Crack – Descente policière rue des Chaumettes

Vous aimerez aussi...

13 réponses

  1. Max dit :

    Bravo ! Espérons que cela soit efficace dans le temps et non un déplacement du problème…

    0

    0
  2. Sam dit :

    Comme disait un certain expert au sujet de la drogue dans « C dans l’air », c’est une lutte sans fin et le déplacement vers un quartier ou commune(s) voisine(s) est inévitable.

    Il faut maintenir la pression policière et surveiller les effets de bord afin d’éviter que le déplacement ne prenne jamais racine…et perturber ainsi la réorganisation du réseau pour toucher le portefeuille des dealers. Car c avant tout un business et une affaire d’argent. Si pas moyen de faire du chiffre, les distributeurs cherchent d’autres zones moins surveillées …

    0

    0
  3. Chris dit :

    Excellent ! Nous sommes écoutés, et les choses avancent. Bravo pour votre travail de terrain.

    0

    0
  4. goldo dit :

    bonne nouvelle surtout pour les personnes qui habitent ce secteur et qui utilisent le parking.

    0

    0
  5. momo dit :

    bon debarras, des que l’on se plaint à un journal( le parisien) les choses bougent

    1

    0
  6. Martine dit :

    De toute évidence, c’est du génial notamment pour les gens qui habitent le secteur et les utilisateurs de ce parking.

    Il est vrai que la mobilisatin a commencé du fait du trafic de drogue installé à la gare il y a quelques années. Déplacé par la suite dans ce secteur et comme l’ont dit max et sam que ce problème ne se déplace pas de nouveau, ce qui reste inévitable. Je tiens toutefois à dire que nous riverains de ce secteur ont pris les mesures qui se devaient auprès de la Municipalité, Commissaires, Préfet par des courriers qui ont aboutit à des arrestations d’une part rue Fontaine et rue de la République, s’en suit rue des Chaumettes et nous verons par la suite.

    L’essentiel demeure dans la mobilisation générale pour qu’enfin notre ville soit en mesure de gérer ce fléau qui perdurera tant que l’argent facile et sale rentre dans les poches de meurtriers même si nous savons que nous devrons fair face régulièrement avec les instances concernées pour que ces gens ne s’approprient pas la ville pour en faire une terre conquise.

    J’habite ce secteur. J’ai assisté à la déchéance d’un gamine de 25 ans qui a plongé dans l’enfer du crack. Je l’ai vu à la demande des « CRACKEUSES CHEFS » de ce secteur qui elles ont la cinquantaine la forcer à se prostituer pour une bouffée de crack.

    Je suis allée la voir plusieurs fois pour discuter de son choix d’entrer dans cet univers qui est un enfer. M’a répondu je la cite « je suis consciente de ce que je fais, je sais ce que j’endure mais je n’arrive pas à franchir le pas pour m’en sortir et pourtant j’ai un garçon de 10 ans que je ne vois plus, j’essaye pour lui mais je n’y arrive pas ».

    Le monde de la drogue comme chacun le sait est un monde impitoyable. On prostitue et tue des enfants, ado…

    Bravo pour cette opération, dans l’espoir de ne plus les voir chez nous, en revenche que font les pouvoirs publics pour sortir des jeunes qui souhaitent et ont encore une chance voir espoir infime de s’en sortir.
    J’ai peur pour mes enfants qui peuvent être victimes de ces actes meurtriers.

    0

    0
  7. Fabye dit :

    Les toxicomanes sont toujours aux abords du parking. Le témoignage de Martine est bouleversant. Je les croise tous les jours et j’évite leur regard de peur d’être touchée par leur détresse. C’est une réalité difficile à supporter.

    0

    0
  8. Martine dit :

    Je tiens à dire que Martine est Lila AMELAL. Tout est vrai dans ce message et encore j’ai dit l’essentiel. Regrettable de se faire passer pour une autre alors que nous sommes d’accord sur ces sujets sensibles.

    0

    0
  9. Lazare dit :

    Je dois dire que le dernier message de Martine me laisse perplexe; je ne comprends pas très bien ce qu’elle entend dénoncer.

    0

    0
  10. citoyen93 dit :

    Je comprends le témoignage de Martine.
    Le tout répressif qui se résume à des opérations « coup de poing » est un élément de réponse mais ne règle rien sur le long terme.
    Il est vrai que pour les riverains cela apaise le secteur pendant quelques temps mais sur le fonds cela ne va pas dissuader les toxicos de se droguer.
    La vidéosurveillances aux abords et dans le parking me semble une évidence car la destination première de cet endroit est de pouvoir garer sa voiture en toute tranquillité.
    Je m’étonne que les médiateurs ne soient pas des acteurs un peu plus pugnaces sur cette problématique. La véritable mission c’est justement d’aller à la rencontre de ces toxicos en perdition comme cela se fait à Barcelone, Berlin ou Amsterdam.

    0

    0
  11. Sinope dit :

    Ce quartier ne devient-il pas un nouveau triangle des toxicomanes avec le CAARUD, Un hôtel (où les prostituées feraient des passes à une vingtaine d’Euros d’après ce que diraient les clientes de certains médecins) et le parking ?

    0

    0
  12. Martine dit :

    Drogue, prostitution, crimes, detresse de jeunes qui s’obligent ou qu’on obligent à « une pipe » pour 5 euros, vous excuserez ce mot mais il fait parti de ce monde impitoyable de la drogue. Je ne suis ni perplexe et ne veut encore moins dénoncer puisque c’est devenu notoriété publique que de se prostituer pour se droguer. Je hais toutes ces charognes qui assassinent nos jeunes…

    Je dis juste qu’il devient insuportable pour les riverains de voir autant d’assassins et de détresse dans les rues.

    Devant un sujet aussi grave et sensible, vous avez le droit d’être perplexe Lazarre.

    Je ne dénonce rien, je fais juste un constat sur la prostitution et drogue installées « confortablement » dans notre ville.

    Dénoncer, oui comme dit précedemment. Les pouvoirs publics ? Où sont-ils ? Que font-ils ?

    Une dernière chose.

    La drogue à Saint-Denis ne date pas d’aujourd’hui. L’héroïne a fait des ravages dans les années 1980 à Saint-Denis et encore sous les yeux des pouvoirs publics.

    Je veux juste vous donner un chiffre.

    Sur une fourchette de 100 jeunes, tous sont morts d’orverdose ou du sida. Un simple exemple vrai : une famille (dont je ne citerais pas le nom par respect pour les parents) composée de 10 garçons et deux filles, les dix garçons sont décédés de la drogue dont un qui s’est enfourché la gorge car ne soupportait plus d’être esclave de la drogue. Des cas comme cette famille, il y en a beaucoup. Parfois je rencontre les parents endeuillés qui me disent les larmes aux yeux penser tous les jours à leurs enfants. C’est pour cela que je disais que j’ai peur pour mes enfants, j’en ai 3.

    Nous pouvons être en désacord sur certains points et encore je commence à avoir des doutes mais pour ce sujet aussi grave et sensible, je vous demande de faire une trêve. C’est un combat que je mène depuis très longtemps.

    Merci à citoyen93 d’avoir fait un complément d’info. C’est aux instances concernées d’assumer leurs responsabilés en allant vers les malades. A défaut, les riverains le font car ne peuvent rester insensibles.

    Pour finir, la Vidéosurveillance est plus que nécessaire dans certains lieux de non droits.

    Martine ou Lila. Le constat est dans les deux noms

    0

    0
  13. Lazare dit :

    @Martine : Je voulais seulement dire ce que je n’avais pas compris c’est « Je tiens à dire que Martine est Lila Amelal………..etc ». Mais en y réflechissant, je pense que Martine est le pseudo de Lila, c’est tout. Vous avez tout à fait le droit de dénoncer, et je fait de même, drogue, prostitution, revendeurs, mafieux de tous poils qui détruisent la vie de centaines de jeunes et de leurs familles, qui pourrissent la vie des quartiers. Cela dit, je pense qu’il n’y a pas que de la fatalité, qu’on ne sombre pas dans la drogue ou dans la prostitution comme ça par hasard (sauf cas extrême). Vous savez certainement que de plus en plus de pieds de cannabis sont saisis chez des particuliers, que l’usage de l’héroïne s’étend. Pourquoi ? parce que c’est cool ?, parce que c’est zen ?, parce ce que il faut vivre vite ? et tant pis pour les dégats ! C’est comme les conducteurs qui lancent, sans état d’âme, leurs voitures à 180 à l’heure sur les routes, après avoir vidé qqs verres, et bousillent la vie des gens. L’irresponsabilité de certains est affligeante et ma compassion ne va pas vers ces gens-là

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *