Contre les fumées toxiques à la Gare !

Vous aimerez aussi...

44 réponses

  1. Jean marc dit :

    Un vent se lève, une nouvelle ère pour notre ville.

    5

    0
  2. Gaspard dit :

    C’était chouette, le combat contre les odeurs de la Saria entre 2001 et 2006 ! Je venais d’arriver à ST Denis, et l’enthousiasme (et la naïveté) était au rendez vous…

    5

    0
  3. Suger dit :

    Puisqu’on parle de toxiques, on pourra découvrir d’autres joyeuses molécules chimiques dans le dernier documentaire réalisé par des auteurs dionysiens sur les perturbateurs endocriniens : « Demain, tous crétins ? »…

    Diffusé ce samedi soir 11 novembre sur Arte (et pendant 2 mois en replay).

    Pour ne pas trop plomber le moral et laisser les spectateurs avec un sentiment d’impuissance, a été aussi réalisé un site avec plein de conseils concrets pour limiter les risques : https://www.demaintouscretins.com/

    5

    0
  4. goldo dit :

    je retransmets mot pour mot le sms que j’ai reçu ce matin d’une de mes voisines, parent d’élèves (école quartier confluence)
    « ce maire est désespérant, il est passé a l’école hier à 16h et des parents d’élèves lui ont demandé ce qu’il comptait faire pour les brochettes, il a clairement dit qu’il ne pouvait rien faire avant 2 ans avant la livraison de la nouvelle gare et que ce serait bien d’émouvoir la gare. »

    Voilà il se fout carrément de nous. Qu’a-t-il dit au journalistes, pas du tout la même version.
    Que va t-il falloir faire pour finir par se faire entendre ?

    5

    0
  5. Suger dit :

    Il faut signaler le zèle formidable des services de nettoyage de Plaine Commune…… quand il s’agit d’affiches d’associations !

    13

    0
  6. M.Ribay dit :

    Vrai grand sujet.

    Sur ce point rien ne se réglera sans une présence quotidienne de la PM assistée de la PN et inversement pour empêcher toute installation. Les interventions ponctuelles ne sont pas à la hauteur du pb pour preuve la persistance du désordre et la nature des produits vendus ne cessant de se diversifier.

    A défaut d’une présence sédentaire de la PN réclamée (poste de police dans une gare de cette ampleur en IDF) la présence statique et quotidienne d’effectifs de police sur le parvis est impérative.

    3

    1
    • Babeth dit :

      Ce n’est pas un « grand sujet »mais simplement du vécu au quotidien par la population et les usagers de la gare. Sans volonté municipale, il n’y a pas de chemin, et vous le savez très bien : PN certes mais aussi PM dirigée efficacement et en nombre suffisant, vidéo surveillance avec des caméras en nombre placées là où il le faut et gérées correctement par un véritable centre de contrôle.

      Votre majorité ne risque pas de résoudre cette grave situation introuvable ni même imaginable ailleurs, car elle l’a sciemment installée pour faire laboratoire (obsession de P. Braouezec avec des universitaires complaisants, projet surr la cuisine de rue). Qui peut prendre actuellement au sérieux la mairie de Saint-Denis sur ce sujet, d’autant plus qu’il s’est étendu un peu partout dans le centre-ville (Bbq sauvages et vendeurs à la sauvette) ?

      Vous pleurez les conséquences des causes que vous chérissez. Je n’aime pas vos larmes de crocodile ni votre pseudo-compassion à l’égard des habitants du quartier dont vous êtes en charge. Englué dans un système pervers que vous soutenez depuis si longtemps et que vous avez encore défendu avec acharnement en 2014, ayez au moins la décence de ne pas nous prendre pour des imbéciles, car « rien ne se réglera » sans une ferme volonté d’agir, donc une mutation idéologique profonde.
      Puisqu’elle est pourrie jusqu’à l’os, notre unique espérance demeure dans l’éviction cette municipalité, la vôtre, en 2020.

      6

      0
      • M.Ribay dit :

        Le quotidien est un vrai « grand » sujet. On peut le formuler comme vous voulez ça reste une majeur à mes yeux et c’est la réalité.

        Oui, il faut une ferme volonté d’agir. Oui il faut que cela soit conçu comme une priorité. Et donc que les forces de la police municipale soient concentrés sur ce « vrai grand sujet ».

        Vous considérez que la municipalité est, selon vous, « pourrie jusqu’à l’os ».
        Et que cette situation a été  » sciemment installée pour faire laboratoire ».
        C’est votre point de vue. Votre interprétation politique de la situation.
        D’autres existent.

        Ma préoccupation concernant le sujet n’est pas d’en faire l’exégèse mais d’affirmer ce qu’il est nécessaire pour y mettre fin.

        A ce stade cela consiste à dire, répéter et redire encore ce qu’il faut pour résoudre cette question : en faire une priorité.

        Ni larmes de crocodile. Ni compassion. Je suis aussi , comme vous, un usager de cette gare.

        Cordialement,

        0

        6
        • Babeth dit :

          Chacun appréciera la duplicité de M. Ribay dans sa réponse :
          P. Braouezec clame sur tous les toits conjointement avec quelques universitaires complaisants que Saint-Denis est un laboratoire pour la France du futur, et M.Ribay a le culot de me rétorquer : « c’est votre point de vue ».

          Par conséquent, le commerce sauvage à la gare et ailleurs dans le centre-ville fait intégralement partie de l’expérience pseudo-scientifique dont nous sommes les cobayes. Sans sourciller, MR prétend « qu’il est nécessaire d’y mettre fin »et « en faire une priorité ».
          Ce double discours qui ne permet pas aux habitants de la gare de s’en sortir est bien pire que du foutage du gueule, car il est de nature perverse.
          Cette double contrainte est destinée, non seulement à nous enfumer dans tous les sens termes, mais à nous pousser à bout, et nous dégoûter de la ville pour que nous la quittions. Ainsi la majorité, à laquelle il est intrinsèquement liée, pourra davantage ghettoïser Saint-Denis.

          1

          0
    • Azzedine dit :

      Bonjour.

      Je n’ai pas pu me rendre à la gare ce soir la avec regrets.
      M. Ribay, quand je vous lis, je suis profondément déçu. Il y a un réel problème dans cette majorité municipale. Et j’ai l’impression que vous refusez de le voir.
      Vous dénoncez cet état de fait. Mais vous êtes conseil municipal et vous voyez comme nous l’inaction de vos collègues.

      Réclamer ce n’est pas agir. On ne parle pas en semaines ou en mois. Ça fait 4 ans…. Donc, je veux bien qu’on parle de moyen. Mais cela fait des années que ce phénomène.
      Et la, on a P. BRAOUEZEC qui vient nous vendre le revenu contributif en citant les cuisines de rues… La concomitance des événements est très malheureuse….

      Je connait déjà la stratégie des élus municipaux:
      – Aggravation du phénomène durant l’année.
      – Etude auprès d’une association bidon.
      – Action avant les élections de 2020. Je prédis une action massive mais pas avant fin 2018.
      On a la preuve que ça peut marcher car pendant l’euro, on a pas vu les vendeurs ambulants. Que faudrait il faire?? Un Euro permanent?? Attendre 2024 pour agir???

      Que le vouliez ou non, cette situation est voulu. S’il n’y a pas de complicité, il y a une complaisance forte…. Le projet de cuisine de rue porté par une association est toujours d’actualité (Cf. dernier CM)
      Le courage politique… C’est P. CARO qui l’a eu. Il dénonce la politique municipale dont vous faites parti. Cette politique est contre ses habitants, et c’est terrible car la population de la ville n’est pas riche et surtout vulnérable. Pourquoi lui ajouter des difficultés sous prétexte de la solidarité… Solidarité entre les pauvres uniquement.
      Je ne vois en RIEN sur les actions municipales des actions profondes en faveur des habitants.Démontrez moi le contraire. Dites moi que la situation des habitants est meilleur qu’en 2014…

      PS: Dans le microcosme dionysien, cette situation est peut être vécu comme un épiphénomène. Mais je vous assure que l’image de Saint Denis (cher L. RUSSIER) est déplorable. Arrêter de vous regarder le nombril. Les habitants de la ville souffrent de cette mauvaise image (travail, relation extérieur, etc….).

      15

      0
  7. goldo dit :

    leurs actions c’est simplement pour faire semblant, nous faire croire qu’ils agissent. Dans cette ville tout est toxique, on n’est jamais tranquille, là, en, ce moment nous avons un groupe d’individus qui sont sous nos fenêtres à l’abri sous un porche en train de jouer du tam tam. là nos fenêtres et volets sont fermés mais imaginez l’été car ce n’est pas un fait nouveau. police municipale appelée. réponse aucun effectif de disponible ils sont tous a la braderie du centre et moi je rajoute au stade de France, oui c’est ca. ca veut dire que pendant ce temps là tout le reste de la ville est ignorée. vraiment il fait bon vivre à st Denis,je suis sûre que plein de gens nous envient.
    Et si encore ils jouaient bien, mais comme ils sont bourrés, ca ressemble à n’importe quoi.

    6

    0
  8. Malavois dit :

    Tout d’abord, il faut bien comprendre qu’il existe une vraie tolérance, bien sûr du côté de la préfecture, mais aussi et surtout du côté de la municipalité au sujet de cette « cour des miracles » qui s’est instaurée, depuis moins de quatre ans, en lieu et place du parvis de la gare RER de Saint-Denis. 80 000 voyageurs chaque jour, oui vous avez bien lu, c’est le chiffre avancé par le maire PCF, Laurent Russier, lui-même, concernant la fréquentation quotidienne de cette gare. De fait, il me paraît évident que tant que la municipalité actuelle de Saint-Denis restera dans la croyance que cet état de gêne insuportable qui est occasionnée aux usagers de la gare ne l’empêchera pas pour autant d’être réelue, Russier en tête, aux prochaines municipales, alors rien, absolument rien ne changera pour le parvis de la gare RER. Et pourtant, avec 80 000 usagers de la gare SNCF, ça doit en faire un sacré « paquet » de mécontents qui eux ne manquerons pas de peser lourdement dans la balance, lors des prochaines élections à venir …

    4

    0
  9. Marcel dit :

     » avec 80 000 usagers de la gare SNCF, ça doit en faire un sacré « paquet » de mécontents qui eux ne manquerons pas de peser lourdement dans la balance, lors des prochaines élections à venir … » dixit
    Certes, oui … pour les Dionysiens concernés susceptibles de voter !
    A noter et rappeler cependant une constante en matière électorale : d’une part que l’actuelle majorité municipale pseudo communiste et alliés n’ a été élue en 2014 qu’avec 181 voix de plus, et d’autre part qu à peu près 9000 votants fidèles et/ou obligés seulement suffisent sur le nombre d’ habitants pour gagner les municipales à venir.

    1

    0
  10. Houari dit :

    Ça va s’aggraver à partir d’aujourd’hui. Le paquet de cigarettes augmente de 30 centimes et il sera bientôt à 10 euros. Conséquences. Le nombre de vendeurs de marlboro va exploser

    0

    0
  11. Malavois dit :

    @ Marcel : non, la situation n’est pas bloquée. C’est simplement qu’on ne peut que constater que L. Russier fait le choix de scier la branche sur laquelle il est actuellement assis, à la tête de la municipalité de Saint-Denis, alors même qu’il n’a pas encore été élu maire par les électeurs Dionysiens. Car, il ne faut pas oublier que le dernier maire élu de Saint-Denis, D. Paillard, n’avait été réelu qu’avec seulement un peu plus de 200 voix d’écart aux dernières élections municipales, alors qu’il avait pourtant une bien meilleure assise politique et un charismatisme autrement plus avéré que celui de L. Russier. Autrement dit, la tolérance dont fait preuve L. Russier à l’égard des nuisances occasionnées par les trafics incessants et en tout genres sur le parvis de la gare SNCF, son entêtement à ne pas prendre en compte la situation d’urgence actuelle et à réagir en conséquence, à ne pas entendre le ras-le-bol grandissant des riverains et usagers de la gare (80 000 voyageurs par jour), revient tout simplement à adopter une attitude politiquement dès plus suicidaire de sa part.

    9

    0
  12. goldo dit :

    Mais, mais oui ,les personnes qui n’habitent pas st Denis mais qui par exemple y travaillent comme une de mes collègues qui est psychologue a CAP emploi m’a dit « mais c’est une torture de vivre a st Denis, déjà d’y travailler ce n’est pas la joie ». oui monsieur Paillard était quand même plus prêts de ses habitants et il répondait au courrier, ce que ne fait pas monsieur Russier. moi je pense qu’ils savent qu’ils ne seront pas réélus et ils laissent faire, et ce sera a la prochaine équipe de récupérer leur sabotage.

    7

    0
  13. Bea Roiselet dit :

    Et oui goldo c’est indigne de laisser vivre ainsi ses concitoyens !!!
    J’ai lu sur un « blog » que Saint Denis serait en passe de s’embourgeoiser ! Si ce n’etait pas aussi triste je serai morte de rire !!!!
    En tout cas , si je tiens jusqu’aux prochaines élections et si les mêmes irresponsables passent , je mets les voiles !!!!
    En attendant , un conseil ! Évitez la gare et la place du 8 mai avec les enfants !!!!

    6

    0
  14. Grain de sel dit :

    Bea Roiselet nous conseille, dans le post ci dessus d’éviter la place du 8 mai et elle a bien raison ! La place du 8 mai mène par la rue Gabriel Péri à la Cité Péri , cité du trafic de drogue , connue et reconnue par bon nombre de consommateurs , de jour comme de nuit et bien sur par les autorités…Trafic qui est insupportable aux riverains tant les nuisances sonores notamment , pourrissent leur vie. Ameutements quasiment ininterrompus des guetteurs toute la journée et une partie de la nuit, cela n’est plus supportable.
    Quand verra-t-on prendre en compte cette chienlit ? Que l’on arrête de dire que l’État (la police nationale) ne fait pas son travail…A quoi sert la police municipale, en dehors d’être une machine à verbaliser pour le stationnement ? Police municipale quasiment invisible dans le quartier , notamment rue Bonnevide où il y a pourtant du grain à moudre en matière de stationnement illégal !!!
    Aux termes de l’article L2212-2 du CGCT il appartient au maire , en vertu de son pouvoir de police générale, de » réprimer les atteintes à la tranquillité publique, telles que les rixes et disputes accompagnées d’ameutement dans les rues… les rassemblements nocturnes qui troublent le repos des habitants…En cas de carence établie du maire dans l’exercice de ce pouvoir de police, la responsabilité de la commune peut être engagée…
    « Quand nos élus , le maire et ses adjoints en charge de la tranquillité publique et de la démarche quartier Grand Centre ville vont-ils « se remuer » et prendre les mesures qui s’imposent ? Quand viendront-ils sur place et de façon inopinée constater que ce quartier est sorti de la légalité républicaine , tant les trafics de tout genre s’y exercent , condamnant ainsi les habitants à vivre dans une ville qui ne fait plus société?

    8

    0
  15. Cyrile dit :

    Il faudrait contacter les autorités Algériennes et autres associations de ce pays.
    La place se nomme 17 Octobre 1961 , c’est répugnant et un affront pour la mémoires des victimes de cette nuit.
    La polémique pourrait pousser les autorités à nettoyer………….ou rebaptisé !

    3

    0
    • habitant dit :

      Bien vu Cyrille, c’est une honte pour les morts de cette nuit tragique, on devrait la renommer place du crack et de la brochette Braouezec, pour satisfaire son ego et sa pensée.

      4

      0
  16. habitant dit :

    Hors sujet..
    Je viens d’avoir l’info sur la raison du départ de Brafman de Saint-Denis copro-libre
    Il ne supportait pas les critiques contre la CAPS, dont le Directeur est… Stéphane PEU.
    Petite explication..
    http://copros-libres-saint-denis.over-blog.com/2017/11/lettre-ouverte-a-madame-vauvray-directrice-de-la-caps.html

    1

    0
  17. mimidu93 dit :

    les gens qui vendent à la sauvette ont beaucoup d’idée comme ce matelas et sommier qui était à vendre, tout les vendeurs et leurs complices étaient informées qu’il y avait aucun risque que la PM viennent les délogés.
    Ils sont mieux informées que nous des news de la ville plus particulièrement des plannings de la PM.

    Allez courage un peu de patience les nouveaux propriétaires commencent à s’installer dans leur nouvelle habitation qu’ils ont acheté on compte sur eux pour faire bouger le maire et les élus au prochaine élection.

    4

    0
  18. goldo dit :

    ce soir sortie rue Charles Michels, après le matelas, une autre idée, une imprimante a vendre… ne passez plus par le bon coin si vous avez quelque chose à vendre, venez a st Denis, c’est plus direct et rapide et vous pourrez vous nourrir, il y a un marche parallèle de brochettes cuites au barbecue.

    2

    0
  19. mimidu93 dit :

    et les commerçants dans la ville, ils ne se plaint pas de tout ce marché en parallèle car ça leur fait du chiffre d’affaire en moins dans les caisses car tout s’achète sur le parvis de la gare au black.
    C’est impensable de nos jours surtout quand on sait toute la nouvelle technologie est mis en place par la police, gendarmerie et police municipale pour cesser tout ça très rapidement, tout laisse croire que les départements ne sont pas égaux en France.
    Pourquoi ne pas demander l’aide aux départements qui ont ces nouvelles technologies d’en faire profiter les départements en grande difficulté et même mutualiser le personnel pour aider à éradiquer toute cette vente à la sauvette qui se développe à vitesse grand V.

    1

    0
  20. mimidu93 dit :

    je vous rassure, dimanche après midi je suis rentré de weekend par le RER C, j’ai vu un chariot de maïs il était en dessous des piliers, très peu visible de la route, voilà sa commence à la gare RER Gennevilliers il y a pas qu’a saint Denis, j’ai été très surpris.

    0

    0
  21. Goldo dit :

    Les vendeurs viennent d’ailleurs pour vendre à st denis et planquent leurs caddy le soir. Au foyer sonacotra quartier confluence des caddys sont stockes à l’interieur et a priori c’est tolere. On voit les residents partir le matin et rentrer le soir avec.

    1

    0
  22. Bill dit :

    Ceci n’est pas une blague : il existe des militants qui se mobilisent pour soutenir les vendeurs à la sauvette et les brochettes. Et même, ils souhaitent s’organiser, avec le comité de vigilance JO, pour préserver cette activité qui bien sûr ne déplait qu’aux fachos… Pas une seule fois dans l’article, ils ne parlent des habitants et de ce qu’ils subissent au quotidien. Total mépris. Leurs coordonnées sont indiquées dans le message, n’hésitez pas à leur envoyer vos témoignages 😉

    AMIS Dionysiens de la brochette, ceci est pour vous.
    je ne fais que relayer, mais avec plaisir.
    #paietabrochette
    ou chouettesbrochettes@netcourrier.com
    Bonjour,
    Nous diffusons cette proposition apparue ces derniers jours dans le quartier de la gare de Saint-Denis.
    Ces dernières semaines, la pression policière s’est fortement accrue autour de la gare de Saint-Denis, à l’encontre notamment des vendeurs de brochettes, de maïs ou de cigarettes qui sont la plupart du temps sans-papiers. En plus d’être molestés ou de voir leur matériel et leur argent saisis, certains d’entre eux sont régulièrement arrêtés et se voient parfois remettre une OQTF (obligation de quitter le territoire français). Ces opérations policières ont lieu désormais une ou plusieurs fois par jours.
    L’augmentation de la pression policière a un lien direct avec le contexte sécuritaire et l’annonce des travaux sur la gare de Saint-Denis en 2018 – opérations elles-mêmes liées aux transformations à venir dans le cadre du Grand Paris (et son réseau de transports), et de l’organisation des Jeux Olympiques. Comme le disait en octobre dernier un représentant du STIF (Syndicat des Transport d’Île de France) au cours d’une réunion publique de présentation du futur quartier de la gare : « On va pas attendre 2024 pour réaménager ».
    La chasse aux indésirables est bien une première étape dans la transformation de la ville selon des vues conformes aux concepteurs du Grand Paris, aux investisseurs, aux touristes et public des Jeux Olympiques.
    De plus, quelques habitants de la gare se sont organisés pour augmenter la pression sur les vendeurs de brochettes (article du Parisien le 11/11/2017, info relayée ensuite sur des sites d’extrême-droite
    Devant cette situation, des personnes habitant Saint-Denis ou étudiant à la fac de Paris 8 sont allés rencontrer des vendeurs de la gare et ont convenu avec eux qu’il serait utile d’organiser une discussion, et un rassemblement pour faire entendre une voix de soutien pour les vendeurs sans-papiers, et exiger l’arrêt des raids policiers.
    Ces rencontres sont également pour nous l’occasion de nous voir et d’échanger au sujet des transformations en cours et à venir, et de s’organiser plus largement sur ces questions.
    ***************
    Réunion : RDV : Mardi 21 prochain, à 18h, devant le café-kebab « Mondial Food Express » (sur le parvis de la gare, à droite du commissariat abandonné, vers le tunnel piéton-tram sous les voies de chemin de fer).
    Nous serions heureux de vous y voir, pour discuter notamment de l’organisation d’un rassemblement vendredi 24 prochain, en fin d’après-midi.
    N’hésitez pas à nous répondre ou nous écrire à cette adresse pour toute information supplémentaire ou réponse : chouettesbrochettes@netcourrier.com. Pourriez-vous également faire tourner l’initiative auprès dans vos réseaux auprès des personnes intéressées ?
    Nous vous tiendrons informés de la suite.
    Merci,
    Bien à vous

    2

    0
    • habitant dit :

      ça fait un moment qu’ils sont soutenu par des collectifs proche de la mairie, le dernier en date était l’Atieké avec un Brafman en chef de file. C’est pas pour rien qu’ils reviennent tous les jours et ne craignent pas la police alors qu’ils sont sans papier, ils sont très bien informé et soutenu. Toujours la même idée, instauré un chaos permanent sur la ville pour que jamais la classe moyenne n’ait l’idée de s’installer sur St-Denis et faire basculer les élections en faveur des extrémistes soit disant de gauche.

      3

      0
  23. Laurence Tissenier dit :

    Il faut stopper cette bande d’illuminés connus voire même porter plainte.
    En 2008 nous avons su médiatiser et alerter le ministère de l’intérieur et son préfet de Seine-Saint-Denis pour dire stop au crack à la gare, alors nous devons réagir pour cette affaire qui relève de la mal traitance envers les résidents de ma gare. Les habitants vivent un enfer.
    Bill, ces personnes habiles et avertis ont posté ce message de soutien aux vendeurs de brochettes au mouvement « La révolution est en marche ». Ils espèrent gagner leur sympathie pour détourner l’attention des jeunes des quartiers. Ils veulent leur faire croire que « cette chasse » aux vendeurs de brochettes est purement raciste, discriminatoire et répressive.
    Je propose une lettre ouverte au ministre de l’intérieur.
    Bill, je vous contacte en privé.

    4

    0
    • Bill dit :

      Vous pouvez utiliser l’adresse saintdenismaville@gmail.com

      0

      0
    • habitant dit :

      Ces pseudo-élu, élu par personne souhaite surtout détourner le combat social des classes, qui emmerde les multinationales et le grand capitalisme en combat racialiste. Il font le job pour les multinationales, ainsi les ouvriers ne s’occupent plus de combattre les réformes anti-social mais se combattent entre-eux, entre communauté c’est ce qu’il y a de plus simple et de plus écœurant et après on nous parle de vivre ensemble. Donc on en déduit facilement que Braouzec et sa clique sont en mission pour les multinationales et le capitalisme, ceux là même qui finance leur associations racialiste.

      1

      0
  24. Grain de sel dit :

    On hallucine à la lecture de cette invitation au rassemblement contre « les raids policiers » !!! On est où ? Dans quel pays vivons-nous? Les auteurs de cette convocation méprisent les habitants qui subissent ces fumées , ils se moquent pas mal de la dégradation de leur condition de vie et vont une fois de plus instrumentaliser une part de cette population de « sans ». Leurs ficelles sont habiles et en bon marionnettistes ils vont se livrer à leur sport favori « l’agit prop »…Mais les acteurs sont usés… L’outrance va bien finir par avoir son terme …2020 ?

    3

    0
  25. Bea dit :

    Espérons le ! Cette manipulation de la misère humaine est scandaleuse!!!!tous ces manipulateurs n’agissent que pour leurs intérêts propres il n’y aucun altruisme dans leurs actes!
    Et si cela continue , cela risque de mal finir!

    4

    0
  26. Houari dit :

    Je suis allé à la réunion pro-brochettes à la gare à 18h. Ça a commence vers 18h15 et fini vers 18h25.
    C’était un groupe d’étudiants de Paris 8 qui s’est fait passer pour des habitants du quartier.
    Sur la dizaine de personnes, j’ai reconnu qu’une seule dame que je connais, son enfant est à JBS. Deux autres personnes du quartier n’ont également reconnu personne.
    Ils étaient mignons avec une naïveté certaine.
    Ils ont donné la parole aux vendeurs (10-15 personnes). Des vendeurs ont participé car comme il y avait une descente de flics au même moment, ils étaient disponibles
    Ils ont dit aux vendeurs qu’ils étaient prêts à les accompagner ( à quoi je ne sais pas).
    En gros, tentative de récupération politique de la misère humaine même s’il y avait l’air d’y avoir un côté sincère dans leur démarche.
    Conclusion: des gens d’ailleurs qui viennent expliquer aux vendeurs de Saint Denis comment s’organiser à la gare.

    Une remarque personnelle. Je trouve cela honteux qu’il n’y ait aucun suivi par les services sociaux de la mairie et qu’on laisse ces pauvres gens vendre des brochettes dans ces conditions. Ils veulent bosser, sont courageux et pourraient par exemple être formés et bosser dans des restaurants

    5

    0
    • Olivier dit :

      Je veux bien entendre que la situation de ces vendeurs de brochettes est misérable. Mais ils pratiquent un commerce illégal et dangereux pour la santé des consommateurs et des passants.
      Parmi eux, combien sont des immigrants illégaux ? Il paraît difficile « d’accueillir toute la misère du monde » comme le disait un ancien premier ministre, et cela encore moins à Saint-Denis où les problèmes sociaux sont déjà particulièrement graves.
      Des aides sociales, oui, des formations, oui, des logements sociaux, oui, mais à ceux qui sont déjà présents, qu’ils soient de nationalité française ou étrangers résidents légalement en France. Ces étudiants de Paris 8 sont peut-être bien gentils mais ils sont les premiers à penser qu’ils ne sont pas assez aidés eux-même !
      Le budget de la France ne peut supporter encore plus de dépenses pour des aides à des immigrants irréguliers et il n’est pas acceptable qu’ils aient des activités illégales à la Gare ou ailleurs.

      3

      0
  27. Houari dit :

    Pour ma dernière phrase, je voudrais préciser. Cela concerne évidemment ceux qui ont des papiers ( les sans papiers sont un cas à part).
    On pourrait les diriger vers des formations de la restauration qui manque cruellement de bras.. Tout le monde serait gagnant sauf les gauchistes qui les manipulent.
    Eux auraient un vrai boulot avec des conditions normales
    Nous on aura la tranquillité olfactive..

    0

    0
  28. goldo dit :

    moi ces personnes quand je les vois sur le parvis dès 10 heures du matin jusque 23h le soir, par tous les temps, je me demande si nous ne sommes pas revenus au moyen âge. l’exploitation de la misère par la misère. On se plaint nous d’être enfumées par des fumées toxiques mais eux ils les inhalent toute la journée tous les jours.

    0

    0
    • Olivier dit :

      Personne (sauf peut-être des réseaux mafieux à démanteler) ne les y oblige ! Même pour des clandestins sans qualification il y a du boulot dans le BTP et dans la restauration. Je refuse de pleurer sur des gens qui sont en pleine illégalité et qui le savent parfaitement.

      1

      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *