LeJSD – « La Baleine change de ligne d’eau »

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. KitO dit :

    Je ne comprends pas trop : « les dépenses pour la collectivité seront sensiblement égales » et un peu plus haut  » des coûts d’exploitation élevés « . Ca veut dire que ça coutera toujours aussi cher mais on paiera une société privée ?
    C’est toujours la municipalité qui paie : ce serait plutôt à l’exploitant de reversé une part de ses bénéfices, non ?

    Je préfère le public et je n’ai rien contre la privatisation, mais ça n’a d’interêt que dans un contexte de concurrence sain (baisse des prix, offre de service…). Là, j’ai juste l’impression que c’est un moyen de se débarrasser de salariés un peu ennuyeux.

    0

    0
  2. houari dit :

    Une gestion calamiteuse, des dépenses incontrolées
    Deux affaires financières sont intervenues dernièrement dans notre ville.
    La 1ere fut la privatisation de la piscine municipale. J’utilise le mot privatisation car la gauche a démontré par le passé qu’elle était plus compétente pour privatiser (le gouvernement Jospin 1997-2002 a le record de privatisation) que la droite (c’est un des nombreux paradoxes français).
    Un autre paradoxe français, entre parenthèse, est que le gouvernement Ayrault expulse plus de clandestins que le gouvernement Fillon sous l’ère Sarkozy
    Cette piscine coutait trop d’argent à la ville et surtout, selon les termes de Mme Soulas, maire adjoint aux sports, « l’audit a confirmé des dysfonctionnements conduisant à des coûts d’exploitation élevés au regard du service rendu ». Je suis content que nos élus s’en rendent compte au bout de 15 ans. Comme qui dirait, « mieux vaut tard que jamais ».

    La 2eme affaire est la gestion du TGP (théâtre Gérard Philippe). Le TGP a été épinglé par la cours régionale des comptes pour dysfonctionnements (elle a trouvé plusieurs anomalies). Ce théâtre est subventionné à hauteur de 919000 euros.
    Je vais mettre de coté que ce théâtre bénéficie surtout aux spectateurs parisiens (y’a même une navette pour les déposer aux transports), et de coté, que la « quantité » de spectacles ne soit pas respecté (60 spectacles différents au lieu de 180 réalisés).

    Ce que je veux mettre en avant, c’est surtout la dépense incontrôlée de nos élus et les énormes sommes versées aux associations sans aucun contrôle. (5 millions d’euros par an).
    À force de vouloir tout gérer, de vouloir de s’occuper de tout et n’importe quoi, on arrive évidemment à une mauvaise gestion. (Je parlerai sur un autre post du marché de Saint-Denis).

    Nous avons un budget de 260 000 000 d’euros à Saint-Denis. Ce chiffre énorme peut mener évidemment à du gâchis si les compétences des élus ne sont pas là et si des contrôles réguliers ne sont pas faits. Ce qui est malheureusement le cas dans notre conseil municipal.

    http://houariguermat.blog.fr

    0

    0
  3. cece dit :

    Pour avoir fréquenté la piscine pendant 7/8 ans, en tant qu’usager et parent d’élèves, le terme « salariés un peu ennuyeux » me semble léger et irrespectueux pour tous ceux qui accomplissent leur travail dans le secteur public avec conscience et professionnalisme. Outre les arrêts maladie collectifs, le comportement de plusieurs employés n’était pas du tout à la hauteur de la tâche (langage vulgaire, voire insultant avec les enfants, je-m’en-foutisme ostentatoire etc. Svp, respectons la valeur travail, ne la piétinons pas au nom d’un préjugé qu’on appelle idéologie.

    0

    0
  4. alain dit :

    Tout cela mérite plus d’explications. En effet je ne vois pas pourquoi les contribuables viendraient enrichir une société privé. Il y aura forcément un CA dans lequel le Maire sera représenté. L’équipement appartiendra toujours à la Ville, seule la gestion sera dédiée à un exploitant. Mais vu l’état de l’équipement il faudra bien investir. Paradoxe : tout ce qui n’a pas été fait depuis des décennies sera fait maintenant, et au profit de qui ? Des utilisateurs? des investisseurs? On ne sait pas.
    Cela fait deux décennies que l’équipement aurait du être rétrocédé en totalité au privé. Les collectivités territoriales ne savent pas faire ça. LPourtant à côté de chez nous la piscine intercommunale de Marville est un bel exemple.
    Il n’y a pas que cela à sortir du giron communal. Le CTM, les ateliers, les cars, etc., qui nous coûtent la peau des f….s. Bon il est vrai que d’autres municipalités s’en sortent mieux que Saint-Denis, mais elles, elles sont gérées, voilà toute la différence. Dommage d’en arriver là. C’est le début de la fin.

    0

    0
  5. Géraldine dit :

    Juste une parenthèse sur la privatisation de la piscine. Pourquoi une privatisation par la municipalité sans contestation et normal alors qu’elle consteste le plan excessionnel d’investissement voté en assemblé départemental (93) qui est un partenariat public / privé pour la construction de collèges.
    La mucipalité privatise notre unique piscine communale (non, il y a celle de Marville) et conteste la construction de collège par un plan de financement public / privé ! Il faut m’expliquer, je ne comprends pas trop !!! Se souvenir des bonds de syndicalistes (CGT, allez savoir pourquoi) contestant ce PPI (programme pluriannuel d’investissement). Si vous arrivez à m’expliquer la privatisation de la piscine qui ne dérange personne ?

    0

    0
  6. KitO dit :

    @cece : J’aurai dû mettre des guillemets. Je voulais simplement dire que ça ressemblait à un problème de ressources humaines et que la municipalité voulait « faire le ménage » 😉 parmi les salariés. Ne connaissant pas cette piscine je ne juge pas le personnel, mais je vous crois sur parole.

    0

    0
  7. montjoie dit :

    @alain
    je ne rejoins pas du tout votre analyse des ateliers municipaux, certains services notamment serrurerie, plomberie, électricité accomplissent fort bien leurs taches dans l’entretien des bâtiments communaux, et certainement a un cout inférieur et avec une qualité de travail supérieure que certaines boites privées intervenant dans le public.

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *