Le Monde – « Le trafic se porte bien, comment va la démocratie ?, par Stéphane Gatignon »

Vous aimerez aussi...

21 réponses

  1. chris dit :

    C’est juste et pessimiste, et on pourrait aussi déplorer que la société se fout de ses pauvres, entassés là où on ne veut plus les voir ni entendre.

    Et déplorer aussi que la classe politique gère la société comme une entreprise, en allouant les moyens de façon optimisée dans un objectif uniquement électoral : inutile d’investir dans tel ou tel coin où l’on sait que le bénéfice ne se fera pas sentir à court ou moyen terme.

    Tous ces articles et analyses sont déprimants, mais à l’opposé ***il faut signaler l’espoir que constituent les associations de quartier***, et les réactions positives de la presse face à nos problèmes. A deux ans de la présidentielle, je pense que ce thème va revenir de plus en plus à la figure de notre président (promesses non tenues, … etc), et ça a déjà commencé.

    Ca ***peut*** bouger, donc, mais il y a beaucoup d’inertie, ça met du temps, et ***rien ne se fera sans notre mobilisation unie***. La peur du bulletin de vote est une menace qui fait bouger beaucoup de politiques.

    Continuons à avertir les médias, et à monter des actions locales … cela dit, il nous reste à les inventer de toutes pièces. 🙂

    0

    0
  2. citoyen93 dit :

    Le problème sur ce territoire c’est l’abstention et c’est d’ailleurs gràce à elle que la majorité municipale de Saint-Denis a été réélue.

    Le business de la drogue est effectivement très florissant sur le 93 et on ne compte plus les jeunes en train de rouler des joints aux quatre coins de la ville, l’usage du canabis s’est litéralement institutionnalisé. Au nom de la paix sociale les élus n’ont jamais été trop regardant sur les petits trafics dans les cités, le résultat c’est que c’est devenu un véritable business aujourd’hui.

    Le trafic de drogue se fait au grand jour dans des rues piétonnes et finalement pourrit la vie des gens et des quartiers. Comme réponse, la mairie ne veut rien savoir sur la vidéo surveillance dans les endroits de passage tel que les rues piétonnes et réclame simplement plus de présence policière.

    On tourne en rond et on n’avance pas et pendant ce temps le taux criminalité atteint des sommets.

    Je pense que rien n’avancera tant que les habitants de cette ville ne se mobiliseront pas pour enfin faire bouger les lignes du côté du préfèt et de la mairie de Saint-Denis.

    Au sujet de la mairie il faut bien dire que sur le chapitre de l’insécurité, elle est aux abonnés absents.

    Paillard et sa maire adjoint F Haye se pincent le nez dès que l’on évoque l’insécurité sur la ville.

    Dès que vous parlez d’insécurité avec un élu communiste, il se tortille sur sa chaise, regarde ses mains et soupire en espérant que son interlocuteur va vite se barrer.

    L’insécurité c’est le mot tabou, c’est le sujet qui pue.

    Pour un élu coco, l’insécurité est un faux problème car le vecteur déclencheur de l’insécurité c’est la misère. Par conséquent combattons la misère et on aura plus d’insécurité.

    Le problème c’est que cette rhétorique typique.des communistes et des militants de l’extrème gauche est très réductrice et finalement ne satisfait personne car sur le volet économique et social la mairie est également aux abonnés absents.

    La mairie se garde bien d’ailleurs de communiquer ou de donner des résultats sur le volet emploi qui est catastrophique.

    Elle préfère faire de la com’ sur 2 ou 3 actions paillettes et pendant ce temps la ville s’enfonce un peu plus chaque jours dans la paupérisation.

    Le Maire est plus à son aise pour faire de l’esbrouffe avec ses balades de quartier complétement bidons et dont les résultats seront proches du niveau zéro.

    Il est également très fort pour nous parler de : « Rassemblement », de « construire », de « vivre ensemble », de « Rêver dans un espace durable et écolo ».

    Parceque au cas où vous ne l’auriez pas encore vu, Saint-Denis est une agglo qui s’inscrit dans le développement durable.

    La seule chose que je vois c’est pluôt la misère et la paupérisation qui visiblement s’installent durablement dans notre ville.

    Messieurs Paillard et Braouezec, je ne vous dis pas merci.

    0

    0
  3. suger dit :

    Il était temps qu’un maire communiste (celui-ci n’est « vert » que depuis quelques semaines) se rende compte de la réalité de nos villes de la banlieue nord. Cela tranche avec le mutisme ou l’irresponsabilité affichée de la municipalité de Saint-Denis.

    Mais sa proposition d’une légalisation de la consommation du cannabis ne règlera rien. Les traficants passeront à des drogues encore plus dangereuses, à la contrebande et à la vente aux mineurs.

    La seule solution à court et moyen terme est de renforcer les effectifs et le moyens matériels de la police, et qu’elle ait le soutien réel des municipalités concernées (avec, entre autres, l’installation de la vidéo-surveillance qui peut jouer un rôle dissuasif).

    0

    0
  4. montjoie dit :

    Bonsoir
    J’ajouterai qu’il faut aussi le concours des magistrats de Bobigny (comprenne qui pourra).
    Bonne soirée à tous et méfiez-vous aux coins des rues !

    0

    0
  5. abisa dit :

    Si tout ne relevait que de la couleur politique, cela serait facile. il suffirait de changer de veste (ou de la retourner). Or montfermeil est très à droite, Aulnay l’a été. y vit on mieux ?
    Je le répète cette ville (st denis) ne mérite la caricature apocalyptique que vous lui faites !

    0

    0
  6. Sam dit :

    Effectivement, ce que nous décrivons au quotidien de notre calvaire, preuves à l’appui, n’est sans doute que « caricature apocalyptique »…
    Nous ne vivons sans doute pas dans la même ville !

    0

    0
  7. cyril dit :

    Les faits sont les faits … et ils sont têtus : La ville est sale, les services de nettoyage sont désorganisés et des pans de rue sont abandonnés aux trafics.
    Il est « caricatural » de le nier. Saint-Denis, belle de ses cultures, riche de son histoire, fière de ses combats,  mérite mieux que les certitudes éculées des uns ou le dédain des autres. Le citoyen doit revenir au centre. 

    0

    0
  8. Stéphanie dit :

    Abisa,
    Avez-vous quelques exemples de cette « caricature apocalyptique » ?? Et surtout avez-vous des contre-exemples à nous soumettre ?

    0

    0
  9. suger dit :

    Ce qui est justement intéressant dans le texte de Stéphane Gatignon, le maire de Sevran, c’est le changement de discours après des années de déni de la réalité par les maires communistes. Si le terme d' »apocalypse » peut être utilisé, c’est pour la description qu’il fait de la situation (avec de nombreux exemples cinématographiques…). Je comprends combien cette révision est déchirante et quelle doit être l’amertume de certains qui croyaient offrir un paradis municipal. Mais les habitants de Saint-Denis ont le droit d’attendre que la municipalité regarde enfin la réalité en face et qu’elle assure au moins ses responsabilités dans ses domaines de compétences (ramassage des ordures, propreté et entretien des voiries, respect des arrêtés municipaux sur le stationnement, le bruit, la consommation d’alcool sur la voie publique, etc…).

    Les beaux discours sur le « vivre ensemble » ne peuvent plus être le cache-misère de l’incapacité à offrir des conditions normales de vie aux habitants.

    0

    0
  10. abisa dit :

    st denis est une ville en mutation (si l’on regarde depuis les anneées 90 (le tram, le stade de france, la plaine st denis, la pietonisation du centre ville etc….) et ce n’est pas fini. le reportage de m6 le montre même si certains n’y voie que ce qui les interesse.
    st denis cumule aussi des difficultés comme toute une partie de la banlieue « oubliée » VOLONTAIREMENT par l’état économiquement mais aussi en matière de sécurité.
    je lisais ce we un article sur la levée de bouclier et tous les recours intentés par la population du XVIe arrdt de paris avec le soutien de l’ump local pour empêcher la construction de quelques logements sociaux . alors où va-t-on ?
    alors que des associations se lèvent pour améliorer la vie de ses concitoyens c’est bien, mais quand elle le fait avec des arrières pensées politiques, c’est autre chose. il y a des partis politiques pour cela et l’éventail est vaste. la municipalité est elle un partenaire ou un adversaire ?
    je vis les atouts et les difficultés de st denis comme chacun de vous. vous représentez des dyonisiens mais d’autres ne partagent pas vos idées loin s’en faut.

    0

    0
  11. Sam dit :

    @abisa
    « alors que des associations se lèvent pour améliorer la vie de ses concitoyens c’est bien, mais quand elle le fait avec des arrières pensées politiques, c’est autre chose. » …pouvez-développer votre pensée ?

    0

    0
  12. Jason dit :

    Je suis d’accord avec Suger (quel beau pseudo en plus) on nous a enfumé avec des idées fausses et une utopie du vivre-ensemble qui connaîtra de plus en plus de difficulté à se mettre en place.
    Pour revenir sur le terme apocalyptique c’est quand même un peu le cas. Quand je parcours le quartier de la gare, c’est « New-York 1997 » (le film), ça craint quand même….

    0

    0
  13. noelle23 dit :

    @abisa
    Je travailles à Aulnay sous bois depuis quelques années, et je peux vous dire que la vie y est majoritairement plus paisible : moins d’incivilités, plus de propreté même si des cités connaissant des difficultés comme d’autres..mais la gestion minicipale est bien meilleure !! (de plus, la mairie alors à droite depuis pas mal d’années est passé de justesse à gauche dernièrement..).pas de doute : la gestion municipale y est pour beaucoup !!! c’est un fait !!

    Il faudrait plus de pragmatisme de nos élus à St denis : cela TUE la ville !! il y a des trafics dans certaines rues alors : VIDEOSURVEILLANCE : ce n’est pas la panacée mais c’est une des réponses possibles à un grave problème !! en plus du travail avec les assos , la police….

    0

    0
  14. Stéphanie dit :

    @abisa,
    Nous n’avons pas pour vocation de représenter tous les dionysiens, comme, je pense, vous ne parlez pas au nom de tous les dionysiens « loin s’en faut » …
    Quant à la petite phrase sibylline sur les « arrières pensées politiques » j’espère que vous allez pouvoir nous apporter quelques précisions ….
    Enfin, allez demander officieusement à la ville comment elle considère « Sans Crier Gare » : comme un partenaire ou comme un adversaire ? Ensuite, on en reparlera.

    0

    0
  15. citoyen93 dit :

    @abisa
    Effectivement, précisez votre pensée sur la pseudo « arrière pensée politique » des militants de cette association.

    0

    0
  16. citoyen93 dit :

    @abisa,
    Mise à part le tram qui est une bonne chose, le stade de France et la plaine Saint-Denis ne profitent nullement à la population si l’on en juge par les statistiques catastrophiques concernant le taux d’emploi et l’accés des Dionysiens à des emplois se situant sur Saint-Denis ou la Plaine Saint-Denis.

    Le fossé s’est même accru et les inégalités sont encore plus criantes.

    La piétonisation du centre ville est également un parfait exemple d’un aménagement d’un coeur de ville fait en dépit du bon sens si on en juge par l’offre commerciale calamiteuse et l’état pitoyable du bâtit ancien.

    Vous dites que Saint-Denis est en pleine mutation mais visiblement on ne doit pas parler de la même mutation.

    0

    0
  17. habitant dit :

    Simplement dire à Abisa que lorsque le tram avait été conçu jusqu’à la gare (il y a plus de 20 ans), c’était à ce moment là qu’aurait dû être pensé la rénovation du quartier et pas laissé à l’abandon toutes ces années. C’est une question de bon sens, pas de couleur politique.

    Quand Abisa dit:
    « st denis cumule aussi des difficultés comme toute une partie de la banlieue « oubliée » VOLONTAIREMENT par l’état économiquement mais aussi en matière de sécurité. « 

    Les grands oubliés de Saint-Denis ne sont pas les entreprises qui ont pu s’y implanter comparé à d’autres villes de banlieues.
    Les grands oubliés de Saint-Denis sont une bonne part de la population, des habitants qui n’ont pu qu’être spectateurs des changements sans que cela ne puisse leur bénéficier (emploi, propreté, tranquillité, meilleur cadre de vie…) Il y a d’ailleurs l’étude de l’INSEE à ce sujet.
    Alors qu’on ne s’étonne pas qu’aujourd’hui que des dionysiens se constituent en association pour devenir acteurs et faire que ça bouge dans le bon sens.

    Quand Abisa dit: « la municipalité est elle un partenaire ou un adversaire ? « 
    C’est à la municipalité qu’il faudrait poser cette question.

    0

    0
  18. Sam dit :

    abisa, ou devrais-je encore dire alain, la fidélité aux idées communistes ne justifie en aucun cas le déni de la réalité et les petites phrases gratuites.

    Pour info, nous comptons parmi nous des gens de toutes sensibilités, y compris des gens qui ont toujours voté pour les communistes mais qui ne s’y reconnaissent plus et ne trouvent plus leur place dans cette ville.

    0

    0
  19. hélène dit :

    @abisa,
    Quels sont les partis politiques ? Des partis du 20e Siècle avec de vieilles méthodes, de vieux réflexes, des idéologies surrannées, qui ne répondent plus à l’attente de la population.
    Nous sommes dans une ère nouvelle où tout est à refaire à repenser, alors les citoyens se mobilisent comme ils le peuvent sur des sujets précis alors les « arrières pensées politiques » sont vraiment du passéisme. Nous entamons un 21e siècle qui présente des difficultés énormes. Jeter un anathème comme celui-là, c’est offenser tous ceux qui ont conscience de  » L’AUTRE ».

    0

    0
  20. cyril dit :

    On attribue généralement à l’économiste libéral Jean-Baptiste Say (1767-1832) la paternité de la  » loi des débouchés » selon laquelle l’offre crée sa propre demande. Certainement soucieuses de démontrer la validité de ce principe, les autorités locales l’illustrent de manière convaincante en abandonnant nos rues aux déchets. 

    1. Les poubelles ne sont pas ramassées 

    2. Les déchets s’entassent, les containers s’accumulent …  

    3. … L’offre de détritus abonde dans les rues de Saint-Denis

    4. Les poubelles sont renversées, éventrées, éparpillées et consommées de manière « sauvage ».   

    5. L’offre a donc suscité sa propre demande, ce brave Say avait donc raison.  

    Ce mécanisme est visible sur cette photo prise ce jour : 

    0

    0
  21. emma dit :

    Ce commentaire a fait l’objet d’un article, cliquer-ici.

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *