Le Figaro : Le directeur de l’IUT de Saint-Denis visé par des menaces de mort à caractère islamiste

Vous aimerez aussi...

44 réponses

  1. LeParisien dit :

    Un chef de département destitué, des menaces de mort qui pleuvent sur la tête du directeur de l’Institut universitaire et technologique (IUT) de Saint-Denis. Des faits qui, a priori, n’ont rien à voir entre eux mais qui alimentent un climat délétère au sein de cette université rattachée à Paris-XIII. Au coeur de la tourmente : le département techniques commerciales (TC) et la gestion décriée de son chef. La crise ouverte s’est soldée le 11 mars par la destitution de son responsable par le conseil de l’IUT.

    […]« A partir de novembre, des profs n’assuraient plus les cours », précise-t-on à la direction. Ce phénomène ne serait pas marginal puisqu’il porterait sur 4 831 heures de cours.

    […]D’ailleurs, les étudiants ont commencé à monter au créneau. « Ce sont eux qui nous ont alertés », précise l’IUT. Malgré le départ du responsable de ce département, une ambiance explosive persiste dans cet établissement qui accueille 1 200 étudiants.

    […] Cependant, ces attaques personnelles et répétées ont déclenché un mouvement de solidarité au sein de l’IUT.

    Ce mardi, un collectif de soutien organise une assemblée générale. « C’est à l’initiative de la communauté universitaire, dans le but de rassurer et d’informer le personnel et les enseignants sur ce qui se passe »[…]

    Pour l’instant, rien ne permet de relier le départ du chef du département TC aux courriers anonymes. Certains pencheraient même plutôt pour l’oeuvre d’un dérangé.

    0

    0
  2. Sam dit :

    Edifiant. A-delà de l’émotion, on espère que l’enquête apportera rapidement les réponses pour apaiser cet établissement.

    Y a-t-il quelque chose qu’on peut faire pour soutenir ce directeur ? Une pétition ? Est-ce que les élus locaux se sont exprimés ? Le ministre ?…

    0

    0
  3. citoyen93 dit :

    C’est énorme.
    Je suis abasourdi par ces informations.
    J’ai moi même enseigné dans cet IUT dans le département formation continue donc cela me touche personnellement.
    Je ne connais pas le département TC (Techniques de commercialisation) mais les évènements relatés par la presse sont d’une extrême gravité.

    0

    0
  4. Bill dit :

    Le Monde donne un peu plus de détails sur l’arnaque aux vacataires http://www.lemonde.fr/societe/artic

    0

    0
  5. citoyen93 dit :

    Comment peut on payer 4 800 heures portant sur des vacations non effectuées pour un montant de 200 000 euros ?
    C’est incroyable.
    Les vacations ont forcément une réalité qui se traduit par un cours en présentiel.
    Si le cours est non effectué il y a une remontée d’informations par le biais des feuilles de présences et surtout par les étudiants qui se rendent compte d’un dysfonctionnement.
    L’article explique que des vacataires étaient embauchées pour des matières qui n’étaient pas au programme.
    J’espère que les acteurs de cette arnaque seront traduits devant la justice et sanctionnés avec la plus grande sévérité.

    0

    0
  6. Bill dit :

    A priori, ce sont justement les étudiants, en l’absence des profs, qui ont alerté le directeur sur le problème. Il a ensuite découvert l’ampleur du problème. 

    Il fallait être assez stupide pour croire que les étudiants n’allaient pas s’inquiéter et faire remonter l’histoire. Les arnaqueurs ne sont pas allés assez loin en ne faisant que la moitié des heures d’enseignement fictif. L’avantage de la taille de l’arnaque, c’est qu’elle est visible et qu’au moins, cela n’aura pas duré trop longtemps. 

    En attendant, il ne reste plus qu’à espérer pour le directeur et l’IUT que l’auteur de ces courriers soit vite identifié, je suppose que certains étudiants se préparent à des examens, l’ambiance tendue ne les aidera pas.

    0

    0
  7. suger dit :

    Comme le dit citoyen93, c’est en effet une affaire énorme d’abord par l’ampleur du détournement d’argent public par des escrocs (car on ne peut les appeler autrement), ensuite par les menaces de mort envoyées à plusieurs reprises et jusqu’à son domicile au Directeur de l’IUT, menaces de mort qui semblent viser son action pour rétablir les règles pour le fonctionnement des associations (il faut signaler qu’en février, l’association en question a refusé de rendre son local, le seul de l’établissement, alors que la direction souhaitait qu’il puisse être partagé entre toutes les associations), et pour le respect de la laïcité (à l’occasion d’une fausse alerte à la bombe, la police, lors de la fouille de l’établissement, avait découvert l’existence d’une salle de prière), règles applicables dans tout établissement public d’enseignement supérieur.

    0

    0
  8. contribuable dionysien dit :

    Le manque de solidarité du Snesup envers le Directeur de l’IUT n’améliore pas l’image des syndicats enseignants.

    L’absence de soutien de la municipalité de Saint-Denis au Directeur de l’IUT est choquante.

    0

    0
  9. Sam dit :

    Ce fait divers a fait le buzz et nuit encore à l’image de la ville, du 9-3, de l’islam mais également l’université Paris XIII. La médiatisation gêne également l’enquête en cours et n’apaise surtout pas le climat de cet établissement…les parents d’élèves doivent être affolés. Cela aura certainement une incidence sur les inscriptions de tous les établissements de l’université Paris XIII

    Dans un contexte électoral mais aussi d’inscriptions universitaires, je m’interroge personnellement sur les motivations d’une telle médiatisation et de l’identité de la personne qui a saisi la presse.

    Pour le fond, il faut laisser la police et la justice mener l’enquête dans un climat plus serein.

    0

    0
  10. Claudine Saur dit :

    @ Sam

    Bravo pour ce post . (21 Mai -9h58 )

    0

    0
  11. georges dit :

    Beaumarchais vs Paillard/Braouezec,… Là Sam, j’ai du mal à suivre

    0

    0
  12. Sam dit :

    @Georges

    Pour avoir tant côtoyé les médias, il me paraît pertinent et prudent de connaître un peu plus le contexte de ce buzz.

    L’émotion mise en scène par les médias ne doit pas être un frein pr la justice et un lourd discrédit pour les différents établissements de l’université Paris XIII.

    0

    0
  13. suger dit :

    Moi aussi, sam, j’ai du mal à te suivre. Il s’agit de révélations fondées sur des faits d’une situation très grave pour les deux aspects de cette affaire :
    – d’abord des menaces de mort répétées qui semblent liées à la volonté du Directeur de l’IUT de rétablir la légalité dans son établissement contre une association confessionnelle. Comme l’écrit ce soir « Le Monde  » :
    « Paie-t-il là son combat contre l’association étudiante, L’Ouverture, contre laquelle il lutte depuis septembre 2012 ? Le directeur avait d’abord exigé qu’elle cesse de vendre, sans l’autorisation du Crous, ses sandwiches halal dans le hall de l’IUT, puis qu’elle restitue le local qu’elle occupe, afin que d’autres associations y aient également accès. »
    Lors d’une alerte à la bombe, obligeant « la police à intervenir. Celle-ci a découvert, en fouillant le bâtiment, des tapis de prière dans le local. »
    « Cette association est une façade pour des affairistes qui vendent ainsi leurs sandwiches en toute franchise d’impôts, témoigne un bon connaisseur de l’université Paris-XIII. Ses militants utilisent l’islam comme un argument électoral, apostrophant les étudiants musulmans afin d’obtenir des voix, des sièges, des financements. »
    – ensuite, une escroquerie d’envergure et je cite à nouveau « Le Monde » de ce soir :
    « « Nous avons découvert que beaucoup des enseignants et vacataires recrutés par le directeur du Département Techni… ne faisaient pas tous leurs cours, facturaient trop d’heures. Nous estimons à 4 852 heures ces vacations contestables, soit un coût de 200 000 euros », confie Patrick Vassallo, président de l’IUT, par ailleurs élu (divers gauche) à la municipalité de Saint-Denis, dirigée par le Parti communiste. »
     » Ce directeur du Département Techni… est à ce jour le seul enseignant de l’IUT entendu par les enquêteurs au sujet des menaces reçues par M. Mayol. De son côté, l’université a ouvert une enquête administrative. »
    Je conseille de lire l’article mis à jour ce soir sur le site du « Monde » pour être informé plus amplement.

    0

    0
  14. Bill dit :

    Et malheureusement, le directeur a dû déposer plainte 15 fois. Vu les menaces sur sa famille, la pression a dû être forte pour tous.
    Du fait de la médiatisation, le problème est pris au sérieux et il reçoit du soutien, ce qui n’avait pas l’air d’être évident avant que les medias n’en parlent… 🙁

    0

    0
  15. citoyen93 dit :

    @Sam
    Je n’ai pas très bien compris le sens de ton intervention.
    Les évènements qui se sont déroulés dans cet IUT sont inacceptables mais laissons faire la justice.
    Sur le fond, cette affaire est incroyable. En effet je n’arrive à m’expliquer comment on peut payer 4500 heures de vacations non effectuées.
    Il y a une chose qui m’a toujours étonné dans les IUT c’est l’absence totale de contrôle des enseignements par une inspection comme cela se passe dans le secondaire.
    Cela ne veut pas dire que les enseignants enseignent mal, mais le fait est qu’il n’y a pas de contrôle, et j’ai pu constater que certains d’entre-eux font ce qu’ils veulent, mais c’est un autre débat.

    0

    0
  16. Sam dit :

    @Bill & suger

    Merci pour ces précisions. 

    Je n’ai en aucun cas contesté le fond.

    L’article du monde répond à mes interrogations sur les raisons de cette médiatisation. 

    Espérons que la justice et la police vont – sous la pression de ce buzz – prendre enfin au sérieux cette affaire, faire le lien avec les menaces de mort et accélérer l’enquête administrative…si possible avant la prochaine rentrée universitaire pour démarrer sur de nouvelles bases.

    Non je ne me suis pas convertie à l’angélisme, juste un réflexe développé ici vis à vis des médias à force de les fréquenter…il était temps que je parte 😉

    0

    0
  17. Ernest dit :

    Le directeur de l’IUT, menacé de mort, a été agressé à Paris:
    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2

    0

    0
  18. Bel-Air dit :

    Info de dernière minute… Le directeur s’est cette fois-ci fait agressé physiquement à Paris…

    « Plusieurs jeunes l’auraient frappé à coups de poing alors qu’il sortait d’une réunion. Il a déposé plainte au commissariat du 20e arrondissement de Paris » selon le Figaro

    0

    0
  19. georges dit :

    … le site du Figaro relayant une info de RTL, parle de l’agression subie à Paris par le directeur de l’IUT.

    0

    0
  20. Claudine Saur dit :

    @SAM
    Votre message du 22 Mai 8h55 est tout à fait clair et « sage  » : » Espérons que la justice et la police
    . . .  » sans oublier la solidarité citoyenne ,bien sur !Alors attendons et encore BRAVO .

    0

    0
  21. BB dit :

    Moi ce qui me gène un peu, c’est tous ces sous-entendus sur le « péril islamiste ». Il y a une asso qui pose problème apparemment. OK. Mais qu’on trouve quelques tapis de prières, et hop c’est une mosquée clandestine (ça me rappelle la sortie de DeVilliers sur les « mosquées clandestines sous l’aéroport Charles de Gaulle ») et on imagine tout de suite l’imam radical prêchant la guerre sainte à Stains et Villetanneuse. Ensuite, on précise bien que les sandwichs vendus sont « hallal », diantre. Ce serait des sandwich au jambon, tout le monde s’en ficherait, mais là ils sont « hallal », c’est bien la preuve que ce sont des extrémistes, non ?!

    Un peu de sérieux.

    Après, ça ne veut pas dire que les autres faits n’existent pas. Mais évitons de tout mélanger, s’il vous plait.

    0

    0
  22. Nadia dit :

    @BB
    Je trouve très grave le fait que l’on puisse trouver une cinquantaine (chiffres du Parisien d’aujourd’hui) de tapis de prières dans un établissement d’enseignement public.
    Cette affaire est hallucinante et, au-delà de la réputation des institutions scolaires et universitaires de notre ville une fois de plus salie, c’est l’image des musulmans de France qui en pâtit encore. A 3 jours des Européennes. Certains partis peu recommandables doivent s’en frotter les mains.

    0

    0
  23. Gabriella dit :

    A ce sujet, le silence de la municipalité et du JSD est « assourdissant « , cela veut dire que si on n’a pas consulté ce blog, rien ne relaie, au niveau local, une information aussi importante dans notre propre ville!! c’est de la langue de béton, c’est inadmissible; je suis d’accord pour dire que cela risque de faire du tort à l’image des musulmans de Saint-Denis, et il faudrait que la lumière soit faite le plus rapidement possible.

    0

    0
  24. suger dit :

    Je partage le point de vue de Nadia, d’autant plus que cette affaire n’est pas isolée. Il faut lire à ce sujet l’article de Mme Malika Sorel-Sutter, ancien membre du collège du Haut Conseil à l’Intégration et de sa mission Laïcité, dans « Le Figaro » du 21 mai :
    http://www.lefigaro.fr/vox/societe/
    Elle réagit aux menaces de mort qui visent le directeur de l’IUT de Saint-Denis et rappelle que, dès 2013, un rapport du HCI, enterré par l’Etat, alertait sur les dérives communautaristes dans les universités :
    « Manuel Valls, qui est le ministre de l’intérieur de l’époque, apporte quant à lui immédiatement un soutien appuyé à notre travail. Par contre, la position de la ministre de l’enseignement supérieur, Geneviève Fioraso, est tout autre. Elle déclare qu’«aucune université n’a saisi le ministère à ce sujet: c’est donc que ça ne pose pas de problème. Qu’on n’invente pas des problèmes là où il n’y en a pas.» (…) Jean-Loup Salzmann, président de la Conférence des présidents d’université, déclare qu’«on ne traite pas un non-problème par une loi» et que le rapport du HCI est «déconnecté des réalités» « .
    Or Jean-Loup Salzmann est le Président de l’Université Paris 13 dont fait partie l’IUT de Saint-Denis et ne cesse de tenter de minimiser les faits dans ses déclarations depuis que cette affaire a été révélée.

    0

    0
  25. citoyen93 dit :

    @Suger
    Merci pour le lien concernant l’entretien de Madame Malika Sorel Sutter.
    Il est d’une grande lucidité.
    J’invite tous les intervenants sur ce blog à le lire car il apporte un éclairage particulièrement édifiant sur la situation dans l’enseignement supérieur.
    Je reconnais ne pas avoir pris la mesure ou du moins pris conscience de l’ampleur du phénomène.
    C’est absolument incroyable et totalement à l’opposé de mes convictions laïques républicaines.
    Que des élus de la république minimisent cette situation est d’une extrême gravité et m’inquiète au plus haut point.
    L’entretien de Malika Sorel-Sutter déclenche une réaction en chaîne qui va au delà de la problématique des tapis de prière et des sandwichs Hallal.
    En filigrane se pose la question de la façon dont on doit gérer aujourd’hui la question des flux migratoires et leurs intégration dans la société.
    Se pose également la question de la tolérance face à l’intolérance par le refus de se faire interroger par un évaluateur du sexe féminin par exemple ou en imposant que la pause lors du ramadan coïncide avec l’heure de la rupture de jeun.
    Je suis abasourdi par cette accélération d’événements que je qualifie d’inquiétants.

    0

    0
  26. Bel-Air dit :

    Selon le Nouvel Obs, le président de l’IUT est maintenant sous protection policière. Et comme dit Gabriella, rien à signaler du côté du JSD. J’avoue avoir du mal à comprendre…

    0

    0
  27. Greg dit :

    Malheureusement ce n’est pas dur à comprendre. Désinformation, manipulation, les armes classiques de Didier Paillard & co.
    suite à ce qu’écrit Citoyen93 : l’entretien de Malika Sorel-Sutter déclenche une réaction en chaîne qui va au delà de la problématique des tapis de prière et des sandwichs Hallal.
    Se pose également la question de la tolérance face à l’intolérance par le refus de se faire interroger par un évaluateur du sexe féminin par exemple ou en imposant que la pause lors du ramadan coïncide avec l’heure de la rupture de jeun. »
    Constaté hier au supermarché A2PAS quartier franc-moisin : pas de vente d’alcool, hallucinant! Par contre des burkas dans le magasin j’en ai vu. Le monde à l’envers. A Saint-Denis, l’intégration des uns passe par la désintégration des autres. Avant c’était les insultes sur les « blancos », maintenant on empêche les habitants de faire leur course et d’acheter ce qu’ils veulent comme boissons.

    0

    0
  28. Marion dit :

    @Nadia
    Tout est dit en quelques mots fort justes sur cette situation et ses conséquences.
    @Suger
    Merci de nous donner accès à cet entretien tout récent de la très remarquable Malika Sorel Sutter.

    0

    0
  29. citoyen93 dit :

    Je vais ajouter un commentaire que j’estime très important.
    J’aurai aimé que le recteur de la mosquée de Paris s’exprime sur ce problème.
    Une minorité de musulmans jettent le discrédit sur toute une communauté qui n’aspire qu’à vivre dans la sérénité et la tranquillité.
    L’espace est occupé par une poignée de crétins qui font le jeu des extrémistes.
    La mairie ne dit rien, le conseil français du culte musulman ne s’est visiblement pas prononcé et je trouve cela dommage.
    Ces actes sont d’une extrême gravité et doivent être condamnés.

    0

    0
  30. Bill dit :

    J’aimerai rappeler que sauf nouvelles infos, on ne sait pas de qui proviennent les menaces et l’attaque. Il est important de connaître le fond des 2 histoires très différentes pour y voir plus clair et mieux comprendre les responsabilités de chacun.

    0

    0
  31. Claudine Saur dit :

    Je suis tout à fait d’accord avec le DERNIER post de Bill (24/5 ,00h50 ) qui appelle à la patience (prudence ? )en attendant . . . Ce qui n’empêche en rien les actes de solidarité .

    0

    0
  32. citoyen93 dit :

    Déterminer les responsabilités de chacun ne change rien à l’affaire.
    Cela n’a aucune importance.
    Focaliser sur les protagonistes n’a pas grand intérêt.
    C’est le fait déclencheur qui est inquiétant.
    Comment en est on arrivé à cette situation ?
    L’article de Malika Sorel Sutter est assez parlant et ne permet aucune fausse interprétation ou ambiguïté.
    Il n’est nullement question de prudence ou de patience mais d’aborder ce fait avec lucidité et objectivité.
    En lisant les derniers posts, je perçois un sentiment de malaise.
    La situation s’est dégradée. Nous avons des politiciens qui n’ont pas rempli leur mission républicaine comme ils auraient du le faire.
    Les élus de cette ville ont ancré cette ville dans une logique de ghettoïsation. Cet IUT n’est pas ancré dans le tissu d’entreprise comme cela aurait du être depuis des années.
    Les quartiers se sont enfoncés année après année dans un enfermement clanique, cultuelle auquel on peut ajouter un marasme économique amplifié par des élus totalement incompétents qui n’ont aucune volonté de sortir ces territoires de l’impasse dans laquelle ils se trouvent.

    0

    0
  33. suger dit :

    En réponse à des interrogations dans des commentaires d’articles du site du JSD, on peut lire ceci :
    « 24-May-2014 13:17 Le JSD : IUT de St Denis
    Le questionnement des internautes est légitime: pourquoi le JSD ne parle pas de la situation de l’IUT de Saint-Denis et des menaces, puis de l’agression subies par son directeur? Pour une raison simple: nous faisons actuellement notre travail pour tenter de démêler l’écheveau d’informations contradictoires. Mercredi, dans notre version papier et sans doute un peu avant sur le site, nous aborderons le sujet. »
    Ahurissant ! Cela fait près d’une semaine que l’affaire a été révélée puis reprise dans toute la presse nationale. Et le JSD n’a rien dit, même pas sur son site. Cela se passe à Saint-Denis, à 300 mètres des locaux du journal… Quinze plaintes pour menaces de mort ont été déposées au Commissariat de Saint-Denis en quelques semaines. Le Directeur de l’IUT a été agressé. Et pas même une brève sur le site du JSD. Pas une info !
    Le JSD attend, mais attend quoi ? Il attend, semble-t-il, de savoir comment il peut parler de cette affaire maintenant qu’il y est contraint par sa médiatisation. Il cherche sans doute désespérément comment il peut la minimiser, comment il peut noyer le poisson…
    Osera-t-il aborder la question de l’islamisme extrémiste qui sévit dans notre ville ? Parlera-t-il des 4800 heures d’enseignement non assurées et pourtant rémunérées (soit une escroquerie de 200 000 euros au moins) dans un établissement de la ville et de la révocation en février du directeur du département concerné, dont il n’avait pas dit un mot ?
    Quelle confiance peut-on avoir dans un journal qui se prétend d’information locale et qui ne dit rien de faits aussi graves, qui n’en serait pas informé ou qui attend de trouver comment il doit présenter les faits pour en parler ?

    0

    0
  34. Claudine Saur dit :

    Ne pas oublier que lors du dernier Conseil municipal ( le 22/5/2014 ), AUCUN des partis qui y siègent (FdG-PSG-PS ) n’a abordé la question :peut-être serait-il utile d’interpeler nos élus
    favoris (comme d’autres l’ont fait pour le Front de Gauche )
    « déterminer les responsabilités de chacun  » . . . » focaliser « sur les protagonistes  » . . . n’aurait AUCUNE IMPORTANCE ? Curieuse conception de la Justice et d’une enquête !
    L’ élément déclencheur ,certes , mais dans cette affaire pourquoi (et pour qui ) tous ces amalgames non vérifiés ? La patience et oui ,la prudence , me semblent nécessaire dans cette
    affaire ci .
    Quant au fond du sujet , pourquoi ne pas interpeler soi-même ou en groupe , les autorités qu’on juge incompétentes?Pour moi, je ne suis pas spécialiste mais observatrice ,hélas .

    0

    0
  35. citoyen93 dit :

    Ci dessous un lien concernant un rapport de l’Inspection générale de l’éducation nationale
    Groupe Etablissements et vie scolaire datant de 2004 :
    ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edu
    Ce qui est arrivé à l’IUT de Saint Denis était parfaitement prévisible.
    Les élus ont feint de ne pas voir la réalité en face.

    0

    0
  36. Gabriella dit :

    Merci beaucoup à citoyen93 pour le lien sur l’inspection générale de l’éducation nationale

    0

    0
  37. Bill dit :

    Oui merci à citoyen93. Ce rapport fait froid dans le dos.

    Lors d’une émission de « Ce soir ou jamais », une sociologue (malheureusement, son nom m’échappe) de confession musulmane qui travaille avec les familles d’enfants partis au jihad (et souvent des convertis) expliquait que si on voulait lutter efficacement contre l’endoctrinement des enfants, il fallait arrêter de parler arguments religieux et plutôt parler d’endoctrinement sectaire : lavage de cerveau, isolation des sujets vis à vis de son entourage… et donc travailler avec des méthodes de lutte anti-secte.

    Ce rapport souligne régulièrement que certaines actions / discours sont organisés, coordonnés. Les professeurs, directions et personnel éducatif semblent bien isolés face à la montée des pressions. Le silence qui entoure tout ça (sans doute par peur d’être traité de raciste) laisse tout l’espace nécessaire à ces mouvements sectaires. Tout le monde, y compris les familles, est désemparé. Si on admet ouvertement le problème et qu’on traite le sujet sous l’angle de la secte, on pourra sans doute apporter plus d’aide au personnel éducatif et aux familles.

    0

    0
  38. citoyen93 dit :

    Cette problématique a comme fait déclencheur la paupérisation des quartiers, le sentiment d’abandon, l’absence de perspectives d’avenir, le chômage et l’échec scolaire.
    Des extrémistes se sont engouffrés dans cette brèche et l’exploitent.
    Le chantier est dantesque :
    Réinstaurer la confiance auprès d’électeurs qui ne vont plus voter.
    C’est un peu simpliste mais ce sentiment de dégout est palpable auprès de l’électorat, surtout chez les jeunes.
    Les élus doivent dès maintenant se mobiliser de manière efficace en ayant comme objectif une amélioration des conditions de vie de leurs administrés.
    Il faut arrêter les phrases creuses et démagogiques dont les Dionysiens ont été abreuvés depuis des décennies.
    On en voit le résultat aujourd’hui.
    Inscrire les enseignements supérieurs dans une approche plus pragmatique en essayant autant que possible de répondre aux besoins des bassins d’emplois.
    Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas d’étudiants en Psycho, Lettres, Sociologie ou Philo.
    Rénover la filière de l’enseignement professionnel qui est en très mauvais état.
    Mettre du lien social dans les quartiers en évitant de rentrer dans une logique électoraliste comme le font beaucoup de municipalités dont Saint Denis.

    0

    0
  39. BB dit :

    Moi je pense que l’islamimse, c’est du fascimse.

    0

    0
  40. Sam dit :

    Hello les z’amis,

    Mon nouveau voisin est directeur d’un des établissements de l’université Paris XIII. Il a découvert le sujet ds la presse en même temps que le directeur de l’IUT de ST Denis lors d’un comité directeur.

    A sa connaissance le nombre de tapis de prière trouvé s’élèverait à 4 ou 5 … comme BB et sans remettre en cause les règles, je m’interroge si cela constitue une preuve que c’est une salle de prière. Les mots ont du poids et du sens, il est essentiel d’être précis.

    Bref,  ce qui est surtout important est de savoir comment un tel système a pu s’installer avec pignon sur rue pendant tout ce temps dans un établissement public.

    Oui Bill a raison prudence et patience. Seule la justice a les moyens de cerner le véritable fond de cette affaire, de dépassionner ainsi ce débat et de couper court à des interprétations et à des approximations…

    Biz au passage de mon nouveau chez moi 🙂

    0

    0
  41. suger dit :

    En effet il faut se méfier des emballements médiatiques et des rumeurs, mais le nombre de « tapis de prière » importe peu. Qu’une association cultuelle, ou soi-disant telle, fasse des affaires (vente de sandwichs sans autorisation du CROUS) et s’accapare une salle associative pour son seul usage, dont semble-t-il des activités religieuses, dans un établissement public d’enseignement supérieur est suffisamment grave. Je veux bien être prudent et patient, mais il n’est pas absurde de faire le lien avec les menaces de mort répétées (dont l’une se prétendait une « fatwa », une décision religieuse) qui ont visées le Directeur de l’IUT et sa famille, alors qu’il tentait de ramener l’ordre républicain dans son établissement.
    Que cette association soit une réelle association d’étudiants, un groupe d’islamistes extrémistes ou une bande mafieuse faisant du business sous couverture religieuse importe peu. Les faits sont là (c’est bien pourquoi le JSD ne veut pas les présenter clairement même avec plus d’une semaine de retard sur la presse nationale…) et l’enquête montrera le degré d’implication de cette association dans les menaces de mort. Si c’est le cas, il n’y a plus qu’à espérer qu’il y aura des poursuites et que cette « association » sera dissoute.

    0

    0
  42. Gabriella dit :

    Bill, je ne sais pas s’il s’agit de la même personne mais j’ai souvent entendu témoigner, notamment à l’émission « c’est dans l’air » une anthropologue du fait religieux, ancienne éducatrice à la Protection judiciaire de la jeunesse qui s’appelle Dounia Bouzar, elle a été nommée par le premier ministre (peut-être l’ancien) à l’observatoire national de la laïcité, pour moi c’est la bonne personne, elle a écrit plusieurs livres dont : « laïcité : mode d’emploi »
    et le dernier  » désamorcer l’islam radical » très intéressant elle dit : » ce sont aussi les préjugés négatifs sur l’islam qui empêchent les élus de qualifier et de traiter les groupuscules radicaux sur le registre du processus sectaire. Ils amalgament musulmans pratiquants et radicaux. Appliquer la loi de la même façon à tous les citoyens, c’est à la fois arrêter de faire des lois
    d’exception pour les musulmans et sanctionner les actes illégaux, antirépublicains, même
    s’ils sont commis au nom de l’islam. » il faut construire la démocratie sans céder aux discriminations, au laxisme ou au communautarisme.

    0

    0
  43. Bill dit :

    Gabriella, je pense que c’est effectivement la même personne. J’ai beaucoup aimé ses interventions qui expliquaient très clairement en quoi nous devions raisonné en termes de dérive sectaire. D’ailleurs, sur ce plan je connais au moins une secte (reconnue en tant que telle) catholique extrémiste, le sort des femmes n’a rien à envié aux sectaires islamistes.
    C’est étonnant comme c’est récurrent dans les sectes le statut lamentable des femmes.

    0

    0
  44. Gabriella dit :

    Bill, c’est sûr que les dérives sectaires et extrémistes sont malheureusement le lot de toutes les religions, en ce qui concerne le sort des femmes concernées, leur aliénation et leur perte
    de liberté, subie ou consentie, interpellent et font peur et, malgré tout, parfois, elles disent le vivre comme un choix.

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *