Le Parisien – « Les habitants occupent le territoire des dealers »

Vous aimerez aussi...

10 réponses

  1. stephanie dit :

    Oui bravo ! Mais que ne faut-il faire pour arriver à vivre en paix !! Un autre article du Parisien est intéressant (http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/les-gens-vont-prendre-leur-destin-en-main-14-09-2011-1606659.php). 

    0

    0
  2. Minet dit :

    Oui sans oublier le suqare de geyter où ils commencent à s’implanter. la maire de saint-Ouen présente lors de ce barbecue est au moins consciente du pb, pas comme le maire de saint-denis !

    0

    0
  3. citoyen93 dit :

    Au niveau du Square de Geyter ce n’est pas nouveau. Les abords du canal font office de catalyseur.
    La police fait régulièrement des opérations « Coup de poing » mais sur le fonds, hélas, rien n’est réglé, car la problématique de la toxicomanie repart après une brève accalmie.
    A noter qu’il y a une école maternelle près du square et que la mairie s’est toujours refusée à mettre un gardien de square et un agent de circulation pour aider à faire traverser les bambins le matin et le soir sur le bd Marcel Sembat.
    La mairie préfère dépenser de l’agent dans la com plutôt qu’améliorer le quotidien des Dionysiens.

    0

    0
  4. goldo dit :

    Ce soir,je suis a st denis et encore une fois il se passe quelque chose. J’étais tranquille devant la télé quand ma voisine est venue sonner a ma porte pour me dire que côté cour il yavait la bac en train de menotter un individuu et avec leurs lampes fouillaient partout.
    Dans la plupart des villes le soir les gens sont tranquilles devant la télé mais nous on est là pour surveiller le quartier et voir tout ce qui se passe. Nous avons connu une période d’acalmie mais malheureusement ça ne dure pas. Depuis que je suis rentrée c’est tous les soirs qu’il se passe quelque-chose. je me demande vraiment si un jour nous aurons la paix,pourtant la police met le paquet. Et nos médiateurs de nuit,que font-ils,où sont-ils,en ce qui me concerne je ne les ai jamais rencontrés. Quelqu’un a t-il leur coordonnés. A st Ouen,effectivement les mêmes problèmes existent mais la mairesse est présente dans les actions menéees par les habitants. un bilan de demi mandat,je ne me souviens pas qu’à son dernier mandat,on est eu le droit a ça. Cette stratégie est politique,je pense qu’il n’est plus du tout sur d’être réélu . Tout ça,c’est comme le reste de la politique,du pipo. Plutôt que de le rencontrer en réunion,je préfèrerai le rencontrer dans la ville au milieu de ses citoyens mais en ce qui me concerne,moi celà ne m’est jamais arrivé.
    je ,ne sais si la transformation du quartier changera quelque-chose. Je pense que c’est le changement de l’équipe municipale qui changera.Goldo

    0

    0
  5. biquette0093 dit :

    Bravo Madame le Maire de SAINT OUEN et honte à PAILLARD.

    0

    0
  6. habitant_saint_denis dit :

    Depuis les années 80, Mr Braouezec demande la dépénalisation de cette drogue.

    Depuis 30 ans, Patrick Braouezec fait l’apologie du cannabis.

    Pas étonnant qu’en 2011, arrivés au pouvoir municipal à Saint-Denis, Didier Paillard, Florence Haye et Patrick Braouezec, ne fassent rien, pour lutter contre le trafic de drogues. C’est à croire qu’ils sont pour.

    0

    0
  7. reer dit :

    Facile à faire, mais ce n’est pas de la politique de la ville.

    Faire telle chose c’est juste déplacer le problème, or comme vous le savez ce problème viens déjà de Paris blabla. Il n’est donc pas question de le déplacer.

    Que je sache le problème du quartier de la Gare de Saint Denis n’est toujours pas assainit.

    Il avait été demandé des caméras dans cette ville, conclusion? rien.

    Bien sûr les caméras ne vont pas résoudre des problème sociaux, mais le problème des guetteurs serait réglé.

    Mais de toute façon tous le monde voit leurs pratiques et rien n’est fait.

    0

    0
  8. Lazare dit :

    « @habitant_St_Denis » : le cannabis ce n’est pas le crack ou l’héroïne.
    Il y a une théorie suivant laquelle les autorités réagissent mollement aux trafics de drogue dans les quartiers parce que, en effet, ces trafics génèrent une économie souterraine et des revenus qui font vivre un nombre important de jeunes et de personnes principalement au chomage. Supprimez ce trafic et vous aurez une explosion sociale de grande ampleur disent les tenants de cette théorie.

    0

    0
  9. thierryb dit :

    http://www.lefigaro.fr/assets/pdf/R

    Cette étude de l’OFDT semble confirmer que le trafic irrigue la société.

    0

    0
  10. suger dit :

    Le rapport signalé par « thierryb » permet de se faire une idée précise du trafic de cannabis en France. Il s’intéresse notamment à la question du blanchiment des sommes (en liquide évidemment)qui aboutissent entre les mains des grossistes et semi-grossistes dans ce trafic.
    Localement, cela permet, peut-être, de comprendre la création et surtout le maintien de certains commerces (légaux ceux-là), dans le centre ville, alors que leurs activités sont quasiment nulles.

    Aménagés parfois à grand frais, ouverts par intermittences, avec une clientèle inexistante, ces commerces (« salons de thé », pâtisseries, cabines téléphoniques, etc…) ont l’avantage de pouvoir justifier des rentrées en argent liquide sans nécessiter des achats importants de fournitures (ce qui attirerait peut-être l’intérêt du fisc ou faciliterait le travail des services de police).
    Bref, il s’agit plus de « lessiveuses » que de réels commerces. Une des conséquences locales est que cela gonfle artificiellement le niveau des loyers des m2 commerciaux, au détriment de l’implantation de commerces sans doute plus utiles pour la population.

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *