Le 6B : cynisme et mépris des habitants

Vous aimerez aussi...

11 réponses

  1. Gourdon dit :

    Le mépris ds cette ville est partout il faut le savoir. Mais surtout n’oublier pas de payer vos impôts locaux. Ils vont être contents les nouveaux habitants.

    4

    0
  2. Marcel dit :

    Mais……………..Chère C( K ? ) amarade Goldo , il faut s’y faire.
    Sain-Denis est devenu un lieu festif de tous poils à l’avant-garde !
    Les nouveaux résidents occupants locataires ou copropriétaires devraient y trouver leur compte, pourquoi pas ?
    N’ont-ils pas choisi en connaissance de cause d’y habiter- à moins qu’ils ne soient que de passage.
    Certes, les habituée(e)s n’ont pas le même profil que les traînards à la peine du centre ville , c’est plus alternatif !
    Autorisation ou pas , payant ou non : ce qui compte c’est la fête et ce qui va avec !

    0

    4
    • Sel dit :

      Bien qu’il faut agir d’ailleurs la réglementation prévoit « interdit au moins de 18 ans » pourtant des jeunes dionysiens de moins ds 15 ans y font la fête non accompagné d’un adulte en toute liberté côtoyant la drogue l’alcool sans que cela ne questionne…. ils entrent par les entrées sans qu’un agent ne s’oppose ….

      2

      0
  3. Suger dit :

    Une boîte de nuit (car c’est de cela qu’il s’agit) doit respecter des normes strictes pour éviter les nuisances sonores pour le voisinage. A quel titre le 6B semble en être dispensé ? Et par qui ?

    10

    0
  4. Contacts utiles dit :

    Des contacts utiles pour les riverains du 6B ce week-end :
    Police : 17
    Commissariat de Police de Saint-Denis : 01 49 71 80 00
    Commissariat de Police La Plaine-Saint-Denis : 01 48 09 61 90
    Vous pouvez aussi tenter de joindre les élus de permanence :
    Mairie de Saint-Denis : 01 49 33 66 66
    Mairie de L’Île-Saint-Denis : 01 49 22 11 00,
    ou les maires-adjoints délégués de Saint-Denis pour les quartiers concernés :
    RIBAY Michel : quartier Pleyel/Confluence
    RUSSIER Laurent : quartier grand centre-ville
    (leurs n° de téléphone sont sur internet).
    Enfin vous pouvez vous plaindre directement auprès du 6B : 01 42 43 23 34, mais cela ne servira à rien comme on a pu le constater les journées et nuits de tapage précédentes…

    10

    0
  5. Sel dit :

    Nous pouvons nous rassembler en meute à la prochaine rave et occuper leur scène en te, à la police comme on faits riverains de Paul eluard

    3

    0
  6. Sel dit :

    Je n’ai pas fermé l oeil cette nuit! Si nous sommesplusieurs à nous déplacer au 6b à la prochaine rave en demandant l’arrêt definif de ces fêtes en occupant ensemble la scène ? Les riverains ds pauleluard on fait déguerpir des dealers alors pourquoi pas nous?

    5

    0
  7. Suger dit :

    Dans le compte-rendu de la brocante sauvage organisée par les habitants de la rue Charles Michel samedi 14 mai, on peut lire (http://www.saintdenismaville.com/brocante-sauvage-le-14-mai-gare-de-st-denis/ ) :
    « Nous avons été présents sur cette place de 6 heures du matin a 18h et nous avons pu deviner qu’une fête allait avoir lieu au 6B car tous les parisiens arrivaient pour s’y rendre déjà plus ou moins alcoolisés et canettes a la main. Nous avons déduit que ce lieu subventionné par la municipalité n’est utilisé finalement que par des parisiens. A l’origine cet endroit avait vocation de permettre aux habitants de ce quartier délaissé une possibilité d’animation. A ma connaissance dans notre immeuble personne ne le fréquente. »
    Il faut savoir que les subventions accordées au 6B par la municipalité sont parmi les plus importantes versées aux associations. Pour les trois dernières années, le 6B a touché 8 000€ en 2014, 7000€ en 2015 et doit recevoir encore 6 500€ en 2016. Compte-tenu du public accueilli, on pourrait demander à la Ville de Paris de contribuer. D’ailleurs on peut supposer que ce ne sont pas les seules subventions reçues : que reçoit le 6B du département, de la région ou même de l’Etat pour ces mirifiques projets ?

    3

    0
  8. karima dit :

    La fonction du 6B n’a plus aucune légitimité, elle devait rallier les associations culturelles de Saint-Denis, mais d’après des amis, le président est dépassé, d’où ses festifs qui durent toute la nuit. De plus, avec l’état d’urgence, comment se fait ‘il que la ville donne des autorisations pour des soirées sans aucune consigne.

    4

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *