« Le balayeur balayé »…et la réunion avec le préfet !

Vous aimerez aussi...

20 réponses

  1. Sam dit :

    On ne souhaite pas que notre initiative de rencontrer le préfet soit récupérée à d’autres fins.

    Pour rappel, suite à la recrudescence des faits divers nous avons écrit aux élus de notre quartier le 22 juin pour leur proposer de nous accompagner pour rencontrer le préfet. Sans réponse, nous les avons relancé le 6 juillet…nous avons eu une réponse favorable le 10 juillet. D’abord nous devions assister à la cellule de veille sanitaire le 15 juillet, cette rencontre aurait été annulée par la sous-préfecture à la dernière minute selon L. Russier. Finalement, cette réunion sera hors cellule de veille et dédiée aux habitants du quartier de la gare le 22juillet 14H30.

    En réunissant municipalité et préfecture, notre objectif est de couper court aux doubles discours que nous entendons tous les jours (« c pas moi c la police » « c pas moi c la ville qui laisse faire ») et de mettre les autorités devant leurs responsabilités respectives.

    Le constat ils le connaissent mieux que nous, pas besoin de consacrer plus de 5 minutes. Nous y allons pour écouter les propositions…et non les excuses et les bla-bla politiques (« oui, oui nous savons…et y travaillons.. »). Nos espoirs sont grands, espérons que les responsables seront à l’écoute et force de propositions….nous souhaitons des mesures précises, chiffrées, objectivées et datées dans le temps. C’est tout !

    Il faut absolument que les habitants évitent de tomber dans l’anecdote pour être pris au sérieux. Personnellement, je souhaiterais être présente mais mon état de santé ne le permet pas. Allez faut y aller !!! Françoise reste Zen 😉

    0

    0
  2. Sam dit :

    Je viens d’avoir une réponse de la démarche quartier concernant la réunion de demain.

    Les participants :
    => 8 habitants du quartier de la gare
    => 2 représentants du service Propreté
    => Les élus : M. Paillard, M. Peu, Mme Le Torrec.
    => Employés municipaux et communautaires : M. Marsaud, DG Plaine Commune, Mme MC Gimenez, DGA St Denis, un membre de la Direction Propreté et Cadre de Vie/ Plaine Commune et Galla Bridier responsable démarche quartier

    Nous apprenons également que :
    => La CGT a également appelé à un rassemblement/ débrayage de 2heures devant la sous préfecture en solidarité avec leurs collègues qui travaillent dans le quartier de la gare.

    => M. Le Maire insistera sur la demande d’un dispositif de sécurité exceptionnel pour faire face à cette situation exceptionnelle (présence quotidienne de la Police, pression quotidienne de la brigade des stupéfiant etc..), dispositif qui doit être associé d’un renforcement du dispositif sanitaire et social envers les usagers de drogue.

    Ma crainte est que cette rencontre sensée être une réunion d’échange et de travail ne se transforme en manifestation…

    Qu’en pensez-vous ?

    0

    0
  3. arrivante dit :

    Ce que j’en pense en tant qu’arrivante dans le quartier…

    « M. Le Maire insistera sur la demande d’un dispositif de sécurité exceptionnel pour faire face à cette situation exceptionnelle (présence quotidienne de la Police, pression quotidienne de la brigade des stupéfiant etc..), dispositif qui doit être associé d’un renforcement du dispositif sanitaire et social envers les usagers de drogue. »

    Il me semble qu’on ne doit pas aller contre une telle demande de la part du maire.

    On connait tous les failles de la municipalité; mais le fait est que le quartier de la gare de st-denis comme plaque tournante du crack, avec tous les comportements de violence et de danger public que l’on connaît, concerne plus que la ville de saint-denis, c’est, si l’on peut dire, le Grand Paris (lire les articles de presse cités ailleurs sur ce site). Donc il faut des forces de polices, inexistantes dans le quartier, et une prise en charge des usagers sur le terrain sanitaire et social. Le préfet et l’état se doivent d’intervenir autant dans ce sens que la municipalité.

    Quand à la présence de la CGT, c’est le syndicat des balayeurs, mettez-vous à la place du pauvre type qui vient de se faire, comme vous dites, « balayé » et de ses colllègues. Ils ne sont pas forcément là pour porter la valise du maire… Ils sont plutôt là pour les mêmes raisons que vous.

    Je n’ai pas ma carte au PC, rassurez-vous.

    Cordialement,

    0

    0
  4. Sam dit :

    @arrivante

    Merci pour ta réaction, nous sommes amateurs en politique et craignons la récupération. Nous avons la crainte que cela se transforme en manif contre le préfet qui a ses responsabilités mais le maire aussi. Nous sommes de tout cœur avec l’agent agressé et sommes choqués par ce qui lui est arrivé. On craint que la municipalité récupère l’événement pour se dédouaner complètement de ses propres responsabilités.

    La dégradation du quartier, devenu terrain fertile de tous les trafics, est la conséquence de la politique municipale…le laisser faire est affiché clairement, même les ASVP ne se déplacent pas au parvis de la gare pour verbaliser le stationnement…qui est pourtant piéton depuis le 8 avril. Lors de la visite du maire le 8 juillet un automobiliste a déplacé la barrière rue du port (côté rue Charles Michels) et est passé sous le nez du maire et de ses adjoints pour se rendre au parvis de la gare…pourtant c’est interdit. Ici on peut tout faire, absolument tout…et le mot a bien circulé. Ce laxisme est insupportable ! Et taper systématiquement sur la police est stérile et irresponsable.

    0

    0
  5. citoyen93 dit :

    On récolte ce que l’on sème. La mairie a eu une politique de laisser-faire pendant des années et maintenant une fois que le quartier c’est bien enfoncé dans la paupérisation et la violence, on tire sur la sonnette d’alarme.
    Il faut à présent se retrousser les manches et je pense que la réunion aura du bon car elle permettra une discussion entre tous les acteurs ce qui ne peut pas faire de mal.
    Toutefois ne soyons pas dupes sur le positionnement du maire et de ses élus sur cette situation.

    0

    0
  6. citoyen93 dit :

    Pour compléter ce que j’ai dit précèdement.
    Il faut rester vigilant afin que cette réunion puisse déboucher sur un dialogue et un échange constructif pour aboutir à une solution permettant aux habitants de vivre normalement.

    0

    0
  7. Joëlle dit :

    Je confirme que le quartier est de plus en plus dangereux, bruyant au possible et dégueulasse.
    Tout comme est dégueulasse l’agression de l’agent d’entretien, qui a déjà suffisamment de saleté à nettoyer et qui ne doit pas toucher un gros salaire.
    Les quelques fois où je croise un agent d’entretien dans le coin, je le remercie pour son travail et je lui souhaite bon courage.

    0

    0
  8. Sam dit :

    La réunion aura lieu à la préfecture de Bobigny. Un minibus emmènera les participants de la mairie de Saint-Denis.

    A tous les habitants, gardez votre sang froid …le plus important est de faire parler les responsables. Je suis frustrée de rester clouée chez moi mais pense fort à vous…

    0

    0
  9. françoise dit :

    je ne sais comment va se dérouler la réunion cet après midi. En ce qui me concerne comme j’ai la chance de quitter st denis un soir sur deux,je me ressouce dans un endroit digne d’y vivre et pourtant c’est toujours la banlieue parisienne,st Geneviève des bois dans le 91. Du coup je ne suis pas trop énervée …mais même si je désire trouver des concessions avec toutes les instances pour que l’on puisse avoir le droit de vivre dans ce quartier, nous ne pourrons pas empêcher les gens d’exprimer leur ras le bol et je les comprends.

    Ne plus pouvoir sortir de chez soi passé une certaine heure seul, ouvrir la porte de son entrée sans être agressée par la saleté, ouvrir ses fenêtres et être envahis par les mouches, stressée par les voitures qui klaxonnent;l es auto-radio qui hurlent à tue tête et maintenant un arrêt de bus juste en dessous de nos fenêtres.
    Venez chez nous passer une nuit et vous vivrez ce que l’on vit. Nous nous sommes en direct avec eux sur la rue ou pour ceux qui habitent côté cour dans le parc. Il fait chaud, imaginez avec les fenêtres ouvertes. Je travaille en psychiatrie et je peux affirmer que si parmi nos résidents  nous avions une personne fragile il pourrait péter les plombs et personne est à l’abri de ce genre de choses. Un drame peut surgir.

    Quand aux impôts, l’année dernière j’avais écrit pour demander une prime et non une taxe d’imposition. Cette année, il serait bon de faire quelque-chose.

    0

    0
  10. Sam dit :

    @françoise

    Je te sens en forme et ça fait plaisir. Si le retrait des agents est maintenu et cautionné par Plaine Co et la ville alors cela conforte l’idée que les pouvoirs publiques laissent faire et créent par conséquent une zone de non droit…un ghetto. Et après qui va se retirer ? la RATP ? La SNCF ? Les facteurs ? Les médecins ? Les pharmaciens ? La profession médicale ? …

    J’ai pris des photos du quartier, je les diffuse ce soir…il y a des rats dans nos rues.
    Si le retrait est maintenu, on fera grève pour refuser de payer les impôts…qui étaient bien chers compte tenu du cadre de vie et qui ont injustement augmentés en 2009. Allez françoise, reste comme tu es cet après-midi et garde ce sang froid…et à ce soir autour d’une crêpe 😉

    Biz

    0

    0
  11. Sam dit :

    Je viens d’avoir deux habitantes qui ont assisté à la réunion. Ce qu’il en sort c’est que Mr Le Préfet a fait bonne impression …il est très à l’écoute et semble dynamique.
    La manif de la CGT est restée discrète.
    Mr Braouezec président de Plaine Co, employeur de l’agent agressé, et député a brillé par son absence (?!).
    En tout cas l’article du monde a l’air de booster tout le monde et mettre de l’eau à notre moulin. Alors y a du bon dans la médiatisation 😉

    ( pour votre info un journaliste de France Info s’est déplacée cette semaine sur notre quartier).

    Il y a une avancée concernant la vidéo surveillance. Mr Didier Paillard est d’accord pour son installation dans notre quartier…les frais seront partagés entre État, SNCF et la ville. Nous sommes bien évidemment satisfaits de ce changement de position !!

    Bon il y a un tas d’autres infos, on se voit ce soir à la crêperie…pour en discuter.
    Que ceux qui veulent venir, n’hésitent pas…ça nous fera plaisir !!!

    Merci à tous les habitants qui ont participé. On frappera à toutes les portes…absolument toutes. Prochaine étape…le procureur de la république !!

    0

    0
  12. marco dit :

    bon, je m’étais promis… mais l’urgence de l’actualité fait que… Les caméras de surveillance outre leur prix trés élevés (30000 euros l’installation à l’unité, 6000 euros de dépense de fonctionnement !!!) ne régleront pas le problèmes, au mieux elles les déplaceront. En étant pragmatique (speciale dédicace) il faut pouvoir allier une politique de sécurité conséquente pour tranquilliser le quartier et une présence associative au côté des toxicomanes (pour créer du lien, de la prévention, à chateau rouge ça existe). Les deux logiques sont opposées et tant mieux : la mode (sécuritaire ?) actuelle étant de créer des partenariats en tout genre qui nuise à l’efficacité de la mission de chacun. Un éduc qui cause comme un flic (l’inverse est aussi exact) quel intérêt ???
    Malgré cela je pense que ça ne suffira pas vu la crise qu’on est entrain de se prendre sur le coin de la gueule, seule une ré appropriation politique de la chose ,publique et du quartier par les habitants me semble porteur d’avenir. Vu la composition sociale du quartier cela passe forcément par une reconnaissance de la lutte des classes comme clivage social majeur, ce qui reste rédhibitoire pour tous les supporteurs Ps/modem de ce site…

    0

    0
  13. françoise dit :

    Sam,
    Tu sais si je suis en forme c’est qu’en ce moment je vis dans ce quartier a temps partiel. J’y suis le lundi soir et le mercredi soir,les autres jours je suis à ma caravane dans l’Essonne. Je mange dehors, regarde la télé au calme, peut laisser les portes et fenêtres ouvertes, je n’ai pas peur d’être agressée et volée. Je vis normalement quoi.

    Malheureusement beaucoup de gens n’ont pas cette chance et JP mon mari par sa pathologie ne peut pas venir aussi souvent et est obligé de rentrer dormir dans ce quartier où toutes les odeurs pourissantes fleurissent. C’est très sain pour un insuffisant respiratoire. je me ressource et ai bien l’intention de canaliser mon énergie pour faire bouger ce quartier.

    Ok prochain épisode le procureur et pourquoi pas le ministère de l’intérieur. Mais est-il normal de payer des impôts locaux dans une ville que je suis obligée de déserter et vivre dans une autre ville où je ne paie pas d’impôts. Je ne fais plus rien dans cette ville car je ne veux plus traverser ce quartier et je n’y trouve rien d’intéressant pour moi citoyenne normal.

    0

    0
  14. françoise dit :

    Ce matin en allant chercher mon journal au relais H de la gare, je rencontre une dame qui venait de voir une dame se faire arracher son sac. Elle passe tous les jours dans la rue du Port.
    Elle m’a demandé si on habitait l’immeuble où l’on avait mis la banderole, lui ai expliqué que c’était chez nous, lui ai dit que l’on avait eu une réunion avec le préfet, la police et qu’il existait un site internet. Mais cette dame n’a pas internet.
    Elle me dit, « mais ce quartier donne envie de pleurer… ». Voilà le peu de choses que je fais dans ce quartier me permet de rencontrer d’autres personnes qui souffrent aussi de ce quartier même celles qui ne font que le traverser.

    Imaginons nous qui y vivons et notre gardien qui y vit et y travaille…même pas de moments de recul.

    0

    0
  15. Sam dit :

    @marco

    Comme je le répète, la situation est trop complexe. Nous pensons qu’il faut mettre en œuvre plusieurs solutions simultanément. Croire qu’une solution est LA solution à tous ces maux est déjà une erreur.

    Il faut de la présence policière en suffisance pour protéger l’intégrité physique des habitants et travailleurs dans ce quartier. Il faut de la prévention pilotée par les associations qui connaissent la toxicomanie mieux que quiconque telles qu’Aides, que nous avons déjà rencontré et rencontrons de nouveau bientôt, pour encadrer les toxicomanes. Il faut des enquêtes pour déloger les gros dealers…si pas de dealers, pas de fournisseurs et pas de toxicos…la vidéo surveillance peut aider. Et puis il faut aussi des opérations coups de poings pour empêcher que cela continue à gangréner. Un squat de toxicos vient de s’installer le long du canal et un autre est en cours rue Charles Michels…

    Ce quartier est en overdose de difficultés on ne peut pas et la ville de Saint-Denis ne peut plus accueillir et soigner toutes les misères de l’Ile de France.

    Je suis d’accord avec toi que la vidéo surveillance seule ne suffira pas. C’est un outil parmi d’autres et mérite qu’on essaie avec les autres solutions pour confondre les dealers…qui aujourd’hui vendent à ciel ouvert leur saloperie. Concernant son coût, l’essentiel sera pris en charge par la SNCF et l’état.

    Je vais faire un CR d’après le retour des habitants. Nous sommes conscients que nous allons continuer à subir cette situation pendant un certain temps…la réunion d’hier est un début d’un long chemin.

    0

    0
  16. citoyen93 dit :

    Un grand merci à Sam pour son travail sur le quartier de la gare.
    Visiblement les choses bougent mais restons vigilant.
    Braouzec a brillé par son absence et cela ne m’étonne pas. Après tout le quartier de la gare récolte les fruits d’une politique de laisser-faire initiée par Braouzec.
    Logements insalubes et squats ne datent pas d’aujourd’hui et Braouzec aurait du s’en préoccuper depuis des années.
    Il a fallu la mobilisation de quelques personnes pour enfin faire bouger les choses.
    Tous mes encouragements.

    0

    0
  17. Sam dit :

    @citoyen93

    Merci pour tes encouragements. Hier, je n’ai pas pu être présente mais les voisins se sont chargés de parler pour nous tous. Un grand merci à tous les habitants qui se sont rendus disponibles : Sophie, Françoise, Christelle, Nicolas, Catherine …

    Nous ne sommes pas des utopistes et savons que les choses prennent du temps. Les nuisances n’ont pas disparu par magie et sont toujours là, alors nous restons attentifs.

    0

    0
  18. Charly dit :

    Je suis profondément choqué par les propos égoïste de marco.

    En effet, je trouve dangereux, voir malsaines les idées qu’il y a derrière ce genre de propos, d’opposer le coût d’un des outils qui pourrait permettre, (d’abord de contenir) de résoudre les problématiques de drogue au quartier de la Gare.
    Nous sommes tous conscients que ce n’est pas LA solution, que c’est seulement un moyen parmi d’autres qui pourra peut-être permettre d’en savoir plus sur les allers et venus des dealers et des revendeurs de crack, et qu’il est nécessaire de soutenir les associations comme Aides qui suivent les toxicomanes accro au crack et dont la vie est brisée.
    La Police ? Oui la police, on aimerai la voir plus souvent au quartier de la gare, et plus souvent aussi en dehors de leurs véhicules. On aimerai qu’elle soit là, afin de ne plus lire de faits divers morbides dans les journaux : 5 morts violentes liées aux trafics, et combien d’agressions!

    Alors oui, je suis choqué de ce commentaire, qui consiste à ne réagir qu’au coût d’un des outils nécessaires à la Police pour agir en amont des filières de distribution de crack. Sûrement que pour marco, la vie des hommes et des femmes qui sont déjà décédés à cause du trafic de drogue et des règlements de compte, n’a pas de prix.
    Peut-être que pour marco et ceux qui pensent comme lui qu’essayer de résoudre cette « scène de vente et de consommation de crack à ciel ouvert » est inutile, car c’est coûteux… Mais bon, c’est vrai que ces vies brisées, anéanties par le crack ne valent rien …. Eh, Bien non! Nous sommes nombreux à ne pas penser comme lui, et heureusement !

    Au fait Marco, les coûts sociaux de la drogue, les morts, les agressions, les familles brisées, les vies bousillées pour le profit de quelques dealers…., eh bien je pense que tout ça coûte bien plus au final que quelques caméras et les salaires des policiers qui essayent de remonter les filières.

    FAUT PAS SE TROMPER DE SUJET.

    0

    0
  19. citoyen93 dit :

    Effectivement les propos tenus par Marco sont très limites.
    La vidéo surveillance ne résout pas tout et le croire est une erreur mais elle permet de limiter les agissements de dealers et de toxicos sur des lieux trés fréquentés.
    Jeudi matin j’ai assisté devant le bureau de régulation de la RATP a une scène ahurissante. En effet, une toxico assise sur le rebord du trottoir était en train de se faire faire une injection par un homme agenouillé devant elle et cela à 10 h 30 du matin. Je n’ose imaginer ce qui doit se passer à partir de 21 heures.
    Alors je crois que tout ce qui peut contrecarrer les agissements des trafiquants et toxicos est bon à prendre.
    Cela fait 7 ans que je suis à Saint-Denis, je passe par la gare comme pas mal de Dyonisiens pour me rendre à mon travail, un cap a été franchi qui soulève la question du devenir de ce quartier et des conséquences sur la population environnante.

    0

    0
  20. Sam dit :

    Un regret, aucun commerçant n’a voulu venir (!?)…pourtant ils ont fait circuler une pétition et ont fait un témoignage dans le parisien il y a un an …puis ils ont créé une association.

    On aimerait bien faire des actions communes car nous nous battons pour la même chose au final…et on ne peut avoir pire situation que l’actuelle.

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *