LeJSD – « Dans la rue pour la propreté des rues »

Vous aimerez aussi...

26 réponses

  1. noelle23 dit :

    félicitations à tous ceux qui ont battu le pavé ! me semble t’il que le JSD parle de 150 personnes qui des 50 comptées par certains !!……
    cette action a le mérite de faire évoluer le discours du maire qui a été obligé d’admettre l’évidence même de la situation insupportable de saleté des rues !! les paroles passent mais les FAITS restent alors au TRAVAIL messieurs les responsables.

    0

    0
  2. LaCourneuve dit :

    Bravo à nos voisins et amis de la Courneuve !
    Il n’y a pas de fatalité, il y a juste ceux qui subissent et ceux qui réagissent pour sortir de l’inertie. Réagissons encore et toujours pour faire respecter l’espace public et rendre notre cadre de vie plus digne !
    Sam

    LeParisien – « A La Courneuve, le ras-le-bol des beuveries »

    « Le quartier est devenu une vaste pissotière. » Comme à Saint-Denis, la saleté des rues et plus généralement le laisser-aller mobilise les habitants des Quatre-Routes à La Courneuve. Samedi, à l’aube, avant le passage du service propreté, une dizaine de courageux ont ramassé six gros sacs-poubelle de canettes et de bouteilles, comme autant de témoignages des « beuveries » qui, selon eux, se déroulent chaque nuit dans le quartier.

    Ce matin à 9h30, ils déposeront leur butin en mairie pour interpeller les élus. « On veut montrer que contrairement à ce que l’on nous affirme, on vend de l’alcool tard le soir et on boit à grande échelle ici, résume David L’Hôte, de l’association des Citoyens des Quatre-Routes. Pire, ceux qui boivent nous confisquent l’espace public. On n’emmène plus nos enfants dans les squares et sur les terrains de sport. » Certes, de gros travaux de rénovation sont attendus aux Quatre-Routes. « Mais en attendant, que fait-on, interroge David L’Hôte. Beaucoup d’habitants sont partis ou ont fait leur deuil du changement dans ce quartier qui sombre d’année en année. Nous, nous voulons agir ».

    E. Bureau – Publié le 10 Octobre 2011

    0

    0
  3. ut dit :

    sans vouloir remuer le couteau dans la plaie pour( klin , jugurtha , et abisa) ,mais il me semble que la courneuve et gérée également par des communistes , non !!!!!

    0

    0
  4. citoyen93 dit :

    Je pense qu’il est grand temps de parler de l’interdiction de vendre des boissons alcoolisées à partir d’une certaine heure comme cela se fait en Grande Bretagne.
    Interdiction à étendre aux supermarchés, supérettes et petites épiceries.
    Ras le bol de ces individus qui passent leur temps à s’alcooliser et qui nous pourrissent la vie et la leur par la même occasion.
    Vaste débat qui à mon avis fera long feu quand on connait la puissance des lobbies des marchands d’alcool.

    0

    0
  5. chris dit :

    En temps de crise, l’alcool est peut-être perçu par certains politiques comme un « anesthésiant social », non ?

    En quelque sorte, un moindre mal qui évite des incidents plus graves comme une insurrection ? Même si l’alcool entraîne vers d’autres incidents …

    … sauf qu’à St Denis, on a toujours été dans la crise.

    0

    0
  6. Helene dit :

    Je vis en centre-ville de Saint-Denis, près de la rue de la République et je trouve tout simplement inadmissible que tant de gens se permettent de boire de l’alcool en toute impunité tout au long de la journée (notamment un groupe très important de personnes dans la rue Fontaine). En toute logique, un grand nombre de personnes (ce même groupe ainsi qu’un grand nombre de passants) se permettent d’uriner dans les rues adjacentes, un peu plus à l’abri des regards. Je n’ai jamais vu qui que ce soit se faire verbaliser et la dernière fois que j’ai osé faire une remarque à un jeune homme qui urinait en bas de chez moi, je me suis faite passablement insulter!
    La ville met de plus en plus de moyens dans la propreté, je veux bien le croire (je paie des impôts locaux, je sais ce qu’il en est!) mais je pense sincèrement qu’à ce niveau-là, ce n’est pas une question de moyens financiers mais bien d’éducation des gens! Verbalisons ces gens qui font de notre ville un dépôtoire et rendons aux habitants un cadre de vie agréable et sain pour nos enfants.

    0

    0
  7. momo dit :

    La propreté n’a rien à voir avec la couleur politique.
    Je vais régulièrement à Nanterre, c’est ville communiste, et je peux vous dire que c’est très, très propre, c’est un plaisir de circuler la différence, c’est notre municipalité. Elle est incapable de gérer sa ville, elle est dépassé par les évènements, elle ne sait plus quoi faire.
    Pendant des années, elle considérait que les dionysiens avaient des droits, mais refusait de parler de devoir.
    Je ne comprends pas, pourquoi, il n’y a pas d’arrêté sur la mendicité, la vente à la sauvette, et même, la fouille des poubelles.
    Elle est incapable de gérer sa ville. Si c’était une entreprise, elle serait en dépôt de bilan, pour incompétence et mauvaise gestion.
    Mais le problème, tout le monde se plaint, mais lors des élections municipales et législative, on revote pour les mêmes.
    De ce fait, je pense que, nous dionysiens, on est maso, on redemande, cette crasse, cette pauvreté, cette ghettoïsation.
    Je crois qu’il faut qu’on se prenne en main, et qu’on dise « STOP » à tout.
    On devrait porter plainte contre la ville, pour non-respect des règles, pour abus de pouvoir, et augmentation abusive de nos impôts locaux.
    On devrait créée un collectif, pour demander un audit, sur notre argent, car il ne faut surtout pas oublier, la municipalité doit nous rendre des comptes, et on devrait savoir ce qu’elle fait avec nos impôts

    0

    0
  8. abisa dit :

    personne ne parle de l’alcool bu chez soi, des coups qui pleuvent dans les intimités familiales et de la cocaine qui circulent dans les familles VIP d’auteuil neuilly passy.
    ce qui est caché est certainement plus honorable.
    mais là n’est pas le problème allez vous me dire……….

    0

    0
  9. citoyen93 dit :

    Il y a je pense un problème de santé publique. Des personnes désœuvrées qui boivent et se droguent en permanence, assis ou debout contre un mur à longueur de journée. Ils s’invectivent, parlent fort, éclatent de rire, tiennent des propos incohérents.
    On laisse faire, les gens subissent.
    Je pense que ce type de problématique va finir par couter très cher à la société.
    Il faudra gérer dans l’urgence une problématique de toxicomanie, de dépendance à l’alcool, une problématique également psychiatrique car beaucoup de ces individus relèvent de la psychiatrie.
    Ne rien faire, ne pas agir, est totalement criminelle.

    0

    0
  10. goldo dit :

    momo,
    je travaille maintenant a Nanterre et effectivement je fais le même constat,la ville est propre et digne de ce nom. Et oui pourtant elle est gérée par des communistes. Je l’ai déjà dit,ne mélangeons pas tout,ce n’est pas une question d’étiquette politique mais d’équipe municipale. Effectivement avec de nombreuses années de laxisme,la ville est arrivée a un non retour. Les gens peuvent être en difficultés mais les laisser faire n’est pas structurant et ne leur rend pas service. Dans tout celà personne n’y retrouve son compte. Eux souffrent toujours et nous entraînent avec eux dans une autre souffrance qu’ils nous font subir. Il serait vraiment tremps que cette équipe réagisse.A la Courneuve ils ont déposé les poubelles a la mairie,nous je pense que l’on ne va pas tarder a s’improviser vendeurs a la sauvette.

    0

    0
  11. suger dit :

    Extraordinaire abisa ! La discussion engagée ici porte sur la consommation d’alcool et de drogue dans les rues de Saint-Denis, parfois à proximité immédiate des écoles, de l’attitude des urineurs publics, de l’absence de sanctions de ces comportements, et donc de la responsabilité de la municipalité. Et abisa nous parle des violences familiales et de la cocaïne dans les familles d’auteuil-neuilly-passy…

    On dépasse les limites du ridicule dans la volonté de détourner l’attention des problèmes dionysiens sur lesquels la municipalité peut et devrait agir. A quoi sert, sinon, une police municipale ? Elle n’a pas vocation à intervenir dans le domaine privé. Par contre, elle a le droit et le devoir de faire appliquer les réglements municipaux concernant l’hygiène publique et interdisant la consommation d’alcool sur la voie publique. Le fait-elle ? Non.
    Voila le problème et non les addictions des beaux quartiers. Mais je suppose que dans un prochain message abisa va nous parler de l’alcoolisme à Moscou ou du crack dans le Bronx, qui sont certainement de terribles problèmes, mais qui concernent assez peu les prérogatives de la police municipale de Saint-Denis…

    0

    0
  12. thierryb dit :

    @abisa
    Vous adorez botter en touche! Personne ne nie l’existence d’un problème d’alcool qui serait transversal à toutes les classes sociales, mais justifier l’inaction des pouvoirs publics sur la voie publique par d’éventuels problèmes d’addiction dans la bourgeoisie est proprement ahurissant!

    C’est comme si vous justifiiez l’inaction devant les vols et la délinquance quotidienne à cause de la délinquance en col blanc ou les excès de la finance.
    D’ autre part, cette victimisation compassionnelle qui dédouane les individus au nom de toutes les tares de la société devient un gimmick d’une certaine gauche qui fait le lit du FN !

    On peut être fermement opposé à tout discours essentialiste qui enferme les personnes dans leur déterminisme social ou psychologique, être en faveur d’une prévention forte, aider sérieusement ceux qui cherchent à s’en sortir, sans verser dans la passivité du point de vue de la répression, de la protection des populations fragiles.
    Car il s’agit bien de cela: vous imaginez les ravages sur l’ esprit des enfants et des jeunes de cette ville à la vue quotidienne d’un monde d’autodestruction – comme s’ils avaient besoin de cela en plus de la misère qui s’étend! Je constate tous les jours avec des jeunes de seize à vingt ans la banalisation des conduites destructrices du lien social, leur certitude que la force publique ne veut et ne peut rien. La municipalité n’est pas responsable de l’état du monde, certes, mais elle l’est, avec l’ Etat, de celui des rues et des citoyens de cette ville.

    0

    0
  13. thierryb dit :

    @citoyen93
    la psychiatrie est à l’abandon dans ce pays, malheureusement, et la criminalisation des malades (voir la dernière loi scandaleuse de juillet ) n’arrange rien. On peut juger de l’état d’un pays au sort qu’il fait à sa psychiatrie, et la France est , de ce point de vue, consternante.

    0

    0
  14. goldo dit :

    la psychiatrie n’est pas une branche de la santé qui interesse car elle ne rapporte rien.Il n’ya plus de soignants,le métier d’infirmier psy a disparu et l’hospitalisation ne doit pas dépasser en moyenne 3 semaines. Les services sont pleins,il n’ya plus de places. Effectivement nos malades mentaux sont livrés a eux mêmes et calment leurs angoisses et leurs délires comme ils peuvent. Ils endorment leur cerveau. Ceci dit en sachant celà est-il necessaire de baisser les bras ou d’agir pour faire éclater les réalités.Que faire les laisser s’alcooliser et se droguer aux yeux de tout le monde sans réagir. Je ne savais pas que c’était celà s’occuper des gens qui souffrent.

    0

    0
  15. greg dit :

    C’est l’histoire d’une société à la dérive
    Rongée par le libéralisme et l’individualisme
    C’est l’histoire d’une population apeurée
    Sans rêve(s) et projet collectif
    Défendant bec et ongle son bout de trottoir – propre de préférence –
    Au mieux, la politique du bâton et de la carotte
    Pour discipliner des pauvres toujours plus pauvres
    Au pire, une ombre brune pour horizon

    Jusqu’ici tout va bien…

    0

    0
  16. thierryb dit :

    « Défendant bec et ongle son bout de trottoir – propre de préférence –
    Au mieux, la politique du bâton et de la carotte
    Pour discipliner des pauvres toujours plus pauvres
    Au pire, une ombre brune pour horizon »

    je me suis dis: tiens, un petit texte illustrant l’envie de solidarité et de propreté…et puis j’ai lu. Je reste perplexe. Que signifient ces mots ?

    Commentaire de texte : vous dites: demander des trottoirs propres, démarche égoïste, nous oriente vers une politique répressive à l’égard des pauvres (victimes, donc, par principe), et cerise sur le gâteau, annonce « une ombre brune », c’est à dire la « peste brune », c’est à dire un parti fascisant.
    Je résume: demander la propreté pour la ville relève d’une démarche libérale (c’est mal) et individualiste (va falloir démontrer!) qui préfigure l’orientation fascisante de la société.

    Il ne vous est jamais venu à l’esprit que le lumpen-prolétariat qui constitue la masse des déclassés manipulables a toujours dans l’histoire été la masse de manœuvre des fascistes, et qu’au contraire, ceux qui se soucient de la dignité pour tous, dans le cadre républicain, sont un rempart bien plus efficace aux violences et aux dérives autoritaires qui s’ensuivent que ceux qui entretiennent cette pauvreté pour s’en servir ?

    En tout cas, en matière de rêve et de projet collectif, il semble que ceux qui en ont feraient mieux de se parler et de les construire, au lieu de se réfugier dans des citadelles.

    Mais peut-être ai-je mal compris..?

    0

    0
  17. Sam dit :

    Merci Thierryb pour le commentaire de texte.
    Je ne savais pas que l’exigence du respect du bien commun, en l’occurrence ici l’espace public, était une expression d' »individualisme » et de combat contre les pauvres.

    Pour l’anecdote, j’ai passé mon enfance dans un quartier très pauvre dans une petite ville au Maroc. Les habitants veillaient activement à la propreté de leurs rues. Un jour excédés par la négligence de la municipalité, tous les jeunes hommes du quartier ont balayé le quartier, ramassé les ordures et les femmes ont lavé tous les trottoirs…et les pères de famille sont allés voir le préfet (qui avait les pouvoirs du maire) pour exprimer leur ras le bol. Les pauvres que nous étions avions tout autant le droit d’avoir des rues suffisamment entretenues.

    Le discours de Greg va sans doute toucher les pauvres qui se battent aussi pour leur cadre de vie …tous des égoïstes et fascistes, n’est-ce pas ?

    0

    0
  18. Goldo dit :

    Dans cette ville on met toujours en avant les pauvres mais moi j’aimerai savoir par ce que l’on entend par pauvres. On est toujours le pauvre et le riche de quelqu’un .Pour exemple ce petit anecdote. Une infirmière – comme moi – habitant Momtmorency et moi comme tout le monde le sait St Denis me disait que ses voisins la considéraient comme pauvre et me disait » toi a st denis tu dois être considérée comme riche car tu paies des impôts.
    Alors avant de créer des catégories,définissons les et arrêtons de les sigmatiser. Peut-être que si nous les considérions avant tout comme des personnes on en en deviendrait plus respecteux et eux pourraient nous rendre la pareille. D’autre part le fait de se considérer pauvre ne donne pas tous les droits,c’est aussi ça le respect de l’autre. Les accepter comme des citoyens a part entière responsables de leurs actes leur feraient peut-être oublier leur statut de pauvre.

    0

    0
  19. goldo dit :

    je ne sais si c’est une impression mais j’ai le sentiment que ces derniers jours les rues sont plus propres.Je suis allée jusqu’achez Virgin et j’ai remarqué celà. Est-ce l’effet de la manif? Si c’est le cas il est temps de faire quelque-chose pour agir contre la vente a la sauvette qui se multiplie de jour en jour. je sens que bientôt certains d’entre nous vont passer a l’acte. a priori ils ne savent que réagir sous la pression. AH au Fait u ne petite précision Mr Braouzec se présente aux législatives. Goldo

    0

    0
  20. suger dit :

    Le commentaire du texte de greg par thierryb est parfait. Mais je voudrais ajouter qu’assimiler pauvreté et saleté est une ignominie, qui révèle la vision des pauvres que certains ont dans cette ville, y compris à la municipalité et à Plaine-Commune. L’exemple donnée par Sam, le travail formidable des militants d’ATD-Quart Monde, le simple respect de la dignité humaine qui les sous-tend disent le contraire. Les pauvres désirent vivre dans un environnement sain comme tous les êtres humains et ils y ont droit ! Ce texte de greg est répugnant dans ces sous-entendus et ne peut provoquer que l’indignation !

    0

    0
  21. BB dit :

    Bravo… Cela faisait quelques mois qu’aucun « contradicteur » n’avait atteint le point Godwin sur ce blog. Félicitation donc, cher Greg.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Point_

    0

    0
  22. suger dit :

    « Faire quelque chose pour agir contre la vente a la sauvette » propose avec raison Goldo. La plupart de ces ventes, notamment rue de la République, concerne des produits contrefaits. Il est donc toujours possible d’alerter les autorités compétentes qui, à force d’être sollicitées, se décideront peut-être à agir. Voici les adresses essentielles :

    Direction générale des douanes et droits indirects Bureau E1
    Politique commerciale et tarifaire – Section propriété intellectuelle
    11, rue des deux Communes 93558 Montreuil cedex.
    Tél. 01 57 53 43 51
    Tél. 01 57 53 43 54
    Tél. 01 57 53 43 58
    Courriel service : dg-e1@douane.finances.gouv.fr

    Lutte anti-contrefaçon (INPI)
    0 820 22 26 22 (0,09 euro TTC/min)

    Et pour les DVD pirates (rue Gabriel Péri, Marché):

    Association de Lutte Contre la Piraterie Audiovisuelle
    6 rue de Madrid 75008 Paris Tél. 01 45 22 07 07
    http://www.alpa.asso.fr

    On peut trouver une bonne documentation sur ce fléau social destructeur d’emplois à ces deux adresses :

    Comité Colbert (industries du luxe)
    http://www.comitecolbert.com

    Comité national anti-contrefaçon
    http://www.contrefacon-danger.com

    0

    0
  23. goldo dit :

    sans perdre de temps j’envoie mel et courrier. Qui veut faire pareil. Goldo

    0

    0
  24. celine dit :

    mail envoyé également !

    0

    0
  25. ellia dit :

    La propreté, le respect du voisinage, commence aussi par l’éducation de nos enfants…………Ce sont les mêmes qui plus tard salisent nos rues !!!!!!!!!!!

    Augmenter un budget pour la propreté, c’est bien , mais ce qui serait encore plus efficace, c’est de sensibilisé les individus(adultes en enfants)……………….

    0

    0
  26. Pgase90 dit :

    La sensibilisation c’est une chose, d’ailleurs Plaine Commune a essayé (« ma ville je l’aime j’en prends soin ») mais je n’ai pas l’impression qu’il y ait eu des résultats…

    Du coup je pense qu’il est peut-être temps de passer à un mode sanction/tolérance zero pour le moindre déchet laissé sur l’espace public. Ca ne paraît pas très sexy ni très libéral, mais en matière de sensibilisation, c’est efficace et ça a fonctionné ailleurs. Il sera toujours temps, une fois la situation améliorée, d’assouplir les règles mais là je pense qu’on a besoin d’un gros coup pour éviter de rentrer dans un cercle vicieux : une ville salle, personne n’a envie de faire des efforts, du coup elle est encore plus sale, etc… Et la propreté c’est loin d’être un détail, au dela même des questions de salubrité : c’est aussi une question de dignité, d’estime de soi, de refus du laissez aller. Et l’état d’une ville reflète souvent l’état de ses habitants…

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *