LeJSD – « Les réunions d’une gauche désunie »

Vous aimerez aussi...

27 réponses

  1. toflec93200 dit :

    J’étais au meeting (sans a-priori), et le chiffre annoncé par le JSD me parait correct.En retranchant les non dyonisiens (militants, élus, etc.), soit un tiers (à la louche), on arrive à 250 personnes « du cru », ce qui est très bien.

    MH a parlé de l’insécurité : (proposition d’ouvrir un lieu d’accueil à la mairie pour les victimes, plus de collaboration entre la police municipale et la police nationale) ; de la propreté (acclamé quand il a proposé de fortes amendes pour les personnes inciviles, promesse de questionner Plaine Co sur son manque d’efficacité en la matière) ; mais aussi d’éducation et des PME ( créatrices d’emploi et qu’il fallait faire venir chez nous). J’ai senti dans l’audience un vrai ras le bol contre les incivilités et une forte demande de sanction de l’équipe sortante. J’ai senti une vraie dynamique ce soir là.

    0

    0
  2. gabriella dit :

    Moi aussi j’étais au meeting, je rejoins complétement ce qu’a dit Toflec93200 : j’ai senti un grand espoir et une volonté très forte et très déterminée de changement . J’ai trouvé Maud Lelièvre qui faisait partie des intervenants, très convaincante, étant sur le terrain, quand elle a parlé du mauvais bilan du maire sortant ; puis est intervenu M.Hanotin, je ne l’avais jamais entendu parlé auparavant, le JSD dit (me semble-t-il avec beaucoup d’ironie) que  » M.Hanotin a SURTOUT et longuement déclaré sa flamme à la ville qu’il ambitionne de conquérir » moi cela m’a beaucoup émue parce que je l’ai senti sincère et concerné. En plus de tout ce dont a parlé Toflec93200, Il a évoqué les événements du 17 Octobre 1961 pendant lesquels une jeune collégienne Fatima ( j’ai malheureusement oublié son nom) a trouvé la mort , en souvenir d’elle une rue portera son nom , il a parlé du centre ville délaissé : la ville doit être un lieu de partage, avec un meilleur échange entre les quartiers (@Azzedine) avec un environnement de qualité, et en ce qui concerne la Métropole du Grand Paris il a évoqué la mutualisation des moyens pour le transport et le logement : il faut qu’il n’y ait plus de chacun pour soi.

    0

    0
  3. Lila Boukaiba dit :

    gabrielle, encore sans rapport avec le sujet.

    Fatima Meddar est cette jeune collégienne, noyée par la police sous les ordres du préfet de Paris (Maurice Papon) le 31 octobre 196. Son corps a été retrouvé dans le canal de Saint Denis.

    Depuis plusieurs années, je participe à la commémoration du 52ème anniversaire du massacre du 17 octobre 1961 initié à la gare de Saint-Denis par l’association du cercle des citoyens.

    Voilà gabrielle, cette information est importante pour notre ville et ses habitants.

    0

    0
  4. Gabriella dit :

    @Lila Boukaiba
    Merci Lila pour ces précisions, le devoir de mémoire c’est très important.

    0

    0
  5. morneplaine dit :

    Son nom sera normalement donne au futur collège de la plaine.

    0

    0
  6. suger dit :

    Au-delà du contenu de l’article et surtout de son titre (Ah ! la nostalgie de l’époque où il suffisait que les partis se mettent d’accord sur une liste pour qu’elle soit élue…), les commentaires que publient le site du JSD à la suite de l’article sont révélateurs d’un climat effrayant de violence et de haine (parfois d’ailleurs d’une bêtise insondable…) qu’entretiennent certains partisans de la municipalité actuelle. Calomnies, rumeurs, attaques personnelles directes y compris sur sa vie familiale, le candidat socialiste à la mairie subit le pire d’une campagne électorale alors que celle-ci commence à peine. Qu’est-ce que cela sera dans les semaines et les mois qui viennent ?
    Mais ce sont aussi tous les électeurs dionysiens qui subissent cette dégradation inquiétante du débat public. On pourrait espérer que ce soit d’abord ses propositions, son programme qui soient discutées et confrontés au bilan et aux promesses du maire sortant, pour que la campagne électorale soit un véritable débat démocratique. Visiblement, certains en ont peur et préfèrent les insultes, les attaques contre les personnes, pour empêcher un débat qui permette un choix serein des citoyens. On peut s’étonner aussi qu’un journal, financé par tous les dionysiens et qui modère les commentaires publiés sur son site (ce qui est une bonne chose), laisse passer des propos, des termes qui dans l’expression publique relèvent normalement des tribunaux…

    0

    0
  7. toflec93200 dit :

    Sinon la machine à rumeurs est lancée concernant Hanotin. Sur le forum du JSD, certains pro-Paillard très virulents affirment qu’il n’habite pas St Denis (un grand classique des municipales), et qu’il est constamment entouré de 2 gardes du corps ! J’avoue, j’ai souvent croisé sa limousine blindée place du Caquet, entourée d’un escadron du GIGN prét à bondir ! Malheureusement, un mensonge répété dix fois devient une vérité…
    On va avoir droit à une campagne bien crade et violente, ou tous les coups seront permis…Pire que celle des législatives, car cette fois, les communistes sont aux abois, et risquent de TOUT perdre…

    0

    0
  8. goldo dit :

    ça ne fait que commencer mais cela prouve qu’ils ne sont plus surs de rien.Cela changes des autres fois,suspens car maintenant on verra bien qui sortira des urnes. Goldo

    0

    0
  9. julie dit :

    Il y a déjà hélas plusieurs mois que la machine à rumeurs fonctionne, c’est crasse !

    0

    0
  10. toflec93200 dit :

    Tout à fait d’accord avec Suger. J’ai eu le malheur de poster sur le JSD pour parler du meeting de Hanotin. Que n’avais je pas fait là ! J’ai eu droit à des commentaires hargneux, méprisants, et débordants de haine, comme si j’étais le porte parole de Hanotin ! J’ai préféré laisser tomber, car pour discuter, il faut se respecter, et j’ai refusé de tomber dans la surenchère verbale. (Insulter, courageusement installé derrière son clavier, c’est juste minable…) . Un certain « Jean Luc » (Mélenchon?) s’est même permis de comparer MH à Pierre Laval (oui, celui qui a fait rafler les juifs en 1942…). Vous avez dit « bétise » ?
    @Suger : Bien vu, le JSD ne modère pas les posts les plus injurieux (qui proviennent TOUS des pro mairie, et ce n’est pas d’aujourd’hui ! (Voir les topics datant des législatives ou de la campagne de F. Laronde…).

    0

    0
  11. suger dit :

    Le site du JSD semble se rendre compte un peu tard qu’il avait dépassé les bornes dans les commentaires qu’il publie. Voici ce que l’on peut lire ce soir à la suite de commentaires sur l’article dont un extrait est reproduit ci-dessus :
    « 23-Oct-2013 19:39 LEJSD.COM : VOTRE ATTENTION SVP
    LES RÉACTIONS ET COMMENTAIRES PUBLIÉS SUR CE SITE SONT MODÉRÉS AVANT PUBLICATION. ILS DOIVENT CONCERNER L’ARTICLE OU LE SUJET ABORDÉ, ÊTRE ÉCRITS DE MANIÈRE CORRECTE, SANS INJURE, AGRESSIVITÉ OU DIFFAMATION. LES TEXTES QUI NE RESPECTENT PAS CES RÈGLES USUELLES NE SONT PAS VALIDÉS. »
    Cela n’empêche pas que de nombreux commentaires pro-municipalité publiés par le JSD sont un ramassis d’attaques personnelles, d’injures, de mensonges énormes. Une certaine « hélène », entre autres exemples, semble d’ailleurs spécialisée dans la désinformation, affirmant comme des vérités des mensonges avérés.
    Le « modérateur » du JSD, si prompt ces derniers temps à répondre et à faire une rectification quant un commentaire met en cause la municipalité, la laisse pourtant dire ses énormités. Fini l’organe de propagande qui veut ressembler à un journal ! A travers certains commentaires, on est plus proche d’un « torchon »…

    0

    0
  12. Lolo dit :

    @Lila Boukaiba
    Ce n’est pas Fatima Meddar mais Fatima Bedar.( et pourtant je ne participe à aucune commémoration)

    D’autre part, la mairie a déjà voté le fait qu’un jardin du quartier Confluence porte son nom. Mathieu Hanotin n’a donc rien à voir là-dedans.
    En revanche MH souhaiterait que le nouveau collège à cheval sur Saint-Denis et Saint-Ouen porte également ce nom. Je n’en vois pas l’intérêt:
    1. C’est à 2 km du lieu des faits.
    2. C’est redondant avec le parc.
    3. Ca va pas aider les jeunes collégiens (on a déjà Iqbal Massih et Pierre Degeyter)
    4. On n’a rien demandé aux habitants, qui je pense préférerait un autre nom pour le collège de leurs enfants.

    0

    0
  13. Lila BOUKAÏBA dit :

    Lolo,

    Vous faites le choix de corriger un nom plutôt que de rappeler les circonstances dramatiques de cette nuit du 16 au 17 octobre 1961, je vous excuse pour autant mais me permets de vous suggèrer quelques points qui relèvent uniquement de l’histoire.

    Le 17 octobre 1961 alors que la guerre d’Algérie touche à sa fin, le FLN appelle à une manifestation pacifique dans les rues de Paris pour dénoncer le couvre-feu raciste imposé quelques jours plus tôt aux Algériens et par extension à tous les Maghrébins (obligation d’être sans cesse isolé, et interdiction aux travailleurs algériens de sortir de 20h30 à 5h30, les cafés tenus par des musulmans doivent fermer à 19h…). Cette manifestation rassemble environ 30.000 personnes.

    Le préfet de police de Paris, Maurice Papon, a reçu carte blan­che des plus hautes auto­ri­tés, dont de Gaulle, lance, avec 7.000 poli­cier pour lancer une répres­sion san­glante. Il y aura 11.730 arres­ta­tions, et peut-être beau­coup plus de 200 morts, noyés ou exé­cu­tés, parmi les Algériens.

    Née en 1946, Fatima de son nom Bedar et oui Monsieur non Meddar, serait aujourd’hui âgée de 67 ans. Elle a disparu, comme des centaines d’autres d’Algériens un certain 17 octobre pour avoir osé défier l’interdiction de sortir après de 20h30. Fatima souhaitait simplement que les droits des Algériens soient reconnus en France et que l’Algérie devienne un pays indépendant.

    Alors Monsieur Lolo, qu’un jardin du quartier Confluence ou qu’un nouveau collège à cheval sur Saint-Denis et Saint-Ouen porte son nom je vous confirme le pardon sera d’autant difficile que l’état français acceptera de reconnaître enfin ce qui s’est passé le 17 octobre 1961.

    Je souhaite qu’à la mémoire des victimes, des rescapés et de leurs victimes vous ne fassiez pas de ce crime d’état de Paris une affaire politique mais surtout que vous ne preniez pas les habitants en otage. Vous affirmez ou supposez que les habitants préféreraient un autre nom pour leur collège ou pour le jardin du quartier Confluence. Franchement cela m’est égale et vous assure que mon avis est partagée par nombreuses habitants.

    Pour finir, j’ai plaisir à dire que le cercle des citoyens est à l’initiative de la première commémoration du 17 octobre 1961 à la place de la gare de Saint-Denis. Les membres fondateurs sont en autre Kader Chibane, Foudil Hamoudi, Azedine BOUKAÏBA (mon petit frère) et bien d’autres encore qui m’excuseront de n’avoir cité leurs noms. Ils sont également à l’initiative de la plaque installée sur la place de la gare face au Canal en mémoire aux victimes.

    Voilà Monsieur Lola, au delà de cette action dont je suis fière, sachez que je suis extrêmement attachée à cette commémoration tout comme je le suis pour la date du 5 juillet 1962, date d’anniversaire d’indépendance de l’Algérie. Franco-algérienne j’attache énormément d’importance à notre histoire de fratrie entre la France et l’Algérie.

    A votre disposition Monsieur Lolo.

    0

    0
  14. Lolo dit :

    @Lila,

    Je vous ai repris sur le nom car il était mal orthographié.

    Si vous relisiez mes propos, je n’ai aucun problème avec le fait qu’un jardin porte ce nom puisque le drame est arrivé à cet endroit.

    En revanche, là où j’ai un problème c’est quand un politicien en campagne électorale et déjà cumulard décide du nom d’un collège (étant donné que c’est MH qui est adjoint à l’éducation au CG) sans avoir consulté personne et encore moins ceux dont les enfants vont fréquenter ce collège, je trouve que c’est abusif et opportuniste.

    Mais bon à Saint-Denis, on peut déjà se prévaloir une rue du Christ, alors, plus rien ne m’étonne…

    0

    0
  15. cording dit :

    Il n’est pas inutile de faire quelques rappels d’ordre historique en ce concerne le 17 octobre 1961. D’abord la France était en guerre contre les mouvements nationalistes algériens depuis novembre 1954 qui réclamaient, à juste titre, l’indépendance de leur pays. En 1961 le FLN décide de porter la guerre en métropole avec le soutien d’une majorité des algériens. De janvier au 17 octobre 1961 des attentats ont tué 33 policiers dont 13 en septembre. Bravant le couvre-feu parisien les algériens ont décidé de manifester ce qui a eu pour conséquence ce que l’on sait. Pour éviter tout contresens historique il convient toujours de remettre les évènements dans leur contexte, pour éviter de porter un jugement sur le passé avec notre état d’esprit présent. Pour ceux qui veulent en savoir plus, de façon historique, je les invite à consulter l’article sur le 17 octobre 1961 sur « Wikipedia ».

    0

    0
  16. Sam dit :

    Perso, la récupération de cet événement à des fins électorales me gêne.

    A quand le débat d’idées…le reste n’est que mise en scène !

    0

    0
  17. thierryb dit :

    Pour info : seul le Conseil d’administration d’un établissement scolaire est habilité à donner un nom à l’établissement, ou à le modifier, avec des procédures de vérification de pertinence qui s’ensuivent.

    0

    0
  18. Lila BOUKAÏBA dit :

    Les remarques de sam, lolo et thierryb sont respectables, les jeunes français issus de la première vague d’immigration apprécieront.

    Toutefois, Sam, je me dois de continuer cet échange. Effectivement, je ne souhaite pas que ce crime d’état face l’objet d’une quelconque récupération.

    cording, vos propos portent à confusion ou malentendu enfin je l’espère.

    Votre hommage aux 33 policiers tués lors de cette journée sanglante du 17 octobre 1961 est honorable.
    Dommage que vous ayez omis de le faire aux centaines d’algériens assassinés par la police de notre République celle de Maurice Papon. Vous êtes tout excusé.

    Maintenant libre aux appareils politiques de récupérer ce crime d’état orchestré par Maurice Papon et du Général de Gaulle. Une référence qui ne rend pas honore à notre pays.

    0

    0
  19. thierryb dit :

    @Lila, je ne fais que rappeler le droit, je ne me mêle plus de la politique à Saint Denis. Quant aux événements tragiques de 1961, j’ai suffisamment manifesté ma solidarité face à cet acte infâme, participé à des travaux sur octobre 61, lutté contre les résurgences du racisme pour que vous ne me fassiez pas de procès d’intention. En effet, on peut très bien appeler ce collège du nom d’une collégienne, afin de témoigner de l’Histoire, cela se fera selon les règles, c’est tout.

    0

    0
  20. Sam dit :

    @Lila
    Je ne suis pas sûre de comprendre « les jeunes français issus de la première vague d’immigration apprécieront. ».
    Est-ce un reproche ?

    0

    0
  21. Michel Ribay dit :

    Bonjour,

    Écoutons les propos des spécialistes pour ce qui concerne le 17 octobre 1961, en l’occurrence une conférence donnée par l’historien Benjamin Stora à l’occasion du 50ème anniversaire à cette adresse :

    http://saintdenisecologie.wordpress

    0

    0
  22. Marcel dit :

    Bah……………oui !
    Les Français déjà Français à l’époque qui ont choisi de rester français – tout en étant pouvant rester Algériens……………………………….. ça n’a rien a voir avec des résidents étrangers ayant choisi d’ acquérir la nationalité Française à leur majorité, qui par ailleurs conservent leur Nationalité d’origine , et qui en plus se mêlent récemment de la vie politique de Saint-Denis !

    C’est la diversité Dionysienne ancienne et à venir !

    0

    0
  23. Lila BOUKAÏBA dit :

    @Thierryb, j’ai du mal à vous suivre.

    Qui fixe la règle pour appeler un collège du nom d’une collégienne ou autre personne qui est rentrée dans l’histoire ? Seul le Conseil d’administration d’un établissement scolaire est habilité à donner un nom à l’établissement, ou à le modifier, avec des procédures de vérification de pertinence qui s’ensuivent ». Votre corps de métier vous autorise à le dire qui peut vous contredire. Pas moi.

    Qui vous accuse de faire de la politique ? Pas moi.

    Qui vous fait un procès d’intention ? Pas moi.

    @sam,

    Ce n’est pas du tout un reproche. Je souhaite simplement que les jeunes français issus de l’immigration s’approprient l’histoire de leurs parents. Une histoire à ce jour occultée par l’état français.
    Sam, tu m’as posé une question voici la réponse. Pour ma part, il est urgent que les jeunes français issus de l’immigration prennent en main leur avenir pour éviter toute récupération.

    Prendre en main son avenir signifie aller voter !

    0

    0
  24. Sam dit :

    @Lila

    Ouf 😉

    Je pense que tout le monde ici est d’accord sur l’importance de l’histoire de ces évènements tragiques. La municipalité actuelle me semble faire le nécessaire en matière de travail de mémoire sur le sujet, non ? 

    Certes ce symbole a une résonance auprès d’une certaine popluation très présente à St Denis mais s’en servir dans le contexte électoral n’est pas « gratuit ».

    0

    0
  25. Lila BOUKAÏBA dit :

    Sam, dernier message à ce propos.

    @Michel Ribay,

    Revivre cette journée de commémoration merci à vous Monsieur Ribay. Vous dites ;

    « La cérémonie pour le cinquantenaire de la répression de la manifestation du 17 octobre 1961 organisée par le FNL pour protester contre le couvre-feu imposé aux ressortissants algériens s’est déroulée en présence de nombreux participants sur les berges du canal.

    Une assistance mêlant témoins des événements, représentants d’associations, officiels algériens, un ex-responsable du FNL de l’époque, élus de la ville et de très nombreux citoyens »

    Je crois que vous oubliez de parler de la présence du président d’EELV de Saint-Denis, Kader Chibane accompagné de certains membres de son bureau et dont je crois savoir que vous faites parti de ce bureau !

    Ce président d’EELV qui a lu un communiqué émouvant en hommage aux victimes après celui du consul d’Algérie, Didier Paillard et Mathieu Hanotin.

    Effectivement il est nécessaire de remettre les évènements dans leur contexte.

    0

    0
  26. habitant dit :

    Que l’histoire de l’immigration en France soit enseignée partout dans toutes les écoles, pas juste pour ceux qui sont « issus » de l’immigration, c’est quand même la base et le fond. Je crois que c’est assez récent la mention du 17 octobre 1961 dans les programmes scolaires, juste après le film « Nuit noire » il me semble.
    Nommer un collège bien sûr que c’est émotionnellement et symboliquement fort. Cela dit, je suis d’accord avec Sam. S’en servir en période de campagne électorale, cela peut prêter à confusion.

    0

    0
  27. Michel Ribay dit :

    Bonsoir à tous,

    Deux précisions :

    1) « La cérémonie pour le cinquantenaire de la répression de la manifestation du 17 octobre 1961 organisée par le FNL pour protester contre le couvre-feu imposé aux ressortissants algériens s’est déroulée en présence de nombreux participants sur les berges du canal.
    Une assistance mêlant témoins des événements, représentants d’associations, officiels algériens, un ex-responsable du FNL de l’époque, élus de la ville et de très nombreux citoyens »

    S’agissant précisément du cinquantenaire mon commentaire a été écrit en 2011 et non en 2013, il ne s’agit donc pas d’un oubli de qui que ce soit. N’étant pas présent à la cérémonie cette année je n’ai pas eu de raison d’en faire le moindre commentaire, sauf celui, présentement, de regretter de n’avoir pu y assister.

    2) Je suis bien membre d’Europe Ecologie-Les Verts mais pas de son bureau dionysien.

    Je vous invite à nouveau, si vous avez une petite heure à consacrer à la mémoire de cet événement, à écouter la conférence donnée en 2011 par Benjamin Stora. De grande qualité historique.

    Bien cordialement

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *