Le Monde – Claude Bartolone : « La Seine Saint-Denis est au bord de la crise de nerf »

Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. thierryb dit :

    Ça fait un peu peur, non?
    En même temps, beaucoup de réactions à cet article dans « le monde » étaient du genre: « Fichez-nous la paix avec ces quartiers sur lesquels on déverse des milliards de nos impôts « ; « Quand ils se prendront en charge au lieu de jouer les victimes? »; « Ils ont voulu accueillir tout le monde, qu’ils le payent et laissons-les là où ils sont ».
    Pas encourageant non plus. Avec la crise, les peurs et les égoïsmes se renforcent.

    0

    0
  2. thierryb dit :

    Je voulais juste signaler que je viens de subir une agression dans le métro Basilique: un jeune type s’est jeté sur moi pour me prendre mon sac et mon portable au moment où je m’installais dans le métro, j’ai eu le réflexe de me défendre et il a fini, après 20 secondes assez violentes, par partir au moment où les portes se refermaient. Je lui ai fait un grand sourire tranquille en le traitant de petit c… mais intérieurement j’étais au bord de l’envie de lui casser sa petite gueule de petite frappe analphabète. Visiblement, il sévissait sur le quai, car je l’ai aperçu deux heures plus tard dans les escaliers en revenant de mon rendez-vous parisien.
    J’aime beaucoup Saint-Denis. De plus en plus. Cela dit, dans la rame, des jeunes filles et des dames très sympas se sont ouvertement réjouies que je n’aie pas été volé. Vive les filles! Les mecs regardaient leurs chaussures. Vrai.
    Juste un truc: pour ceux qui me connaissent, je n’apparais pas vraiment comme un frêle petit bonhomme: c’est la première fois que je vois (et comment! (;-)) qu’on se jette comme ça sur un homme. Sûrement du croire que j’étais un touriste, un néerlandais naïf ou un boloss parisien…

    0

    0
  3. Stéphanie dit :

    Désolée d’apprendre cela Thierryb mais ravie que tu ais réussi à mettre en déroute cette « petite frappe » !
    Pas étonnant que Saint Denis soit une ville « boycottée » par la plupart des tour operator ….

    0

    0
  4. hélène dit :

    A propos de l’article c’est un constat très amer. Après avoir été stigmatisé de « Banlieue Rouge » à ne pas fréquenter, maintenant c’est le 9-3 et ses ghettos et, à ne toujours pas fréquenter. Ceci dit, nous avons une responsabilité collective moi la première, de ne pas avoir su anticiper dans les années 90, pas su écouter ceux, qui claivoyants dans les années 2000, nous alertaient de la situation à venir. Je n’ai jamais été élue, abandonnée le militantisme en 87 mais quelque part je me sens responsable. Est ce du aux clivages politiques ? Il faut bien admettre que quelque soit les gouvernements en place, notre département à toujours été méprisé.
    Je vous ai entre aperçu ThierryB, effectivement vous n’êtes pas frêle et, je suis vraiment navrée de ce qui vous est arrivé.
    Je lisais cet après midi un article d’un sociologue qui disait au sujet de la violence :
    « Nous vivons dans une société où il faut avoir pour être…. On est loin de l’époque où respecter la vie, les êtres, était la valeur suprême. Désormais le valeur suprême, c’est la possession. »

    0

    0
  5. édith dit :

    Tout mon soutien, Thierry, et encore plus pour l’humour. Ton dernier texte aussi j’avais apprécié. Et sus aux petites frappes analphabètes. J’imagine la scène, c’est désagréable mais plaisant comme un clin d’oeil. Et ce que tu rapportes des réactions respectives des deux sexes laisse songeur sur le devenir de l’espèce !
    A bientôt (pour ton info, je commets des textes sur le site de mon éditeur en ce moment, dans la partie Atelier des auteurs, demain un nouveau qui risque de t’intéresser).
    De Sète,

    0

    0
  6. goldo dit :

    Bravo ThierryB ,tu as pu leur échapper mais malheureusement il va s’en prendre a une autre proie plus vulnérable. As-tu porté plainte ?

    0

    0
  7. thierryb dit :

    Je viens de voir l’émission  » C dans l’air  » d’aujourd’hui, intitulée « la banlieue attendra » avec les responsable de l’ANRU (un UMP intelligent et constructif) le formidable Claude Dillain, maire de Clichy sous Bois, parmi d’autres, et cela m’a redonné confiance: il y a des gens qui ont des solutions concrètes à proposer, et les clivages politiques, s’ils existent, sont aussi dépassés face à l’urgence. On voyait aussi la maire de Chanteloup , UMP aussi, qui a signé l’appel des maires de Seine Saint denis, partager le même diagnostic que Dillain. La question est tout de même: sans une volonté politique locale qui évite le clientélisme et le saupoudrage, on arrive à des améliorations. Le réseau associatif a été considéré comme important dans le diagnostic et la construction de projets municipaux (+++).
    Quant à ce qui m’est arrivé, je n’en fait pas un fromage, c’est déjà oublié (merci pour les petits mots) et je n’en tire pas de conclusion hâtive non plus.
    Je n’ai pas porté plainte, mais j’ai signalé à la RATP (la dame dans son bocal m’ a écouté, c’est un peu tout). Un des aspects qui m’a fait plaisir, c’est l’implication des jeunes dans l’aide aux devoirs des enfants. Il y a de l’espoir à construire (je suis incurable).

    0

    0
  8. habitant dit :

    Pas souvent l’opportunité d’intervenir sur le blog. Là je peux le faire rapide.
    C’est bien d’entendre que des élus comme Claude Dilain ou Bartolone appellent un chat un chat quand Bartolone dit:
    « Je revendique d’être une terre d’accueil. Le problème, c’est que dans les quartiers les plus en difficulté, seuls s’installent ceux qui n’ont pas le choix alors que s’enfuient tous ceux qui le peuvent. Quand j’entends le discours sur la « ghettoïsation », je réponds qu’on est déjà dans le ghetto. Dans les collèges, il y a des classes où un élève sur deux a des parents au chômage, où tous les élèves sont issus des minorités visibles et où les classes moyennes ne veulent pas envoyer leurs enfants. La discrimination est économique, sociale et raciale. »

    Ce n’est pas de trop tôt de sortir de la langue de bois pour dénoncer certaines hypocrisies.

    Je suis d’accord Thierry B quand tu dis « Un des aspects qui m’a fait plaisir, c’est l’implication des jeunes dans l’aide aux devoirs des enfants. Il y a de l’espoir à construire »
    Evidemment!
    Un conseil aux parents et jeunes, préférez l’aide aux devoirs à l’école, en assoc’,la petite annonce dans les boulangeries ou par chèque emploi service.
    Pas des agences qui se sont faites redresser les bretelles par la CNIL et qui en plus de cela pompent énormément de fric.

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *