Le JSD du 15/09/10 – « Vélos volés et cassés, Velcom ne roule plus »

Vous aimerez aussi...

17 réponses

  1. thierryb dit :

    Ça ne surprendra que ceux qui n’y avaient pas pensé dès le début, c’est à dire personne! Ce qui est désopilant, c’est le ton absolument léger du JSD : « volés! » sous-entendus « vélos! ». Bon, voilà , on a volés 450 (450!!) vélos cet été, ma bonne dame, 780 ont été volés ou cassés, voilà, faut voir, y a enquête…C’est que c’est pas de la simple petite délinquance, (bien excusable celle-là, surtout depuis la RGPP…). Doivent être un peu gênés tout de même.
    On promet six mois gratuits quand on les réinstallera…mais il faut leur dire : « Surtout ne les réinstallez pas!!! »
    Arrêtez de dépenser le fric de Plaine Commune avec des services qui ne rendent service à personne et des effets d’annonce qui sont du flan. Vous ne CONNAISSEZ PAS la population, vos cadres ne vivent pas ici! N’importe qui, pris dans la rue le jour de l’inauguration disait : « ça tiendra pas six mois! ».

    0

    0
  2. magico75 dit :

    J’avais cet avis au lancement : pourquoi ce service ?
    Honnêtement combien ça a pu coûter ?
    N’y a t il pas des choses plus importantes à faire avec cet argent ???
    C’est vraiment incroyable : c’est de l’argent public jeté par les fenêtres !!!
    Qui a décidé de ça ? y a t il eu un sondage ? Une etude ?
    Même si Plaine Commune et la mairie ne sont pas responsables de ces vols , le problème c’est que ca ne servirait pas à grand monde sauf à quelques un pour se défouler et ça tout le monde le savais ! Sauf nos élus qui croient vivre (à st denis) dans le monde de bisounours !!!

    0

    0
  3. goldo dit :

    j’ai lu cet article dans le parisien et je me suis dit « ça étonnera qui »?nous l’avions tous pensé au démarrage de ce projet que ça ne tiendrait pas. Mais oui l’argent des citoyens dionysiens est mal dépensé mais ça aussi n’étonne personne.

    0

    0
  4. lost dit :

    Et pourquoi voler les velcoms et pas les velib ?

    0

    0
  5. citoyen93 dit :

    J’avais à l’époque publié un commentaire sur l’installation de Velcom et visiblement l’actualité me donne raison.
    C’était à prévoir et cela m’a profondément choqué que l’on puisse dépenser de l’argent dans des actions vouées à l’échec sans réelles études préalables.
    La population de cette ville a besoin d’une politique volontariste en ce qui concerne l’emploi, la sécurité, l’aménagement de l’espace et la résorption de l’habitat insalubre. Au lieu de cela la mairie singe la ville de Paris sans vraiment prendre en compte les spécificités de ce territoire.
    J’aimerai savoir combien cela a coûté aux contribuables Dionysiens.

    0

    0
  6. cece dit :

    Je ne crois pas à une « une opération bien organisée, dépassant un simple petit trafic local… ». C’est encore un faux argument du JSD, pour faire croire qu’il y a un mystérieux complot.

    Le vol des velcom reflète la réalité de la petite délinquance de cette ville, qui avance impunément de jour en jour. Et ça montre aussi que malheureusement la ville n’était pas prête à ça. Un seul espoir : le non renouvellement pour le moment. Attendons au moins de vraies pistes cyclables.
    Si l’argent des contribuables n’est pas un argument, au moins la sécurité routière du citoyen qui se rend au travail sans polluer!

    0

    0
  7. noelle23 dit :

    Bien d’accord avec cece : faudrait déjà qu’il y ait des pistes cyclables qui ne sont d’ailleurs même pas prévues dans les projets de réorganisation de la voirie !! Alors QUID des vélos ??? c’est aberrant !! Encore une démonstration parfaite de la non prise en compte du type de population à Saint-Denis : d’accord avec thierryb : les élus ne connaissent pas cette ville ou veulent garder leur utopique ‘égalité ‘ : Paris a ses Vélib , alors, nous à Saint-denis , on aura NOS velcom !! Bilan : fiasco!! et que d’argent jeté par les fenêtres alors qu’il y a tellement d’autres urgences dans cette ville !! Encore une preuve du manque de pragmatisme de cette municipalité…

    0

    0
  8. abisa dit :

    argent public ou argent de Decaux ? C’est pas pareil…..
    qui a intéret (politique ? économique ? à voir disparaitre les vélos ? )
    quand un petit délinquant vole, c’est pour son usage personnel, or on n’en voit aucun. d’autant plus quils préfèrent les voitures ou les 2 roues….
    alors trafic de métal peut etre………..

    0

    0
  9. lilia dit :

    D’accord avec abisa, je vois mal un petit déliquant à vélo, imaginez la honte! Pédaler à deux à l’heure alors que d’autres s’éclatent en scoot. Et puis sérieusement vous en voyez beaucoup des gens à vélo dans cette ville? Moi perso les rares que je croise roulent sur de vieilles bécannes qui leur appartiennent.
    Fort possible que ce soit un histoire de métal et pièces détachées, beaucoup plus intéressant financièrement je pense.

    0

    0
  10. cece dit :

    J’espère qu’Abisa n’est pas en train de stigmatiser les populations qui vivent de trafic des métal, il y a des gens dans une pauvreté immense qui font cela faute de revenu pour manger et ils sont exploités par des réseaux.
    Pour les welcom… peut-être une inspection du canal serait intéressante.

    0

    0
  11. JASON eskadi dit :

    FIASCO TOTAL DE CETTE OPERATION !!
    Merci à la ville de nous faire porter la charge de leur manque de perspicacité.

    0

    0
  12. pitch dit :

    Pourquoi on vole des velcom plutôt que des vélib ?
    Et bien j’ai ma petite idée : contrairement aux vélos Vélib, les vélos Velcom ne sont pas géolocalisables.
    Une fois que l’on a réussi à le décrocher de sa borne, impossible de le suivre à la trace.

    Et heureusement que le service est stoppé car je rappelle que contrairement au contrat liant JCDecaux avec la ville de Paris pour le vélib (ou Lyon, Marseille,…) il y a une clause particulière dans celui avec PlaineCo : au-delà d’un certain taux de remplacement et/ou réparation de vélos, le coût de cette maintenance est refacturé à PlaineCo.

    0

    0
  13. LOLO dit :

    Paris avait le même type de contrat: 400€ par vélo au delà du seuil.
    http://www.20minutes.fr/article/598

    Pour rappel, les vélibs sont fabriqués en Hongrie, le prix d’un vélo équivalant au salaire mensuel d’un ouvrier.

    0

    0
  14. Pitch dit :

    oui la ville de Paris prend en charge les 2/3 du prix du remplacement mais la maintenance est assurée par JCDecaux, la nuance est en partie là.
    Pour PlaineCo, au délà du seuil c’est 100% pour PlaineCo (réparations ou remplacement).

    Effectivement les vélibs sont fabriqués en Hongrie (et assemblés en France, le tout pour le compte d’une entreprise Hollandaise…). Je suppose qu’il en est de même pour les vélos Velcom.

    Bref cet exemple d’échec de Velcom – tant prévisible – illustre, je trouve, de manière très significative la gestion de ce territoire : des intentions, de la com’ (beaucoup) mais de grandes carences tant dans la conception que dans la mise en oeuvre

    0

    0
  15. lilia dit :

    @Cece

    Il ne s’agit pas de stigmatiser un type de population mais d’émettre des hypothèses pour expliquer la disparition de la quasi totalité des vélos. 

    Cela dit je ne vois pas en quoi cette hypothèse serait plus choquante ou stigmatisante que celle de voyous à la petite semaine. 
    Si on veut faire dans la compréhension, même le pire criminel a des excuses. 
    Là il ne s'agit pas de trouver des excuses mais des solutions pour que ça ne se reproduise plus et que l'argent public servent à aider des gens vraiment dans le besoin plutôt qu'à disparaître dans la nature.

    0

    0
  16. Plainecommunard dit :

    Bonjour,
    je trouve assez navrant les commentaires polémiques sur le problème des Velcom.
    Ainsi il aurait fallu ne rien faire pour développer la pratique du vélo sur le territoire ?
    Les Velcoms offrent un vrai service, que ce service soit suspendu est dramatique.
    Mais le vrai problème est « quel territoire voulons nous » ? un territoire moche, sans projet, ou on ne tente rien sous pretexte qu’il y a de la délinquence ?
    Samedi dernier, lors de la manifestation « confluence » un habitant hurlait contre le projet de parvis de la gare parce qu’il y avait des bancs publics, et que ça attirait les dealers !! Faut-il créeer des espaces publics arides, désagréables, dissuadant l’arrêt et l’échange sous prétexte que les dealers pourraient en prendre possession?
    Faut-il toujours penser les projets en fonctions des dealers, délinquants ou simplement personnes sans éducation, ou bien faut-il essayer de recréer un cadre de vie satisfaisant au travers de projets ?
    Plutôt que de stygmatiser systématiquement les élus ou les cadres de la ville ou de Plaine Commune, ne ferait-on pas mieux de s’adresser à l’Etat, au gouvernement,en tant que citoyens, et de demander pourqoui il sacrifie le territoire, en démantelant le service public et en le privant d’une police présente et efficace ?
    La disparition du service Velcom n’est pas tant lié au vandalisme qu’à une délinquence organisée qui vidaient toute une station Velcom en une seule nuit.
    Même si on en croise quelques uns, la plupart des Velcom volés semblent avoir déserté le territoire.
    La délinquance organisée n’est pas de la responsabilité des élus, ni des agents territoriaux, mais bel et bien de la police.

    0

    0
  17. pitch dit :

    @plainecommunard
    « ne rien faire pour développer la pratique du vélo sur le territoire ? »

    non bien au contraire !

    Et ce n’était pas l’objet de mon commentaire. Je répète les problèmes ne viennent pas tant des intentions que de leur mise en oeuvre.
    Vouloir à tout prix et vite suivre l’exemple parisien en mettant en place un service de vélos en libre-service n’était pas une initiative viable. Et sur un territoire où l’on ne cesse de répèter que les moyens manquent, savoir juger de la viabilité d’une démarche est essentiel !
    Paris avait suivi les initiatives des villes de Lyon puis Marseille. Avant de décider sa mise en place, de nombreux travaux d’aménagements avaient été entrepris (et ont perduré ensuite). Transposé dans le Paris des années 90, où le vélo n’avait pas sa place sur la chaussée, le service Vélib aurait été un échec. Se contenter de construire des stations avec des vélos ce n’est que voir la face immergée de l’iceberg. Ce type d’initiative doit s’inscrire dans une démarche globale d’aménagement de la ville.

    Et oui je vous rejoins, que le service soit suspendu est dramatique…

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *