Le Parisien :Le bailleur HLM pris pour cible dans plusieurs quartiers de Saint-Denis

Vous aimerez aussi...

31 réponses

  1. Bel-Air dit :

    Franc-Moisin… voyons, ah oui le petit village de « résistants » qui tient dans un mouchoir de poche, juste à côté de chez moi (Bel-Air) et où dimanche dernier sous mes yeux ébahis une femme d’origine asiatique en compagnie de sa fille s’est fait arracher son sac en pleine journée alors qu’elle se rendait à Leroy Merlin ? Ah oui, je vois bien. C’est bien l’endroit où la majorité des habitants sont pris en otage mais reste silencieux ? J’imagine pourquoi.

    0

    0
  2. Bel-Air dit :

    Les trafiquants ne « tentent » pas d’imposer leur loi, ils l’imposent. La sécurité physique des habitants est confiée officieusement à ces trafiquants et c’est cela qui est grave. Un pet de travers et ils peuvent à leur tour devenir aussi, au gré de leurs « besoins » matériels et frustrations de ces énergumènes, victimes potentielles (vol, cambriolage, passage à tabac…) Cela fait à peine 1 an que j’habite le quartier d’à côté et je suis déjà arrivée à cette conclusion. C’est maintenant que monsieur Peu se rend compte du problème ? Je ne dis pas les choses comme je le pense, elles sont ainsi dans les faits. La dernière fois c’est un rom qui s’est fait roué de coup suite à un accrochage en voiture dans lequel il était impliqué, des habitants des alentours, pas encore identifiés par ces énergumènes, subissent de petits interrogatoires si jamais ils veulent rentrer dans ce quartier pour x raisons (visites, accès au centre médical)… Perso je préfère rester à l’extérieur pour l’instant ça me va très bien !

    0

    0
  3. Bel-Air dit :

    @Bill : désolée dans l’empressement (et l’énervement) j’ai dû t’envoyer 3 fois le même commentaire ; le dernier est le bon 🙂

    0

    0
  4. goldo dit :

    Je me demande jusqu ou cela va aller.Paillard il pense quoi encore de cet événement?mais quand va t il se réveiller et monter au créneau en s attaquant la ou il faut.qu’ il prenne des initiatives et on soutiendra mais est ce a nous d en prendre et que ce soit lui qui nous soutienne.Et dire que je vais revenir Ca me goût vraiment les boules.goldo

    0

    0
  5. suger dit :

    Finalement Patrick Braouezec a réussi ce qu’il projetait pour Saint-Denis quand il en était le maire officiel. Saint-Denis, la ville « révolutionnaire » de ses prédécesseurs communistes, était pour ces derniers un exemple de gestion, un reflet de ce qu’ils défendaient comme transformation sociale et politique du pays.
    Pour Braouezec, elle devait devenir « Saint-Denis la révoltée », finalement une simple caisse de résonance des plaintes et récriminations contre l’Etat. Pour Braouezec, Saint-Denis devait être un laboratoire social et politique (« démocratie directe », « ville-monde », etc…) dont les habitants étaient les cobayes. Lieu de prétendues innovations sociales habilement médiatisées, elle servait à attirer les caméras sur son maire, pour favoriser ses ambitions nationales.
    Et quand les habitants exprimaient leurs mécontentements, c’étaient des petits-bourgeois qui ne comprenaient rien à l’expérience menée (ces « couches moyennes » dont il disait qu’il n’avait rien à faire…). Quant à l’insécurité montante, ce n’était qu’un « sentiment d’insécurité » attisé par la droite, sinon l’extrême-droite… et les voyous bénéficiaient de toutes les excuses car ils étaient des « victimes de la société » !
    Oui, Saint-Denis, grâce à Braouezec et ses amis, est bien devenu un « laboratoire », mais c’est le laboratoire du désordre, un laboratoire anti-social, dur à la population et profitable aux délinquants et à tous les aventuriers politico-religieux.

    1

    0
  6. Le Parisien 29/10 dit :

    Agressions en série au Franc-Moisin à Saint-Denis

    Ces derniers jours, la tension est encore montée d’un cran dans le quartier du Franc-Moisin, à Saint-Denis. Face à l’urgence, la ville a sollicité le commissaire de police afin d’organiser au plus vite une réunion sur les problèmes de sécurité dans le quartier du Franc-Moisin. […]

    C’est incontestablement tendu, même si l’on ne sait pas vraiment pour quelles raisons », commente Stéphane Peu, président de PCH et maire-adjoint (PC) à Saint-Denis.

    Depuis une dizaine de jours, les faits inquiétants se succèdent dans cette cité considérée comme sensible. Mardi, trois personnes cagoulées et armées d’une bombe à gaz lacrymogène ont fait irruption dans la loge d’un des gardiens de l’office HLM Plaine commune Habitat (PCH). Ils étaient, semble-t-il, à la recherche d’une ou plusieurs personnes et sont repartis comme ils étaient entrés, sans faire usage de leur arme. Lundi, c’est le directeur des ressources humaines de PCH qui a été violemment agressé en pleine journée rue de Lorraine, alors qu’il regagnait sa voiture après une réunion avec des gardiens.

    La semaine dernière, l’employé d’une entreprise de plomberie, qui intervenait chez un locataire, a été agressé dans la cité par un groupe de jeunes adolescents qui lui ont dérobé sa chaîne en or. Il a tenté de se défendre mais le renfort de jeunes plus âgés l’a obligé à fuir. Des salariés en charge du chauffage urbain ont également été menacés verbalement.

    Toujours la semaine dernière, mercredi, dans la matinée, une délégation d’une douzaine de visiteurs néerlandais, qui devait participer à un débat sur la lutte contre le jihadisme à la radio TSF, basée à Saint-Denis, a été agressée dans le quartier. […]

    Plusieurs vols à l’arraché ont par ailleurs eu lieu ces dernières semaines, notamment aux abords de l’agence de la Poste. Les vols à la portière se sont également multipliés, principalement sur la rue Danielle-Casanova qui borde la cité.

    0

    0
  7. spectatricedésolée dit :

    En prenant un peu de recul sur la triste évolution de notre ville on constate que le « virage » s’est amorcé avec l’arrivée de Patrick Braouezec comme maire en 1991…virage bien négocié au début de son mandat (Marcelin Berthelot siégeait encore au Conseil municipal..)mais hélas les vrais motifs de son arrivée aux affaires son vite apparus, SUGER en fait d’ailleurs une bonne analyse. Patrick Braouezec ne rêvait-il pas après son voyage a Porto Alègre et lors du Forum Social européen tenu dans notre ville de devenir l’homologue européen de « Lula » le président brésilien? Il faut dire qu’une sorte de doctrine élaborée par son petit cercle et portée par ses amis politiques les plus proches -élus et administration municipale-a relayé les politiques plus traditionnelles du PC et a commencé ainsi un long travail de sape…Aujourd’hui nous en constatons les graves conséquences …et Braouezec est toujours aux affaires…lui qui semblait si sourcilleux de faire vivre la démocratie(enfin sa vision!) ,d’être élu par le peuple, n’est-il pas gêné de ne devoir son poste de Président de Plaine Commune qu’à une élection au second degré ? Quant à la municipalité actuelle elle est aux commandes d’un navire devenu fou car il n’y a plus personne pour redresser la barre …Alors tous les jours en spectateurs désolés et impuissants (pour le moment) nous nous demandons jusqu’où cela va bien aller, si l’abime est encore loin?

    0

    0
  8. Bel-Air dit :

    Au-delà de ces agressions, il faut bien comprendre le mécanisme. Ces trafiquants et petits voyous disposent d’une réelle liberté d’action, avec un territoire invisible à l’oeil nu bien délimité. Tout ce qui est à l’intérieur du territoire leur appartient, en dehors, les quartiers aux alentours sont éventuellement des extensions mais leur pourvoir y est plus dilué (à une rue près) On a l’impression au vue des agressions, vol d’autos et cambriolages qui ont lieu de temps à autre à la périphérie du Franc-Moisin (et encore je ne parle que de témoignages directs), que ces extensions font office de garde-manger ou livret épargne. Quand le business est au beau fixe, il n’y a pas de réel intérêt de se risquer sur un secteur proche, mais quand les « résultats » ne sont pas au rendez-vous, le livret épargne est toujours là pour équilibrer. Pour avoir déjà vécu dans un quartier « chaud », je sais que le but n’est pas de s’en prendre à des secteurs proches car plus les larcins sont éloignés du lieu de vie des contrevenants, mieux c’est pour la sécurité de leur business. Par ailleurs, j’ai lu un commentaire sur le JSD qui insinuait une présence policière un peu gênante dans le quartier. Je confirme que j’ai vu quelques rondes de voitures de police, et ce, à plusieurs reprises depuis plusieurs mois. Cela les aurait peut-être rendu plus nerveux. Il s’agirait donc d’une démonstration de force. Par ailleurs n’oublions pas que c’est les vacances scolaires! Je ne crois pas que le vol à l’arraché auquel j’ai assisté dimanche, à deux pas du pont, ait été commis par des adultes…

    0

    0
  9. Mourad dit :

    @Bel-Air

    … Effectivement, il ne s’agit pas comme on peut l’entendre dire de zones de non droit, il s’agit de zones de droit privé … et c’est au final plutôt bien structuré.

    Exemple de la semaine dernière (mon parking est devenu un super marché du cannabis) : je rentre d’un diner vers 23h30 ; trois individus me disent à l’entrée du parking et sur le ton de la conversation pas du tout agressif que ce soir ma voiture il faut que je la gare dehors … ou alors que je revienne dans une heure !

    … Et je n’habite pas au franc- moisin …

    0

    0
  10. MR dit :

    (mon parking est devenu un super marché du cannabis) écrit Mourad.

    Dans quel quartier ? Quel parking ?

    0

    0
  11. Mourad dit :

    @MR (Michel Ribay je suppose)

    … Quartier Pleyel – place aux grumes et ce n’est pas nouveau Michel …

    http://www.lejsd.com/index.php?s=21

    0

    0
  12. Louison dit :

    Une peu de bon sens Michel Ribay. Dans quel quartier ? Quel parking ?

    Partout MR partout.

    La ville ne ressemble plus à rien les habitants n’ont plus de vie vous le savez parfaitement. Même la rue des Ursulines où vous résidez n’échappe pas aux agressions vols deals drogués, poubelles qui débordent, urine..

    Vous avez des nouvelles de Slimane Raballah ? Habite toujours t-il la ville ? Sait-il que la ville ne ressemble plus à rien ?

    0

    0
  13. Bel-Air dit :

    @Mourad : C’est cela, les mecs sont très organisés dans leur business où qu’ils soient. La technique de « pas de bruits, pas d’ennui » fonctionne bien jusqu’à ce qu’ils soient emmerdés pour une raison ou une autre.

    Je vais prendre l’exemple du quartier voisin du mien, le franc-moisin, quartier plutôt tranquille en apparence, ça peut basculer en véritable cauchemar à n’importe quel moment. C’est donc très spécial car soit on entend qu’il s’est passé quelque chose de grave tel jour, soit on assiste à un truc grave en direct. Donc il y a une sensation très différente de la gare. C’est pas le grand bordel mais le danger est imprévisible.

    0

    0
  14. Azzedine dit :

    Bonjour à tous.
    La réaction de MR (a priori Michel Ribay) est affligeante.
    Comme s’il venait de découvrir qu’à Saint Denis, il y avait des points de deals de drogue.
    Evidemment, il ne faut pas s’étonner que la municipalité parle de tranquillité publique.
    Ce sont ces éléments de langage qui sont dangereux.
    Toute la ville est gangrenée par la drogue. Ne faites pas l’ingénue.

    Vous êtes aux affaires depuis tellement longtemps… Un peu de respect pour la souffrance des habitants.
    J’ai de l’estime pour vous car prenez en compte les difficultés des habitants. Mais il ne faut pas faire le naïf.
    Quand je lis l’interview de M. PAILLARD dans le JSD, j’ai l’impression qu’il dirige une autre ville que Saint-Denis… Secouez le un peu.

    0

    0
  15. MR dit :

    Bonjour,

    Il y a assez de motifs dionysiens d’affliction pour ne pas s’affliger d’une question.

    Les propos tenus sur ce blog laissaient supposer que le dénommé Mourad habite Pleyel, sans certitude aucune.

    Il n’a échappé à personne qu’il n’y a pas qu’un parking à Pleyel.

    J’ai bien noté, merci Louison, que s’il y a une multitude de parkings à Saint-Denis et que pour certains, beaucoup trop – dire tous serait excessif et mensonger – il y a de vrais et insupportables problèmes, il est nécessaire pour agir, Azzedine et Louison, d’identifier précisément de quoi l’on parle, étape indispensable pour assumer ses responsabilités.

    Ni plus, ni moins. J’ai eu une réponse. C’est ce que je demandais.

    J’ai une adresse mail, elle fonctionne, si ça peut éviter une question inutilement « affligeante », n’hésitez point, on y gagnera du temps.

    Sincèrement et cordialement,

    MR.

    0

    0
  16. Habitant dit :

    @MR
    Si vous êtes au bureau des réclamations, j’en aurai quelques unes à vous faire sur l’état pitoyable de cette ville et plus précisément rue de la charronnerie et place des tilleuls où les dealers font tourner le commerce du crack et autres, ils hurlent et urinent sur les portes d’habitation, et tout ceci aux yeux et à la vue de tous le monde (sauf de cette municipalité apparemment) depuis plusieurs années.

    0

    0
  17. Azzedine dit :

    Bonjour M. RIBAY

    Le trafic de drogue est présent à Saint Denis. La ou les gamins restent toute la journée sans bouger de leurs coins est un point de deal. On peut marcher sur la ville ensemble. Je vous les indiquerait tous. En premier lieu le quartier de la gare et Gabriel péri.
    Un gamin doit aller à l’école et pas faire le guet pour 50€ par jour.

    Voila la situation des enfants de la ville.

    J’avais fait la remarque aux journalistes du JSD qui semblait découvrir la vente sur le parvis de la gare. Ils font un article un an après les premières brochettes…
    Il faut sortir des bureaux. J’avais dit aux journalistes qu’il leur a fallu 1 ans pour faire la distance de la mairie au parvis de la gare et que les journalistes du parisien avait plus rapide. Mais toujours moins rapides que les habitants eux mêmes.

    Je suis en colère Mr. RIBAY en effet. Et votre réaction en disant « quel parking? » est pour ma part un déni des réalités. Je pensais sincèrement que vous avez une autre vision que celle de la municipalité.
    Sans un travail de fond et une volonté de tout les intervenants, on y arrivera à rien.

    Quand on continue de parler de tranquillité publique… On ne réussira pas. Il faut évoluer dans les éléments de langage et surtout sur la priorité des actions municipale.

    0

    0
  18. Gabriella dit :

    Azzedine parle de colère mais il y a aussi un sentiment d’impuissance, moi
    j’hésite parfois à témoigner parce que j’ai l’impression que l’immobilisme et la
    fatalité sont les maîtres mots de cette ville et que l’on répète les mêmes choses en boucle au fil des commentaires et des témoignages et depuis déjà pas mal d’années et que non seulement rien ne s’arrange mais tout empire alors c’est la faute à qui ? on va nous répondre : la crise ou la mondialisation, notre ville est-elle gérée par une municipalité ??

    0

    0
  19. Louison dit :

    Merci MR. Vous avez encore une fois donner libre cour à votre stylo.
    Mais comme le dit à juste titre Azzedine que vaut la vie d’un enfant né et résidant à Saint-Denis ?
    Vous avez des enfants MR ? Ont-ils au moins été scolarisés dans cette ville ?
    Quant à Slimane Raballah, son silence est infligeant !

    0

    0
  20. MR dit :

    Bonsoir,

    Je change de stylo, le premier utilisé ne semble pas bon.
    Est-il difficile de comprendre que ma question ne relève pas d’un déni de réalité mais d’une chose simple : délégué au quartier PLEYEL-CONFLUENCE, quand quelqu’un semble-t-il identifié du quartier Pleyel parle d’un pb de parking dans les termes qui ont été employés, je me dois de poser la question pour être sûr : quel quartier ?, quel parking ?
    Faut-il l’écrire en capitales pour être compris ?
    Et cela sans aucun déni de réalité de ce qui se passe Place des Tilleuls, rue du Corbillon, Fontaine, Péri, Delaune, Dezobry, Riant, ou près de la place du 8 mai 45 ou plus loin.
    A ne pas citer tous les endroits que je connais et où il y a des pbs à régler fais-je preuve de déni de réalité ?
    Permettez-moi de me consacrer (sans œillères) en priorité au quartier dont j’ai entre autres la charge.
    J’espère que cet épisode qui relève du malentendu est clos.
    Encore une fois sincèrement, (sans animosité) et cordialement,

    MR.

    0

    0
  21. suger dit :

    Comme le dit Gabriella, « notre ville est-elle gérée par une municipalité ? ». La question se pose et la réponse devient de plus en plus évidente : c’est non !
    Ainsi : où est Slimane Rabahallah, le maire-adjoint responsable de la sécurité ? Habite-t-il toujours à Saint-Denis au moins ? Peut-on le voir ? Lui arrive-t-il de rencontrer des habitants ou des associations ? L’entend-t-on lors des conseils municipaux ? Quelles sont ses propositions concrètes pour faire face au désordre dans la ville ? Se contente-t-il de passer de temps en temps dans son bureau à la mairie et d’encaisser ses 2 900€ d’indemnités mensuelles ?…
    Oui, à quoi servent le maire et ses 28 élus délégués (21 maires-adjoints et 7 conseillers délégués, soit plus de 900 000 € de budget annuel en indemnités…) ? A quoi sert cette municipalité ?

    0

    0
  22. bill dit :

    @MR

    Je vous remercie d’avoir le courage d’intervenir sur le blog malgré l’énervement certain de la plupart des intervenants, fatigués d’être en boucle. Vous êtes le seul parmi la municipalité qui montre de la lucidité vis à vis de la situation et qui tente d’agir mais la tâche est lourde surtout si vous n’avez pas de soutien de vos collègues. Donc merci d’oser intervenir même si vous vous exposez à la colère et la frustration qui s’exprime vis à vis de vous, en tant que représentant de cette municipalité incapable d’entendre et non je pense en tant que délégué au secteur Pleyel-Confluence où votre engagement est reconnu et apprécié par les habitants.

    0

    0
  23. Alain dit :

    Fusillade cite Gabriel Peri

    Flash Info de la mairie

    Mardi 3 novembre vers 14h00, une fusillade a éclaté cité Péri. Un homme a
    été blessé et hospitalisé. Les deux auteurs des coups de feu ont pris la fuite et
    sont activement recherchés.
    Cet événement dramatique se produit au lendemain d’une importante action
    contre le trafic de drogues, qui a permis d’importantes saisies d’héroïne et
    d’argent ainsi que la mise en garde à vue de 12 personnes.
    Ces deux faits témoignent de l’intense activité à laquelle sont soumis les
    agents de la Police Nationale.
    Saint-Denis fait face à une délinquance, grande et petite, qui fait son lit de
    la forte paupérisation d’une partie de la population. La recrudescence des
    agressions dans le quartier du Franc-Moisin ou la pression des dealeurs sur
    le quartier de la Gare et sur certaines cités en témoignent.
    Le Ministère de l’Intérieur et la Préfecture ne semblent pas en prendre la
    juste mesure. Pourtant, les agents de la Police Nationale sont les premiers
    exposés : ils ne peuvent faire face à la criminalité, faute de moyens
    techniques et humains suffisants.
    Avec les Dionysiens, je réclame, à nouveau, un renforcement significatif des effectifs de police sur l’ensemble de la commune, à la hauteur d’une ville de
    la taille de la nôtre confrontée aux problèmes que nous connaissons.
    Les Dionysiens ont le droit de vivre sereinement.
    Didier Paillard,
    Maire de Saint-Denis

    0

    0
  24. 3ème hussard dit :

    Le trafic de drogue dans cette ville est un fléau qui mine, sape, empuantit, détériore de manière significative l’atmosphère de cette ville.
    Le renforcement des effectifs de police peut apporter un élément de réponse à cette problématique à condition que les trafiquants soient arrêtés, jugés et punis ce qui est loin d’être le cas.
    Les prisons sont totalement saturées, les personnels pénitentiaires sont débordés, écœurés par la difficulté des missions à remplir.
    Il n’y a aucun suivi permettant aux délinquants de ne pas retomber dans la récidive.
    Les policiers en ont assez d’arrêter des petites frappes qui ne sont même pas inquiétés par la justice.
    Une société ne peut pas fonctionner si la loi du plus fort devient la règle.
    Les services de l’état ont totalement démissionné, laissant une population a l’abandon et livrée à elle même.

    0

    0
  25. spectatricedésolée dit :

    J’ai entendu hier les coups de feu comme tous les riverains de la rue Gabriel Péri (entre la Place du 8 Mai et le barrage). Hélas cet épisode illustre très bien et de façon très violente ce qui se passe dans ce quartier .Trafics toute la journée au vu et au su de tout le monde , points de vente bien installés , cris de guetteurs lorsqu’il y a péril pour le négoce…. mais il n’y a pas que la rue Gabriel Péri !!! il y a aussi la rue Bonnevide, enfin il convient plutôt de dire la « piste Bonnevide » car l’état de délabrement de la chaussée est tel qu’on ne peut plus appeler cela une rue !!! Des travaux qui trainent en longueur et qui auraient du être achevés depuis plus d’un an!!!! Occupations illégales du domaine public par les différents garages pour stocker leurs véhicules, faire des réparations etc…sans parler du stationnement en double file notamment dans le virage où stationnent très régulièrement des camions qui viennent charger sur la rue, les pains fabriqués dans la boulangerie anonyme ,voisine du garage,au fait les services de l’hygiène ont-ils donner leur accord pour ce mode de fonctionnement?Mais cela n’est rien car nous avons maintenant le triste spectacle du café qui vient de changer de nom et de vitrine , halte bienveillante pour de nombreux automobilistes, mais aussi dans le périmètre des établissements scolaires , quid de la loi?
    Oui nous sommes inquiets de l’état de délabrement de ce quartier et de la vitesse avec laquelle il s’enfonce dans une zone de non droit.Bien sur ,on peut toujours dire que c’est la faute de l’autre ,en l’occurrence l’État , mais enfin qu’on fait les parents ,premiers éducateurs de ces gamins ?Qu’a fait cette municipalité en réaction aux observations des habitants ? Rien !!! Plus de réunions de quartiers sur site , il faut aller aux réunions du « grand centre ville » façon de noyer le poisson…Il n’y a pas de pire sourd que celui qui ne veut pas entendre!

    0

    0
  26. Habitant dit :

    @3ème hussard
    Je dirais plutôt que cette ville a été abandonné par son incapable de maire et enterré par un Braouzec plus soucieux par les entreprises du CAC40 installé à la plaine que de ces habitants.
    Car malgré la crise et l’abandon de l’état, plusieurs villes voisines de St-Denis qui était très mal embarqué il y a quelques années s’en sortent plutôt bien maintenant tout le contraire de St-Denis qui ne fait que s’enfoncer ds la misère et la criminalité.

    0

    0
  27. Miou dit :

    Etant depuis moins de deux ans à saint-Denis, je ne connaissais rien de la politique locale. Je n’étais absolument pas gênée par la couleur politique de la ville. Ville populaire. Super! Ville animée. Génial, j’adore l’animation…. Sauf que c’est devenu de plus en plus animé dans un sens que j’ai un peu de mal à apprécier. Je me suis demandé si je ne psychotais pas, si je ne devenais pas réac… Et, purée, je ne veux pas devenir réac….! Je me demande ce qu’on peut faire pour que ça change, pour que la ville s’améliore. Evidemment qu’il faudrait plus de police vu que plusieurs quartiers de la ville sont gangrénés par les trafics en tous genres…. J’ai cependant du mal à accepter que la municipalité ne soit pas plus énergique face aux problèmes. Je ne suis pas au courant de tout ce qui se dit ou se fait mais je constate que l situation continue de se dégrader…. Slimane Rabahallah est particulièrement silencieux. Agirait-il dans l’ombre?

    0

    0
  28. Thierry dit :

    @spectatricedésolée
    j’ai habité plusieurs années une résidence privée de ce quartier,et je suis parti au moment même où le trafic qui débordait de la cité Péri, trafic occasionnant des échauffourées et des incendies de voitures régulièrement, s’est intensifié. Encore aujourd’hui, je crois que rien n’est réglé, si j’en croit les contacts qui m’y restent.
    Cet endroit, si proche du centre ville et de la mairie (quelques centaines de mètres!), s’est enfoncé dans les années 2000, sans que jamais les signalements qu’on a pu faire aient servi à grand chose. Des arrestations ont eu lieu, certes, mais tout recommençait assez vite. Je ne pense pas que l’Etat ait abandonné la ville, mais tout a l’air d’être « trop tard ».
    Je suis désolé de le dire (j’ai vécu et travaillé si longtemps à St Denis!) mais je suis extrêmement heureux d’être parti très loin. Ailleurs aussi, on peut s’engager auprès de ceux qui en ont besoin, on peut vivre une vie sociale riche, il y a parfois des tensions, mais on ne souffre pas de ne plus se sentir respecté, comme beaucoup de dionysiens le disent…

    0

    0
  29. bill dit :

    La situation laisse un boulevard au FN. Dans le Figaro commentant les campagnes des candidats aux régionales idf, l’article consacré au FN donne les grandes lignes du programme et arguments FN :

     » L’occasion également d’aborder les projets de Wallerand de Saint-Just pour les quartiers dits sensibles, en cas de victoire aux régionales. Sécurité, lutte contre le communautarisme, l’immigration et le trafic de drogue, éducation… Force est de constater que beaucoup de propositions relèvent d’un constat national, et dépassent les seules prérogatives de la région. La tête de liste reconnaît volontiers ne pas disposer de «baguette magique», et assure qu’une arrivée du FN au pouvoir sur le plan national est le préalable à de vrais changements. Pour ce qui serait concrètement applicable, on relève cependant ses propositions sur la présence d’agents de sécurité et d’une vidéo-surveillance accrue dans les transports. Plus inattendu, le FN propose de contraindre les bailleurs sociaux à interdire le port ostensible de signes religieux dans les parties communes des HLM, et d’en interdire l’attribution aux personnes disposant d’un casier judiciaire trop lourd. »

    Il serait hypocrite de croire que les personnes les plus exposées aux problèmes d’insécurité, qui voient tous les jours le manque de règles et d’autorité qui pourrissent leur cadre de vie et les restreignent dans leur liberté de circulation, qui tentent d’élever leurs enfants correctement mais qui craignent au mieux les mauvaises fréquentations en bas de chez eux, au pire pour leur vie, ne soient pas tentées par un vote extrémiste quand tous leurs autres votes n’ont rien changé, que la situation continue à se dégrader et qu’on se bouche les yeux et les oreilles devant « un sentiment d’insécurité ». Alors au mieux on espère l’abstention ?

    0

    0
  30. bill dit :

    Marianne fait également un compte rendu de cette visite du FN sur le marché d’Aulnay, Dans le 93, le FN se banalise,  et voici quelques verbatim assez parlant qui montrent le risque haineux dû aux manques d’actions / considérations des politiques :

     » A l’image d’Amina, personne sur le marché n’est vraiment troublé par ces militants frontistes qui arpentent les stands pendant une bonne heure. L’accueil est poli. Mais bien plus que de l’intérêt pour le FN, c’est le ras-le-bol de ces satanés « politiques » qui revient sur toutes les lèvres. Et une forme de résignation qui pourrait bien faire les affaires de Marine Le Pen. « J’ai déjà voté pour deux partis, je vais peut-être essayer le troisième », explique Claude. « C’est pas qu’ils sont tous pourris, mais bon… », soupire Karine. Une dame passe devant les militants, elle se dit « écoeurée ». Dans son quartier, « ils ont encore brûlé trois voitures ! », peste-t-elle, avant de s’agacer contre l’absence de commerces de proximité : « chez nous, on n’a plus que le Netto… » 

     » Dominique, lui, est un grand fan : « j’ai déjà voté pour le FN, je ne m’en cache pas ». S’ensuit une violente diatribe contre l’immigration – et tant pis pour les approximations.  […] Il nous livre sa dernière vérité, sur le ton de la confidence : « beaucoup de Magrébins votent FN ici ». « 

    Est-il utile de préciser que les franchouillards blancs ne sont pas les seuls électeurs FN et que les multiples origines ethniques du 93 ne préservent pas du vote FN ?

    0

    0
  31. 3ème hussard dit :

    Le FN n’apportera aucune solution tangible.
    La délinquance et le climat d’impunité qui est quasi généralisé fait le jeu du FN.
    La tolérance zéro devrait être la règle.
    Je suis pour plus de prisons avec systématiquement des peines fermes dès la récidive.
    On en est loin vu le budget alloué au ministère de la justice.
    Tout le monde trouve normal que des jeunes mineurs fument du shit et trafiquent alors que cela est interdit par la loi.
    Cela mine les fondements de notre société.

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *