Le Parisien – « Saint-Denis : un campement rom évacué »

Vous aimerez aussi...

24 réponses

  1. L'express dit :

    Le bidonville du Hanul à Saint-Denis, l’un des plus anciens camp de Roms de Seine-Saint-Denis, établi depuis 2001 sous l’A86 sur un terrain de la direction des autoroutes d’Ile-de-France.  (…) – Source

    0

    0
  2. goldo dit :

    (…) je suis passée devant la mairie tout à l’heure,et des ROMS squattaient le parvis.
    à suivre…

    0

    0
  3. noelle23 dit :

    cette évacuation est une bonne chose même si le problème du relogement des roms n’est pas réglé..c’est en effet un signe fort qui a l’intérêt de montrer la reprise en main de la ville par les ‘ instances publiques’ qui avaient fortement délaissé cette ville..

    0

    0
  4. laurent dit :

    Je suis désolé de dire ça, mais nous ne sommes pas la poubelle du 92… et St Denis n’a pas franchement besoin de camps de roms partout vu la réputation qu’on lui colle déjà… C’est un problème régional et surtout européen. L’Europe doit leur allouer des fonds pour les aider à rester en Roumanie, et faire en sorte que le gouvernement roumain ne favorise pas leur émigration et au contraire les aide comme tous les citoyens de ce pays au lieu de les traiter comme des chiens.

    0

    0
  5. goldo dit :

    Cet AM après nos diveres interventions auprès des instances concernées,nous avons vu la police agir dans le courant de l’AM jusqu’à 18h devant le nouveau squat installé depuis dimanche dernier. Ils sont restés un moment en faction devant pour ensuite entrer dedans,ressortir et partir. Peut-être les ont-ils prévenus qu’ils ne pourraient rester mais en tout cas ce soir ils sont tous bien là et ça fume,les barbecue doivent fonctionner. A quand le prochain incendie?
    Et oui St Denis n’est pas dans la capacité de porter la misère du monde car elle a assez a faire avec la sienne.

    0

    0
  6. LeParisien dit :

    Le Parisien – « Le camp rom a été rasé »

     

    Le bidonville du Hanul, à Saint-Denis, a été évacué et détruit hier matin. Les150 Roms, dont certains vivaient là depuis dix ans, ont réclamé un relogement d’urgence à la mairie. En vain.

    (…)
    Vendredi, les forces de l’ordre étaient venues prévenir les habitants et, depuis, ces derniers vivaient dans la crainte d’une évacuation. « On se doutait que ça serait ce mardi à l’aube, confirme Coralie Guillet, de l’association Parada. Dans la nuit, on a fermé les deux entrées pour essayer de gagner quelques minutes. Quand ils sont arrivés, on a fait un mur humain, mais ils nous ont sortis un par un. On a fini par capituler. » Epuisés, les habitants se sont réfugiés sur le parking du Franprix puis sur le parvis de la mairie. Pendant ce temps, les pelleteuses entraient en action sur l’ancien camp, creusant des tranchées pour éviter toute nouvelle installation.

    A sa demande, une délégation de huit habitants et militants associatifs et politiques a été reçue à la mi-journée pendant près de deux heures par Florence Haye, adjointe au maire (PC) à la tranquillité publique, David Proult, adjoint au maire à l’enseignement, et Antoine Bussy, le directeur de cabinet du maire, ce dernier étant absent. Deux enfants se trouvaient parmi eux. « Une des petites filles a posé aux élus une question toute simple : Où vais-je dormir ce soir ? Elle n’a pas eu de réponse », relate, amère, Coralie Guillot à l’issue du rendez-vous. « Nous leur avons demandé de réquisitionner en urgence un gymnase pour la nuit et de nous proposer un nouveau terrain. Ils nous ont répondu que la prise en charge des familles relevait de l’Etat », accuse Laure Labrosse, du NPA.

    Pour la ville, il n’est pas question de pérenniser les bidonvilles. « Ils ne sont pas tenables, ni pour les Roms ni pour les habitants, martèle Florence Haye. Il faut créer plus de villages d’insertion et il faut que l’Europe mette fin au régime transitoire qui les empêche de travailler légalement. » Le 8 avril dernier, les maires des huit communes de Plaine Commune avaient exigé la tenue d’une table ronde régionale interministérielle sur le sujet. Hier, ils ont une nouvelle fois écrit au préfet de région.

    Dans l’après-midi, les Roms se sont dispersés dans la ville, en quête d’un toit pour passer la nuit.

    Nathalie Perrier – Article publié le 7 juillet 2010 – Source

    0

    0
  7. LeJSD dit :

    Le JSD – « La fin du Hanul »

    (…).

    Mis en place par Nicolas Sarkozy en personne, le préfet Christian Lambert n’est pas venu en Seine-Saint-Denis pour faire du tricot. Il dit vouloir faire table rase des campements roms et il le fait. Il a juste attendu la fin de l’école pour ordonner aux forces de l’ordre de pulvériser le bidonville de dix ans d’âge où vivaient entre 150 et 200 personnes, dont de nombreux enfants scolarisés.

    Mardi 6 juillet, vers 6 h, une compagnie de CRS a fait place nette en moins d’une heure et sans ménagement, selon les témoignages de militants mobilisés dès le milieu de la nuit via des SMS (lire sur http://www.lejsd.com le communiqué de plusieurs associations). Vers 8h30, un cortège constitué de Roms évacués et de leurs soutiens traversait le centre-ville au cri de « Non aux expulsions » et s’arrêtait devant les grilles fermées de la mairie où il se trouvait toujours en milieu d’après-midi.

    Dans le même temps, la municipalité envoyait un communiqué (à lire dans son intégralité ci dessous) demandant à l’État la « prise en charge des familles en errance, au nom de la législation nationale et des traités internationaux » et affirmant « son exigence d’une table ronde régionale interministérielle ; seule échelle pertinente pour les élus locaux de toute l’Île-de-France ».

    Une délégation (1) a été reçue en fin de matinée, pendant deux heures, par Florence Haye et David Proult, adjoints au maire, ainsi que par le directeur de cabinet du maire. À leur sortie, la mairie et les associations étaient d’accord sur un point : ils ne sont pas sur la même longueur d’onde. Les premiers voulaient accompagner une délégation en préfecture de région pour qu’une solution soit trouvée à cet échelon là ; les seconds ont demandé la réquisition d’un lieu d’hébergement collectif pour la nuit, de type gymnase.

    Les Roms et leurs soutiens ont décidé de ne pas faire le voyage en délégation et plusieurs habitants de ce qu’il est convenu d’appeler désormais l’ex Hanul (il ne restait plus trace de cabanes de fortune lorsque nous y sommes passés) semblaient décider à dormir devant la mairie la nuit de mardi à mercredi. La destruction du campement qui s’était enraciné sous le pont de la Révolte depuis une décennie n’a, au moment où ces lignes sont écrites, réglé aucun problème. Elle les a même amplifiés.

    Dominique Sanchez – Article publié le 6 juillet 2010 – Source

    (1) Trois Roms du Hanul, La Voix des Rroms, Parada, le Mrap, le NPA, le Parti de gauche, le Réseau solidarité logement.

    0

    0
  8. Associations dit :

    Le communiqué des associations – Hanul : expulsion illégale

    La police a fait irruption ce matin à 6h15 dans le quartier du Hanul à Saint-Denis (93). Les habitants et leurs soutiens ont essayé de s’opposer pacifiquement à cette expulsion illégale (les habitants n’ayant jamais reçu aucune notification d’une décision judiciaire). La police a expulsé les habitants par la force et a immédiatement détruit le camp à l’aide de trois bulldozers. Les habitants ont à peine sauvé quelques uns de leurs papiers, laissant derrière eux dix ans de leur vie. Cette expulsion s’inscrit dans la longue série orchestrée par le préfet Christian Lambert récemment nommé par Sarkozy en Seine-Saint-Denis.

    Nous rappelons que le Hanul existe depuis 10 ans et avait fait l’objet d’une convention avec la mairie, signée en 2003 par Patrick Braouezec, alors maire de Saint-Denis. Les familles avaient respecté leurs engagements et espéraient donc naturellement le soutien de la mairie de Saint-Denis et l’agglomération de commune de Plaine Commune. Mais toutes deux sont restées injoignables depuis plusieurs jours.

    Les familles et leurs soutiens attendent maintenant les solutions immédiates pour un relogement collectif sur un terrain afin de reprendre leur vie et notamment de permettre aux enfants du Hanul de poursuivre leur scolarité à Saint-Denis, où ils ont toujours vécu et où une grande partie d’entre eux est née ; 28 enfants ont d’ailleurs la nationalité française. Les familles aujourd’hui à la rue suite à cette expulsion aussi honteuse que brutale espèrent rencontrer au plus tôt la mairie, Plaine Commune, et les pouvoirs publics pour trouver une solution en urgence.

    Saint-Denis, le 6 juillet 2010 – Source

    Signataires : les habitants du Hanul, GIB, la Voix des Roms, MRAP, NPA, Parada, PG, RESF, Réseau solidarité logement, SNUIPP.
    Premières signatures individuelles : Myriam Argoub, Jean-Claude Cluzel, Claudine Saur Pospiech.

    0

    0
  9. citoyen93 dit :

    Pour répondre au communiqué des associations :

    La population Rom squattait un terrain depuis 10 ans sans titre ni droit.
    Les conditions de vie d’un point de vue sanitaire étaient totalement inacceptables.
    Cela générait pour l’environnement immédiat des nuisances qui au fil du temps ont suscité de la part des Dionysiens de l’exaspération.
    Mendicité généralisée avec notamment instrumentalisation des enfants en très bas âge, trafics divers et variés, prostitution, etc..

    Moi en qualité de Dionysien j’estime que le territoire de Saint-Denis n’a pas vocation à accueillir ce type de population. La ville a mis en place un dispositif d’accueil pour quelque familles et je trouve cela largement suffisant.
    La ville n’a pas à gérer une problématique qui l’a dépasse et je trouverai scandaleux que l’on mette à disposition des Roms un terrain ou le parc de logements sociaux totalement saturé par des demandes souvent non satisfaites depuis des années.
    Les familles de Roms ainsi que leur soutien n’ont rien à attendre de la part de la municipalité qui a d’autres soucis à gérer.

    0

    0
  10. Sylvie dit :

    Oui je dirais à Laurent c’est un problème européen. La Roumanie, Bulgarie, Hongrie dont les populations rejettent en bloc les « nomades » je l’ai vu en Bulgarie. Nous n’échappons pas à cela, que ce soit, les gens du voyage, les gitans, les tsiganes, les roms, leur nomadisme est mal accepté par les populations en général, mal accepté leur façon de vivre. Que faire à St Denis, malgré toute la tristesse de cette situation ?

    Déjà l’année dernière, au mois de Juillet à la suite d’un incendie, un camp de roms s’étaient retrouvés au nombre de trois cents, déposés par les pompiers devant la Mairie. Les élus de permanence ont été dans l’obligation avec l’aide de la croix rouge, la ddass, le Sous Préfet de trouver un hébergement provisoire dans toute la région parisienne. J’ai assisté pratiquement toute la journée à ce travail, j’avoue avoir été quelque peu bouleversée. De quatre heures du matin à vingt heures le soir c’est long pour une population qui se retrouve sans rien.

    Est ce que St Denis a la capacité de tout accepter et recevoir tous ceux qui sont rejetés ? Moi je dirais que non, pour une fois je renverrais ce problème à l’ETAT. Par contre pour les enfants nés en France et scolarisés, bien évidemment c’est plus que douloureux.

    0

    0
  11. Nicolas dit :

    Vu sur le site de France Info (http://www.france-info.com)

    Saint-Denis: les Roms expulsés ont dormi dans leur voiture ou dans la rue (association)

    BOBIGNY, 7 juil 2010 (AFP) – Les Roms expulsés du campement du Hanul à Saint-Denis, qui comptait plus de 150 personnes, ont passé la nuit de mardi à mercredi dans leur voiture ou dans la rue, a indiqué une responsable de l’association Parada. (…)
    « Certains ont dormi dans leur voiture, d’autres dans la rue à Saint-Denis mais se sont fait évacuer », a expliqué à l’AFP Coralie Guillot. « Nous avons pris avec nous quelques enfants pour qu’ils puissent se reposer dans nos ateliers de cirques » à Saint-Denis, a-t-elle poursuivi. « Cela va continuer comme ça quelques jours, le temps qu’ils trouvent un nouveau terrain, d’où ils se feront à nouveau expulser », a-t-elle déploré

    Source

    0

    0
  12. AvantAprès-EnImages dit :

    Avant :

    Après :

    0

    0
  13. Caroline dit :

    en ce qui concerne les Roms, je suis désolée de vous signaler, ce n’est pas un probleme communal mais c’est à l’état de les prendre en charge, et surtout pas à Saint-Denis.
    Je ne crois pas que c’est nous qui avons demandé qu’ils soient dans l’U.E maintenant qu’ils se débrouillent. L’état savait que c’était un pays pauvre, que les roms personne (en roumanie) n’en voulait. J’ai vu des reportages sur les roms de roumanie, et là-bas, ils n’existent pas, ils sont rejetés et exclus.
    Alors pourquoi, vu la pauvreté de notre ville, doit-on les accepter ?

    Je pose des questions car j’ai des doutes sur les objectifs de la ville et je constate, qu’ils divisent des pauvres contre d’autres pauvres. Par contre pour aller voir la finale de foot en Afrique du Sud, là notre maire et député ne se privent pas. Ils augmentent nos impôts pour s’éclater.CHOQUANT!

    0

    0
  14. abisa dit :

    Entre « le droit à vivre » pour les uns et « le droit à vivre tranquille » des autres quel doit être le choix humain ?

    0

    0
  15. bob dit :

    vous avez les élus et la population que vous méritez.
    et tout le reste ne sont que des conneries .
    vous ne voulez pas voir , que vos problèmes sont dus a des personnes n’ayant pas la même culture que vous ! et ca c’est tabou
    d’ailleurs comme d’habitude votre censure va tombé , se qui prouve votre mentalité de gauche donneuse de leçons d’humanisme .

    0

    0
  16. TulipeP dit :

    Bonjour,
    D’après les images, je reconnais bien, le camp de roms, c’était bien celui qui figurait à la Pte de Paris, mais celui qui est toujours à station Hôpital Delafontaine ? Là aussi ce n’est pas triste, raison c’est à la ville de s’en charger mais pas à nous demeurant.
    Maintenant je m’inquiète pour celui qui figure prêt du Tram, là aussi il y a des roms et il faut voir les baraquements !!!

    0

    0
  17. Stéphanie dit :

    Bob,
    « vos problèmes sont dus a des personnes n’ayant pas la même culture que vous » …. Je ne sais pas dans quel monde vous vivez et je ne veux pas le savoir
    Vous proposez quoi en clair ? Que l’on reste entre « bons français » de souche Robert (parce que Bob c’est pas trop français hein ….) ? Dans ce cas, je vous propose de prendre des leçons d’orthographe : certaines personnes de « culture » différente pourrait très certainement vous en donner….

    0

    0
  18. Sam dit :

    Depuis la création de ce blog, dès que nous ne sommes pas du goût de l’un ou de l’autre alors hop on nous colle une étiquette : nous sommes passés de FN à gauchos…il n’y a pas de jaloux  😉
    C’est si instinctif et si rassurant de mettre des étiquettes !

    Perso, je suis très inquiète de la montée d’extrêmisme (gauche et droite confondues) à St Denis…les premiers instrumentalisent la misère des gens et les autres manipulent la peur. On monte les gens les uns contre les autres…

    Le manque de volonté politique de la municipalité et le favoritisme à l’égart de certaines populations au détriment d’autres (clientélisme) accentuent le sentiment d’exclusion de ces derniers. Les extrêmes ont un contexte favorable à St Denis…attention danger pour nos valeurs républicaines !

    0

    0
  19. Lilia dit :

    Je suis entièrement d’accord avec toi Sam, les tensions économiques et sociales sont un terreau fertile pour les extrêmes, qu’elles soient de gauche ou de droite.

    A Bob, je ne crois pas que nos problèmes soient causés par la différence de culture, primo parce que dans l’association il y a des gens de toutes origines et que ça ne pose a priori de problème à personne , deuxio parce que ceux qui nous pourrissent la vie sont eux aussi de toutes les cultures. Le deal , le trafic, la haine, la violence, le vol, tout ça n’a pas de couleur. Se nourrir des autres, en profiter voire les dominer est universel et typiquement humain et que je sache mon cher, vous, moi et nous tous sur terre nous sommes tous des êtres humains. Si cela vous plaît de vous imaginer que le problème c’est l’autre, à votre guise, mais on n’a jamais vu une société progresser en montant des personnes les unes contres les autres. Au mieux ça conduit à un société bien étriquée et rétrograde, au pire ça conduit à des génocides.

    0

    0
  20. édith dit :

    Réunion de très bonne tenue hier sur le thème du budget du département et de ses difficultés (c’est un euphémisme), avec Claude Bartolone et Mathieu Hanotin. Un peu de notre bonne vieille République y était, là, dans les explications assez claires du Président du Conseil Général. Par rapport à l’atmosphère délétère des sphères gouvernementales, leurs enveloppes kraft pleines puis vides, données à X ou à Y, un peu d’air circulait (outre les baies que le serveur affable avait ouvertes, permettant aux passants de participer à la réunion), mélangé à de l’inquiétude, mais c’est aussi l’inquiétude qui fait avancer les choses, sinon on serait comme des limaces, surtout avec la canicule (qui veut dire « petite chienne », pour vous amuser).

    Un type a bien essayé de faire le show avec les Roms, le Hanul détruit, les gosses dehors, etc. (instrumentalisation de la misère par l’extrême-n’importe quoi), mais son téléphone a sonné au moment où il s’excitait, c’était assez cocasse, il s’est auto-coupé le sifflet.

    Dehors, place Jean-Jaurès, une voiture de police était affectée à la surveillance du campement installé vers la Basilique, revendiquant le relogement des Roms. Pendant que cette voiture était là, elle n’était pas rue Fontaine, où des dizaines de zombies continuaient leur cirque nauséabond…au grand dam des habitants qui habitent, en effet, mais ne peuvent pas dormir correctement dans ces conditions.

    0

    0
  21. Koil dit :

    Il faudrait faire un thème sur la « culture » d’un pays car pour moi ce sujet n’a rien à avoir avec l’amalgame du racisme quand on l’utilise.
    Je pense personnellement que quand on va dans un pays ( immigration et tourisme) , on essaie de s’immerger dans sa culture locale, gastronomique, maniéres etc, ne serait ce que pour l’hôte.

    0

    0
  22. TulipeP dit :

    Bonjour,
    Aujourd’hui avant que notre tram prend ses congés d’été pour travaux, je vous informe, que le camp de roms installé station Hôpital Delafontaine est toujours là, j’y suis passée ce matin.

    Il y a plusieurs familles là aussi, je ne comprends pas dans cette ville, ayant fait démolir celui de la Porte de Paris, pouquoi les pouvoirs publics ne se sont pas occupés de l’autre camp ? je suis désolée de revenir sur ce sujet.

    Notre pluie divine est arrivée ce matin, quelle bonheur, une lessiveuse programmée est passée ce matin rue Emile Connoy, enfin.

    Ici il y a un manque de respect les uns avec les autres, et hélas nous avons pas fini, ce n’est que le début. Je m’inquiète pour l’avenir de cette ville, il y a énormément d’agressivité : langage, mots grossiers j’ai l’impression d’être dans une jungle avec tous ces zommbis à moitié réveillés. Je constate que dans cette ville il y a un grand laisser aller de la part de nos chers élus, fort regretable.

    0

    0
  23. Nicolas dit :

    Hier en voiture pour rejoindre l’A86, je me suis arrêté au feu rouge devant l’ancienne entrée du camp rom. Une femme avec un bébé dans les bras mendiait au feu rouge, et une autre était en train de la rejoindre. Le camp a été rasé, mais ils sont toujours là.

    Ce soir, en rentrant par le RER D, j’ai pu voir que des opérations de nettoyage avaient été menées à l’emplacement de l’ancien camp. Les détritus en tous genre ont été évacués à la pelleteuse, à la place il ne reste que de la terre en friche.

    Ca fait beaucoup plus propre qu’avant, et ça fait plaisir à voir.

    Question subsidiaire: que va devenir le terrain ?

    0

    0
  24. goldo dit :

    tulipe p
    pour tout te dire je suis absente de St Denis depuis samedi et je peux te dire que ça fait du bien.Parcontre juste avant de partir j’ai rencontré le responsable propreté de notre quartier appelé quartier gare deuxième zone qui m’a annoncé que nous aurions un grand nettoyage de rue avec la machine lundi c’est a dire aujourd’hui. il m’a expliqué qu’il avait pu obtenir l’autorisation de ce grand lavage car un mel avait été envoyé pour le réclamer. Je précise que ce mel était de moi.il faut que je dise aussi que cette nuit un des rom qui squatte un immeuble démoli de la rue du port(les pouvoirs publics ont été prévenus dès qu’on les a vu démurrer a coup de pioche). Et ma voisine m’a dit »heureusement qu’il ya eu ce grand nettoyage car ça a tout nettoyé et ça sent bon. »
    Dans cette ville nous arrivons a avoir le nettoyage des rues que si les habitants persécutent Plaine Commune pour le réclamer. Nous vivons dans cette ville en marchant sur la tête,tout dysfonctionne.Goldo

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *