Le Parisien : Saint-Denis : un pont géant pour relier le Landy à Pleyel

Vous aimerez aussi...

19 réponses

  1. Anthony C dit :

    Intéressant.
    Et 9 ans d’attente supplémentaire pour relier, ce qui devrait l’être depuis des années, la station Carrefour Pleyel ( ligne 13) à la station Stade de France – St Denis (Rer D), actuellement séparées par une dizaine de voies ferrées.

    Tant mieux, si une énorme structure avec commerces relie l’ensemble avec les futures lignes 14,15,16 ou 17 mais franchement la passerelle en version minimaliste devrait déjà exister depuis longtemps.

    0

    0
  2. Horta dit :

    Entièrement d’accord. On en a assez de ces projets pharaoniques qui ne voient jamais le jour si ce n’est dans les cerveaux qui les conçoivent. Nous, habitants des quartiers Pleyel et Landy, ce que l’ont veut c’est un accès simple (une passerelle piétonne et cycliste) entre ces 2 quartiers et surtout entre la ligne 13 et le RER D. Même les salariés y gagneraient en n’étant pas obligés d’emprunter le 139, au fonctionnement déficient, pour rallier leur lieu de travail.

    0

    0
  3. dagobert dit :

    On sort du RER D à Saint-Denis Stade de France.

    On voit son quartier de l’autre côté des voies.

    Il faut encore 20 minutes de transport pour l’atteindre, si ça ne bouchonne pas rue du Landy et si le bus 139 fonctionne.

    Il n’y aura ni passerelle piétons avant 2027 ni pont avant 2035.

    Alors on se prend à imaginer une grande tyrolienne entre le siège de la Sncf et la tour Pleyel.

    Si le Stif et la ville de Saint-Denis avaient créé un abri Véligo place des étoiles, alors on aurait pu y laisser son vélo le matin et le récupérer le soir (et inversement pour les salariés).

    Car attacher son vélo dehors à Saint-Denis, c’est la certitude de se le faire voler dans la journée.

    La ville de Rueil-Malmaison a compris cela depuis longtemps.

    Il y a sept ans la municipalité de Rueil avait créé un abri de vélos sécurisés pour les salariés et les habitants à la gare du Rer A. Il a eu un succès fou. Plein tous les matins. Rapidement devenu trop petit. La ville en a construit d’autres :

    http://www.mairie-rueilmalmaison.fr

    Alors le Stif a créé un gigantesque abri Véligo à Rueil :

    http://www.altinnova.com/actualite/

    Il y a aussi ce concept mais dix boxes seraient vite occupés :

    http://www.emotion-system.com/carro

    Dans notre ville il y a bien un abri Véligo à la gare Sncf.

    Chaque jour à Saint-Denis cent vingt mille salariés viennent travailler dans les quartiers La Plaine et Pleyel.

    Pourquoi le Stif n’a-t-il pas construit l’abri Véligo là où travaille la majorité des salariés ?

    Alors en marchant rue Pleyel on passe devant l’atelier de réparation des Vélibs (société Cyclocity) et on se prend à rêver de nouvelles stations Vélib place Pleyel, place des étoiles, porte de Paris, place Victor Hugo, jusqu’à La Courneuve et jusqu’à Stains.

    Espérons qu’en 2016 la Métropole du Grand Paris passe un nouvel appel d’offres, que JC Decaux le gagne, que le réseau Vélib soit étendu jusqu’à au moins six kilomètres des Portes de Paris et que les Vélibs ne seront pas trop vandalisés en Seine-Saint-Denis.

    0

    0
  4. Bel-Air dit :

    Je suis d’un naturel optimiste mais les vélibs à Saint-Denis, je ne pense pas que cela soit possible pour l’instant..; malheureusement, et pour la raison que vous évoquez : vandalisme.

    0

    0
  5. citoyen93 dit :

    Ou en est-on du projet de téléphérique entre la Porte de la Chapelle et Saint Denis Porte de Paris ?
    Se déplacer dans les airs permet de voir les choses avec de la hauteur.
    C’est déjà un peu les vacances.
    Ok, Saint Denis c’est pas Val d’Isère mais au moins cela désengorgerait la N1 et permettrait de promouvoir les transports en commun.
    Voila un projet qui a de la gueule et en plus je le trouve plutôt rigolo.
    Allez messieurs Paillard et Braouzec faites nous rêver !

    0

    0
  6. Curieuse dit :

    A Bel-Air , mais si , mais si ,par la grâce de Plaine-Co ,Saint-Denis a eu droit à ses stations Velib !!! Hélas le rêve de nos édiles s’est vite transformé en cauchemar, la réalisation fût éphémère…. tout comme le passage des camions Decaux chargés de leur entretien…Nos vélos s’en furent vers d’autres destinées, brisés, à la casse ou bien dans des abris discrets où ils se firent « refaire le portrait » et patientèrent ainsi jusqu’à des jours meilleurs. Puis après un certain temps, aux beaux jours revenus, ils ressortirent et c’est ainsi qu’on les revit dans le quartier Gaston Dourdin, Picasso , Barrage….Quant aux stations vélib de la rue Berne , de la rue Gaston Dourdin elles ont disparu.Qui s’en souvient? Peut-être les élus verts viennent-ils s’y recueillir et honorer leur mémoire?

    0

    0
  7. Bel-Air dit :

    @ curieuse : Vous avez raison, l’humour est la meilleure arme contre l’apathie, la dépression et le renoncement!!! 😀

    0

    0
  8. Claude dit :

    En 2010 après le vol massif des Velcoms (vélos partagés de l’agglomération) Plaine Commune a déposé plainte.

    La Police Nationale a mené une enquête.

    Ayant pris connaissance des conclusions de l’enquête de Police, Plaine Commune a abandonné les poursuites et a retiré sa plainte.

    Ne pas pas faire juger les voleurs d’un équipement public, c’est encourager ceux-ci à voler ou détruire d’autres équipements.

    Il est scandaleux que Plaine Commune n’ait pas traîné les voleurs de Velcom devant les tribunaux, alors que la Police Nationale les avait identifié.

    Dans notre ville il n’y a pas de poursuites judiciaires systématiques à chaque saccage ou vol d’un équipement public. Alors il ne faut pas s’étonner que des écoles soient incendiées, comme mardi 2 septembre 2014 à 7h30 l’incendie criminel de l’école maternelle des Hautes-Noëlles dans le quartier des Cosmonautes.

    0

    0
  9. sam dit :

    Une petite précision, ce n’était pas Velib mais bien un système de vélo libre service nommé le Velcom.

    Bref, un fiasco aux frais du contribuable et aucune remise en cause des « responsables » aux commandes.
    Lien vers un article d’AnthonyC à ce sujet.

    0

    0
  10. citoyen_saint_denis dit :

    Comment peut-on contester l’utilité publique de la ligne 14 ?

    http://www.challenges.fr/entreprise

    «On ne va pas travailler la nuit » affirme le Diercteur Gébéral Adjoint de la RATP.

    Pour l’extension de la ligne 12 jusqu’à Front Populaire le percement du tunnel se faisait bien de nuit. Pourquoi pas pour la ligne 14 ?

    La possibilité de recours contre les arrêtés préfectoraux est trop importante, lorsqu’il s’agit d’un projet de transport public.

    Les députés vont-ils attendre l’an 2045 pour empêcher les recours abusifs contre le Grand Paris Express et permettre la libération des emprises foncières ?

    Il faut que l’Assemblé Nationale légifère pour limiter la possibilité de contestation des expropriations dans le cadre de l’extension de la ligne 14 et du Grand Paris Express.

    Avenue Victor Hugo à Saint-Ouen le tunnelier ne peut pas avancer, car Orange, Véolia, ERDF et GRDF n’ont pas déplacé leurs câbles et leurs tuyaux. Du coup la CPCU ne peut pas dévier son réseau de chauffage urbain.

    Alors le tunnelier est coincé.

    0

    0
  11. djakk dit :

    Surtout, dommage que la SNCF ne déménage pas son atelier et ses garages en province (sur la LGV, du côté de Lens), ça lui coûterait bien moins cher, ça ferait du foncier disponible, et on aurait à construire un pont de longueur normale, facile à faire.

    0

    0
  12. Bill dit :

    @Claude Avez-vous des preuves que les auteurs aient été identifiés ?

    0

    0
  13. Lu dans le Parisien 24 oct 14 dit :

    Les prolongements des lignes 12 et 14 repoussés à 2019
    Les 610 000 voyageurs quotidiens de l’archibondée ligne 13 du métro devront prendre leur mal en patience. La mise en service du prolongement de la ligne 14 entre Saint-Lazare et Mairie-de-Saint-Ouen a été repoussée à mi-2019 au lieu de fin 2017. La RATP a confirmé hier ce que nous annoncions depuis quelques jours. Un coup dur lorsque l’on sait que ce tronçon de 5,8 km et ses quatre nouvelles stations doivent non seulement désaturer de 25 % la ligne 13 mais aussi fixer le point de départ du Grand Paris Express, ce supermétro qui doit irriguer la banlieue.

    En cause : la déviation « difficile » des canalisations du réseau parisien de chauffage urbain à Saint-Ouen et des expropriations « complexes » sur la même commune, qui concernent notamment un immeuble de 30 logements, deux agences bancaires et un restaurant. « Et il était impossible d’envisager des travaux 24 heures sur 24, pour les riverains », ajoute le responsable, qui précise que 2017 était « une cible » mais que l’avant-projet validé en décembre 2012 fixait déjà la fin du chantier pour la fin 2018.

    La consolation, c’est que le chantier de 1,38 Md€ a bel et bien commencé. Les stations sont en train d’être creusées et les deux tunneliers qui grignoteront simultanément sont en cours de montage.

    Concernant la ligne 12, la RATP a aussi annoncé hier que le prolongement entre Front-Populaire et Mairie-d’Aubervilliers sera mis en service fin 2019, soit deux ans plus tard que prévu.
    La construction de deux autres stations lancée cet automne

    La RATP a même dû creuser elle-même afin que les entreprises aient accès au chantier. A cheval sur Saint-Denis et Aubervilliers, la station Front-Populaire a ouvert fin 2012, et le tunnel a déjà été creusé sur toute la ligne. Cet automne démarre la construction des deux dernières stations : Pont-de-Stains – Aimé-Césaire et le futur terminus Mairie-d’Aubervilliers.

    0

    0
  14. Horta dit :

    Comme je le disais plus haut, ce genre de projet ne voit jamais le jour, victime des restrictions budgétaires ou de choix plus en adéquations avec les besoins. Quand on voit le nombre d’années (de 2012 à 2012, cela fait 7 ans) qu’il faut pour construire 2 stations pour une ligne de métro alors que le tunnel est déjà construit, on peut parier que ce projet restera sous forme de beaux dessins en perspective !

    0

    0
  15. alain dit :

    Des études ont déjà été menées pendant la conception de la A86 pour la section Pleyel.
    Et oui, ça date ! Pourtant parmi les plus anciens habitants toujours résidants à St-Denis, quelques uns connaissent l’existence de l’amorce d’une sortie de l’A86 située juste après la Seine en venant de l’ile Saint-Denis. Il suffit de prolonger cette voie et on arrive à la Plaine en passant par dessus les voies de la SNCF.
    Allez voir sur « Google Earth » et vous verrez cette amorce, une petite courbe qui s’arrête juste au droit d’un pilier. La carte indique ceci : » Optionnal exit not constructed on Highway A86  » .
    Tous les 15 ou 20 ans les technocrates réinventent le monde et les élus s’écrasent.

    0

    0
  16. Marc dit :

    @Alain
    Effectivement sur google earth on voit un début de sortie de l’A86 à droite du pilier.

    « Il suffit de prolonger cette voie et on arrive à la Plaine en passant par dessus les voies de la SNCF. »

    Comment les voyageurs de la ligne 13 sortant du métro Pleyel emprunteraient à pied cette voie pour aller au Rer D Stade de France ?

    Comment cette prolongation de voie pourrait-elle remplacer un pont ou une passerelle piétonne entre Pleyel et La Plaine ?

    Le besoin d’un pont entre Pleyel et La Plaine reste entier pour les franciliens.

    0

    0
  17. habitant_pleyel dit :

    Les futurs bureaux d’Universeine sont déjà ouverts à la réservation (rue Ampère il y a une affiche de John Lang Lasalle).

    Quelqu’un sait-il quand Vinci Immobilier commencera la commercialisation des logements de l’éco-quartier Universeine ?

    0

    0
  18. Marcel dit :

    Si ça s’est arrêté net à cet endroit à cette époque et par conséquent n’a pas prospéré , il n’en est rien maintenant : les ambitions paraissent grandes désormais dans les parages : ça profitera peut-être à la Cité du cinéma et au nouveau quartier à venir dit Universeine ……………………………………..

    0

    0
  19. Lu dans le Parisien 2/12 dit :

    L’Agence du Japonais Kengo Kuma a été désignée cet automne pour construire la future gare Pleyel du Grand Paris Express à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Bâtie sur 9 000 m2, cette gare sera la plus importante du réseau, puisque située au carrefour des lignes 14, 15, 16 et 17, à proximité de la station Pleyel de la ligne 13.

    Une passerelle au-dessus des rails permettra aux voyageurs de rejoindre la station Saint-Denis – Stade de France du RER D. 

    A terme, ce sont 250 000 personnes qui transiteront chaque jour dans ce lieu. La gare sera très profonde, moins 27 m du rez-de-chaussée jusqu’au quai, avec un grand atrium qui permettra à la lumière naturelle de pénétrer au sous-sol. Des espaces commerciaux sont prévus, ainsi qu’une médiathèque. L’acier sera « le matériau identitaire de la gare » et dialoguera avec « les voies ferrées et l’héritage industriel du quartier ». La gare doit entrer en service à l’horizon 2023. Le chantier devrait donc démarrer en 2017. Le coût de la construction est estimé à 208 M€.

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *