Et c’est parti pour les élections européennes…la campagne PS est lancée !

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. citoyen93 dit :

    Je suis un européen convaincu et pour moi l’Europe c’est la fin des guerres et des Etats qui ont monté les peuples les uns contre les autres.
    L’europe c’est une belle idée mais qui a devant elle de nombreux obstacles qu’elle a du mal à surmonter.
    Toutefois on peut faire mieux et le PS doit saisir la balle au bond sur les thèmes suivants:
    Une politique européenne de défense commune (création d’un corps européen).
    Faire adhérer les pays récalcitrants à la monnaie unique (Grande-Bretagne).
    Bannir les paradis fiscaux du sol européen (île de Jersey).
    Faire une politique résolument tournée vers le développement durable.
    Privilégier le libre échange entre les pays européens et taxer fortement les importations émanant de pays ne respectant pas les droits de l’homme et du travail.

    0

    0
  2. Pierre JN dit :

    Aujourd’hui, avec l’Europe telle qu’elle s’est construite autour de la banque et de la finance et de la concurrence sauvage favorisant les multinationales, nous assistons à un affaissement sans précédent depuis la dernière guerre mondiale. En quoi l’Europe nous a-t-elle protégée de la crise économique et en quoi a-telle anticipé les ravages des inégalités Nord-Sud et le désastre écologique ?

    La social-démocratie et le PS-Modem en tête, en concurrence avec la droite flirtant avec l’extrême droite a rivalisé dans l’application des recettes néo-libérales qui nous ont conduit, avec les États-Unis comme chef de file va-t-en-guerre, à la crise profonde et durable du capitalisme, ravageuse pour des millions de personnes en France en 2009 et qui va se poursuivre des années. Vous prônez le libre échange alors que précisément il tire les salaires vers le bas – une des causes principales de la crise d’accumulation du capital (bulle) que nous traversons – et il facilite les délocalisations dans les pays à bas salaires et sans droits sociaux au sein même de l’Europe des 27. Sans parler du gâchis énergétique et social du libre échange à l’échelle de la planète et des déséquilibres entre pays qu’il engendre.

    Le traité de Lisbonne voté par le PS au congrès du Parlement réuni à Versailles interdit toute politique budgétaire et d’investissement comme ce fut le cas pour sortir l’Espagne, le Portugal et la Grèce des années de dictatures. Les pays récemment entrés dans l’Europe sont ainsi livrés aux politiques « d’ajustement » type FMI qui provoquent un enrichissement des banques mais des dégâts sociaux considérables et des inégalités de richesses toujours plus criantes.

    Vous croyez avec naïveté pouvoir bannir les paradis fiscaux d’Europe alors que Jersey-Guernesey, Monaco, Andorre, le Luxembourg, le Lichtenstein, la Suisse, la principauté Seborga et surtout l’Angleterre, temple de la finance mondiale, sont des paradis fiscaux plus ou moins coopératifs mais bien vivants : ils sont au cœur du capitalisme financier occidental et le G20 s’est bien gardé de préconiser autre chose que la publication d’une liste…déjà connue de tous mais brandie par Sarkozy comme une victoire mirobolante et relayée par télé Sarko (ou Bouygues, Bolloré, ses amis, et les autres chaînes présidentielles dont il fait et défait les présidents à sa guise). Le vice-président américain est sénateur du Delaware, un état américain paradis fiscal, c’est dire la volonté US. Pour les riches, un objectif : ne pas payer d’impôt, les laisser aux pauvres. Pour les mafias et les trafiquants, blanchir l’argent. C’est aussi simple que ça. Il y a connivence de fait entre les riches et les mafias : amasser indûment des fortunes et les planquer dans les paradis fiscaux.

    Vous appelez de vos vœux une défense européenne commune alors que le traité de Lisbonne, soutenu par le PSE et le PS français qui a signé le Manifesto de Madrid, pose l’intégration à l’OTAN comme principe et interdit de fait le développement d’une défense européenne indépendante. Bientôt, nous aurons des bases militaires américaines en France.
    Quant au PS qui parle d’Europe sociale et « verte » (sans aucun contenu) juste pour draîner les mécontents du Sarkozysme, il agit à l’opposé de ses déclarations et il va même jusqu’à travestir la traduction en français du Manifesto du PSE qu’il a signé pour mieux abuser les électeurs.

    Enfin, le PS s’apprête à réaliser une alliance au centre, sociale-démocrate, molle, suiviste et incapable de faire face aux défis du 21ème siècle qui nous attendent. Partout où elle est à l’œuvre, cette social-démocratie droitisée incarne la fausse alternance du blanc-bonnet et du bonnet-blanc : les mêmes recettes mais servies avec une sauce plus ou moins sociale ou plus ou moins monarchique. Le Vilvorde de Jospin, c’est le Continental ou le Caterpillar de Sarkozy : même « impuissance » avouée alors que c’est la politique européenne menée et soutenu par le PS et la droite qui nous a mené dans ce désastre.

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *