LeFigaro – « Les taxes foncières se sont envolées depuis la crise »

Vous aimerez aussi...

16 réponses

  1. Sam dit :

    Payer plus pour une qualité de service médiocre…forcément on est très content de payer les taxes foncière et d’habitation.

    0

    0
  2. TRAZ dit :

    Woaouh !!!! Saint Denis est dans le top ten !!!! Après avoir été distingué pour sa cantine, nous sommes distingués pour nos ……….ah merde !!………….nos augmentations.

    Rien a foutre, pouvoir disposer de drogues dures et d’alcool a toutes heures c’est un service qui se paye !!

    0

    0
  3. houari dit :

    il faut savoir que le département et la ville se régalent avec la taxe foncière . il faut SURTOUT savoir que tout le monde paye la taxe foncière. les bailleurs sociaux répercutent toujours la taxe foncière sur les charges des locataires des hlm.

    0

    0
  4. houari dit :

    pour info, la taxe foncière a augmente de 30,4 % en 5 ans dans le département.

    0

    0
  5. Lila BOUKAÏBA dit :

    Comment on survit avec des augmentations d’impôts de toute nature ?
    J’ai eu l’occasion de le dire dernièrement à un élu :
    fin de mois dernier, j’ai fait le marché car les produits son moins chers que dans des magasins comme Carrefour avec seulement 10 euros. Je rappelle que j’ai trois enfants.
    Après une rentrée scolaire bien costaud, je reçois ma taxe foncière payable comme tout le monde le 15 octobre 2013. J’ose dire que je contemplais ceux qui avaient largement les moyens financiers de choisir les produits en quantité et qualité.

    Une question : comment on survit dans un pays où le pouvoir d’achat ne cesse de diminuer.
    Alors qu’il s’agisse d’un parti politique ou un autre je souhaite que ceux qui souhaitent garder ou prendre des responsabilités d’élu(e)s de la république prennent en compte la situation des habitants qui se paupérise de plus en plus.

    0

    0
  6. suger dit :

    Extraordinaire ! « Didier Paillard inquiet de l’injustice fiscale », c’est le titre d’un article tout récent du JSD. Notre bon maire, qui doit lire « Le Figaro », se soucie du poids de la fiscalité sur les habitants. Quelle sollicitude ! Que d’attentions à l’égard des dionysiens !
    Mais pas de surprises, chers amis, c’est l’impôt sur le revenu et lui seul qui est mis en accusation, donc l’Etat ! Nous voici rassuré : rien ne change, Didier Paillard chante toujours les mêmes chansons apprises auprès de Patrick Braouezec : soit « Ce n’est pas moi, c’est l’autre ! », soit « Ce n’est jamais la municipalité qui est responsable, c’est toujours l’Etat ! ».
    Mais je vous recommande de vous précipiter sur le site du JSD pour lire le commentaire d’Azzedine à cet article : tout y est dit et bien dit en réponse aux déclarations du maire. Et si Azzedine a la bonne idée de reproduire ici son texte, cela nous évitera de faire le détour par l’organe de propagande municipale.

    0

    0
  7. georges dit :

    On aimerait avoir l’avis de Patrick Braouezec sur ces augmentations (a t’on fait suivre l’article du Figaro chez Médiapart ?)
    Patrick: il y a 5 ans, Hanotin n’était pas à l’Assemblée nationale et Hollande n’était pas encore président !

    0

    0
  8. suger dit :

    Hallucinant ! Je voudrais revenir sur les déclarations du maire à propos de la fiscalité, car il y a de quoi tomber de sa chaise. Ainsi Didier Paillard s’inquiète notamment des  » pertes sur le quotient familial pour plus d’un million de ménages avec enfants »…
    Il y a de quoi faire trembler les familles dionysiennes, ou du moins plus exactement la moitié d’entre elles (c’est-à-dire les 49% de foyers qui payaient l’impôt sur le revenu les années passées). Mais, en fait, cette mesure ne devrait concerner que les familles aisées dont le revenu mensuel net est, par exemple pour les familles de deux enfants, supérieur à 5 850 euros, donc un nombre très faible de familles à Saint-Denis. Le maire doit prendre sa situation personnelle pour la règle générale, ou alors il confond Saint-Denis et Neuilly.
    Voila comment on crée de l’inquiétude pour faire des effets politiciens contre le gouvernement. S’il y a à s’inquiéter de la hausse de la fiscalité pour la majorité des dionysiens, ce n’est pas la fiscalité de l’Etat qui doit être montrée du doigt, mais la fiscalité locale. Mais attendons le prochain article du JSD, nous apprendrons que, pour la fiscalité locale, tout est de la faute du département… Vous savez : « Ce n’est pas moi, c’est l’autre », la célèbre chanson braouezecienne !

    0

    0
  9. karima dit :

    normal, il faut payer les incompétences, les sans et surtout les augmentations du personnel de la ville.
    entre 2012 et 2013, le nombre a flambé, on prépare les municipales.

    0

    0
  10. Yam dit :

    Nous vivons une période difficile, tout le monde est amené à faire des économies : particuliers, administrations …. A St Denis tout va bien, l’argent coule à flot pour les fêtes, les associations, la communication. Mais qui paie tout cela nous les contribuables, on ne nous demande pas notre avis, on reçoit les taxes locales et il faut payer et se taire. NON STOP, ça suffit la source est tarie.

    0

    0
  11. lejsd dit :

    Didier Paillard inquiet de « l’injustice fiscale »

    On ne connaît pas encore le nombre de Dionysiens assujettis à l’impôt sur le revenu. Mais beaucoup d’habitants en parlent au maire.

    C’est la période qui veut ça. Les feuilles d’impôts arrivent dans les boîtes aux lettres juste avant que celles qui tombent des arbres ne jonchent le sol. La différence avec l’ordinaire est que cette année, selon les sources, entre 1,2 et 1,6 millions de foyers supplémentaires sont assujettis à l’impôt sur le revenu.

    La polémique sur le matraquage fiscal qui a occupé le devant de la scène médiatique fin septembre, le phénomène ne passe pas inaperçu. Surtout dans des villes comme Saint-Denis. Combien sont les Dionysiens qui ne payaient pas l’IR en 2012 et qui doivent s’en acquitter en 2013 ? Pour l’instant, mystère. Mais à en croire le maire, ils sont nombreux à lui en parler. « Je suis inquiet, il y a urgence, explique Didier Paillard. Chaque jour je rencontre des habitants qui me disent que leurs fins de mois commencent de plus en plus tôt. Ils paient l’impôt à cause du gel du barème décidé par Sarkozy, qui ne tient pas compte de l’inflation, et que François Hollande a maintenu. » Et la crainte de l’édile ne s’arrête pas là. Il y ajoute les pertes sur le quotient familial pour plus d’un million de ménages avec enfants, la menace de la suppression de la demi-part accordée aux veuves et aux veufs, la suppression de la réduction d’impôts pour frais de scolarité, l’augmentation de la TVA et des cotisations retraites… Dans ce contexte, explique le maire qui compare ces mesures à l’augmentation de 25% des 500 plus grandes fortunes en 2012, « le devoir de la Ville est de tout faire pour que la taxe d’habitation reste la troisième plus faible des grandes villes de France et que les tarifs municipaux de cantine, de loisirs et de culture restent parmi les plus bas. »

    D. Sanchez – publié le 8 octobre 2013

    0

    0
  12. lemonde dit :

    Les taxes foncières ont explosé depuis 2007

    L’Union nationale de la propriété immobilière (UNPI), qui regroupe des propriétaires bailleurs, dénonce mardi 8 octobre dans son étude annuelle, une »hausse démesurée » des taxes foncières, qui ont bondi de 21,17 % entre 2007 et 2012, et demande à nouveau aux collectivités locales un « blocage » des augmentations de taux.

    « La taxe foncière augmentant beaucoup plus vite que les loyers, les salaires ou les retraites, l’impôt foncier pèse de plus en plus sur le budget des ménages propriétaires, allant jusqu’à représenter plusieurs mois de loyer, de salaire ou de retraite. »

    De 2007 à 2012, l’inflation a augmenté de 8,18 %, le smic horaire brut de 11,37 % et les loyers du secteur privé de 8,23 % (selon l’observatoire Clameur), détaille la principale organisation de propriétaires bailleurs. Cette envolée de la taxe foncière est due au cumul de plusieurs augmentations, selon l’étude. Ainsi, les valeurs locatives, assiette de l’impôt, ont été majorées de 9,43 % de 2007 à 2012, et les taux d’imposition des départements, des communes ou groupements de communes ont globalement augmenté de 10,73 % sur la période.

    (…)

    « Si chacune de ces augmentations, prise isolément, peut paraître raisonnable, car elles sont à peu près comparables à l’inflation observée pendant ces années, la conjonction des deux entraîne une forte hausse », commente l’UNPI.

    Parmi les bénéficiaires de la taxe foncière, les départements ont en général davantage augmenté leurs taux (+ 13,30 %) que les communes ou groupements de communes (+ 8,34 %). Pour les plus importantes communes de France, c’est à Paris que la hausse de la taxe foncière a, de loin, été la plus forte (+ 67,90 %), en raison de la création en 2009 d’un taux départemental. Dans trois autres grandes villes, la taxe foncière a augmenté de plus de 30 %: à Argenteuil (Val d’Oise, 36,71 %), Nantes, 30,64 %) et Saint-Denis (Seine-Saint-Denis, 30,15 %). A l’inverse, c’est à Fort-de-France que la taxe foncière a le moins augmenté (+ 8,48 %). En métropole, les augmentations les moins fortes ont été constatées à Aix-en-Provence (+ 10,44 %), Reims (+ 11,12 %), et Nîmes (+ 12,40 %).

    Publié le 8 octobre 2013

    0

    0
  13. goldo dit :

    Moi je seai plus pour que tout le monde paie des impôts mêmes les gens soumis aux minimum sociaux. Bien sur au proratat très faible,10€ par exemple pour ceux qui sont soumis au RSA. Pourquoi parce-que j’ai toujours dit que la gratuité c’est très malsain,ça met les personnes en marge de la société dans un système d’assistanat qui symbolise la pitié.
    Combien de fois j’ai entendu dire  » c’est pas grave c’est gratuit,je vais aller chez le médecin,oui mais moi je paie rien. Je rappelle que je suis infirmière psychiatrique et que j’ai travaillé sur le secteur de villiers le bel,donc les gens défavorisés,je les ai cotoyés. Pour donner un exemple en tant que soignants lorsque nous faisions des activités thérapeutiques payantes avec les patients nous demandions toujours une participationfinancière.Comment peut-on être acteur de sa vie quand on est assisté en permanence. La justice sociale c’est peut-être aussi ça. Effectivement cette année beaucoup de gens non impossables ont été imposés et surpris mais moi qui paie des impôts depuis plus de 40 ans me laisse t-on le droit d’être surprise. Ce système d’assistanat est pervers et n’aide parsonne car ceux qui en profitent ne s’en sortent pas et les autres en ont marre de payer pour eux. Combien de fois j’ai entendu « jce sont toujours les mêmes qui paient » Goldo

    0

    0
  14. chris dit :

    « […] Mais, maigre lot de consolation, la hausse des impôts locaux devrait cette année être plus modérée. De fait, à l’approche des municipales, les élus sortants ménagent leurs administrés. « […] »

    Pas chez nous. Tout propriétaire est un « riche » que l’équipe communiste veut persécuter.
    Ne rêvons pas.

    0

    0
  15. BB dit :

    Alors Mr Paillard et ses conseillers devraient s’auto-persécuter. Ce sont eux qui possèdent les plus belles maisons de la Plaine.

    0

    0
  16. citoyen93 dit :

    Ce sujet en langage de journaliste est un marronnier, chaque année à la même période on nous ressort le hit parade des villes où les habitants sont les plus taxés. Vous remarquerez que Saint Denis figure systématiquement au rang des dix villes où les impôts locaux explosent.
    Si le niveau d’imposition devient insupportable et que dans le même temps le cadre de vie se dégrade, je peux comprendre le haut degré d’insatisfaction des habitants.
    Il va falloir en tirer les conséquences qui s’imposent aux prochaines municipales en rappelant à monsieur Paillard que le mandat communiste sur cette ville n’est pas éternel.

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *