Le Monde – « La rue, fief des mâles »

Vous aimerez aussi...

9 réponses

  1. Sam dit :

    On organise « la journée de la jupe » ? et on sort les mini jupes svp 😉

    0

    0
  2. Stéphanie dit :

    Quand tu veux 🙂 !

    0

    0
  3. thierryb dit :

    Cet article tente de nous faire croire que le sort des femmes dans l’espace urbain est le même partout.
    Pourtant il y a un amalgame entre le nécessaire progrès d’une ville pensée en termes masculins dans une société les femmes ont désormais toute leur place (Paris, les centre-villes à forte valeur culturelle ajoutée, où les femmes, en tout cas en France, ont toujours été fort présentes (etudiantes, employées, cadres sup, etc), et d’autre part la ville où elle sont : « Sifflées, collées, insultées, autant de situations que vivent les femmes dans la rue. » Sofi Peeters ne s’est pas promenée n’importe où à Bruxelles, et même si tous les hommes sont susceptibles de machisme imbécile et de drague lourdingue (enfin pas trop moi, mais on n’est pas là pour ça 😉 ), il me semble que c’est très corrélé au niveau d’éducation et à la place de la femme dans les représentations collectives (En France, depuis les intellectuelles, courtisanes, et les salons, la parole féminine a toujours été visible).
    C’est marrant comme on masque le risque de retour en arrière de la situation faite aux filles dans les milieux populaires par un discours sur l’architecture, la culture et l’espace urbain parisien…Il est vrai qu’il ne faut blesser personne ni stigmatiser… Alors, éduquons !

    0

    0
  4. suger dit :

    thierryb souligne avec raison que tous les espaces urbains ne sont pas identiques face au sexisme. Un reportage de la télévision belge RTBF présente le film de Sofi Peeters dans son contexte : http://youtu.be/TazhIzP5cx8
    Il faut savoir que la mairie de Bruxelles a décidé au 1er septembre l’application d’une loi prévoyant des amendes administratives pour sanctionner ces comportements. Des critiques ont mis en avant le rôle de l’éducation pour s’opposer à ce dispositif répressif. La réponse de la municipalité de Bruxelles est intéressante : elle considère que la lutte contre les insultes racistes, homophobes et sexistes passe aussi par la répression.

    Et face à ceux qui pensent que ces amendes sont inefficaces, elle rappelle le bilan positif des amendes en matière de propreté publique : « Les sanctions administratives fonctionnent donc bien et changent la mentalité des citoyens, puisqu’ils se rendent compte qu’ils peuvent être poursuivis », a précisé Freddy Thielemans, bourgmestre de Bruxelles, dans le journal « Le Soir ». A Saint-Denis, nous avons beaucoup à apprendre de nos amis bruxellois…

    0

    0
  5. Sam dit :

    @Stéphanie

    Le 8 mars pour la journée de la femme, on organise un p’tit truc dans notre futur café rue Dezobry 😉

    Ahhh les rues Dezobry, Suger, Delaune… et ses mâles !!! 

    0

    0
  6. stephanie dit :

    Yes Sam avec grand plaisir !!!!

    C’est tout le quartier de la gare qui est excessivement masculin….

    0

    0
  7. Sam dit :

    Beh je trouve que c’est plus concentré sur certaines rues passantes. 

    Rue Paul Eluard par exemple, ce n’est pas du tout la même ambiance…

    0

    0
  8. stephanie dit :

    C’est vrai mais la rue Paul Eluard est beaucoup plus large et surtout il y a moins de cafés, épiceries diverses, etc …. Cela doit jouer aussi très certainement. Mais, je suis tout à fait d’accord, je ne ressens pas cela partout à St Denis, c’est certain.

    0

    0
  9. farfadetbreton dit :

    En tout cas, la solution en Égypte de transports réservés aux femmes ne m’apparait terrible …

    A Saint Denis, il y a un au moins un domaine où la ville est pensée pour les filles (pas difficiles) plus que pour les garçons : l’offre commerciale des boutiques de vêtements pour femmes, très largement supérieure en quantité (faudra repasser pour la qualité) …. LOL.

    En conclusion, je crois qu’il faut sortir et s’aventurer partout, tout le temps, et pas seulement le 8 mars.

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *