La supercherie antiraciste

Vous aimerez aussi...

16 réponses

  1. Mourad dit :

    Je mets en lien l’ordre du jour du colloque qui se tient aujourd’hui à Paris 8

    http://paris.demosphere.eu/rv/46547

    Je suis effondré qu’on laisse faire …

    J’ai eu quand même une explication : il y a des élections cette semaine à Paris 8 …

    Je suis doublement effondré par ce laxisme …

    13

    0
    • Bill dit :

      On se demande quel est l’objectif de société. Des groupes « racisés » qui fonctionnent chacun dans leur coin ? Et comment font les métisses, en explosion vu notre société mixte (jusqu’ici…) ? Le mur parait vraiment très proche mais c’est stressant de voir des jeunes esprits déjà barricadés dans leurs préjugés et surtout que d’autres s’acharnent à enterrer encore plus profond dans l’auto-exclusion. Ce n’est pas rassurant pour l’avenir de notre société commune.

      11

      0
    • Suger dit :

      Merci Mourad. Ce « colloque », qui n’a rien de scientifique, est une parfaite démonstration des monstres engendrés par le sommeil de la raison, à travers cet « antiracisme » dévoyé et retourné en son contraire : racisme, sexisme, homophobie, anti-laïcité. Le PIR et ses amis tentent ainsi d’étendre leur emprise sur les mouvements étudiants et sur l’Université Paris 8.
      Même un journal comme « Libération » en arrive à prendre conscience du danger de cette idéologie mortifère pour l’antiracisme et les valeurs républicaines, en publiant cette Tribune du président de la Licra et avec l’Editorial de Laurent Joffrin, le directeur de Libé, du 4 avril : http://www.liberation.fr/france/2016/04/03/piege-grossier_1443734. Il était temps !

      15

      0
    • Theo dit :

      C’est donc légal d’organiser des réunions où les « blancs » sont exclus (parce que par essence « néocolonialistes ») à l’intérieur d’une université française – ce serait n’importe qui, je m’insurgerais ? C’est donc légal d’oser parler de « racisme institutionnel », d’ « islamophobie à l’école » ? Tout cela pour dire que l’interdiction du voile à l’école est du « racisme » (pur délire) je suppose…
      D’ailleurs la projection du film sur les Blacks Panthers (qui n’étaient pas féministes, par ex.) montre bien que ces gens ne veulent pas se battre pour des droits universels mais pour des particularismes.
      Si on suit leur raisonnement, par exemple, si l’interdiction du voile est raciste , puisque le concept fumeux d’ «  islamophobie » veut dire cela, alors elle relèverait des tribunaux, ce qui, de facto, transformerait notre république en république islamique. On voit bien qu’il ne s’agit nommément pour ces néo antiracistes d’augmenter l’étendue des droits de tout le monde, mais de faire valoir des particularismes qui détruiraient de l’intérieur notre laïcité. Dire que des gens en mal de pauvres à défendre croient utile de les soutenir, comme le dit Mourad, c’est écœurant.
      L’antiracisme, le vrai, c’est la défense des libertés des de la dignité de tous. pas l’intrusion du religieux au sein des institutions.

      9

      0
  2. Habitant dit :

    Il est plus facile de gérer, électoralement, des communautés que des personnes…C’est d’ailleurs pour ça que Braouzec n’a cessé de fiancé des associations communautaires, dont chaque responsable se fait le relais de sa parole. J’ai plusieurs amis qui souhaitaient créer des associations sur St-Denis, ils ont tous fait le même constat, si tu veux que la mairie te finance, il faut que ce soit communautariste..

    8

    0
  3. Gabriella dit :

    Cette tribune du Président de la Licra met en lumière toutes les dérives de cet « antiracisme ».
    C’est en tous cas je pense, la laïcité qui a amené les chrétiens et les juifs pratiquants à redéfinir leur façon de pratiquer leur religion et de coexister, et c’est aussi le cas des compatriotes musulmans que je côtoie.

    0

    0
    • Olympe dit :

      Pour les agnostiques et les athées (60% des français, d’après le enquêtes d’opinion internationales qui montrent la spécificité française dans ce domaine), la laïcité donne la possibilité de vivre avec les croyants et d’assurer la liberté des cultes pour les pratiquants.
      Mais la République laïque, c’est la liberté de pensée et d’expression mais c’est aussi l’égalité des droits et la fraternité universaliste, celle qui voit dans l’autre un être humain égal en droit quelques soient ses origines.

      7

      0
  4. Habitant dit :

    Un proverbe qui convient parfaitement à Braouzec « il n’y a pas pire tyran que celui qui règne par le cœur »
    Il manipule les associations ainsi que leur adhérent, des personnes qui ont souvent la main sur le cœur, pour assouvir sa soif de pouvoir.

    6

    0
  5. 1-2-3 la République dit :

    http://alainjakubowicz.fr/index.php/2016/04/14/non-mixite-racisee-racisme-ne-dit-nom-2/
    Extraits :
    « Je dénonçais mardi dans une tribune publiée dans Libération « les nouveaux visages du racisme et de l’antisémitisme ». Nous y sommes. Cette semaine, un nouveau palier a encore été franchi par ces pseudos-antiracistes. En effet, depuis lundi 11 avril se tient à Saint-Denis dans les murs de l’Université Paris 8 un événement au nom évocateur : « Paroles non-blanches : rencontres autour des questions de race. Travail et mobilisation » organisé par le collectif « Groupe de réflexion non-mixité racisée ». Au programme, une obsession de « la blanchité des médias » et de « l’islamophobie », le prétendu « racisme d’Etat », de la République et de l’Ecole, le tout baignant dans une sémantique coloniale absolument délirante. »

    8

    0
    • Mourad dit :

      Ce qui est à peine croyable c’est que  »ces gens là » ne se cachent plus et que des portes s’ouvrent pour les accueillir !

      Avant ils se réunissaient en catimini dans une salle parisienne (la Java) … aujourd’hui c’est carrément dans les amphis universitaires !

      6

      0
      • Suger dit :

        Ils le font, je pense, sans aucune autorisation officielle (du moins on peut l’espérer…) en utilisant le désordre créé par l’occupation de l’université par les étudiants grévistes. L’adresse donnée pour ce prétendu “colloque” de cette minorité d’agités proches du PIR est d’ailleurs “Université Paris 8 Bâtiment C occupé” (!). Danièle Tartakowsky, la Présidente de Paris 8 a déjà assez de mal à lutter contre le blocage total de son Université pour pouvoir réagir :
        http://www.leparisien.fr/saint-denis-93200/saint-denis-la-direction-de-paris8-empeche-le-blocus-des-etudiants-14-04-2016-5715571.php
        Les dérapages dans cette université ne sont pas nouveaux, mais là on atteint des sommets. Son image déjà dégradée ne va pas s’améliorer. Entre l’affaire de l’IUT de Saint-Denis et ce nouvel épisode à Paris 8 – Saint-Denis, c’est aussi la ville qui continue d’attirer les soupçons de dérapages communautaristes.

        9

        0
  6. Olympe dit :

    Dans « Causeur », le 19 avril 2016, un article qui montre la montée du refus des islamo-gauchistes dans nos banlieues :
    « Banlieue debout ? Ces associatifs qui veulent reprendre le terrain laissé aux islamistes »
    http://www.causeur.fr/banlieue-debout-islamistes-brigade-des-meres-nadia-remadna-37852.html
    En conclusion de cet article, on pourra lira :
    « Parmi la foule de représentants du monde associatif et de la société civile qui sont venus rappeler aujourd’hui que certaines ou certains « tirent la sonnette d’alarme depuis plus de dix ans », cette absence (des élus locaux) est peut-être finalement ce qui se voit le plus : « bavard pendant la campagne, avare pendant son mandat… »
    L’effet de cette maxime est renforcé par une dérive de la pratique politique sur le plan local qui semble ne plus se soucier que de préserver des micro-baronnies électorales au point de délaisser en grande partie les administrés quand ils ne sont plus vus comme des électeurs, ou de consentir à une alliance avec le diable au prix de quelques voix supplémentaires.
    « Les gouvernements, écrit Tocqueville, périssent ordinairement par impuissance ou par tyrannie. » Puisque le politique confie ainsi son impuissance, ou son indifférence, à un niveau où sa probité et sa présence sont pourtant les plus requises, la société civile a-t-elle le pouvoir de faire passer au politique le goût de l’inaction avant qu’on ne lui impose un autre pouvoir, celui de la tyrannie ? Tandis qu’on regarde s’envoler quelques dizaines de ballons dans le ciel, la petite foule présente entonne la Marseillaise, en hommage aux victimes des attentats. Comme l’écrivait encore Tocqueville : « La démocratie ne vaut que par la qualité des citoyens. » »

    8

    0
  7. reveplus dit :

    CAMP D’ÉTÉ « DÉCOLONIAL » : VALLAUD-BELKACEM « CONDAMNE ABSOLUMENT » DES « INITIATIVES INACCEPTABLES »
    La ministre répondait à l’interpellation du député LR Bernard Debré, qui a dénoncé une « montée du racisme anti-Blanc et de l’antisémitisme ».
    Une « initiative inacceptable ». Najat Vallaud-Belkacem a condamné mercredi, lors de la séance des questions au gouvernement, l’organisation d’un camp d’été « décolonial » du 25 au 28 août 2016 près de Reims.

    Organisé par deux militantes qui se définissent respectivement comme « afro-féministe intersectionnelle et anti-capitaliste » et « militante anti-raciste », ce camp d’été se veut une « formation à l’anti-racisme politique ».

    « Paroles non blanches »
    Seulement, ce rassemblement n’est « réservé uniquement (qu’)aux personnes subissant à titre personnel le racisme d’Etat en contexte français ». « Cette réunion est interdite aux Blancs », réagit dans l’hémicycle le député LR de Paris, Bernard Debré.

    L’élu se dit « inquiet de la montée du racisme anti-Blanc et de l’antisémitisme » et fustige des « mouvements d’extrême gauche » qui « mettent notre démocratie en danger, prônant le désordre, le racisme et l’antisémitisme ».

    Bernard Debré critique également la tenue à l’université Paris 8 de plusieurs rencontres intitulées « Paroles non blanches », organisées en « non-mixité », du 11 au 15 avril. « Je condamne absolument la tenue de ces réunions comme celle du camp d’été », lui a répondu Najat Vallaud-Belkacem.

    La ministre de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur a évoqué un « groupe qui est totalement indépendant des organisations reconnues » et qui « n’a jamais été autorisé à organiser ces réunions ». Selon elle, ces « initiatives inacceptables (…) confortent une vision racisée et raciste de la société » : « Au bout de ce chemin-là, il n’y a que le repli sur soi, la division communautaire et le chacun chez soi ».

    Maxence Kagni

    http://www.lcp.fr/la-politique-en-video/camp-dete-decolonial-vallaud-belkacem-condamne-absolument-des-initiatives

    1

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *