Le Monde – L’université Paris-XIII, intrusions et violences répétées

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. goldo dit :

    La violence n’épargne aucun coin du 93 mais je pense aussi qu’elle se développe partout et cela fait peur. Dans quelle société vivons nous?

    0

    0
  2. thierryb dit :

    Ne faisons pas les chochottes: j’ai entendu aujourd’hui avec beaucoup d’intérêt aujourd’hui Stéphane Gatignon, maire de Sevran : il disait que la prééminance du trafic de cannabis est telle, que les mafias qui se constituent sont si puissantes et irriguent de plus en plus les quartiers de sa ville, que si on ne légalise pas pour stopper ça, le prochain maire sera élu par ces mafias, la population étant de plus en plus dépendante de ces réseaux…

    Quand on connait le revenu fiscal moyen de st Denis (et de 93) (moins de 8000 euros/an environ), comment s’étonner que la paix sociale (relative) soit obtenue par le terrain laissé libre aux trafiquants et/ou à ceux qui veulent endoctriner. L’évolution qui nous attend si le modèle de société ne change pas (et comment?) c’est : mort ou paupérisation des services publics, fin d’une citoyenneté active, espace public très inégalement traité selon les ghettos, etc…par là-dessus, une grosse tentation policière et xénophobe..

    La violence n’est pas propre à ici, mais ici elle prend des formes peu discrètes et brutales : on est en bout de chaîne d’un modèle économique fondé sur l’essorage et la compétition. J’ai toujours trouvé que les petites frappes avaient les mêmes valeurs que les promoteurs de l’individualisme à outrance.
    Et comme nous sommes de gentils petits-bourgeois, la violence d’ici nous fait peur : elle se voit!

    0

    0
  3. Citoyen93 dit :

    Je connais bien cette fac pour y avoir fait mes études il y a une bonne vingtaine d’années et les problèmes de violence ne datent pas d’aujourd’hui.
    Le Campus est cerné par des grosses cités dont l’une se nomme Salvator Allende si j’ai bonne mémoire et régulièrement des bandes de jeunes faisaient des incursions pour racketter ou trafiquer sur le campus. On a même eu un cas de viol.
    Visiblement cela ne change pas.
    Il faut savoir que le campus Paris XIII est « Blacklisté » par les facs européennes qui ont des contrats de partenariat dans le cadre du programme Erasmus.
    C’est dommage et regrettable que des étudiants aient à suivre des cours la peur au ventre.
    Le problème qui se pose est effectivement un problème dû au trafic et à la quasi impunité des auteurs de ces délits.
    C’est aussi déscolarisation de ces jeunes complètement déstructurés, souvent violents et dont les parents sont totalement dépassés.
    C’est malheureux à dire mais il va falloir embaucher des vigiles, installer de la vidéo-projection pour qu’enfin les étudiants puissent étudier en tout quiétude.
    Je ne vois aucune autre solution.

    0

    0
  4. habitant dit :

    Il faut aussi voir la configuration intérieure de la fac Paris 13. Il y a deux entrées opposées pour y accéder. L’accueil est difficilement repérable pour se renseigner. Quant aux amphis… c’est la chasse aux trésors si on ne connait pas la fac. Ils sont dispatchés. Les bâtiments extérieurs ressemblent à une zone industrielle.

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *