Le Parisien – Saint-Denis/Saint-Ouen/Aubervilliers et le problème de drogue

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Comité des Riverains de Saint-Denis dit :

    La réaction du Comité des Riverains de Saint-Denis :

    1- Nous tenons à affirmer que le « Comité des Riverains de Saint-Denis » n’a pas été crée par une personne en particulier, mais qu’il a été fondé par la volonté d’habitants du centre-ville excédé par les différents désordres publiques qui nous touchent. En cela, le Comité des Riverains, tient à réaffirmer haut et fort, son indépendance et son ouverture à l’ensemble des habitants, commerçants et usagés de Saint-Denis

    2- Effectivement le maire a rencontré certains commerçant de la rue Péri mercredi dernier. M Paillard leur a promis de retirer les bancs d’ici dix jours. Dans le journal, il affirme que selon lui, retirer les bancs ne sert à rien…
    Le Comité des Riverains n’est pas dupe de ce double discours, et nous ne nous laisserons pas berné par des promesses au délai sans fin. Nous voulons agir et ce sans attendre.

    3- Le Maire, et la première adjointe PC à la tranquillité publique, renvoie la balle à la police en arguant un arrêté municipal interdisant la vente d’alcool après 22h.
    Sauf que ces groupes ne sont pas présents qu’à partir de 22h, mais dés la fin de matinée, et que non seulement ils se saoulent en se montrant agressif envers les passants, mais en plus ils vendent de la drogue, urinent et défèquent dans les petites rues voisines.

    Le Comité des Riverains avait pris soin de faire des demandes à M. Paillard, Maire de Saint-Denis et vice-président de Plaine Commune, qui étaient dans son domaine de compétence ( le mobilier urbain et le service d’ hygiène). Celui-ci n’a pas donné suite à notre demande mais il renvoie la balle à la police qui n’a aucune compétence sur le mobilier urbain.

    0

    0
  2. thierryb dit :

    Invitons Paillard à vivre une journée à cet endroit, et rue Fontaine, peut-être qu’il comprendra!

    0

    0
  3. Comité des Riverains de Saint-Denis dit :

    Au moment on nous venions de terminer l’insatallation de notre Banderole  » Halte à la Drogue et à l’Alcool en pleine rue », et à l' »enballage symbolique » des bans de la rue Péri., M Paillard, est passé au volant de sa berline de fonction, il a ralenti seulment, il n’a pas daigné s’arrêter pour echanger avec les membres du Comité de Riverains présents. Derrière les vitres fumées de sa voiture, nous avons pu le voir ricanner.
    Pourquoi tant de mépris pour les dionysiens qui aspirent simplement à vivre dans la sérénité?

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *