Le lundi 7 mai 18h un rassemblement en hommage à Sofia

Vous aimerez aussi...

9 réponses

  1. alain dit :

    Oui, le combat des femmes pour leur liberté, leur intégrité, ne sera jamais terminé. Les attaques fusent de toute part, les vieux démons ne sont pas mort, tout ce qui est rétrograde et réactionnaire reste en éveil, prêt à bondir dès que la société baisse la garde, oui il y a ces faits dramatiques, résurgences de vielles traditions féodales, d’une éducation loupée quoi qu’on dise, et puis plus grave, les politiciens de Droite, les hommes en tête de proue, sont prêt à céder aux lobbies religieux, en remettant en cause des droits durement acquit par les femmes elles-mêmes, le droit de décider de mettre au monde un enfant ou de ne pas le mettre au monde. Les lois existent pour cela, et bien il parait que les femmes abusent de l’avortement, comme si cet acte était un passe temps!
    Décidément, si la bataille des femmes pour les femmes n’est pas encore complètement acté chez les hommes, elle ne l’est pas plus chez les femmes…ça laisse pensif, mais aussi combatif. Gageons que le prochain Président saura remettre de l’ordre dans la maison « Parité et Egalité », sur les salaires et sur sa place dans l’entreprise.

    0

    0
  2. alain dit :

    Ces faits gravissimes ne semblent pas intéresser beaucoup d’internautes, étonnant ! Non ?
    L’actualité vient de confirmer mes craintes et constats. La loi qui punit les crimes de harcèlement au travail vient d’être abrogée et tous les procès en cours annulés! Pourquoi ? Pour un manque de clarté du texte de loi. L’extraordinaire c’est que le texte précédent était lui beaucoup plus clair dans l’énoncé que celui qui vient d’être retoqué. Ce que l’on croyait être une avancée n’était en fait qu’un erzaste! Quand je disais plus haut que les réactionnaires sont à l’affut des moindres faiblesses des plus fragiles pour les couillonner, l’actualité me donne raison. Pauvre pays, pauvre démocratie, pauvre justice, faut-il sombrer dans des faits extrêmes pour être inquiété, comme le frauduleux DSK, et combien d’autres moins connus, mais ayant un bon réseau dans « les milieux » bien introduits.

    0

    0
  3. thierryb dit :

    @Alain
    C’est plutôt la consternation qui empêche d’écrire (même si ce que tu as dit est sensé et juste). Enfin, moi je me sens concerné au premier chef, j’ai des collègues qui ont eu cette jeune fille comme élève, j’ai relayé l’info auprès de SCG et je participe à un petit collectif qui s’efforce de faire réfléchir les élèves à ces questions au moment du 8 mars (mais pas seulement). Et puis, pourquoi ne pas le dire : s’il est évident que les violences faites aux femmes transcendent (si on ose dire) les milieux sociaux, il va de soi que certaines conceptions archaïques n’arrangent rien. N’étant pas susceptible de compromission sur ce sujet et étant dégoûté par ce que j’entends à propos des « étrangers » (amalgames à tous les étages ! ) surtout depuis quinze jours, il me semble quand même que je peux le dire.
    Dernière chose :il n’ y a plus des masses de gens qui écrivent ici. L’association prend un tournant, je suppose. D’ailleurs moi aussi puisque d’ici deux mois je ferai mes adieux à Saint-Denis, pour des rivages différents. Au moment de la naissance de l’association et de ce site, ça m’a beaucoup apporté d’échanger ici et de contribuer un peu.

    0

    0
  4. Lazare dit :

    Mais si, cela interpelle certainement violement les internautes; mais que dire de plus, que c’est une horreur, une barbarie, dire plus jamais ça, alors oui, je le dis et je pense à Sofia et à toutes celles qui subissent.

    0

    0
  5. stephanie dit :

    C’est vrai Alain, cela ne semble pas concerner les « foules » mais honnêtement que dire ? Que je suis consternée, écoeurée, désespérée, excédée, … ? Alors je le dis …

    Je fais partie d’une génération de femmes (celles nées dans les années 70) qui a été élevée ou qui a connu des féministes actives et l’on pensait certaines choses acquises. Nous étions certainement très crédules … J’ai connu aussi l’époque « Touche pas à mon pote » : tout un symbole là encore aujourd’hui où certaines petites phrases ne font qu’à peine sourciller et ou l’on hésite pas à ratisser du côté d’un parti qui, il y a peu, était mis au ban de la politique.

    Ce qu’a subi Sofia est inhumain et innommable : son meurtrier présumé sera vraisemblablement puni (ce qui, rappelons-le, ne serait pas le cas dans certains pays ne reconnaissant quasiment aucun statut aux femmes). Il y a de nombreux combats à mener et malheureusement en période de crise ou lorsque la situation économique est difficile, ce sont les femmes qui « trinquent » le plus ; et ce quelque soit la culture ou le pays. C’est un fait universel … Malheureusement actuellement les femmes subissent car la vie est dure : il faut trouver un emploi, élever les enfants, les nourrir avec un budget de plus en plus réduit, payer le logement et toutes les factures tous les mois, etc … Les femmes sont sur tous les fronts mais il est vrai qu’elles se battent de moins en moins « pour elles ». Et que dire du terme « féministe » qui est devenu source de moquerie au mieux, de dénigrement au pire.

    En tout cas, j’adresse toutes mes condoléances à la famille de Sofia. 

    0

    0
  6. montjoie dit :

    J’aimerai bien connaitre l’avis de la famille de Sade, approuve t’elle le geste de leur fils ?

    0

    0
  7. Sam dit :

    J’y suis mais il y a personne…

    0

    0
  8. thierryb dit :

    T’es arrivée trop tard! il y avait des élus locaux, régionaux, des eleves et des professeurs du lycée bartholdi, et deux cent personnes en tout qui ont défilé rue Péri et République. le cortège est parti vers 18h3à et tu n’étais pas encore là…

    0

    0
  9. Sam dit :

    Je préfère. J’ai pourtant couru et suis arrivée avec ma pupuce à la demi …

    En tout cas je pense à la famille de Sofia.

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *