LeParisien – « Didier Paillart : « Ils sont nos yeux et nos oreilles » »

Vous aimerez aussi...

11 réponses

  1. Sam dit :

    Sinon beh je suis entrain de vous lire après une bonne coupure (vacances) … c plus fort que moi 😉

    En tout cas le blog est bien alimenté en commentaires. Merci pour la qualité des débats 🙂

    Biz de casa où l’insécurité est également un gros problème…

    0

    0
  2. habitant dit :

    Profite bien de tes vacances Sam! 🙂

    0

    0
  3. montjoie dit :

    « Biz de casa où l’insécurité est également un gros problème… »
    Sam

    @Sam
    C’est partout pareil, rires.

    0

    0
  4. Sam dit :

    @montjoie

    A casablanca, l’insécurité existe  mais pas de déni et pas de médiateurs de nuit…et pas d’euphémisme pour minimaliser cette réalité (du genre « tranquillité publique ») 😉

    Est-ce que c’est partout pareil ? Non, St Denis fait penser au film « Y a-t-il un pilote dans l’avion ? ».

    Bref, la volonté politique est essentielle…

    0

    0
  5. Azzedine dit :

    Bonjour à tous.

    Un brin d’humour… « Ce sont nos yeux et nos oreilles… » dixit M. PAILLARD.
    Ajouter leur des bras et des jambes pour agir, ca serait encore mieux…

    Ce qui me fait halluciner… C’est l’autosatisafaction.
    Ils sont juges et partis, comment peuvent ils avoir un jugement partial et honnête.
    Les médiateurs ne servent strictement à rien. Aucune plus value, ils devraient plutôt migrés vers la police municipale qui devrait agir jusqu’à 1h du matin.
    La c’est utile.

    0

    0
  6. Lolo dit :

    Ca ressemble bien à ce qui se passe à Marseille pourtant dirigée par la droite:

    http://www.lefigaro.fr/politique/20

    J’attends son bilan de l’action de Partenaires pour la Ville: Je ne suis pas sûr que faire déambuler des jeunes avec les écouteurs aux oreilles soit leur inculquer la valeur Travail !!!

    0

    0
  7. Sam dit :

    Quant aux « grands frères », il me semble que ce n’était pas une réussite…

    0

    0
  8. citoyen93 dit :

    La dégradation nette et visible de l’insécurité sur la ville de Saint Denis est incontestable.
    Personne ne me dira le contraire.
    Faire venir plus de policiers nationaux ou augmenter les effectifs de la police municipale constitue un élément de réponse et je ne suis pas contre l’emploi de médiateurs, si cela peut apaiser les tensions.
    Un autre élément de réponse qui est souvent absent des débats, et je le déplore, c’est la mise en place de dispositifs d’insertion professionnelle.
    Tout comme dans les quartiers nord de Marseille, le taux de chômage dans les cités de Saint Denis bat des records. L’absence de perspective professionnelle sape le travail du personnel enseignant, détruit un peu plus chaque jours le peu de liant social qui subsistait encore.
    Les élus de Saint Denis ont visiblement baissé les bras depuis des années (comme à Marseille qui est gérée par la droite).
    Vous pouvez mettre tous les flics de la terre derrière chaque habitant de cette ville, cela ne servira à rien si dans le même temps on ne se mobilise pas sur la question de l’insertion et de l’économie.

    0

    0
  9. biquette0093 dit :

    A quand le retrait de la pissotière rue Fontaine ? Ça pue !!!! Voilà à quoi servent nos impôts locaux

    A quand le retrait des vendeurs de maïs sur le parvis de la gare (une quinzaine lundi soir) postés devant le commissariat de la gare en toute impunité;

    A quand le retrait des vendeurs a la sauvette rue de la république (12 Samedi)

    Heureusement, en 2014, retrait de cette équipe municipale.

    0

    0
  10. goldo dit :

    les vendeurs a la sauvette rue de la république,sur le parvis ce n’est rien a côté de ceux qui se trouvent rue Charles Michels a la hauteur du foyer Sonacotra. Installés là en toute impunité avec de vrais barbecu.
    Que faire sinon s’installer comme eux et les mimer. L’an passé on l’a fait,on le refera. Le roblème est d’arriver a être plusieurs ensembles et s’organiser. Goldo

    0

    0
  11. électeur-dionysien dit :

    citoyen93 écrit : « Vous pouvez mettre tous les flics de la terre derrière chaque habitant de cette ville, cela ne servira à rien si dans le même temps on ne se mobilise pas sur la question de l’insertion et de l’économie. »

    C’est faux. La tolérance zéro produit de la tranquillité publique.

    Être sans emploi et être pauvre ne justifie pas tout, et n’excuse pas tout. Si des centaines de dionysiens vendent du cannabis et utilisent la violence, ils n’ont aucunes excuses et la société n’est pas responsable. Laisser les dealers dionysiens transformer notre ville en supermarché de la drogue, et les laisser instaurer un climat de violence, c’est rendre notre ville permissive.

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *