Le lundi 18 Octobre 20H35 – France 3 – « Pièces à Conviction » / Restitution de la mobilisation de dionysiens !

Vous aimerez aussi...

10 réponses

  1. Sam dit :

    Le documentaire qui retraçait notre mobilisation n’a finalement pas été pris en compte par France3, car trop « soft » par rapport au reste. C’est sur que ça n’a rien de spectaculaire le combat d’habitants pour faire valoir leurs droits en utilisant les méthodes républicaines qui donnent des résultats. Il vaut mieux verser une larme ou avoir une arme…

    Je suis déçue mais en même temps soulagée que notre documentaire ne soit pas associé à ce méli-mélo « d’ultra violence » cité/banlieue…

    Quant à Mr le ministre qui cite à trois reprises notre quartier comme un exemple où les problèmes seraient réglés…son propre préfet n’est pas du même avis.

    0

    0
  2. thierryb dit :

    J’ai regardé: j’ai envie de m’énerver sur les journalistes, par dépit de voir qu’on préfère la bêtise, la violence, le désespoir policier, à un combat plus proche du terrain, moins spectaculaire (faut faire spectaculaire…!)
    Je prenais Elise Lucet naïvement pour une bonne journaliste, j’ai vu un reportage avec par moment les mises en scènes, les clichés, les cadrages d’une chaîne du genre M6 ou pire. Si on écrivait à la journaliste pour dire qu’il existe des gens qui mènent des combats avec, comme tu dis, des méthodes qui méritent à elles seules le respect…et une diffusion moins racoleuse?

    0

    0
  3. goldo dit :

    J’ai constaté effecrivement la censure. Dommage car justement on aurait pu montrer une autre image que celle que l’on a vue d’habitants résignés ou complètement terrorisés.

    0

    0
  4. Bertrand dit :

    Je ne pense pas qu’on peut parler de censure mais une fois de plus, le spectaculaire a été privilégié. On montre une bande de type « Les Corleone » qui disent avoir des armes mais n’en montrent pas. Quel était l’intérêt ? On préfère faire la « promotion » de ce genre de groupe qui va maintenant rouler des mécaniques dans son quartier plutôt que de parler des combats de citoyens qui utilisent les voies légales. Est-ce que vous avez remarqué la musique en arrière plan ? Toujours cette musique qui dramatise l’ensemble. Merci F3 !

    0

    0
  5. sam dit :

    @Goldo
    Non il ne s’agit pas de censure mais d’un choix de la chaîne publique pour se conformer au thème et au ton de l’émission d’hier.

    @Thierryb,
    Pour les journalistes, il ne faut pas généraliser. Je suis honorée d’avoir témoigné à deux reprises pour l’émission d’Yves Calvi (France2/C Dans l’air) qui a du succès même si elle ne fait pas dans le spectaculaire : les débats sont toujours constructifs et approfondis.

    Après l’émissiond’hier, j’ai téléphoné au journaliste de France3, Paul Labrosse. Lise Lucet est parfaitement au courant et ils ont fait leur choix. Qui sait combien de témoignages n’ont pas été pris en compte ? C’était manifestement une volonté de montrer tout ce qui va mal. Est-ce que ça fait avancer les choses ? Perso, je ne le crois pas.

    Comme l’a suggéré Léon, la prochaine fois nous ferons notre propre reportage et le diffuserons sur nos propres supports. Et nous avons tout ce qu’il faut pour le faire.

    0

    0
  6. Bertrand dit :

    @ Sam
    Très bonne idée de faire son propre reportage. Peut-être peuvent-ils fournir les rushes concernant l’asso ? Ce serait la moindre des choses et nous pourrions faire notre propre montage.

    0

    0
  7. hélène dit :

    Je ne partage pas les avis émis ci-dessus, cette émission a bien retracé les réalités cruelles et, j’ai notamment partagé les craintes et soucis de C.Gillain sur sa ville. J’ai aussi apprécié le reportage sur Grenoble qui, à la lumière du passé relatait le présent.
    Allons ne soyons pas ingrats, notre démarche des habitants a été diffusée lors des interpellations autour de l’église neuve, place des tilleuls, rue fontaine.
    Il fut un temps un temps ou j’ai vécu de l’intérieur, un certain nombre de ces réalités cruelles,
    et, le  » méli mélo « d’ultra violence » de cité/banlieue  » me semble un peu méprisant.
    Les violences ont toutes les formes et, je suis solidaire autant des « cités » de leur habitants qui vivent très mal, que des habitants qui vivent très mal de ce qui les entoure.
    Ne vous coupez pas de l’apport précieux des journalistes.

    0

    0
  8. Sam dit :

    @hélène
    Ce reporatge ne reflète qu’une partie de la réalité et concentre les clichés sur les cités, banlieues…etc. En quoi mon opionion est méprisante ?
    « Les violences ont toutes les formes et, je suis solidaire autant des « cités » de leur habitants qui vivent très mal, que des habitants qui vivent très mal de ce qui les entoure. »
    Tout à fait d’accord, qui dit le contraire ? Pas moi en tout cas.

    Si mon expression n’était pas claire, et bien il suffit de poser la question. Les sujets du blog sont suffisamment pesant, il faut cesser de tirer des conclusions hâtives…et se détendre un peu.

    0

    0
  9. hélène dit :

    Je ne tire pas de conclusions hatives, a chacun, sa lecture des faits, ses écrits, la démocratie
    est un exercice pas facile.

    0

    0
  10. LEON dit :

    Bon, on ne va pas se chamailler : on a eu un reflet de ce qui existe vraiment, un peu ici, un peu plus ailleurs. C’est toujours ça! Ce qui est clair, c’est que les médias ont besoin de sensationnel. Le sensationnel, c’est leur carburant. Donc le sujet de l’émission : « la délinquance » (selon Paul Labrosse), est devenu ce soir-là : « l’ultra violence ». En fait de carburant, on était passé de l’ordinaire au super! Il y avait toute une première partie à visée de « choc », avec laquelle on s’emportait presque sur un rythme de clip matraqueur, musique appropriée à l’appui. C’était insupportable, pour moi. Ensuite, on est tout de même entré, peu à peu et par moments, dans ce qui pouvait apporter un semblant
    d’explication, quelques éléments d’analyse qu’on se cherchait soi-même, très vite, si on en avait les moyens, pour ne pas continuer à subir ça. Mais très vite aussi on retombait inévitablement dans le sensationnel, et avec insistance : insistance sur la bande de connards dont il est inutile de redire le nom; insistance sur le misérable marchandage du « trésor » d’un fusil par un pseudo cow boy pitoyable. Et dangereux. Il y avait constat, il n’y avait pas question. Encore moins réponse. Constat que nos sociétés, avec les enfants qu’elles mettent au monde, « fabriquent » ces êtres qu’on a vus. Et entendus. Constat pour choquer, et puis nous lâcher avec « ça ». Allez, va : rideau!
    Il y avait autrefois sur France Culture une excellente émission qui s’intitulait « La Fabrique des hommes ». Il y était question avec finesse de cultures diverses et d’éducation. C’était remarquable. L’émission a disparu. Les remarquables journalistes qui la faisaient sont-ils toujours sur la brèche ? Ou bien eux aussi… LEON

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *