Le Parisien : Bailleur et policiers mettent un coup d’arrêt aux trafics

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Lazare dit :

    Voilà une excellente nouvelle; Mais quid des utilisateurs, on n’en entend jamais parler, si offre il y a c’est qu’il y a demande et la police ne pourrait-elle pas en choper quelques uns, leur frotter les oreilles juste pour leur faire peur ?

    0

    0
  2. électeur dionysien dit :

    Bravo à la Police Nationale et à Plaine Commune Habitat pour le démantèlement du trafic de cannabis du 17 rue Eugène-Hénaff à Saint-Denis.

    Autres bonnes nouvelles :
    Un squat du boulevard Ornano servait de lieu de stockage du cannabis pour les trafiquants de la cité Pleyel. Dans la semaine du 15 juillet 2014, grâce à l’action conjointe de la Police Nationale et de la Ville, ce squat a été vidé et les travaux de rénovation ont commencé.

    L’assermentation par le tribunal de Bobigny des quatre AVSP promis pour ce quartier arriverait en septembre 2014.

    Mauvaise nouvelle : dans le même quartier (Pleyel) on compte qautre camps de roms, un de plus qu’en juin 2014. Des problèmes d’hygiène sont prévisibles dans ce quartier où travaillent 15000 salariés et vivent 6000 habitants.

    @Lazare : Pour frotter les oreilles et faire peur aux consommateurs de cannabis, nous devons réclamer à Direction interrégionale des Douanes et à la Direccte des interventions plus fréquentes des douaniers à Saint-Denis. Les douaniers peuvent rédiger et faire payer des amendes sur le champ.

    0

    0
  3. eugene henaff dit :

    Merci pour le démantèlement du trafic rue Eugène henaff ,ils nous ont pourri l’existence avec leurs saletés ,nuisances … j’espère qu’ils ne vont plus revenir ,notre hall d’immeuble respire à nouveau Merci aux policiers ,juste une remarque suite à la perquisition dans l’immeuble y a eu une grande fuite de GAZ ,heureusement les pompiers ont intervenus à temps .

    0

    0
  4. Paru dans le Parisien 15/08 dit :

    Face aux rodéos urbains à mini-motos et à leurs nuisances quotidiennes, le maire UMP de Neuilly-Plaisance, Christian Demuynck, a lancé une pétition. Il demande le soutien du ministre de l’Intérieur et du préfet. « Chaque jour, en effet, des conducteurs de deux roues irresponsables, dangereux, irrespectueux nuisent à la tranquillité et à la sécurité de nombreux enfants, riverains. .. Ils causent des nuisances inacceptables », s’emporte-t-on au cabinet du maire.

    Déjà 500 signatures de soutien

    La municipalité qui a lancé la pétition il y a quelques jours, notamment via le site Internet de la ville, assure avoir déjà recueilli 500 signatures de soutien de la part d’autres élus et d’habitants concernés par le problème. « L’Etat doit intervenir que ce soit à Neuilly-Plaisance, ailleurs en Seine-Saint-Denis ou dans tous les quartiers qui subissent ces actes de délinquance », poursuit-on en mairie. Neuilly-Plaisance n’est pas la ville la plus touchée par ce type de nuisances. Aux Renouillères ou rue des Deux-Communes, les quartiers pointés du doigt par le maire, le phénomène se fait même plutôt rare. « C’est vrai. Je ne dis pas que nous avons des hordes sauvages. Mais il suffit d’un individu impuni pour que ça devienne cauchemardesque pour tous les riverains paisibles, ne serait-ce que d’un point de vue sonore », estime-t-on toujours en mairie.

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *