Le Monde – « 22 interpellations à Saint-Denis dans le démantèlement d’un trafic de crack »

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. dezobry dit :

    Enfin ça bouge dans le quartier de la gare ,bravo à l’ opération coup de poing de notre police dionysienne qui a fait du bon travail , cela montre que l’appel de detresse des habitants du quartier a été bien pris en considération par nos élus locaux et par les forces de l’ordre de notre ville. Il faut que cette action perdure.

    0

    0
  2. Sam dit :

    Dezobry,

    J’espère que votre copro, 3 rue Dezobry, va sortir de la spirale infernale. Alors vous installez une porte blindée ? ça va vous coûter combien ?

    Juste un mot, pour le coup de filet de la police, les élus n’y sont pas pour grand chose. 

    Il est temps que la municipalité réponde au rapport d’audit de la police pour revoir l’éclairage, les espaces publics, aider certaines copros anciennes dépassées comme le 29 Delaune ou la vôtre grâce aux aides du PNRQAD…et cesser de s’obstiner en refusant catégoriquement la vidéosurveillance ! 

    Donc pas d’emballement, c’est une bonne chose mais c loin d’être fini…il faut faire bouger les élus 😉

    Allez, faut maintenir la pression en préparant les deux réunions du 29 janvier (avec la préfecture puis avec le maire) !!!

    0

    0
  3. LeParisien dit :

    Près de 120 policiers, un quartier totalement bouclé…Le secteur de la gare de Saint-Denis a fait l’objet d’une descente de police mardi soir. Les enquêteurs du commissariat local, épaulés par les renforts de la nouvelle police d’agglomération, ont investi les lieux vers 21 heures. Pour limiter les risques de fuite, ils ont « bouclé le quartier et procédé simultanément à toutes les interpellations », indique l’un d’eux. Au top départ, ils ont arrêté 22 personnes : le principal organisateur, ses vendeurs et leurs guetteurs. Ils ont aussi saisi une trentaine de cailloux de crack et près de 2 000 euros en espèces.

    Un an après le démantèlement de la maison du crack (…), le trafic s’ancrait à nouveau dans la rue. « A chaque fois, le réseau renaît de ses cendres en s’adaptant pour échapper à nos méthodes », constate un enquêteur. Le réseau démantelé mardi faisait appel à de nombreux guetteurs et avait mis en place un important dispositif de surveillance afin de repérer les allées et venues de policiers. Alertés fin novembre par un renseignement anonyme, ces derniers ont multiplié les planques discrètes, dans le cadre d’une enquête préliminaire.(…)

    22 personnes, dont 5 mineurs, ont été interpellées en flagrant délit et placées en garde à vue. Parmi elle, le « principal donneur d’ordre », qui était dans le collimateur des enquêteurs depuis des mois, mais avait échappé aux précédents coups de filets. Cette fois, il a été arrêté en possession d’une dizaine de cailloux de crack. Hier soir, les gardes à vue de 11 personnes ont été prolongées. Les autres ont été remis en liberté faute d’éléments suffisants ou parce qu’il s’agissait de simples consommateurs.

    Aurélie Foulon – Article publié le 21 janvier 2010 – Edition 93

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *