Le mercredi 27 Avril 2011 – Réunion avec le préfet de la Seine-Saint-Denis

Vous aimerez aussi...

29 réponses

  1. karim dit :

    Bonsoir,
    Je viens de demenager sur le quartier de la gare plus precisement rue nay mais en lisant vos differents commantaires j’avoue qu’une certaine crainte vient de s’installer. Je suis en couple , j’ai la trentaine et je ne voyais pas ce quartier sous ce jour(les commerces et l’esprit populaire )moi qui vient d’un quartier populaire sur paris me plaisait mais les termes et mots  » Zone de non droit , drogue, crack ,insecurité,eviter de sortir a partir d’une certainne heure » me choc je l’ avouerai…. je commence a regretter mon choix alors que j’étais si enthousiasmé au debut !!!!
    Karim

    0

    0
  2. Sam dit :

    @karim

    Pour se faire une opinion, il faut prendre du recul, voir l’évolution des évènements et rencontrer des dionysiens. Tout n’est pas noir à St Denis mais tout n’est pas blanc non plus. Le grand plus est la mobilisation constante des habitants et leur grande gentillesse. Par exemple, nous nous battons sans relâche pour améliorer notre quotidien à travers notre association. Et le quartier de la gare se porte tout de même mieux qu’en 2008 et que certains quartiers de Paris (Stalingrad par exemple). Mais il reste encore du chemin à faire, car tout ne disparaît pas du jour au lendemain par magie.

    Ce quartier est en pleine mutation et plusieurs projets sont en cours. Il est indispensable que les habitants suivent de près ces changements et contraignent les pouvoirs publics à faire leur boulot…donc Sans Crier Gare a beaucoup de boulot et a besoin de toutes les énergies constructives pour que ça bouge.

    J’habite rue Gisquet, nous vivons avec mon mari ici depuis 2006 et nous ne regrettons pas notre choix. Si ça vous dit, passez prendre un café …j’habite à deux pas de chez vous 😉

    0

    0
  3. Stéphanie dit :

    Nous ne pouvons que louer la réactivité du préfet et de ses services. Il y a une réelle prise en compte des difficultés de ces secteurs et un véritable suivi. On peut avoir des opinions différentes sur les moyens et les solutions mis en oeuvre pour résoudre les problèmes mais l’écoute et la réactivité ne peuvent être niées ! Cela est extrémement encourageant pour les habitants selon moi. Cela nous change aussi …

    0

    0
  4. Céline dit :

    je suis d’accrod avec Stéphanie, au moins des rencontres sont organisées et ceci grâce à vos actions sur ce blog et autres. Cela m’encourage encore plus à venir plus souvent visiter ce site… et message pour Karim, je suis aussi nouvellement arrivée avec mon conjoint sur l’ile saint denis, et je crois en ces quartiers en pleine mutation, il faut juste se donner de temps et être plus visibles qu’ailleurs, auprés des élus afin que les choses puissent changées. Bonne journée.

    0

    0
  5. lolo dit :

    Toujours ça qui ne sera pas vendu !!!

    http://www.lepost.fr/article/2011/0

    Mercredi soir, les policiers de la brigade anticriminalité (BAC) sont intervenus dans la cité Gabriel-Pèri, à Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis, dans un appartement squatté par plusieurs jeunes.

    Les policiers de la BAC ont interpellé quatre jeunes dont un mineur.

    Ìls sont soupçonnés de trafic de stupéfiants, indique Le Parisien.

    Dans l’appartement des dealers présumés, les policiers ont saisi 70 doses d’héroïne, une dizaine de doses de cocaïne et 7.000€ en espèces.

    Lors de cette interpellation, un des suspects a tenté de s’échapper en sautant du 2ème étage de l’immeuble.

    Souffrant d’une fracture du poignet, il a été hospitalisé.

    Ses trois complices ont été placés en garde à vue.

    Quand les policiers de la BAC sont repartis, ils ont été longuement applaudis par les habitants de la cité…

    0

    0
  6. thierryb dit :

    C’est la première fois que j’entends parler d’applaudissements de la police par la population lors d’une arrestation de ce type. Serait-ce, on ne sait jamais, un sursaut de civisme, une envie de vivre moins mal, un refus de se soumettre à l’argent facile et aux nuisances qui vont avec? On aimerait bien.

    0

    0
  7. Sam dit :

    Quand la police fait du bon boulot et soulage la souffrance des citoyens, elle est bien accueillie. 

    Bravo au commissariat et aux forces de l’ordre qui ont contribué à ce coup de filet. On espère que la justice aura assez d’éléments pour mettre hors état de nuire les dealers !

    On espère que cette opération ne se limitera pas à ce coup de filet et qu’un travail de fond s’en suivra pour empêcher un nouveau réseau de dealers de naître de ces cendres.

    En tout cas, les habitants de la cité peuvent enfin souffler. Ne lâchez pas prise.

     

    0

    0
  8. Bertrand dit :

    Pour information, le maire Didier Paillard a écrit au préfet dans l’optique de cette réunion du 27. Je trouve que cette lettre résume bien la situation :

    http://ville-saint-denis.fr/jcms/jc

    0

    0
  9. lolo dit :

    Pour vous donner une idée de la petite taille de la Police Municipale de Saint-Denis, voici les effectifs d’une ville de province de 50.000 habitants sans probleme de criminalité:

    13 policiers
    8 ASVP (stationnement…)
    1 agent d’accueil
    21 ASE (surveillance des Ecoles)

    Bonne semaine à tous

    0

    0
  10. Pour préparer l’ordre du jour d’une prochaine réunion dédiée à la sécurité, Didier Paillard, Maire de Saint-Denis écrit au Préfet pour rappeller l’importance des missions de la police nationale et l’urgence de voir le commissariat de Saint-Denis doté d’effectifs et de moyens supplémentaires. L’intégralité de la lettre ci-dessous.

    Monsieur le Préfet,

    Afin de préparer l’ordre du jour de la réunion relative à « la sécurité – Gare de Saint-Denis » que vous présidez le 27 avril prochain et dans la perspective que cette rencontre aboutisse à des dispositions nouvelles en terme de patrouille piétonnes sur le quartier, de recueil et de suivi des plaintes et d’investigation, je souhaitais porter à votre connaissances les éléments suivants.

    La situation connaît une nouvelle et grave dégradation. Le changement de saison accentue la recrudescence des activités illicites et des regroupements bruyants et alcoolisés sur la voie publique.

    La tension et un climat d’agressivité sont palpables et très pénibles pour les riverains et les très nombreux usagers de ce quartier concentrant transports et commerces. Sans prétendre à l’exhaustivité, ni méconnaître la mobilité des phénomènes, il est nécessaire de signaler les principaux points de fixations. La rue Ernest Renan connaît une importante recrudescence de consommation d’alcool sur la voie publique en fin de journée et le soir, alors même que cette rue est de plus en plus empruntée par les piétons en raison des travaux du tramway. La place des Tilleuls présente les mêmes problèmes auxquels s’ajoute une activité de prostitution. La rue de la Charronnerie est elle le théâtre de consommation de drogue en public. Un groupe y stationne très souvent excluant les autres usagers de l’espace public. Des voitures circulent à toutes heures visiblement pour s’approvisionner en substances illicites. La rue des Chaumettes qui dessert de très populaires enseignes commerciales est elle aussi très souvent occupée, et les toilettes publiques y sont utilisées pour la consommation de drogue. La rue du Corbillon qui donne sur deux écoles (école du Corbillon et école Jules Guesde) est également un lieu de regroupement, de jour comme de nuit. L’ambiance qui y règne est incompatible avec les allers et venues des élèves, parents et enseignants. La rue fontaine, plus particulièrement à l’entrée de la galerie commerçante Rosalie, est décrite comme un lieu de vente de cannabis. Les commerçants qui sont à proximité de cet endroit se plaignent de l’intimidation que subissent leurs clients. Enfin, vous connaissez la situation tendue autour du marché de Saint-Denis. Les ventes à la sauvette font l’objet d’une action régulière de la police municipale mais elles nécessitent un travail constant et des investigations de vos services pour enrayer le phénomène. Le service de la police municipale s’est doté d’un concasseur des produits de contrefaçon saisis. L’action que vos services ont initiée au marché aux puces de Saint-Ouen illustre les possibilités d’une intervention visible et d’un travail en profondeur.

    Dans cette perspective partenariale, il me faut regretter que des dispositions décidées de façon concertées ne soient pas mises en œuvre. Ainsi l’arrêté municipal, renouvelé chaque année depuis 2008 encadrant la vente d’alcool et la consommation sur la voie publique ne se traduit pas dans les faits. De même, en juin dernier nous avions renouvelé notre accord à la demande de la SNCF d’installer des caméras sur le parvis de la gare, sans que ce projet ne se concrétise à ce jour. De même l’extension des horaires d’ouverture du poste de police du quartier annoncé par l’ancien ministre de l’intérieur demeure un besoin important. En effet, les délits liés au trafic de drogue et à la prostitution notamment, sont au cœur des missions de la police nationale.

    Pour sa part, la Ville fait du renforcement de la présence humaine dans l’espace public une priorité. Le budget 2011 permet le recrutement de quatre policiers municipaux supplémentaires sur le quartier gare-centre ville. Le 1er juin prochain, le service de médiation nocturne sera déployé dans les quartiers de la gare et du centre ville, grâce à un groupement d’intérêt public associant la Ville, des services publics, des bailleurs et une enseigne de distribution. Douze agents, recrutés et actuellement en formation, auront pour mission d’assurer une présence de médiation et de conciliation sur l’espace public entre 18h et 1h du matin.

    La ville prend également sa part à la dimension sanitaire de la réponse au problème de toxicomanie sur le quartier. Elle a favorisé en liaison avec la DDASS l’ouverture depuis mai dernier d’un centre d’accueil et d’accompagnement à la réduction des risques (CAARUD) géré par l’association Prose, complétant la présence du bus d’Aides.

    Au-delà, la ville, la communauté d’agglomération et l’État sont également engagés dans le PNRQAD entré en action depuis le début de l’année pour la résorption de l’habitat insalubre. Tout comme l’arrivée de nouveaux tramways, l’opération aura des retombées sociales et environnementales très positives qui doivent concourir à l’amélioration des problèmes de sécurité. Cependant, la période des travaux est un élément de bouleversement du quartier et de ses usages que nous devons accompagner et prendre en compte.

    L’ensemble de ces éléments me conduit à réitérer l’importance des missions de la police nationale et l’urgence de voir le commissariat de Saint-Denis dotés d’effectifs et de moyens supplémentaires.

    État et Ville, nous savons que la résolution de ces difficultés est un travail de longue haleine qui nécessite une action constante et concertée, d’intervention et de présence sur l’espace public, d’investigation associant les services de police, d’hygiène, du fisc et des douanes et des réponses sanitaires et sociales.

    Aussi, je me tiens à votre disposition pour concevoir ensemble un dispositif pérenne et planifier une action de fond avec l’appui des différents services compétents,

    Vous remerciant par avance de l’attention que vous voudrez bien réserver à ce dossier important,

    Je vous prie d’agréer, Monsieur le Préfet, l’expression de ma haute considération.

        Didier Paillard
        Maire de Saint-Denis
        Vice-président de Plaine commune

    0

    0
  11. momo dit :

    que du vent, cette lettre, a été surement envoiyé, car la marie lit régulièrement votre blog.
    Maintenant, ils ne savent plus comment faire, ils ont laisseé pourrir la situation et se rendent compte que ce n’est plus gérable.
    quand la police délogeaient les rooms, notre maire oubliait qi’il se mettait devant pour qu’on les laisse dans leur bidonville. Maintenant il y a de la prostitution massive à la Rue de la République, des vols et de la mendicité.
    Concernant les vendeurs à la sauvette, pendant des annnées, ils fallaient pas toucher aux « sans » « les plus démunis », maintenant, nous avons droits aux vendeurs à la sauvette, aux squatteurs, aux drogués.
    cela fait des années que l’on leur disait, mais ils ne voulaient pas l’admettre, qu’ils étaient hors sujet et incompétant, et tout d’un coup, ils deviennent réalistes. Pourquoi ?
    s’ils n’ont pas vu que la ville se dégradait depuis les années 2000, cela nous aurais éviter de perdre 11 ans.

    0

    0
  12. Sam dit :

    Au-delà de cette nouvelle méthode de com’, on aurait aimé que Mr le maire et son adjointe en charge de la tranquillité publique contactent les riverains concernés et viennent sur le terrain dès que ça se dégrade. Comme le fait le staff de Mr le préfet. Ce dernier n’hésite pas à venir seul et régulièrement voir les commerçants sans prévenir et surtout sans com’.
    Toutes les alertes de notre association ont été immédiatement prises en compte par la préfecture, suivies d’actions du commissariat ou d’autres services de l’ordre. Tout n’est pas réglé mais il y a une réelle volonté politique et une grande écoute des habitants. C’est très encourageant et très constructif.

    Concernant le constat établi, il manque quelques secteurs fort exposés : rue Dezobry, rue Fontaine, rue E. Connoy, Parking Chaumette, rue G. Péri, rue de la République…et le quartier Cristino Garcia. 

    Mr le maire souligne les promesses non tenues par l’ancien ministre de l’intérieur en septembre 2009, ce qui est vrai et nous soulignons ce point à chaque rencontre avec le préfet. Mais ce communiqué laisse entendre que la mairie fait parfaitement son travail et remet en cause les responsabilités de l’Etat. Nous ne sommes pas du tout du même avis :

    1. Certes, il y a un réel manque d’effectif de la police nationale fidélisée et « à pieds ». Mais si la situation a évolué positivement dans le quartier de la gare – malgré tout – c’est grâce à l’Etat et aux habitants. C’est incontestable.

    2. Concernant les responsabilités du maire :
    – Il refuse toujours de tester la vidéosurveillance pour des raisons idéologiques. Au quartier de la gare, un audit de sécurité a été réalisé par les services de l’ancien préfet Nacer Meddah. Cet audit préconisait l’installation de caméras à des points noirs identifiés dans le quartier de la gare et a été remis au maire en automne 2009 … malheureusement, l’action est du côté du maire qui n’a pas donné de suite. Seul le maire reste décideur en matière de vidéosurveillance, donc statuquo.
    – La police municipale reste sous-dimensionnée (une trentaine de policiers) pour une ville de 100 000 habitants. Sa mission est d’assurer le respect des règles sur l’espace public (vaste chantier à St Denis) et semble bien dépassée ne serait-ce que par le phénomène de vente à la sauvette.
    – Concernant la vente à la sauvette, la ville est responsable de l’amplification de ces trafics car elle a laissé faire depuis plusieurs années malgré les alertes des riverains et associations (SDE par exemple). Le phénomène est désormais ancré et difficilement gérable.
    – Concernant les médiateurs de nuit, peut-on parler de médiation contre les phénomènes aussi dangereux que ceux du trafic de drogue ? Même les policiers de la BAC ne la mènent pas large quand ils interviennent. Je m’inquiète personnellement pour la sécurité de ces nouveaux agents qui seront confrontés seuls la nuit face à des bandes bien organisées…
    – Concernant la prostitution des jeunes mineures roms Place des Tilleuls – mais également dans de nombreux hôtels (Hôtel de La Poste) – les services de la ville en sont informés depuis trop longtemps. N’y a-t-il pas de services sociaux municipaux  qui puissent agir en saisissant tous les recours possibles pour protéger les mineurs ? Et pourquoi ne prend-on pas ce genre de problème ainsi que la mendicité en compte quand on accepte d’installer un camp roms sur notre territoire ?
    – Concernant les commerces « indélicats », qui sont souvent sources de nuisances, la ville a les pouvoirs d’agir. Pourtant, ces commerces ne semblent pas être inquiétés par les services municipaux. 
    – Concernant le stationnement anarchique, c’est du ressort des ASVP et police municipale. Pourtant, le laisser faire est manifeste partout (rue A. Delaune pourtant réservée au tram, rue de la République pourtant piétonne, rue de la Charronnerie….).
    – Concernant la propreté, les rues de St Denis demeurent sales. Sur ce point, le maire a tous les pouvoirs et devoirs pour assurer un cadre de vie digne à tous les dionysiens.

    3. Avant d’exiger de l’Etat qu’elle respecte ses engagements, il est souhaitable d’assumer ses propres responsabilités et reconnaître ses propres manquements. Il est contre-productif de taper toujours sur les autres pouvoirs publics sans jamais se remettre en cause… 

    Pour résumer :
    – Côté préfecture il y a réellement un manque de moyens mais une réelle volonté politique
    – Côté municipalité il y a réellement un manque de volonté politique pour affronter ce problème de sécurité qui gangrène et permet à un parti extrême de dépasser 18% aux dernières élections à St Denis. 

    Il est temps que chaque pouvoir public balaie devant sa porte en assumant ses responsabilités…et cesse de prendre les dionysiens pour ce qu’ils ne sont pas !

    0

    0
  13. goldo dit :

    je ne sais si c’est du vent et pourquoi effectivement cette réaction maintenant mais je me dis que de toutes manières vaut mieux tard que jamais; Le site existe depuis longtemps,ils auraient pu intervenir bien avant. Allez savoir ce qui se passe. Peut-être que les dernières élections les ont fait réfléchir. Peut-être ont-ils besoin d’attirer des voix. Ceci dit si ça fait bouger un peu plus les pouvoirs publics tant mieux. Dans cette ville il n’yaura jamais assez de policiers tant il ya des problèmes de tous genres. Bon courage a eux. Goldo

    0

    0
  14. Bertrand dit :

    Je pense que cette lettre marque quand même une avancée car elle liste les problèmes. Je pensais que le maire était aveugle. Cette lettre prouve qu’il a retrouvé la vue. C’est un vrai constat « officiel » de tous les problèmes que nous soulevons.

    Après, je suis tout à fait d’accord avec Sam. La mairie doit prendre également ses responsabilités pour gérer ce qu’elle peut gérer. Concernant la rue de la Charronnerie, la police municipale, selon de nombreux témoignages, discute avec les bandes, serre quelques mains… Nous n’avons pas de police muncipale adaptée à la taille de la ville et surtout à ses problèmes.

    Encore un petit effort monsieur le Maire. Vous reconnaissez les problèmes, battons-nous ensemble pour les régler. Demandons plus de moyens au ministère de l’intérieur mais de votre côté, engagez plus de policiers municipaux et veillez à son efficacité.

    0

    0
  15. momo dit :

    les constats de la ville, et la lettre, c’est pour vous endormir. Le maire, prouve qu’il est d’accord avec vous, qu’il a écrit et c’est tout, puis par la suite, dira, j’ai écrit au préfet et il n’a rien fait. Comme vous le dites, c’est de la COM simplement.
    c’est facile de dire que c’est toujours la faute des autres, et dur de se remettre en question, surtout que la plupart des maux sont indirectement la faute de la mairie, par idéologie, par les associations « para municipale » extreme gauche.
    Je ne comprends pas pourquoi ces associations sont financées avec notre argent, alors qu’elles nous pourrissent la vie.

    0

    0
  16. habitant dit :

    Je pense que la Com’ postée sur le site veut montrer que monsieur le maire, en écrivant au préfet, ne demeure pas inactif sur les dégradations qui se vivent au quotidien au quartier Gare-Centre ville. Soit.
    Cela dit, je partage l’avis de Sam sur le partage des responsabilités suite à quelques épisodes précédents.
    Si cette lettre du Maire a sa raison d’être, elle omet cependant de relever et d’appuyer que depuis toutes ces années, des habitants du quartier n’ont jamais cessé, en amont, d’alerter les pouvoirs publics pour que les choses bougent, pouvoir vivre tranquillement et que l’espace public soit vraiment public. Et je pense que cela a eu des impacts bénéfiques dans les autres quartiers: l’éclairage public par exemple. Quant au renforcement de la présence humaine dans l’espace public par la mairie, pourquoi si tard?

    0

    0
  17. Karim dit :

    @sam et les autres…
    En premier lieu merci pour l’invitation sam je finis mes travaux et je te retourne l’invitation pour la cremaillaire….
    D’autre part par le biais de ce site (bravo encore à ses fondateurs) je réalise et repond d’ailleurs à certaine de mes questions , notament grace à ce courier du maire qui me fait réaliser qu’il répond à certaine de ses attributions tel que ventiler au prefet l’état de sa commune (aussi bien morale que physique) mais qu’il en oublie apparement les fondamentaux qui sont securité , espace de vie , propreté ..etc….etc comme si bien énumérés par Sam (à quand les ambitions politiques ..lol..).
    Ca aussi ça fait partie de vos attribution Mr le Maire et pour cela vous n’avez nullement besoin du prefet ( augmenter les effectifs policiers et cela changera automatiquement l’état d’esprit de votre commune ,ainsi les habitants arreterons de la prendre pour une poubelle.
    Par contre je vous reconnais un talent !!! L’art de la com et du savoir se tirer le bon coté de la couverture ….

    0

    0
  18. Thierryb dit :

    Une réflexion en passant : l’un des intervenants remarque, à juste titre, la connivence ou le manque de discernement ( au moins!) de la police municipale qui fait ami-ami avec les vendeurs à la sauvette ou les  » piliers de rue » et qui n’intervient pas dans les cas de commerçant indélicat avec l’espace public. On voit ça tous les jours. Je trouve exaspérant de payer des gens qui sont des sortes de « médiateurs » de jour, et pour qui la loi semble aussi élastique qu’à ceux qu’ils seraient chargés de verbaliser ou sermonner. Problème de formation? De recrutement? De consignes?

    0

    0
  19. FARFADET dit :

    Cette « opération de COM » de la mairie me rappelle l’affaire de la Saria, cette entreprise qui dégageait une odeur insupportable dans la ville. Au début, la mairie ne réagissait pas trop. Elle a commencé à réagir une fois qu’elle a senti que la réaction citoyenne était très importante…

    Toujours un temps de retard …

    A mon avis, la mairie sent également, au vu des cantonales que les municipales pourraient être difficiles en 2014 pour elle.

    Du coup, hop, elle dénonce l’inaction de la police et pourra dire qu’elle a pris conscience du problème mais que c’est l’Etat qui n’assume pas ces missions.

    Maintenant, devant le constat dressé; il faut lui rappeler qu’elle doit aussi assurer sa part de responsabilité, notamment en :
    – recadrant la police municipale dont on a l’impression qu’elle est parfois un peu conciliante,
    – mettant l’accent sur la chasse aux vendeurs à la sauvette. A mon avis, ce phénomène important constitue un élément important dans le sentiment que l’on peut tout faire dans cette ville
    – Reprenant en mains le dossier du stationnement anarchique. C’est dingue le nombre de voiture mal garées … A ce propos, il y a au moins deux ans, nous avions signalé à Mme Haye que la borne de la rue du Corbillon était cassée… Elle devait transmettre à la personne en charge de ce dossier. Aujourd’hui, toujours cassée cette borne et magnifique point d’entrée dans le plateau piétonnier.

    Le dispositif des médiateurs de nuit peut être intéressant pour les petits désagréments quotidiens (par exemple, joueurs de foot rue de la république, le soir, qui tapent avec leur ballon contre toutes les vitrines, ce qui peut être agaçant à la longue quand on habite sur la rue) et pour assurer une présence un peu plus rassurante dans la rue … pour lutter contre l’insécurité, la drogue, ce ne sera peut être pas suffisant. Bon, on verra à l’usage, ce que peut apporter ce dispositif.

    0

    0
  20. BB dit :

    Juste comme ça, histoire d’en rajouter une (petite) couche…
    J’habite rue du Landy où :
    – de nombreux véhicules sont stationnés sauvagement
    – les poubelles et déchets encombrent les trottoirs, les espaces « verts » (si jolis, si couverts de détritus)
    – les 3/4 des véhicules (ceux mal garés comme les autres) ont leurs rétroviseurs cassés…
    – le square des droits de l’enfant portent de moins en moins bien son nom… cannettes, bouteilles cassées et détritus divers sont leur nouveau terrain de jeux.

    Quand je marche dans la rue, j’ai l’impression de vivre dans une poubelle à ciel ouvert.
    Il suffirait de pas grand chose, pourtant… Un nettoyage plus fréquent des rues, une synchronisation de la sortie et du ramassage des ordures (les poubelles attendent 2 jours dehors avant d’être ramassées), la présence de quelques agents aux endroits clés.

    Je suis à 2 pas du commissariat, et on ne peux pas dire que les policiers se fassent remarquer par leur présence, sauf quand il s’agit de mettre la sirène à fond pour griller le feu du carrefour et aller se garer… 10 mètres plus loin.

    Quelques PV deci-delà, non ? C’est trop demander ? C’est trop « repressif » que de demander un minimum de salubrité publique ?

    Il y a des choses magnifiques aussi, c’est juste dommage… J’ai l’impression qu’on ne nous laisse pas le choix : la culture ou la propreté, la sécurité ou le partage.

    Désolé, mais je refuse de choisir. On peux avoir les deux, il suffit d’un peu de volonté politique.

    0

    0
  21. Bertrand dit :

    J’espère que le maire vient lire le blog car tout est parfaitement résumé 🙂

    0

    0
  22. Sam dit :

    @Bertrand

    Je peux t’affirmer que plusieurs pouvoirs publics – y compris la municipalité – et médias lisent ce blog 😉

    0

    0
  23. abisa dit :

    karim ce n’est pas le maire qui recrute et augmente le nombre de policiers nationaux….

    la police pour tous, celle du service public national, ce sont des fonctionnaires pour lesquels 1 sur deux n’est pas remplacé quand il s’en va (choix politique du gouvernement )

    0

    0
  24. BB dit :

    @Abisa : je ne dis (ni ne penses) pas moins de ce que tu dis… Il est évident que l’État ne joue pas son rôle. En même temps, ce n’est pas nouveau. Ce qui me dérange un peu, c’est que les politiques de Seine-Saint-Denis montent aux nus lorsqu’ils font des promesses et qu’ils se rendent compte que l’Etat ne suis pas…

    Ex : la présence policière ou le métro du Grand Paris qui a de fortes chance de nous passer sous le nez… Pareil pour les Rroms, on a promis de les loger, ah mais on n’a pas d’argent et cet état salaud ne nous donne rien, c’est de sa faute.

    Ben oui, quoi, c’est Sarko… Vous croyez quoi ? Qu’il allait faire quelque chose pour la banlieue peut-être ? Sans dec…

    Il ne faut rien attendre de l’État, surtout quand celui-ci est aux services d’intérêts autres que l’intérêt général… Il faut se prendre en main et faire avec ce qu’on a dans la réalité du monde. Ça s’appelle la lucidité.
    Et la lucidité, c’est de faire avec ce qu’on a, et pas de faire comme si on avait ce qu’on voulait.

    Bref, j’me comprends :-p

    0

    0
  25. goldo dit :

    la police nationale,effectivement c’est l’Etat qui est concerné par son recrutement mais qu’en est-il de la police municipale? Peut être est-ce aussi le rôle du maire d’insister auprès des pouvoirs publics pour en réclamer et jusque là monsieur Paillard l’a t-il fait? Pourtant depuis combien de temps la ville au niveau de la sécurité se dégrade t’elle.? Les habitants n’ont-ils pas tirer la sonette d’alarme depuis plusieurs années; Allez arrêtez de le défendre a tout prix.

    0

    0
  26. houari dit :

    Sam, merci pour cette info..
    Si les pouvoirs publics lisent ce blog, je voudrais dire que l’avenue Wilson (entre le 1 et le 99) n’a JAMAIS ETE NETTOYEE.
    Vous avez bien lu
    En guerre depuis 2 ans, j’ai appelé une centaine de fois le numéro.
    J’ai enfin découvert, d’après un responsable de service le semestre dernier, que cette partie de ville n’est pas sectorisée. Les camions s’arrêtent au niveau du feu et rebroussent chemin vers le 99 Wilson.
    Personne n’avait remarque dans le service propreté que l’avenue Wilson traversait la ville et devait être nettoyée.
    Je vous assure que ce n’est pas la faute du gouvernement ou de l’état 😉

    PS : une fois l’avenue a été nettoyée de mon coté, tous les commerçants sont sortis pour voir ce qui se passait (nous n’avons jamais vu de balayeurs ni de machines « karcher »), l’avenue était propre, magnifique.
    La raison ? Visite du maire le lendemain (sans commentaires)

    0

    0
  27. LaMitad dit :

    Un petit message pour vous prévenir en vue de la réunion de cette semaine avec le préfet que cette nuit encore, 3 voitures ont été braqués dans le parking Vinci République. Soit un total de 6 voitures sur deux semaines et une tentative d’agression sur 3 jeunes filles qui voulaient se garer dans ce parking le pensant plus sur que la rue. Elles ont rencontré des fumeuses de crack dans l’ascenseur du parking. L’ascenseur est en effet utilisé comme fumoirs depuis peu.

    Les employés du parking sont paniqués, et il arrive qu’ils ferment plus tôt le parking par peur d’être agressé, les deals devant se faire à proximité du parking.

    Au vue des dispositions prises par la mairie concernant le parking Vinci de la gare, ne serait il pas possible d’interpeller le maire sur ce sujet durant la réunion?

    0

    0
  28. Sam dit :

    Juste pour dire que la réunion s’est bien passée et a duré plus de 3heures. Tous les habitants qui le souhaitaient ont pu exprimer leurs difficultés et leur ressenti en toute transparence. 

    Tous les points qui nous ont été signalés ont été relayés à Mr le préfet et à la municipalité, y compris le sujet récurrent…la propreté.
    Une série d’engagements et mesures précises a été annoncée par le préfet. On recoupe nos différentes notes et on met prochainement en ligne un compte rendu.

    @Pascal
    J’ai touché un mot concernant votre secteur. Le préfet souhaitait avoir plus de matière mais je n’avais pas de réponses. Dommage que personne n’ait pu venir de votre quartier Cristino Garcia. Mettez-vous en contact avec son délégué.

    Enfin, je tenais juste à souligner qu’une relation de confiance entre citoyens et pouvoirs publics se construit sur la transparence et la qualité d’échanges. Avec ce préfet, chaque détail ou info remonté par les habitants est pris au sérieux et suivi d’action. Et pour mesurer l’impact d’une action, on demande systématiquement le ressenti des riverains.
    C’est si important d’être au contact des habitants et de ne pas se contenter des stats pour juger de l’efficacité d’une action mais également du retour humain.

    0

    0
  29. pierre dit :

    ce matin a auchan. j’était en discution avec un copain .

    quand une amie et son mari de la personne avec qui je discutai sont venus nous salués , et ils nous ont expliquer se qu’il leurs étaient arrivés la veille prés de l’église neuve. elle c’été fait arraché sa chaîne ainsi que la médaille en or , je passe sur le reste de la discution , j’ai été un peu provocateur en disant que cela m’étonnait que de tel choses se passe a saint-denis , sachant que ses deux personnes sont de fervent partisans de nos élus municipaux . et que de tel colportages pouvait passer pour de l’anti-municipalité .

    je vous dit pas de la tête des deux personnes , quand je leur est parler de vidéo-surveillence.
    je m’excuse , je suis pas charitable auprès de ses deux personnes , mais cela leurs fait du bien cela les a un peu « traumatisés  » mais au moins il touche la réalité de leur ville.

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *