où je vous parle, il est 22h45, je les entends hurler dans la rue, et mes enfants dorment. Demain, ils devront rester concentrés pour écouter la maîtresse. Là, on ne peut rien faire, si ce n’est encaisser, supporter cette intolérable situation…!

    0

    0
  5. Sam dit :

    @Ignace

    Toutes les « nuisances » rue de la Rep’ ne sont pas récentes et ne peuvent être mises sur le compte du déplacement du crack , il y a de multiples facteurs. Leon peut en témoigner.

    Je doute que les riverains des rues A. Delaune et E. Renan – quartier gare – « dorment mieux »…Josy (rue E. Renan) excédée vient de laisser un commentaire à ce sujet.

    Ces « réunions avec le préfet se suivent » effectivement depuis plus de deux ans. Elles ont permis de pacifier plusieurs secteurs même si tout n’est pas réglé. Par exemple, Fabye (secteur des chaumettes) m’a informé ce WE que ça allait mieux : la pression de la préfecture sur la parking République commence à donner ses fruits. Les accès au parking ne seraient possibles qu’avec la carte de parking même en journée. Ce qui permet de dissuader les toxicomanes de s’introduire dans ce lieu. 

    J’entends ton désarroi et suis personnellement très touchée. Mais je ne peux pas laisser entendre que ce travail – qui nous coûte une énergie folle et un temps au détriment de notre vie personnelle et familiale – ne sert à rien.

    C’est un peu tard de nous faire part de ces difficultés avec autant de détails. Pourtant nous avons bien diffusé l’info concernant la dernière réunion par mail et via ce blog. Janet aurait pu également participer à cette réunion à nos côtés si elle le souhaitait.

    En tout cas, je te conseille de contacter rapidement et directement la préfecture de police au 0800 00 69 28 (Mr FATA, un des bras droits de Mr Lambert) – comme nous sommes plusieurs à le faire – afin de témoigner et exprimer cette situation inacceptable. Tiens-nous au courant pour appuyer ta démarche si besoin.

    0

    0
  6. Ignace dit :

    Le travail, l’investissement et le sérieux de l’association n’est pas visé dans mon message… je respecte beaucoup votre travail, vous remercie et compte encore sur vous pour continuer à agir en faveur de l’amélioration des conditions d’existence dans notre ville. Toutefois, je maintiens ma position. La présence du crack dans notre rue est un facteur agravant qui génère des « nuisances » incontrôlées, imprévisibles à toutes heure du jour ou de la nuit. Et, je te passe les détails… mais c’est écoeurant. A tel point que je crains pour la santé de mes enfants que je dois rassurer, rusant sans cesse pour dédramatiser, au risque de banaliser. On supporte cela depuis trop longtemps. Enfin, je n’irai pas au 0800 ; qu’il se donne lui-même les moyens de voir ce qu’on voit au quotidien. qu’il vienne entendre, et goûter par lui-même à cette violence quotidienne qui s’accapare nos jours et nos nuits. Et puis, je crois que le 0800 est déjà un peu au courant, non ?

    0

    0
  7. Sam dit :

    @Ignace

    Oui ils sont au courant mais n’ont certainement pas autant de détails.

    Sinon, on organise le samedi 28 janvier prochain un évènement festif sur l’espace public à l’angle rue des Chaumettes/rue de la Rép (à l’image de ce qui a été fait il y a deux ans rue Fontaine) pour mettre un coup de projecteur sur les difficultés des riverains afin de mettre les pouvoirs publics face à leurs responsabilités.

    Courage !

    Des Bises à toute la tribu

    0

    0
  8. Fabye dit :

    Sam, j’aurai aimé confirmer ce que je t’avais dit. C’était effectivement un peu plus calme quand je suis rentrée fin décembre, j’en ai trop vite conclu que le gérant du parking Vinci avait pris les choses en main et avait fait changer le système de fermeture des portes. Mais non pas de changement de ce côté là. Hier les toxicomanes étaient là et nombreux, ils se disputaient. Ce matin, la rue était très sale car ils s’en étaient pris aux poubelles. Je suis rentrée chez moi vers 12h et là un toxicomane gisait sur le sol. Les pompiers et la police sont intervenus et l’ont placé sur un brancard. Je ne sais pas s’il était toujours vivant.
    C’est dur et triste et révoltant.

    0

    0
  9. Sam dit :

    @Fabye

    C dur mais il faut tenir bon et continuer à se battre. On se concentre sur l’organisation de la galette du 28 janvier !

    On va faire du  bruit pour vous soutenir on vous le garantit.

    Bises ma belle !

    0

    0
  10. JOSY dit :

    bonjour
    toujours de la prostitution des rooms en face de l’église devant le tabac sur le trottoir ???
    toujours des vendeurs de cacahuettes CD etc… devant le commissariat à la gare ???
    toujours rue ERNEST RENAN des vendeurs de drogue et canettes sur les trottoirs
    que fait M. Le Maire ???
    Merci c’est urgent

    0

    0
  11. lolo dit :

    Je sais que le sujet est ancien, mais je pense qu’il est important de le dire. J’habite dans le quartier Pleyel et de nombreux véhicules ont pris l’habitude de se garer en double file, sur les trottoirs ou sur les intersections. Pourtant, tous les immeubles d’habitation et de bureaux ont des parkings de taille suffisante pour garer les véhicules et il y a suffisamment de place non payante pour tous les autres véhicules. A chaque démarche quartier nous réclamons une verbalisation systématique de ces véhicules. L’argument de l’adjoint au maire pour ne pas le faire est le suivant: nous ne pouvons verbaliser que les véhicules en défaut de paiement, un jour le stationnement sera payant dans votre quartier, nous pourrons verbaliser.
    Ce samedi (jour de match de rugby), la police municipale a verbalisé dans ma rue à la chaine tous les véhicules mal stationnés, sur la route, sur les trottoirs, comme quoi quand ils ont pour ordre de le faire, ils le font.
    A noter que lorsqu’on demande à un agent de la police nationale de le faire parce qu’ils sont dans le coin, il disent non au début, puis une fois qu’on leur a demandé leur numéro de plaque, ils s’exécutent.

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *