Le Parisien Effectifs de police : le compte n’y est toujours pas

Vous aimerez aussi...

13 réponses

  1. citoyen93 dit :

    C’est plutôt une bonne nouvelle… Pour les voyous.

    0

    0
  2. Habitant dit :

    @citoyen93
    La meilleure nouvelle que les voyous ont eu cette année a été la réélection de D. Paillard, et je vous dis ça sans ironie

    0

    0
  3. citoyen93 dit :

    @Habitant
    Je vous trouve un tantinet négatif à l’encontre de Monsieur Paillard.
    Lui et son équipe font un travail remarquable sur la ville.
    Vous n’avez pas compris que si les trottoirs sont d’une saleté repoussante c’est parce que vous n’avez pas changé votre regard sur l’espace urbain.
    Réjouissez vous lorsque vous voyez des jeunes en train de dealer aux abords de la gare ou des cités de la ville. Ils se forment aux rudiments de l’économie libérale.
    Vous vous plaignez de l’absence de commerces de qualité.
    Soyez content, cela vous évitera d’être tenté par des achats inconsidérés.
    Las des campements Roms, des squats et des immeubles insalubres.
    Quelle chance d’être confronté à une telle diversité de populations !
    Vous devriez remercier le maire et son équipe de cet immense bonheur renouvelé chaque jour.

    0

    0
  4. Bel-Air dit :

    Merci @ citoyen93 pour la bonne tranche de rire. C’est mieux que pleurer, n’est-ce pas 😀

    0

    0
  5. goldo dit :

    Cest pas grave monsieur Paillard et ses adeptes sont fiers d’eux. Ils gèrent une ville populaire mais ils doivent confondre le mot populaire avec dépotoir. Nous ne sommes plus dans une ville populaire mais dans une ville qui n’est plus une ville mais un repaire pour tous les trafics et incivilités. Et dire qu’il faut faire avec encore pendant 6 ans, j’espère que je ne serai plus là. Goldo

    0

    0
  6. Claude dit :

    1) Créer trois nouvelles antennes des Douanes en Seine-Saint-Denis

    Quand les douaniers font payer trois cent euros à un parisien pour quelques grammes de cannabis achetés à Saint-Denis, alors celui-ci a moins de velléités de revenir s’approvisionner dans notre ville, même si cette transaction lui évite d’avoir un casier judiciaire.

    En Seine-Saint-Denis il faudrait créer trois antennes des Douanes, une à Aubervilliers, une à Saint-Denis et une à Saint-Ouen, spécifiquement dédiées à l’interpellation des consommateurs de cannabis.

    En dressant mille amendes par jour cela devrait assécher le marché.

    Voilà ce que nous devons réclamer au Ministère des Finances.

    2) doubler les effectifs de la Police Municipale et armer les agents

    L’équipe de Didier Paillard répète toujours le même discours : « La lutte contre le trafic de stupéfiants est de la compétence de la Police Nationale pas de celle de la Police Municipale. »

    Dans chaque réunion de quartier il nous rabâche cet argument.

    Sauf que tout est lié.

    Plus la Police Municipale sanctionne les incivilités plus elle enquête sur les campements sauvages plus elle verbalise le stationnement illégal, moins les trafiquants dionysiens peuvent exploiter le climat d’impunité.

    Aujourd’hui les effectifs de la Police Municipale de Saint-Denis sont de 35 agents.

    Autre argument de l’équipe municipale : si on augmente les effectifs de la PM alors vos impôts vont augmenter.

    Il semble qu’en supprimant des subventions à des associations inefficaces et en arrêtant de payer des frais de voyage d’élus à l’autre bout de la planète, on puisse dégager un budget pour embaucher des policiers municipaux.

    Les dimanches 22 et 29 mars 2015 lors des élections départementales votons pour faire appliquer ce programme.

    0

    0
  7. Bill dit :

    @Claude

    Je trouve que nous gaspillons énormément d’énergie et d’argent à lutter contre le trafic de cannabis. Plutôt que de mobiliser tous ces agents pour le trafic, on ferait mieux de concentrer les efforts sur effectivement les vols et agressions, les incivilités, les délinquants routiers, la propreté… et expérimenter la légalisation comme beaucoup d’autres pays le font. Aux Etats Unis, l’économie est boostée par le green business. Etant donné les réseaux en place, on peut dire que la Seine Saint Denis serait bien positionnée pour prendre le leadership sur le marché mais d’une façon légale et contrôlée (et qui rapporte des impôts). Si on stoppe la clandestinité, on stoppe les nuisances pour le voisinage. Et on libère les policiers pour un travail plus valorisant qu’arrêter toujours les mêmes petits dealers et / ou consommateurs de cannabis pour remplir leurs chiffres sans que cela ne change quoique ce soit pour les riverains de ces trafics.

    0

    0
  8. citoyen93 dit :

    La légalisation de l’usage du cannabis est de mon point de vue la seule alternative permettant de stopper ou du moins limiter la criminalité.
    Il y a eu un témoignage d’un ancien responsable de la DEA (Drug Enforcement Administration) sur les sommes colossales dépensées par le gouvernement américain en plus de 40 ans pour un résultat plus que décevant.
    En dollar constant dans les années 70 un gramme d’herbe se négociait dans les rue de New York aux alentours de 5 dollars et aujourd’hui il est tombé à 2 dollars, cherchez l’erreur…
    L’approche répressive mène droit à l’impasse.
    Le débat est ouvert mais les politiciens rechignent à s’en emparer pour des raisons électoralistes.
    Pour en revenir à nos moutons, il est anormal que ce département est un déficit de policiers.

    0

    0
  9. Habitant dit :

    @bill, citoyen93
    Légaliser le cannabis ne va pas résoudre le problème, les dealers n’ont qu’un seul objectif, c’est faire du fric, peu importe ce qu’ils trafiquent, si on légalise le cannabis alors ils se mettront à vendre de la cocaïne, de l’héroïne, du crack, des ecstasy ou autre chose, tout ce qui peut rapporter bcp d’argent sans trop se fatiguer.

    0

    0
  10. Bill dit :

    @Habitant

    Je ne pense pas qu’on puisse comparer ces différents trafics. Je ne conteste pas que les escrocs restent des escrocs et trouveront autre chose. 

    Mais le deal de cannabis attire énormément de monde, de tout âge, origines sociales et géographiques. Son usage est largement répandu et malgré qu’il soit illégal, il est terriblement banalisé. Par contre, l’usage de cocaïne, héroïne, crack… s’adresse à une clientèle beaucoup plus restreinte et n’engendrerait pas un tel cirque dans nos rues et cités. Ces trafics plus restreints en volume de clientèle seraient également plus faciles à contrôler dans la mesure où ils ne seront plus noyés dans le flot cannabis. D’ailleurs, ce qu’on trouve à tous les coins de rues à St Denis avec leurs cortèges de guetteurs, c’est du cannabis, les distributeurs de drogues dures sont plus localisés dans la ville.

    0

    0
  11. citoyen93 dit :

    @Habitant,
    C’est un argument que j’ai déjà entendu et je peux comprendre vos réticences.
    Je pense que l’on ne peut pas comparer entre un usagé d’héroïne et un fumeur de cannabis.
    La légalisation du cannabis est à mon sens la seule alternative. A ce sujet, certains états des Etats unis d’Amérique ont franchi le pas et ont légalisé la Marijuana, (le Colorado).
    Les modalités sont à penser mais sur le principe je n’y vois que du positif.

    0

    0
  12. citoyen93 dit :

    Ci-dessous un article du Monde du 19/12/2014 sur la légalisation du cannabis qui confirme ce que je dis depuis le début.
    http://www.lemonde.fr/sante/article
    Bonne lecture

    0

    0
  13. Bill dit :

    Voici le lien pour l’article gratuit de Libé qui propose l’étude en consultation. Effectivement citoyen93, on y trouve tous nos arguments et en particulier l’aspect prévention 😉

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *