le Conseil syndical du 3 rue de la Charronnerie écrit au Maire

Vous aimerez aussi...

26 réponses

  1. zobry dit :

    Voici l’article 2212 1 du code général des collectivités territoriales copié dans Legifrance.gouv :
    http://www.legifrance.gouv.fr/affic

    Article L2212-2
    Modifié par LOI n°2014-1545 du 20 décembre 2014 – art. 11

    La police municipale a pour objet d’assurer le bon ordre, la sûreté, la sécurité et la salubrité publiques. Elle comprend notamment :

    1° Tout ce qui intéresse la sûreté et la commodité du passage dans les rues, quais, places et voies publiques, ce qui comprend le nettoiement, l’éclairage, l’enlèvement des encombrements, la démolition ou la réparation des édifices et monuments funéraires menaçant ruine, l’interdiction de rien exposer aux fenêtres ou autres parties des édifices qui puisse nuire par sa chute ou celle de rien jeter qui puisse endommager les passants ou causer des exhalaisons nuisibles ainsi que le soin de réprimer les dépôts, déversements, déjections, projections de toute matière ou objet de nature à nuire, en quelque manière que ce soit, à la sûreté ou à la commodité du passage ou à la propreté des voies susmentionnées ;

    2° Le soin de réprimer les atteintes à la tranquillité publique telles que les rixes et disputes accompagnées d’ameutement dans les rues, le tumulte excité dans les lieux d’assemblée publique, les attroupements, les bruits, les troubles de voisinage, les rassemblements nocturnes qui troublent le repos des habitants et tous actes de nature à compromettre la tranquillité publique ;

    3° Le maintien du bon ordre dans les endroits où il se fait de grands rassemblements d’hommes, tels que les foires, marchés, réjouissances et cérémonies publiques, spectacles, jeux, cafés, églises et autres lieux publics ;

    4° L’inspection sur la fidélité du débit des denrées qui se vendent au poids ou à la mesure et sur la salubrité des comestibles exposés en vue de la vente ;

    5° Le soin de prévenir, par des précautions convenables, et de faire cesser, par la distribution des secours nécessaires, les accidents et les fléaux calamiteux ainsi que les pollutions de toute nature, tels que les incendies, les inondations, les ruptures de digues, les éboulements de terre ou de rochers, les avalanches ou autres accidents naturels, les maladies épidémiques ou contagieuses, les épizooties, de pourvoir d’urgence à toutes les mesures d’assistance et de secours et, s’il y a lieu, de provoquer l’intervention de l’administration supérieure ;

    6° Le soin de prendre provisoirement les mesures nécessaires contre les personnes atteintes de troubles mentaux dont l’état pourrait compromettre la morale publique, la sécurité des personnes ou la conservation des propriétés ;

    7° Le soin d’obvier ou de remédier aux événements fâcheux qui pourraient être occasionnés par la divagation des animaux malfaisants ou féroces.

    Il y a beaucoup de manquements entre ce qui est demandé par la loi et ce que nous vivons au quotidien à St Denis. C’est au delà du grand écart !
    Et comme la révocation d’un maire semble mission impossible : http://www.legifrance.gouv.fr/affic
    peut-être faut-il s’adresser par courrier au « bon » dieu en haut lieu (ministre de l’intérieur) . Cela me semble être le bon moment compte tenu de l’actualité.

    0

    0
  2. Laurence dit :

    Merci Zobry pour ce rappel. Je crois qu’il faut tout simplement demander au maire-adjoint chargé de la tranquillité publique donc de la police municipale et des médiateurs s’il a une petite idée de ce qui pourrait se faire pour améliorer les conditions de vie des riverains.
    Il n’est plus possible de se faire agresser par des gamins de 15 ans parfois même plus jeunes et je ne parle pas de ceux qui squattent en bas de chez vous en train de rouler un joint ou se faire sa petite pipe de crack.
    Qu’il demande de l’aide aux habitants prêts à tout pour que une amélioration de la ville on a dépassé la barre maximale de la délinquance même si les chiffres disent le contraire.

    0

    0
  3. goldo dit :

    Peut-on porter plainte pour maltraitance car moi dans cette ville je me sens maltraités par ce qui s’y passe qui m’empêche de vivre normalement. J’en suis arrivée a la fuir et a ne plus rien y faire sauf ce que je peux pas faire ailleurs. Mes impôts locaux sont payés a St Denis, est-ce normal?

    0

    0
  4. citoyen93 dit :

    Le courrier de ce conseil syndical est absolument édifiant et met en exergue la totale absence de volonté de cette équipe municipale à réellement gérer de manière efficiente les problèmes de sécurité sur cette ville.
    Cela traduit un mépris complet envers des citoyens totalement démunis face à cette situation.
    Il y a urgence à intervenir avant que cela dégénère.
    Comment peut on vivre dans un environnement aussi anxiogène ?
    Les élus de cette ville ont une énorme responsabilité dans la totale déliquescence de ce territoire, sur les questions relatives à la sécurité, la propreté, l’emploi, le vivre ensemble, le développement économique, la mixité et l’aménagement de l’espace.

    0

    0
  5. Curieuse dit :

    Hélas !! Ce courrier pourrait être envoyé par pratiquement tous les conseils syndicaux au Maire, tant la situation décrite par ce conseil syndical est celle vécue par bon nombre d’habitants de Saint-Denis, du Nord ,du Sud, de l’Ouest et de l’Est de la ville et même du Centre!!!…propriétaires et locataires confondus dans une situation de vie de plus en plus insupportable…Alors que faire? S’il est bien vrai que tous ensemble on est plus fort, il nous reste à inventer un moyen de nous faire entendre bien au delà des limites du redécoupage des démarches quartiers , redécoupage qui ne sert qu’à « noyer le poisson  » et à éluder les vraies questions!!!

    0

    0
  6. citoyen93 dit :

    @Curieuse
    Nous assistons à un naufrage. Cette équipe municipale est en train de conduire cette ville sur des fonds baptismaux inégalés.
    La seule préoccupation qui les anime est de savoir comment ils vont se maintenir en place.
    « Les vraies questions » ont été posées depuis des années et cette équipe municipale les a toujours éludées.
    Il n’y a hélas rien à attendre de ces élus.
    La messe est dite depuis longtemps.
    Il faut contacter la presse locale ou nationale en leur envoyant la lettre adressée au maire.
    La seule chose à faire est de faire venir des journalistes afin qu’ils constatent sur place l’ampleur du désastre.

    0

    0
  7. alain dit :

    Que fait la Police ? Rien ? Certainement pas, mais elle agit aux mauvais endroits.
    Que fait le maire ? Rien ? Certainement pas, mais il agit n’importe comment, en décalage avec les besoins des habitants et de la ville.
    Toujours est-il que depuis plusieurs semaines nous constatons une recrudescence de la chienlit à St-Denis du fait de l’absence sur le terrain des élus d’une part, mais ça ce n’est pas nouveau et de la Police, PN et PM confondues et pas que dans le centre ville. Alors, que se passe-t-il à Saint-Denis ?
    Vous aurez remarqué que dans le centre, à partit « des 4 rues », rue G. Péri en allant vers la place de la Résistance, la ville, plus de 10 ans après la demande de certains élus de l’époque et des associations de riverrains, se décide enfin à poser des plots pour empêcher le stationnement sur le trottoir. C’est un début de réponse, mais bien faible par rapport aux besoins.
    Alors je suis pleinement solidaire de la copro de la rue de la Charonnerie et de tous les habitants qui souffrent de la déliquance chronique, des trafics, des incivilités, des agressions, du mépris, du racisme d’où qu’il vienne, de l’indifférence, de la saleté, parcequ’ une poignée d’incapables refuse de voir la vérité en face.
    Puisqu’ils sont démissionnaires, qu’ils aient le courage d’aller au bout et passe la main, cette situation a assez durée !

    0

    0
  8. Habitant dit :

    Bonjour,
    Je vis dans cet immeuble au 3 rue de la charronnerie
    Il y a toujours eu du deal ds cette rue plus au moins discret, mais depuis 1 an maintenant depuis la fin de la ZSP, la police a arrêté les dealers de cette rue mais tout de suite après un autre groupe (une autre communauté venu du 95) essaye de récupérer ce bout de rue, ce qui engendre des violences entre ces 2 communauté allant jusqu’à se tirer dessus. Il y a un mois à peu près en pleine période de fête, un samedi après midi alors que la rue était bondé de monde, un des type est venu armé d’un revolver et à commencer à tirer, il était à peu près à 50m de ces cibles, heureusement au 1er tir son arme s’est enrayé car sinon je pense qu’il aurait vidé son chargeur en faisant un carnage, les passants affolé courait ds ts les sens. Cela arrive en géneral la nuit, mais là c’était en pleine après midi.
    Donc lorsque cette municipalité se vante que plusieurs communauté vivent en harmonie à St-Denis, j’aimerai lui dire que non, en centre ville il se tire dessus pour un bout de trottoir.
    Lorsqu’ils nous disent que la vidéosurveillance ne fait que déplacer le problème, je lui répondrait oui, mais elle déplace les dealers de crack, héroïne, cocaïne…des villes du 95 (où ils ont la vidéosurveillance) vers St-Denis et inonde ses rues de drogues dures, je vois pas mal de jeunes de St-Denis déscolarisé qui commence à en consommer.
    Donc comme ts les soirs depuis 1 an maintenant 20 à 30 personnes se regroupent devant notre porte d’entrée nous empêchant l’accès, la police passe mais ne peut rien faire car elle ne sait pas qui deale ds le groupe et qui possède les armes, vu qu’ils n’ont aucune caméra à disposition.

    0

    0
  9. Caroline dit :

    Oui, mais pour l’instant, la préoccupation de nos élus, c’est la campagne des départementales.
    Quand vous voyez :
    Monsieur Paillard Didier, maire de Saint-Denis, vice président de Plaine Commune
    Florence Haye, Première Maire adjointe, délégation Ressources Humaines, Jeunesse, quartier Delaunay-Belleville, Sémard.
    Monsieur Bakayoko, 3° maire adjoint, délégation, Sport, grand évènement, emploi, insertion et formation, quartier Joliot Curie-Lamaze-Cosmonautes.
    Madame De La Fuenté Suzanna, 11° Maire Adjointe Délégation La Plaine.
    Monsieur Patrick Braouezec, Président de Plaine Commune
    Monsieur Rabahallah Slimane, 5° maire adjoint, Prévention de la délinquance, tranquillité publique, politiques de prévention.
    Madame Levèque Catherine, 10° maire adjointe, délégation Petite enfance.
    Monsieur Stéphane Privé, 15° maire adjoint, Délégation finances, et conseiller communautaire
    Monsieur Hanotin Mathieu, Député et vice président au CG
    Expliquez moi comment peut on faire du bon boulot si on cumul.
    Ils veulent notre bien, mais quand nous voyons l’état de la ville, la délinquance qui ne fait que d’augmenter, le chômage bat tous ses records dans notre ville.
    Nous sommes plus de 100 000 habitants et nous passons notre temps à se plaindre, mais on n’a pas le choix, la municipalité ne fait rien pour le bon vivre à Saint-Denis, laisse pourrir les situations, va porter plainte sur des associations qui essaient de faire quelque chose pour cette ville, car les élus n’admettent pas qu’on puisse réagir et il faut ne plus faire confiance.
    Ils sont tous des irresponsables.
    Il faut faire le plus de courriers possible pour qu’ils réagissent et théoriquement, ils sont élus, pour que l’on puisse vivre dans de bonne condition, mais pas dans l’insécurité.

    0

    0
  10. goldo dit :

    Il n’Ya que nous les habitants qui pouvons nous faire entendre moi j’en ai assez d’écrire,de me plaindre, je n’en peux plus j’ai envie de ‘agir pour me faire entendre mais seule ça ne servira a rien. En France si on ne fait pas de bruit, rien ne change. Goldo

    0

    0
  11. citoyen93 dit :

    @ Tous,
    Il n’y a rien à espérer de ces élus.
    Ce que vivent les habitants de cette copro ainsi que les riverains de l’hypercentre est scandaleux.
    En tant que maire, j’estime que la moindre des choses est de veiller à ce que mes administrés aient un tant soit peu un minimum de qualité de vie.
    Il y a des coups de feu, du deal et de la consommation de drogues dures en plein centre ville et le maire ne se déplace même pas.
    C’est une honte et c’est indigne d’un élu sensé représenter et défendre ses administrés,
    Il fera comme d’habitude c’est à dire rien. Éventuellement il haussera les épaules en vous expliquant que c’est partout pareil et que c’est à la police de faire son boulot.
    Il faut alerter la presse. Ce qui se passe est trop grave.
    @Caroline Les élus que vous mentionnez sont les naufrageurs de ce territoire.
    Qu’ils partent au plus vite et le plus loin possible en espérant qu’ils arrêteront à jamais la politique.

    0

    0
  12. goldos dit :

    malheureusement ils ne sont pas prêts de partir. Monsieur Paillard a 60 ans ,on va l’inscrire au club des séniors, il sera peut-être plus efficace. Moi j’ai 65 ans j’ai l’impression d’être plus énergique que lui. Goldo

    0

    0
  13. Caroline dit :

    Je vous ai mis la liste, pour vous informer qu’ils sont incapables de s’occuper de notre ville et ils veulent plus de pouvoir et surtout plus d’indemnités.
    Notre sort, nos vies, nos souffrances, j’ai l’impréssion que ce n’est pas leurs problêmes.
    Leurs politiques et ses responsables sont à bout de souffle.
    Ils faut les sanctionner et la meilleur solution, ne plus voter pour eux, mais ne pas jouer le jeux des extrèmes.
    Il faudrait qu’on décide de porter plainte, pour non assistance car c’est de leur compétance de nous garantir une vie agréable.

    0

    0
  14. Habitant dit :

    @Caroline
    si rien n’est fait nous envisageons plusieurs recours dont une plainte à non assistance
    Mais aussi pour faire intervenir des médias nationaux
    Vu la gravité de la situation, un drame ne devrait pas tarder à se produire et là ils ne pourront pas dire on ne savais pas, nous sommes de ts coeur avec…leurs baratins habituels
    Nous gardons tous l’historique de nos demandes répétés à cette municipalité et nos appels à l’aide, des enfants et des familles vivent ds cette résidences…
    Il y a 6 mois nous en avons parlé à L. Russier qui fréquente svt le coq Hardy, depuis il a disparu, il se cache, je ne l’ai plus jamais revu, quel courage…

    0

    0
  15. suger dit :

    Les premiers concernés sont le maire, Didier Paillard (candidat suppléant PC-FDG aux élections départementales !) et son délégué à la prévention de la délinquance et à la tranquilité publique, le maire-adjoint Slimane Rabahallah (candidat titulaire PSG aux élections départementales). C’est d’abord à eux de prendre des mesures qui relèvent de leurs compétences :
    – renforcer les effectifs (ridiculement insuffisants pour une ville de plus de 100 000 habitants) de la police municipale,
    – faire en sorte que la police municipale intervienne en cas d’alcoolisation et d’attroupements sur la voie publique,
    – faire d’urgence installer des caméras de vidéosurveillance dans les espaces publics les plus touchés actuellement par la délinquance de rue (Place des Tilleuls, rue de la Charonnerie,…).
    L’ancienne municipalité refusait absolument la vidéosurveillance. L’actuelle municipalité prétend avoir changé de position malgré l’opposition totale à la vidéosurveillance de M. Bakayoko (maire-adjoint et candidat FDG aux départementales !) et d’autres élus de la majorité.
    Qu’attendent le maire et son maire-adjoint M. Rabahallah pour installer la vidéosurveillance ? Ont-ils plus peur des réactions de M. Braouezec (candidat suppléant FDG aux départementales, lui aussi !) et de M. Bagayoko que des conséquences de leur inaction dans l’aggravation de la délinquance à Saint-Denis ? Qui est vraiment le maire de Saint-Denis finalement ? Y-a-t-il réellement un maire-adjoint délégué à la « tranquillité publique » ?

    0

    0
  16. goldo dit :

    Je disais hier que je ne recevais pas réponse au courrier que j’envoyais a Paillard. Et bien aujourd’hui j’en ai une mais une réponse qui noie le poisson et qui ne répond pas aux questions posées. Cette lettre était collective, je vais donc voir quelle réplique nous allons apporter.
    en ce qui concerne le dépôt de plainte pour maltraitance, je l’avais déjà abordé et je m’étais renseignée, il me semble que c’est difficile, il nous faudrait un avocat, a moins que nous puissions le faire directement en écrivant au Procureur de la république. Nous pouvons aussi demander une rencontre a nos chers élus avant de passer a l’acte. Goldos

    0

    0
  17. Bel-Air dit :

    Extrait de l’article de François-Guillaume Lorrain, le Point, datant d’hier.

     » (…)Serge Santos (…) regrette surtout que Saint-Denis ne fasse pas partie du circuit prioritaire des touristes. L’abbaye reçoit 170 000 visiteurs par an, soit quarante fois moins que Versailles. Le périphérique sépare la basilique de Paris. L’insécurité est également trop vite dissuasive. Depuis trois ans, on note un léger mieux, mais chaque incident refroidit les étrangers, surtout les Asiatiques, quasiment absents. »

    http://www.lepoint.fr/histoire/les-

    Donc on voit bien que les problèmes d’insécurité annihilent toute tentative de promouvoir la belle basilique et ses alentours… Certes Versailles est énorme mais même proportionnellement 40 fois moins de visiteurs pour la basilique, ça fait beaucoup…

    0

    0
  18. citoyen93 dit :

    Ecrire au maire est une bonne chose mais sachez que cela ne sera pas suivi d’effet.
    Alertez la presse, les médias.
    Communiquez sur cette problématique qui pourrie la vie des habitants de cette ville.
    Sans forcément rentrer dans le sensationnel, il faut que les journalistes se déplacent et fassent leur boulot afin d’informer sur le quotiden vécu par les habitants de cette ville.

    0

    0
  19. Habitant dit :

    @citoyen93
    On va pas se gêné, on va leur faire une sacré pub au PC et Front de gauche et leur façon de gérer une ville

    0

    0
  20. Habitant dit :

    @Goldo
    Nous y pensons à prendre un avocat, vu la situation, il est clair que nous n’avons plus rien à perdre…

    0

    0
  21. goldos dit :

    je ne sais comment vous pensez financer mais si besoin je participe et je soutiens l’action car j’en ai marre de me sentir malmenée et ne pas pouvoir être dans cette ville comme on peut l’être dans beaucoup d’autres; Goldos

    0

    0
  22. Karima dit :

    Jai vécu 25 ans à Franc-Moisin de 1984 à 2009.
    Je me rappelle que j’ai pleuré quand on ne m’a donné le quartier car moi je voulais le centre comme mes parents.
    J’ai vu l’évolution, mais pas en bien, et le moment où le quartier c’est dégradé, c’est en 1995, lors de l’implosion du bâtiment 3.
    A ce moment, on était content car cette tour était salle, presque tous les appartements étaient squattés ou les locataires ne payaient plus le loyer, et les trafics étaient seulement en bas de cette tour.
    Moi-même, je trouvais que c’était bien, et bien non, car les problèmes se sont répartis dans tout le quartier et de plus, il aurait fallu, toutes les familles à problème, les répartir dans tout le 93.
    Puis, vint la période vers 2000, où 80 familles ont squattés en un weekend, là, ca été la catastrophe, car familles nombreuses, polygames dans des studios.
    A cette époque, Monsieur Braouezec, « altermondialiste » voulait les loger et les a laisser à Franc-Moisin.
    Je ne sais pas si c’est bien, il a peu être cru bien faire par apport à ses idées, mais le quartier avec déjà plein d’handicap, qu’il n’a même pas pensé que s’allait s’aggraver.
    On avait beau leur dire que les squatteurs devaient partir et qu’ils n’étaient pas normal qu’ils ne payaient pas de loyer, alors que certains avaient des difficultés et ce n’allait pas rendre service de rajouter d’autres problèmes, si on voulait s’en sortir, il fallait de la mixité et non du communautarisme
    Le niveau d’échec a augmenté, les profs désespérés, puis vint les constructions, gymnase, lycée Suger médiathèque, service CAF, Sécu, EDF.
    Peut être qu’ils pensaient bien faire, mais ce n’est pas parce que nous avons tout à coté ou 4 murs pour dormir que notre vie est meilleure, mais ils ne l’entendaient pas comme ca, dès le moment qu’il y avait des investissements, on devait être satisfait mais nous, on avait l’impression que la municipalité ne voulait qu’on aille au centre ville et d’ailleurs, lors d’une réunion, j’ai demandé à Monsieur Braouezec, « à quand le cimetière, car on nait à Franc-Moisin, et on crève à Franc-Moisin ».
    Mais comment voulez vous qu’ils fassent quelque chose de bien pour nous, quand il y a des visites du quartier avec le maire, ils ne sont pas choqués qu’il y a que 2 pèlerins présents, car ils visitent le quartier et ils discutent entre eux.
    Je me suis permise un jour de leur dire de dégager, car au moment où j’ai voulu parler à Didier Paillard, j’ai dérangé une responsable, et n’avait pas apprécié que je m’adresse au maire.
    En fin de compte, ils sont dans leur monde, entre eux et ils ne savent pas ce que l’on veut.
    J’ai l’impression qu’ils sont dépassés, ils ont créée ces situations, paupérisée notre ville et surtout, les médias se font un plaisir de parler du « 9.3 » en mal, qu’ils ne savent pas ou commencer, ils devraient nous demander, à nous dionysiens, mais ils ne savent pas le faire.
    C’est triste, car je suis née ici et je ne sais pas si je resterais ici pour mes vieux jours, car je vois ma mère qui évite de sortir car elle à peur de se faire agresser, me fais réfléchir à mon futur à Saint-Denis.

    0

    0
  23. citoyen93 dit :

    @Karima,
    Votre commentaire sur votre vécu aux Francs Moisins illustre très bien la posture des élus de cette ville.
    Vous nous avez dépeint un tableau très réaliste de la lente descente aux enfers des habitants de ce quartier.
    La frontière entre le centre et les Francs Moisins est une réalité accentuée par l’autoroute A1 que les élus n’ont jamais voulu enfouir. Cela aurait permis de faire un trait d’union entre l’hypercentre et ce quartier mais au regard de ce qui a été fait sur la Porte de Paris, je pense que parler d’aménagement avec ces élus revient à essayer de faire comprendre l’algèbre à un âne.
    Merci pour ce témoignage qui en dit long sur le naufrage de ce territoire où les habitants sont totalement laissés à l’abandon par des politiciens plus préoccupés par leur carrière politique.

    0

    0
  24. Karima dit :

    Oui citoyen 93, car à l’époque, on se battait pour avoir une navette inter quartier, car le bus 170, suite à plusieurs agressions s’arrêtait à 21h 30 et le terminus est la gare de Saint-Denis.
    Ceux qui n’avaient pas de voiture, avaient des difficultés pour faire leurs courses au centre, soit on prenait un pack d’eau dans son caddie ou autres choses car pour les personnes âgées, à l’époque devait remonter jusqu’à la gare pour prendre le 170 ou attendre à la Place du mai, le 354 quand le terminus n’était pas la porte de Paris.
    A l’époque, je proposais une association et des aides pour financer les mini bus, qui faisait non stop, Franc-Moisin- centre ville avec un circuit, on prenait soit des jeunes ou autres au chômage et un tarif unique. Ce système existe en Turquie, Algérie, et il fonctionne très bien.
    D’une, les gens de Franc-Moisin pouvaient se déplacer et de plus, des postes auraient été créée et surtout on pouvait le faire pour d’autres quartiers comme Floréal-Saussaie soit tous les quartiers où les bus sont rare et qu’ils ne s’arrêtent pas au centre ville.
    Mais en tant que comptable, je ne sais : ni ce que les dionysiens on besoin, ni gérer un budget.
    Malgré tous les Tramways construits, on a toujours le 170 et le 354 pour un quartier de 12 000 habitants.
    C’est pour cela, que les habitants ne vont pas souvent aux activités et aux événements qui se déroulent au centre ville, d’une très peu lisent le JSD, et souvent, on n’était pas au courant car les informations ne circulaient pas.
    Je ne sais pas s’il y a toujours les mêmes incompréhension sur la communication car je vis maintenant à Gaston Dourdin.

    0

    0
  25. goldo dit :

    bonjour
    même quand nous avons l’information, en ce qui me concerne je les ai mais souvent il faut se déplacer dans différents endroits et moi a part le matin je n’arrive pas a aller dans le centre de St Denis, de la gare il faut traverser tout le territoire envahi par les vendeurs a la sauvette y compris ceux qui font des brochettes et qui enfument tout le quartier. Bien souvent les rues sont sales, j’ai l’impression que dans cette ville personne ne se promène paisiblement, les gens tracent mais on ne les sent pas sereins. Et ça je ne supporte pas. Le seul avantage de cette ville ce sont les transports, il est vrai que l’on peut se rendre partout sans voiture mais nous sommes transportés comme du bétail donc pas envie. Hier un énergumène se baladait sur le toit de l’abribus de la station gare du tram, il sautait dessus. Le chauffeur craignant qu’il se jette sur les rames ne démarrait pas et la police appelée ne venait pas,des enfants avaient peur. Voilà notre quotidien, une passagère disait « heureusement que je n’habite pas st Denis, je ne me sentirai pas en sécurité. Voilà ce que nous vivons au quotidien.Goldo

    0

    0
  26. Habitant dit :

    Bonjour,
    Nous avons assisté hier à la réunion quartier à la mairie en présence du commissaire, chef de la BAC, Mr Russier et Mr Rabahallah…Donc tout le monde était là, impossible pour eux de se défausser en se rejetant la responsabilité sur l’un ou l’autre. Mr le commissaire a clairement fait comprendre à nos élus que lorsqu’il travaillait ds le 18ème la vidéo protection était un plus pour lui, cela lui permettait d’agir rapidement et précisément sur les dealeurs et que cela lui permettait d’économiser des ressources policières en évitant des planques interminables (consommatrice en effectif) donc que des avantages surtout lorsqu’on est en pénurie de policier. Mais tout cela on le sait depuis des années donc pourquoi cette municipalité a t’elle toujours refusé la vidéo surveillance, moi je pense qu’ils veulent que St-Denis reste un ghetto (un apartheid) ainsi la classe moyenne fuit, cette même classe qui ne vote pas pour les extrême (PC, FG, FN) et tout ceci bien sûr au mépris des habitants, peu importe qu’il y ait des agressions, des morts…ils s’en fiche.
    Mr Russier m’a indiqué que bientôt il y aurait des caméras après qu’ils aient fait un audit, je lui fait remarqué que l’audit a déjà été fait en 2008 et que la police préconisé l’installation de vidéo surveillance sur certains endroits de Sain-Denis et qu’au dernier moment, notre cher maire les a refusé. Donc je lui ai demandé s’il comptait nous refaire le même coup qu’en 2008, il m’a assuré que non et que ces caméras devait être prête pour l’Euro 2016, dont une première vague en 2015, mais quand exactement, ça, personne ne sait.

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *