Léon – Rues Fontaine, Connoy et République – Lettre à la municipalité et au commissariat – « Oui, on en a marre ! »

Vous aimerez aussi...

37 réponses

  1. hélène dit :

    Absente une semaine, rentrée d’hier soir d’une jolie petite ville fraiche, pimpante, fleurie j’avais presque oublié les problèmes du centre de St Denis. La réalité m’a rattrapée, je n’ai pu ouvrir mes fenêtres tellement le bruit était infernal, par ces temps de chaleur c’était insupportable. Allons nous subir cela tout l’été ?
    La veille de mon départ j’ai failli être renversée par une moto dans la rue de la république,
    qui filait à toute vitesse, de l’église de l’estrée jusqu’à la rue Emile connoy conduite, bien sur par un des dealers du groupe qui envahit tout le quartier.
    Comme Léon je me pose la question du j’men foutisme, du laisser faire, laisser aller. La situation, qui n’est pas vécue par les « Têtes bien pensantes », n’est semble t-il pas une priorité
    et, semblerait être, pour elles un épiphénomène, et pas si importante que cela !
    Bof, soignions notre électorat et du reste on s’en fout, voilà le sentiment que j’en retire.

    0

    0
  2. FrançoiseB dit :

    De : FrançoiseB
    Envoyé : vendredi 2 juillet 2010 12:05
    À : Monsieur Playe (Commissariat de Saint-Denis)
    Objet : RUE EMILE CONNOY
    Importance : Haute

    Monsieur,
     
    Suite à votre proposition de suivi sur  la situation de notre quartier, nous vous faisons un rapide topo de la semaine  passée :
     
    Samedi 26 juin : présence de bandes rue Emile Connoy jusqu’à 2 heures du matin ; plusieurs toxicos investissent le chantier de démolition en cours juste en face de chez nous
     
    Dimanche 27 juin : deals de crack le long du camion rue Courte tout l’après-midi (dealer black avec locks + casquette blanche)
     
    Lundi 28 juin : la bande reste rue Emile Connoy devant l’hôtel de la poste jusqu’à 2 h du matin
     
    Mardi 29 juin : rue Courte à partir de 11 h deals de cracks et zombies qui consomment sur place, dont une black très maigre qui reste très longtemps à quatre pattes cherchant des cailloux sous tous les véhicules garés ; à 14 h d’autres dealers + zombies (4 ou 5) arrivent cette fois-ci sous notre fenêtre de la rue Courte et restent à consommer du crack ; à 16 h appel du Capitaine Playe au téléphone pour lui demander une intervention. A 18 h ils sont toujours là défoncés tous allongés sur le trottoir. En soirée la bande de la rue Fontaine vient sur la rue E. Connoy et reste jusqu’à minuit
     
    Mercredi 30 juin : altercation de M. henriB avec un dealer devant le PRMEUR 49 (angle rue de la République) prétendant avoir été bousculé et balance une canette sur M. HenriB qui appelle le commissariat ; menace de prévenir le Capitaine pour obtenir qu’une patrouille soit envoyée sur place, qui annonce la venue de 2 inspecteurs ; ceux-ci se présentent vers 19 h et nous donnent un numéro de portable   à appeler en cas d’urgence
     
    Jeudi 1er juillet : Vers 20h nous apercevons une voiture de Police qui se gare rue Courte et qui repart dix minutes plus tard. La bande est restée rue Fontaine toute la journée et arrive rue E. Connoy vers 22 h 30 à la hauteur de la borne ; ils parlent très fort, boivent, rigolent, c’est infernal, une mini moto très bruyante fait des allers-retours en permanence ; à Minuit nous appelons le numéro d’urgence  (sur messagerie). A 1 H du matin, M. HenriB est obligé d’intervenir à la fenêtre pour leur demander d’arrêter ; ils l’envoient balader mais partent peu de temps après.
     
    CONCLUSION : pas ou peu de patrouilles – ou tout au moins pas aux heures critiques – c’est à dire après 22 H
     
    Après cette heure, qu’on appelle le commissariat ou le 17 ou le numéro de portable donné, personne pour intervenir
     
    TOUTE LA SEMAINE NOUS N’AVONS DORMI QUE 4 HEURES OU 5 HEURES MAXI.  NOUS N’AVONS AUCUN REPIT ENTRE LE CHANTIER DE DEMOLITION LA JOURNEE TRES FATIGANT, BEAUCOUP DE POUSSIERES ON NE PEUT PAS OUVRIR LES FENETRES
    LA NUIT NON PLUS A CAUSE DES NUISANCES SONORES DES BANDES DE DEALERS.

     
    QUE POUVEZ VOUS NOUS PROPOSER ???
     
    Merci de nous contacter.
     
    FrançoiseB et HenriB

    0

    0
  3. sanscriergare dit :

    Il y a réellement danger, si les pouvoirs publics ne se bougent pas ça peut finir en drame.
    Nous avons alerté préfet, maire, procureur (qui d’ailleurs ne répond jamais à nos cris)…que faire de plus ?
    Doit-on attendre qu’un riverain pète un câble pour prendre conscience du danger ?

    0

    0
  4. thierryb dit :

    Les élections sont dans plusieurs années et de toute façon ils doivent penser que vous autres qui souffrez tous les jours n’êtes pas de leurs électeurs; ils pensent probablement que vous faites partie des nantis, que les vraies victimes sont vos agresseurs; ils ne voient tout simplement pas comment faire, débordés par la situation qu’ils ont tolérée pendant trop longtemps, avant qu’il y ait une vraie protestation, car la population était résignée et silencieuse. Pour eux, le terme sécurité , dans leurs schémas figés, signifie répression. Dans mon quartier, ce sont des bandes de jeunes bruyants qui prennent possession des lieux la nuit, ils entrent dans les résidences (vertes et plus fraîches que les cités), s’installent et parlent. Ce n’est RIEN à côté des riverains de la rue de la République, et pourtant on dort mal, on se le dit le matin devant l’ascenseur entre voisins, on sait que c’est parti pour l’été. J’ai été parler avec certains de ces jeunes dans la journée: » bonjour m’sieur » (ils savent que je suis prof ici, ils voient que je n’ai pas de crainte- pourquoi en avoir), et je leur explique . Ils disent comprendre, qu’ils le diront à leurs copains. Parfois c’est en effet plus silencieux, ça s’arrête à 1 heure, ce n’est pas agressif, juste malappris.
    Bref, on est dans le « gérable ». mais rue de la république, c’est indigne de laisser des gens dans une telle situation!

    0

    0
  5. Stéphanie dit :

    Je rejoins tout à fait Léon
    Les statistiques et les chiffres que l’on peut nous communiquer ne servent pas à grand chose si ce n’est à se congratuler. Il y a des actions fortes qui sont menées c’est indéniable, mais pas assez ou pas partout ! Il faut « prendre le taureau par les cornes » et ne plus le lâcher !
    La situation est grave : que les autorités le disent (par exemple lors des réunions avec le préfet) c’est bien mais allez-y nom d’un chien, « frapper  » là où il faut !
    N’attendez pas qu’un drame se produise !
    Et surtout ne NE LAISSEZ PAS LES HABITANTS VIVRE CELA : relisez le témoignage de Françoise et Henri, c’est une catastrophe indigne, c’est une honte !

    0

    0
  6. Lamitad dit :

    Hier a 20h, une patrouille de la PN de 3 agents passe a pied rue Connoy. J’ ai suivi leur trajet… Ils n’ont jamais été sur la rue fontaine république où pourtant il y avait des choses à faire. Sans commentaire….

    0

    0
  7. sanscriergare dit :

    Une partie de la même bande est devant l’église neuve et une autre a trouvé abris devant la nouvelle résidence les docks de Saint-Denis (côté canal)…non loin du parvis de la gare.
    Personne ne peut affirmer qu’il n’y a plus de problème de crack et « Que ça a été nettoyé ».

    Tout le monde semble dépassé et ne pas maîtriser comment les réseaux de trafic de ce poison fonctionnent…des dealers se font arrêter un jour, d’autres naissent le lendemain.

    Nous devons prendre contact avec les riverains de la rue Myrha (Paris 18e) qui connaissent les mêmes problèmes liés au crack et faire du bruit avec eux.

    0

    0
  8. goldo dit :

    et oui c’est encore la galère mais c’était a prévoir que ça ne s’arrangerait pas d’un coup de baguette. Moi en ce moment je suis très peu à St Denis et j’avoue que lorsque je vous lis je ne regrette rien mais que faire ? Bon courage à tous et à demain pour le repas festif.

    0

    0
  9. Lamitad dit :

    Rebelotte hier… La patrouille s’arrête au niveau du chantier de la rue Connoy… Ce matin la rue fontaine est jonchée de débris de verre…

    0

    0
  10. hélène dit :

    Peu de commentaires à donner, la rue Connoy toujours jonchée de bouteilles, de débris de verres, encore rue Franklin un amas contre le mur de l’école de déchets, à quand une entente
    sérieuse et efficace entre la Municipalité et Plaine co ??
    Comme soeur « Anne » rien en vue !

    0

    0
  11. hélène dit :

    Rencontre de mon voisin à 13 hres au pied de notre escalier, la conversation s’engage:
    D’origine marocaine, la mine triste, encore traumatisé de la mésaventure de son fils, me dit, » j’en ai assez de cette ville, (il rentrait du marché) ,la sécurité de nos enfants n’est pas assurée », outré de la bande d’alcoolos camés qui envahit le quartier et, me posant la question s’il y avait un Maire qui existait et si oui que fait-il ?
    Que répondre à une personne qui essait de se conformer à nos règles, notre civisme, enfin à notre république, qui « trime comme un malade la nuit » pour nourrir, éléver ses enfants correctement, protéger sa famille; la honte parfois nous envahit et, laisse sans voix.

    0

    0
  12. LEON dit :

    Allez, il faut que j’y retourne! Sauf si vous jugez que j’exagère et que c’est inutile, déplacé, et pas poli, auquel cas on mettra ça au panier.

    Je viens de lire les commentaires de mes compagnons de rue, de quartier et d’infortune, et de ma fenêtre je vois l’entassement qui grossit depuis ce matin dans la rue Fontaine -et qui persistera ce soir, tard dans la nuit (car la nuit sera douce et câline comme une « nuit de Chine », et les emmerdeurs dorment mieux le matin que la nuit).

    Oui, j’y retourne et je le répète plus fort : j’en ai marre et on en a marre!

    Il y a des moments où je me dis qu’on nous mène en bateau. C’est bien pour ça que j’ai cru bon d’écrire un billet d’humeur à ces deux respectables dignitaires que sont M. le Commissaire et M. l’Adjoint au Maire. On nous mène en bateau, et les statistiques me hérissent! On nous les balance sur la table des discussions comme un préalable, une sorte de kémia qui ouvrira l’appétit. On peut après ça avaler n’importe quoi, même les couleuvres.

    Monsieur le Préfet est assis là pour chanter peu à peu sa propre louange, avant même d’avoir vécu jusqu’au bout l’épopée homérique qu’il annonce, une sorte de « Guerre de Troie » qui n’aura sans doute pas lieu… comme a dit l’autre. Autour de Monsieur le Préfet, on fait chorus, car il faut un contre-chant satisfaisant qui gratte et regratte les élytres. Tous des cigales en somme! Normal, c’est l’été… Cela chatouille un moment les oreilles, c’est toujours ça de pris…

    Mais pendant que chantent les cigales, est-ce qu’elle bosse la fourmi ? Et elle bosse vraiment ? Et si elle bosse, c’est pour que ça change vraiment ? Ou juste pour justifier son rôle de fourmi -parce qu’il n’y a presque plus rien d’autre à faire, au stade où en sont les choses ?

    Oui, on en a marre et, quand j’y pense un peu sérieusement, je me dis même qu’il est trop tard et que l’avenir est tout tracé : il y aura deux populations, l’une devant être tenue à l’écart de l’autre.

    Et la mise à l’écart sera comme le tonneau des Danaïdes, toujours à remplir et toujours en train de se vider. Et la mise à l’écart, ce sera juste pousser un peu plus loin les indésirables, vers le quartier voisin, vers la commune voisine, vers « Le Voisin »! Et on mettra autour de cet exploit une guirlande de statistiques heureuses ?

    En vérité, dans cette affaire, mes bons amis, on est proche du délire. Je ne dis pas qu’on y est. Non. Je dis qu’on en est proche…
    Et pendant ce temps, Y EN A MARRE !

    0

    0
  13. Kelen dit :

    Je viens de vous lire tous et vous ne savez pas à quel point je suis indignée et je compatis et souffre de cette situation avec vous et depuis des années.

    Je ne comprends pas comment il est possible que devant nos yeux, sous nos fenêtres (l’été on ne peut même pas les ouvrir si on veut dormir, si on veut ne pas avoir à se vivre emprisonné en écoutant les cris, les bagarres des dealers assis sur leurs motos en attendant le client, et ce pendant des heures…aux yeux de tout le monde et de la police même que je vois passer sans s’arrêter…question de dire qu’ils sont là sans prendre des risques…les risques c’est pour les autres.

    Et le pire, les dealers se promènent, se déplacent, rigolent, rien ne leur fait peur et nous attendons le drame… nous vivons dans la saleté des bouteilles cassées dans les bagarres ou par le simple plaisir de les laisser là, par terre, nous vivons dans les odeurs d’urine de tous ces hommes (et femmes) qui ont choisi pour toilettes les coins de rue, les immeubles de la rue fontaine et république…et les autres comme j’ai pu le lire…à deux pas de la mairie, du commissariat de police…monsieur le maire ou le prefet pourraient venir visiter… ce n’est pas loin de chez eux en journée…le soir et la nuit nous ne rêvons pas!!!

    Nous avons marre de la laideur, de la saleté, de l’impunité, de la complaisance, du manque de reconnaissance de ce que nous vivons…nous avons marre des réponses toutes faites: « vous êtes dans le 93 madame, monsieur…vous ne pouvez pas vous attendre à mieux…et encore..il y a pire que dans votre rue… »
    Un jour cela va mal finir…et tout le monde aura été averti.

    0

    0
  14. Sam dit :

    Des fumeurs de crack sont de plus en plus nombreux et les dealers sont à le rue A. Delaune, Ernest Renan et autour de l’Église…comme disait Léon on a le sentiment de vivre le retour d’une « mauvaise vague ». C’est décourageant !

    0

    0
  15. goldo dit :

    Et bien je vois que le ras le bol se généralise. Ce soir, rue du Port : avec les consommateurs, toxicos et vendeurs de schitt qui trainent au café « le bon pavé » un barbecue a été organisé. Les fumées nous envahissent. Ce barbecue est fait avec du matériel de récupération et celà peut être dangereux.
    Cette rue en travaux n’est plus une rue ni un chantier car elle est devenue l’endroit de toutes les illégalités. De plus depuis hier des Roms ont squatté un bâtiment et maintenant il sera trop tard pour les déloger, car ils sont arrivés avec des enfants.
    Je crois que l’on a le droit d’en avoir marre et de désespérer. J’ai vraiment l’impression de revivre ce que l’on a déjà vécu les étés derniers. Mais quand cela va t-il s’arreter ? Nous ne sommes qu’en début d’été. Moi je dis vivement l’automne. Au moins on peut fermer les fenêtres sans risquer d’étouffer.
    Monsieur le Maire faut-il aller vous chercher pour vous faire comprendre que nous sommes vos Administrés et que vous devriez agir avec nous ?

    0

    0
  16. Thierryb dit :

    Je vous lis tous depuis Lille oú je travaille en ce moment. Il y a ici aussi des quartiers pauvres, mais on sent la volonté politique de redonner espoir et dignité. On sent que les gens veulent vivre ensemble. C’est ce que me disent ceux d’ici. Est-ce que chez nous c’est trop tard ? Léon semble le croire un moment . C’est vrai aussi que la laideur, qui semble être un détail, est en fait un des élément essentiel de notre dégout : cette violence symbolique qu’on te jette à la gueule en laissant pourrir la situation: t’as voulu vivre parmi eux, parmi nous, alors accepte tout. Jusqu’à la lie.
    Moi. Je ne veux plus trop.

    0

    0
  17. Jason et les argonautes !! dit :

    « ils pensent probablement que vous faites partie des nantis, que les vraies victimes sont vos agresseurs » Cette remarque de ThierryB est extrèmement intéressante et definit parfaitement l’idéologie de notre municipalité.

    Pour répondre à LEON, la guerre de Troie aura lieu c’est inévitable, seule l’échéance reste à définir, car comme dit Kelen : « Un jour cela va mal finir…et tout le monde aura été averti. »

    0

    0
  18. Lamitad dit :

    Je sais que je suis novice, mais pourquoi ne pas organiser une « visite » en nombre au commissariat une fois par semaine? Voir 2 ou 3, en se répartissant les jours? Je pense que nous sommes bcp à habiter dans le coin, et nous devons agir ensemble.

    Qu’en pensez vous ?

    0

    0
  19. noelle23 dit :

    je viens de lire tous vos commentaires et je suis attristée de voir que le situation de ne s’arrange pas…il est inacceptable que des habitants aient à subir toutes ces nuisances !! la qualité de vie dans certains quartiers de saint-denis est catastrophique et est le résultat du laisser-aller général depuis de nombreuses années !! j’ai vécu à saint-denis il y a quelques temps, je vis aujourd’hui dans une commune voisine où la gestion municipale est REACTIVE face aux différentes nuisances…Saint-denis paye son laisser-faire !!! les responsables politiques sont RESPONSABLES de cette situation même s’il est vrai que le manque de civisme de la population est un gros boulet à trâiner !! alors, il faut que les élus de cette ville proposent : plus de mixité sociale dans les futures constructions et qu’ils mettent plus d’argent et / ou de financement et contrôle sur le nettoyage de la voirie…en autres !! maintenant, la situation est telle que je leur conseille/demande de convoquer des ‘états généraux’ sur le civisme et la proprété avec des ACTIONS ,messieurs,!! pas que des bla-bla…en espérant que le fléau du deal sera aussi traité dans la foulée…

    0

    0
  20. sam dit :

    lamitad a raison, il faut réagir.
    @Tous ceux qui trouvent la situation du secteur « rues Fontaine, E. Connoy, Courte,.. » inacceptable :
    Rdv demain soir (mercredi 7 juillet) à 19H00 devant le 1 rue Fontaine. On décidera ensemble ce qu’il convient de faire.

    PS : Et dire que je voulais souffler cet été…

    0

    0
  21. Stéphanie dit :

    Je serai là
    On pourra aussi en profiter pour signaler que dans le secteur gare, cela est loin d’être fini …

    0

    0
  22. édith dit :

    Pour votre information, Françoise B. et les autres.
    En allant chercher mon pain tout à l’heure, discussion informelle avec deux gentils policiers, voiture de police garée au croisement Ursulines-Catulienne : « Comment ça va ici ? vous vous sentez en sécurité ? ah, la rue Connoy, oui, on s’en occupe, on y passe la journée (?!) mais que voulez-vous, le soir, on ne peut pas être partout, on ne travaille que jusqu’à 20h30… » Très affables, très aimables, discussion de bout de trottoir, genre café du commerce, St Denis, ville très agréable à vivre n’était ce sentiment de devoir se méfier en permanence, mais voilà, « c’est St denis », toujours ce retour à la tautologie, un petit tour et puis s’en vont.
    Remarquez qu’à côté des enveloppes kraft demi-format de Bettencourt, ça fait petit joueur la délinquance et les trafics ici !!
    J’essaierai d’être avec vous demain soir.

    0

    0
  23. goldo dit :

    je suis d’accord, malheureusement demain soir est le seul jour de la semaine où je ne suis pas là. Si celà a lieu confirmez je me ferai représenter par d’autres voisins actifs.
    Ceci j’ai reçu un courrier m’invitant au commissariat de la Plaine pour renseignements. C’était au sujet d’un courrier que j’avais fait au Procureur de la République concernant les nuissanses et tapage que nous vivions au quotidien, j’ai donc déposé plainte ce midi.

    Moralité lorsqu’on nous dit qu’il faut faire une main courante, rien ne nous empêche de faire copie de celle-ci en demandant à déposer plainte.

    0

    0
  24. Sam dit :

    Concernant le secteur E. Connoy/Courte, à la démarche quartier du 8 juin dernier j’ai demandé à l’adjoint au maire S. Peu si le maire pouvait saisir le Procureur de la République et déposer plainte…afin d’éviter d’exposer des habitants. Il n’y a pas eu la moindre réaction…je présume que cela ne dépend pas de lui mais en a-t-il parlé à Mr Paillard ?

    Que chacun fasse son boulot à la fin. On ne va pas continuer à palier au travail des élus et celui de la police, il y en a marre à la fin …on aimerait bien nous concentrer sur nos boulots et vies privées de temps à autre !!!

    0

    0
  25. sophie dit :

    Je serai avec vous demain soir rue Fontaine…pour nos élus apparemment la priorité n’est pas la sécurité de leurs concitoyens, Paillard et Braouezec s’envolent pour l’Afrique du sud histoire de signer une convention pour le développement des 2 territoires et voir en direct le match Pays Bas/Uruguay !! Elle est pas belle la vie !

    0

    0
  26. Dubitative dit :

    D’accord pour demain soir, d’après ce que rapporte Edith j’hallucine, « on s’occupe de connoy ». Le chantier de démolition (qui va devenir un super square) est l’endroit où l’on peut déféquer en toute tranquillité, après tout voir une paire de fesses peut intéresser quelques amateurs de sensations perverses ! Bizarre depuis deux jours on ne voit plus la bande, elle s’est retranchée rue Fontaine avec, son petit nouveau, au crane rasé en marcel blanc immaculé et son bolide de moto. Il semblerait qu’elle vienne après 22 hres sans doute pour se changer un peu les idées; ce qui s’appelle tourner en rond, sans doute pas pour une partie de marelle.

    Sam, faut pas rèver notre Maire ne prendre jamais de telle décision, trop timide !

    0

    0
  27. Thierryb dit :

    Pour mercredi soir faites gaffe quand même aux provocs … Quant au voyage des deux élus en Afrique j’y crois pas…à part la com par millions et ce genre de trucs, se foutent de nous!

    0

    0
  28. citoyen93 dit :

    Paillard et Braouzec en Afrique !
    C’est une mauvaise blague ou quoi ?
    Il y a mieux à faire que de jouer les madonnes des aéroports avec nos impôts locaux qui ne cessent d’augmenter.

    0

    0
  29. TulipeP dit :

    Bonjour tout le monde,
    Etant occupée ces derniers temps, je serai là ce soir.
    Effectivement, pas mal de personnes constatent que Saint-Denis se dégrade de plus en plus, et les demeurants veulent quitter la ville pour des raisons d’insécurités et autres…
    J’ai promis que nous mettons tout en oeuvre pour faire avancer les choses, mais hélas nous dépendons des pouvoirs publics. Et souvent les personnes ne comprennent pas, face à l’urgence, drogue squat.
    A ce soir

    0

    0
  30. Sam dit :

    Que font ces « personnes qui ne comprennent pas » ? Est-ce qu’elles signent les pétitions ? Est-ce qu’elles descendent dans la rue ? Est-ce qu’elles saisissent les pouvoirs publics ?

    Pour le moment dans ce secteur, il est regrettable qu’il n’y ait pas plus de riverains qui se mobilisent…le nombre et le bruit sont nos seuls moyens.

    Alors j’espère que ces  « personnes qui ne comprennent pas » seront aux côtés de Léon et FrançoiseB ce soir pour manifester leur soutien et aller en nombre au commissariat…sinon il vaut mieux qu’elles continuent à ne pas comprendre et cessent de décourager ceux et celles qui ont encore la rage de se battre.

    Nous n’avons aucune idée de ce qu’on peut faire de plus pour que tout ça s’arrête mais nous nous creusons les neurones même quand nous avons d’autres chats à fouetter (boulot et famille)…alors ce genre de discours, pardonnez-moi, commence à nous gonfler sérieusement.

    Suis en colère et ça va mieux en le disant…

    0

    0
  31. TulipeP dit :

    @Sam,
    Ce soir je viens.
    T’as raison, les dites personnes ne signent pas, font que de rassasser dans leur coin, moi aussi par moment j’en ai ras le bol, c’est pour cela que ce soir je viens, pour soutenir nos amis, je veux que cette rue soit aussi plaisante comme je l’ai connue il y a 43 ans.

    Sam, tu peux compter sur ma présence et aller jusqu’au bout, je comprends moi parfaitement ta colère, tu te dépenses comme pas possible. Je viens car je ne veux plus vivre dans cette insécurité. En plus, avec la démolition de l’ancienne cuisine je m’inquiète, il y a des roms qui viennent en repérage.

    E plus c’est dites personnes ne se rendent pas compte du travail que nous mettons en place pour éradiquer tout cela. Je ne supporte pas. Quand cette personne m’a dit cela, je suis restée zen, dur de discuter dehors, cela c’est passé hier matin.

    Je te dis à ce soir. Toi aussi tu as des obligations, il n’y a pas de raison que je ne vienne pas…
    Dans la vie faut savoir ce que l’on veut, nous rue Emile Connoy et Courte nous voulons une rue paisible mais je ne suis pas égoïste je pense aussi aux autres quartiers. Hier j’ai pu constater effectivement que le fameux camp de roms était bien démoli, mais qui va encore payer la facture ?

    Je te dis donc à ce soir !

    0

    0
  32. hélène dit :

    Certes il est regrettable que certains riverains ne nous accompagnent pas. Cela ne veut pas dire qu’ils ne sont pas conscients du problème mais voilà, la peur de l’engagement, la peur de se faire voir, le repli sur soi, et ceux qui se rendent aveugles pour les mêmes raisons,
    ceux dont on a rabattu les oreilles « ils ne sont pas méchants » cela est bien connu.
    Dans mon immeuble lorsque nous nous sommes battus contre l’envahissement de dealers et autres, nous n’avons été que très peu à mener le combat. Il nous a fallut beaucoup de pugnacité, d’entêtement, de beaucoup d’énergie et, lorsque nous avons obtenu ce que nous voulions, des critiques ont été formulées par certains, critiques vite balayées par le retour à la tranquillité ; ceci est la dure loi de certaines batailles.
    C’est plus que choquant ces voyages en Afrique, à en demander le remboursement des frais engagés, en cette période de crise économique aiguë que nous vivons.

    0

    0
  33. bwfamily dit :

    Bonsoir à tous,

    Je viens de decouvrir ce site avec bcp de retard. Je n’habite pas rue Connoy, Fontaine etc mais rue Catulienne. J’ai ammenagé en octobre 2009 après 5 ans plutôt tranquilles rue de la Boulangerie. Quel changement – pleins de regrets pour l’instant. Nous ne subissons pas ces bandes de dealers, mais le va et vient permanent du squat du 19 rue catulienne qui semble avoir repris ses activités de crack house et qui se transforme en boite de nuit sauvage les vendredis et samedis soir. Je vous laisse imaginer les sorties matinales de ces « fêtards »…

    On essaie de rassembler du monde dans la rue pour agir ensemble, mais c’est dur.

    Que peut-on faire pour que les pouvoirs publics se réveillent et arrêtent de laisser la place aux délinquants ? Est-ce qu’on serait plus fort en se réunissant ou faut-il se concentrer sur les petits secteurs bien précis ?

    Merci pour les conseils, on se sent très isolé dans ce combat et cette frustration

    0

    0
  34. sanscriergare dit :

    @bwfamily

    Il faut faire bloc et faire du bruit…ce sont les seuls moyens qui s’offrent à nous habitants pour faire bouger les pouvoirs publics.

    Concernant la crack house, ça a été signalé aux forces de l’ordre le 25 juin dernier lors de la réunion avec le préfet. Nous avons été alerté par des adhérents qui sont vos voisins rue Catulienne.

    Pour échanger et vous tenir au courant de nos prochaines actions (dont certaines sont imminentes) contactez-nous par mail : sanscriergare.saintdenis@gmail.com

    0

    0
  35. KLENEX dit :

    @sophie
    JALOUSIE PAS BONNE CONSEILLERE LA DIRECTION DU STADE DE FRANCE A LE DROIT D’INVITER QUI ELLE VEUT MEME MR SALVATOR MAIRE D’AUBERVILLIERS ETAIT DU LOT ET ALORS ?

    0

    0
  36. Lilia dit :

    A tous ceux qui comme moi désespèrent de la situation et de l’immobilisme des pouvoirs public :

    Ce soir en rentrant vers 22H, j’ai pu voir une dizaine de cars de CRS sur la place du marché, livrés avec les bonhommes en tenue de combat. J’en ai été tellement interloquée que j’en ai oublié d’aller leur demander pourquoi ils sont là!!!!
    Etaient ils là pour un exercice? Pour faire une démonstration de force? Pour rappeler que les forces de l’ordre existent? Aucune idée, par contre, vu le temps qu’ils ont pris à sortir des camions, discuter, mater les nanas qui passsaient par là, s’arnacher de leur tenue de combat, il est clair qu’avant même qu’ils aient mis un pied hors de la place, le dernier petit dealer au fin fond de Saint Denis avait déjà remballé son matos…
    Je suis vraiment dubitative…

    0

    0
  37. goldo dit :

    mais oui c’est seulement en se regroupant qu’on y arrivera et aussi en faisant du bruit,je le redis cessons d’être gentils. Le Maire se pose t-il des questions quand il part en Afrique en laissant sa ville et ses habitants dans la merde.

    Rue Du Port, nous avons le barbecue du café le « Bon Pave » et les roms sont bien installés. Ce soir je suis rentrée à 23h a pieds et suis passée devant le squat. Il y avait voitures et musique a fond. Qui dit qu’il n’y a pas de mixité sociale dans cette ville ? Alcoolos,toxicos,squatteurs,habitants tous habitent et vivent dans la même rue le soir…
    Quant a la participation des gens il faut savoir qu’il ya toujours une partie de la population qui se laisse porter par les autres et souvent ce sont ceux qui râlent le plus.

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *