LeParisien – « Et si les usagers de la ligne 13 disposaient d’une station de plus ? »

Vous aimerez aussi...

23 réponses

  1. suger dit :

    Ce projet en l’état actuel de saturation de la ligne 13 est totalement dément. Comment peut-on imaginer que l’on ajoute une station alors que, dès la station Basilique, en allant vers Paris, les rames sont déjà surchargées et qu’ils est difficile de trouver encore une place, debout évidemment, à Porte de Paris. Le terminus du Tram Y va certainement aggraver cette situation d’ailleurs. Et dans l’autre sens, en venant de Paris, c’est pire encore. A l’horizon « 2024-2030 », le plus urgent est de consacrer tous les financements disponibles pour alléger la fréquentation de la ligne 13, le plus efficace à moyen terme étant de prolonger la ligne 4 de la Porte de Clignancourt à la gare de Saint-Denis en passant par Pleyel.
    Puisqu’on aborde la question des transports publics et en tant qu’utilisateur de la Gare SNCF, j’espère que les nouveaux élus seront plus efficaces que les sortants pour obtenir de la SNCF un aménagement digne de ce nom de cette gare (60 000 usagers par jour, la plus fréquentée des gares de banlieue) : sens de sortie et d’accès au quai par les couloirs souterrains clairement distingués (on frôle les incidents à chaque passage du RER), élargissements de ces couloirs ou création de nouveaux couloirs (pour éviter les bousculades), mise en service d’escaliers mécaniques. Et pour parler clair, la nouvelle municipalité pourrait faire comprendre à la SNCF que les banlieusards du nord de Paris ne sont pas du bétail et ont droit à un minimum de respect !

    0

    0
  2. Marion dit :

    Rajouter une station sur la ligne 13, sursaturée, est le comble de l’absurdité. Il y a que nos élus actuels pour proposer une telle hérésie… Tout le contraire de ce qu’il faudrait faire. Mais ou vivent-ils ? Il faut croire qu’ils n’empruntent pas le métro pas plus d’ailleurs que le train à la gare de Saint-Denis. Cette gare est totalement sous dimensionnée, inadaptée, indigne et dangereuse pour les usagers. Avec de telles propositions ineptes, comment voulez-vous que nos édiles nous représentent correctement auprès du SITF, de la SNCF, et de la RATP ?

    0

    0
  3. salomon dit :

    Bien que le prolongement de la ligne 4 jusqu’à la gare de Saint Denis en passant par Pleyel figure au programme du candidat à la mairie Mathieu Hanotin je ne suis pas sûr qu’il ait conscience de l’urgence de tels travaux dans la mesure où aucune étude préalable n’a été faite par les autorités concernées (RATP, STIF) et que le conseil général du département ne les a pas sollicité à cet effet. C’est-à-dire qu’il faudra au moins dix ans pour qu’un tel projet voie le jour, puisse la Métropole du Grand Paris accélérer ce projet indispensable.

    0

    0
  4. tracteur rouge dit :

    @ Marion : avant de traiter nos élus d’incapables, il faut soi-même réfléchir un peu.
    La nouvelle gare n’est pas un projet isolé, elle s’intègre dans un ensemble de projets qui concourent à la décongestion de la ligne 13. Et pour le moment on en est à l’étude, à la réflexion, pas aux plans de construction !!
    Etudier, réfléchir, penser à l’avenir, c’est ça le travail des élus.
    Quant à la demande d’ouverture d’un débat public……. ça fait juste rire ! Bien évidemment que ce type de projet fera l’objet, s’il devient un tant soit peu substantiel, fait l’objet de multiples débats , présentations aux publics, bien avant l’enquête publique finale. Et ce ne serait ni la première ni la dernière que connaitrait notre ville, bien heureusement.

    0

    0
  5. BB dit :

    Vous êtes idiots, vous ne comprenez rien à rien. Laissez MOI vous expliquer ce qui est bon pour VOUS. Votez pour MOI.

    0

    0
  6. Sam dit :

    Je vote BB … 

    BB maire de St Denis, qui m’aime me suit 😀

    0

    0
  7. Azzedine dit :

    Bonjour.
    @tracteur rouge.
    Les élus sont parfois incapables, ca arrive. Même à Saint-Denis. Et quand je vois la situation de notre ville, je me demande s’il le font pas exprès.
    La ligne 13 avec le prolongement jusqu’a cité n’a fait que saturé la ligne déjà à bout.
    La RER B et D ne fonctionnaientt pas bien, on rajoute 30000 usagers quotidien.
    On est les uns sur les autres dans cette ville… On annonce 1500 logements supplémentaire.
    Etes vous sur que nos élus refléchissent..?? Ils le font mais sur le dos des habitants.
    Ils ne prennent pas les transports et ne vivent pas comme nous, alors comment pouvez vous pensez qu’ils agissent pour le bien être des habitants?
    Relisez le contrats de developpement du territoire signé avec l’état, c’est une honte d’avoir signé un tel document.
    Bizarrement, M. BRAOUEZEC et M. PAILLARD n’ont rien dit de cet accord avec un gouvernement qu’ils n’arretent pas de pourfendre.
    4 000 logements de plus sur le territoire de plaine commune sans les in.

    Les élus ne mettent pas les mains dans le cambouis. Tant que cet état de fait resteras, ils prendront de mauvaises décisions, et à Saint-Denis, on en a le parfait exemple.
    Je cite M. PAILLARD « Même avec le prolongement de la 14 jusqu’à Pleyel, la ligne 13 restera chargée »
    Mais on souhaite quand même une nouvelle station avec plus de monde…
    Et ça ose dire, reflechir…. A d’autres s’il vous plait.

    0

    0
  8. suger dit :

    Une bonne piqûre de rappel, ce « tracteur rouge »: toujours la même attitude de donneur de leçons, toujours la même suffisance, toujours le même mépris à l’egard des simples dionysiens, ceux qui ne font pas partie du clan au pouvoir depuis 80 ans.
    Ils n’ont rien appris, ils n’ont tiré aucune leçon de leur passé : ils « savent » ce qui est bon pour nous, ils « s’occupent de nous », ils auront la bonté de nous consulter mais ils décideront pour nous car eux seuls ont toujours raison.
    Il n’y a rien à espèrer d’eux, ils ne changeront jamais… Notre seul espoir est qu’ils s’en aillent.

    0

    0
  9. martine dit :

    Suger,
    Nos élus ont la science infuse, vous ne pouvez pas comprendre.
    Heureusement qu’ils sont là pour veiller sur nous, grâce a eux, la ville est propre, pas de délinquance, tout va bien. RAS, rien à signaler.
    Nous sommes dans le mépris total.
    Je suis de gauche, mais j’aimerais tant que la droite gagne pour redresser cette ville.
    Ils sont a un stade, où ils sont incapable de se remettre en question et c’est nous qui subissons.

    0

    0
  10. Yam dit :

    @martine
    Tout à fait d’accord avec vous, en plus ils se représentent pour comme ils disent « pour écrire une nouvelle page pour St Denis » avec les mêmes incapables. J’avoue avoir très peur de l’échéance des municipales et s’ils repassaient, quel cauchemar.

    0

    0
  11. Marion dit :

    @ tracteur rouge
    Votre arrogance et votre mépris sont à la hauteur de l’exaspération des dionysiens à l’égard de l’équipe municipale actuelle. Surtout ne changez rien jusqu’à l’échéance qui se rapproche et continuez d’insulter et de menacer le peuple de Saint-Denis sur les blogs et sur le terrain. N’oubliez pas non plus d’accentuer la pression sur ceux qui gravitent autour de votre clan. Ces derniers clament haut et fort : « on vote Paillard » …. Dans le secret de l’isoloir, à l’abri de votre regard et de votre vindicte, ils voteront pour qui ils veulent.
    Puisque nous devons nous en remettre à des élus qui, dans leur toute puissance, pensent pour nous à notre place et pour notre bien, persistez dans l’absurdité et le sectarisme idéologique qui enfoncent si bien la ville et ses habitants.
    Au-delà des propositions néfastes du type : station de métro supplémentaire entre Pleyel et Porte de Paris avec des travaux qui paralyseraient la desserte de Saint-Denis pendant leur longue durée, vous et vos acolytes proposerez-vous à temps, et pour le bien commun, un programme clair, précis et cohérent ?

    0

    0
  12. tracteur rouge dit :

    Hanotin propose un téléphérique pour St-Denis.
    Mais ça c’est du projet sérieux d’un élu qui s’y connait
    mdr

    0

    0
  13. ddavid dit :

    @tracteur rouge: Un certain P.Braouezec soutient aussi ce projet.
    Lien:
    http://www.leparisien.fr/societe/de

    0

    0
  14. BB dit :

    Des villes comme Villeneuve-Saint-Georges ou Boulogne-Billancourt réfléchissent également à leurs projets de téléphérique. Ca peut avoir du sens là où l’emprise au sol est trop contraignante. C’est le cas de l’avenue Wilson avec l’A1 et les échangeurs des deux portes (de Paris et de la Chapelle). Sinon, il y a la solution du monorail, comme à Wuppertal : http://fr.wikipedia.org/wiki/Wupper

    0

    0
  15. Anthony C dit :

    Ce projet de ligne téléphérique entre Paris et Saint-Denis est vieux comme tout. 90 ans en fait.
    Voir ce lien:

    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7176586

    Il ne s’est jamais fait et ne se fera jamais.

    0

    0
  16. Sam dit :

    😀

    Merci Anthony C pour ces infos, je partage ton avis. C’est une proposition « sexy » qui a surtout le mérite de capter l’attention des médias et de faire réagir les électeurs, cela fait penser à la flèche de la Basilique 😉

    Il serait intéressant de capitaliser sur l’infrastructure existante et pousser pour la prolongation du T8 au-delà de Porte de Paris pour relier le Nord au Sud de notre ville. Cela faisait partie des objectifs de cette nouvelle ligne de Tram me semble-t-il. Quant-au côté « touristique » de la chose, Mouais…

    0

    0
  17. Marion dit :

    POUR INFO A TOUS au sujet d’un éventuel téléphérique urbain dans le val de marne :

    Il est question prochainement d’un téléphérique urbain nommé téléval entre Créteil et Villeneuve Saint Georges. Je viens de trouver l’info sur le site du CG94. En septembre dernier, le STIF a validé ce projet.
    Une vidéo est disponible sur le site du CG 94 pour expliquer les modalités et expliciter les avantages de ce mode inédit de transport urbain. J’arrive pour l’instant à vous transmettre le commentaire mais pas la vidéo. Avis à qq1 de plus doué que moi pour ce faire !

    Présentation vidéo du projet

    Le Téléval a été validé par le Syndicat des Transports d’Île-de-France jeudi 26 septembre. Ce téléphérique devrait voir le jour en 2018 et reliera Villeneuve-Saint-Georges, Valenton, Limeil-Brévannes et Créteil.

    Les communes de Villeneuve-Saint-Georges, Valenton et Limeil-Brévannes connaissent un développement exceptionnel. D’ici à 2014, elles accueilleront plus de 10 000 nouveaux habitants et près de 2 000 emplois supplémentaires. Aujourd’hui, elles pâtissent d’une saturation routière qui affecte le réseau de bus et engendre d’importantes nuisances environnementales. Devant ce constat, le Conseil général du Val-de-Marne et le Syndicat des Transports d’Ile-de-France ont réalisées – depuis 2008 – plusieurs études afin de déterminer une solution de transport pertinente et efficace. Après plusieurs analyses comparatives, la solution de téléphérique urbain s’est imposée. Le Téléval était né !

    Des gains de temps au rendez-vous !

    Ce projet de téléphérique est une première en Île-de-France. La ligne sera longue de 4.4 kilomètres et desservira 4 stations. Une station sera en correspondance directe avec la ligne 8 du métro parisien ainsi qu’avec le bus 393, à Créteil – Pointe du Lac. Les quartiers de Saint-Martin à Limeil-Brévannes ou encore celui du Bois Matar à Villeneuve-Saint-Georges verront leur desserte considérablement améliorée. Grâce à une vitesse commerciale de 20 km/h, le Téléval réduira considérablement les temps de parcours entre ces communes. A titre d’exemple, moins de 15 minutes seront nécessaires pour aller directement du plateau villeneuvois à la station de métro Créteil – Pointe du Lac. Aujourd’hui, pour un tel trajet, il faut 40 minutes en bus et une correspondance.

    Une consultation en cours

    À ce jour, c’est l’un des modes de transport les plus surs et les moins polluants. Le Téléval fonctionnera exclusivement à l’énergie électrique. Un atout considérable sur ce territoire déjà marqué par les grandes infrastructures de transports aux nuisances environnementales conséquentes. Il sera Intégralement accessible aux personnes à mobilité réduite. Bien sûr, comme tout projet de transport, la qualité de son intégration dans l’environnement urbain sera un élément crucial dans la réussite du projet. Une attention toute particulière sera portée à l’intégration. Très prochainement, une consultation sera lancée auprès de la population. Les avis recueillis nourriront les études et réflexions en cours. Ce temps d’échanges permettra aussi de répondre à l’attente grandissante soulevée par ce projet novateur.

    Conseil général du Val-de-Marne

    Hôtel du Département – 21/29 avenue du Général de Gaulle – 94054 Créteil

    Tél : 39 94 – Fax : 01 43 99 71 08

    0

    0
  18. faber dit :

    Bonjour à tous. J’avais espéré qu’en s’approchant de l’échéance électorale, les débat aurait gagné en épaisseur, au profit des vrais intérêts des habitants. Hélas il me semble inévitable de constater que c’est plutôt l’inverse que se produit.
    J’avoue aussi avoir salué l’opposition de certains candidats à la ‘reconstruction’ de la flèche de la basilique comme un sursaut d’équilibre et de ‘sagesse’, mais alors cette histoire du téléphérique c’est proche de la boutade pure et simple!
    Comme certains l’ont fait remarquer, les deux intentions (flèche et téléphérique) se valent: des essais maladroits e destinés à réanimer l’attention de la galerie.
    Du point de vue de l’organisation, du paysage urbain, de la cohérence dans le plan des transport cette idée est simplement absurde. Je me permets de suggérer aux candidats (s’ils ont encore un minimum du sens de la réalité) des MESURES SIMPLES, REALISTES ET BIEN AUTREMENT NECESSAIRES que ces annonces-éclat. Essayons de dresser une liste qui fait consensus?
    Voilà pêle-mêle:
    -Demander l’équipement des stations de la 13 d’ascenseurs per permettre l’accès des personnes à mobilité réduite et aux bébés en poussette;
    -Placer les poubelles dans les squares et les parcs à proximité immédiate des bancs;
    -Réorganiser le flux des trains de la gare SNCF de manière à faire passer les trains long courrier vers les voies le plus périphériques et redonner accès au quai 1;
    -toujours sur la Gare, installer des ascenseurs et élargir les passages piétons;
    -Réparer les plots d’accès à la zone piétonne;
    On dira: ‘certaines de ces actions ne relèvent pas du pouvoir municipal’, eh bien c’est pareil pour la flèche et le téléphérique.
    PS. Je précise que je suis ingénieur, donc qu’on ne vienne pas me dire que je suis opposé au progrès!

    0

    0
  19. Marion dit :

    @ faber
    Je pense que tout le monde s’accordera sur vos mesures simples, réalistes, indispensables, et surtout prioritaires. Nous sommes donc bien d’accord ! Cependant …..
    Dans le blog des cadres du BTP, j’ai pu à votre intention saisir ce document intitulé :
    le téléphérique urbain a t’il un avenir en France ? Amis ingénieurs , il va peut-être falloir se mettre au téléphérique !
    Il est daté du mercredi 16 octobre 2013

    Le téléphérique urbain a-t-il un avenir en France?
    Amis ingénieurs, il va peut-être falloir se mettre au téléphérique ! A en croire tous les projets présentés, ou les rumeurs véhiculées, la France sera demain un pays ou les cabines aériennes égayeront le paysage urbain.

    Et c’est de Brest (oui, encore chez nous) que le vent du changement pourrait souffler. La bourrasque est prévue pour 2015 : un téléphérique enjambera alors la Penfeld, rivière et territoire de la marine nationale, pour rallier du centre ville le plateau des Capucins, un nouveau quartier qui va sortir de terre.

    L’idée a du bon à Brest : le téléphérique, c’est apparemment moins cher qu’un nouveau pont (15 millions contre 30 à 60). Et celui-ci transportera tout de même 1300 personnes à l’heure sur 460 mètres.
    Et pour les vrais bourrasques qui décornent les vaches, surtout en Bretagne, s’inquiéteront les inquiets ? Qu’ils se rassurent, il paraît que l’on sait faire.
    Evidemment, vous pourrez toujours estimé que l’on en fait beaucoup avec ce projet urbain, alors que ce n’est pas du tout le premier en France.
    C’est vrai.
    Mais à part Grenoble et ses œufs montant à La Bastille, la mayonnaise n’a toujours pas pris en France. Malgré le Grenelle de l’Environnement.
    De nombreux projets ont été lancés mais ils n’ont rien de téléféériques comme le rappelle un bloggeur du Monde :

    « A Givors (Rhône), un projet reliant un plateau à la gare semble abandonné. A Grasse (Alpes-Maritimes), les œufs ont laissé la place à un funiculaire, encore en projet. A Crolles (Isère), les cabines qui devaient traverser la rivière ont semblé « moins intéressantes qu’un simple pont. A Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), la ville a cédé aux associations de riverains, inquiets que l’on puisse survoler leurs habitations ».
    Malgré tout, les annonces désormais se multiplient, suivant l’exemple de villes étrangères qui de longue date ont choisi ce mode de transport (Ci dessous un exemple russe. Le téléphérique relie les villes de Nijni Vologorod et de Blor et passe au dessus de la Volga)
    Ainsi, aujourd’hui, l’idée intéresse-t-elle l’Ile de France, Toulouse, Aix en Provence, Marseille, Grenoble ou encore Orléans.

    A Toulouse, le téléphérique urbain, appelé Aérotram, doit être mis en service mi-2017. Sur 2,6 kilomètres, il pourra transporter 3.000 passagers à l’heure pour un investissement de 45 millions d’euros. Il permettra de franchir la Garonne.
    Le Syndicat des transports d’Ile-de-France (Stif) a lui donné son feu vert le 26 septembre à la construction du Téléval, qui reliera Créteil à Villeneuve-Saint-Georges à partir de 2018. On évoque déjà une autre liaison entre Bagnolet et Montreuil en Seine-Saint-Denis.
    Les oppositions promettent évidemment d’être nombreuses. Nous sommes en France après tout et on ne fera pas d’omelette aérienne sans casser les œufs.
    Mais si l’on considère l’un des arguments des opposants (la nécessité de passer d’un mode à l’autre, voiture puis câble puis tramway) alors nous avons peut-être la solution.
    Enfin, quand on dit « nous », on songe davantage à Eiffage.
    Souvenez-vous, on en parlait il y a 6 mois lorsqu’ Eiffage présentait les résultats de son étude sur la ville de demain. Parmi les concepts développés, et déposés, se trouvait le Modulair.
    Auto-citons-nous : « Il s’agit d’un mode de transport hybride. Le Modul’air se déplace sur une ligne de transport urbain par câble puis, arrivé en bout de ligne, il se connecte au réseau de tramway où il va circuler en transportant passagers, marchandises ou même des déchets. Nous, on l’aurait bien baptisé « téléféricochet® »
    Est-ce-que cela ne pourrait pas mettre tout le monde d’accord ? Si c’était le cas, amis ingénieurs, va falloir penser à déposer un CV chez Eiffage !
    Voici le futur téléphérique brestois en images de synthèse:

    La France n’est pas en avance sur la question téléphérique. Voici une liste européenne de téléphériques, fournie par un internaute qui suit le blog de lemonde.fr.
    Même les Prtugais font mieux que nous…
    « Si on va dans d’autres pays, on peut y voir que le transport par câble a beaucoup séduit. Pour vous donner une idée du résultat, quelques exemples parmis d’autres (uniquement en Europe) :

    Allemagne :
    – téléphérique débrayable 3S de Buga
    http://www.remontees-mecaniques.net

    Belgique :
    – téléphérique à va et viens des Vallées à Huy
    http://www.remontees-mecaniques.net

    Espagne :
    – télécabine de Montjuic à Barcelone
    http://www.remontees-mecaniques.net
    – funiculaire de Montjuic à Barcelone
    http://www.remontees-mecaniques.net
    – téléphérique à va et viens du Port (toujours Barcelone)
    http://www.remontees-mecaniques.net
    – télécabine à va et viens à Olesa de Montserrat (très intéressant car exemple type de transport par câble réalisé uniquement avec un but de transport urbain sans vocation touristique)
    http://www.remontees-mecaniques.net
    – télécabine d’Aramon à Saragosse
    http://www.remontees-mecaniques.net
    – téléphérique débrayable 2S à Madrid
    http://www.remontees-mecaniques.net

    Italie :
    – téléphérique débrayable 3S de Renon à Bolzano
    http://www.remontees-mecaniques.net
    – télécabine pulsé à Taormine

    Portugal :
    – télécabine de Guimaraes
    http://www.remontees-mecaniques.net
    – télécabine de Lisbonne
    http://www.remontees-mecaniques.net

    Royaume Uni :
    – télécabine pulsé de Heights of Abraham
    http://www.remontees-mecaniques.net

    Avouez faber qu’il ne s’agit pas là de simple « boutade » française ou européenne, et qu’une approche plus ouverte et approfondie s’impose !

    0

    0
  20. faber dit :

    @Marion
    Comme vous le dites, « une approche plus approfondie s’impose ». J’invite les lecteurs à parcourir les liens que vous indiquez. Ils y découvrirons que:
    -la plupart des funiculaires cités sont installées sur des territoires montagneux (8 sur 12), avec des dénivelés importants, ou traversent des étendue rurales non urbanisées (celle de Rosales);
    -la presque totalité des cas cités ont une fonction touristique (et d’autre part le téléphérique se développe historiquement pour cela);
    -des trois cités en milieu ‘totalement urbain’, celui du port de Barcelone est éminemment touristique- je laisse les lecteurs juger de l’impact visuel des pylônes;
    de même pour celui conçu pour survoler l’exposition de Lisbonne, qui s’étale sur un peu plus d’un kilomètre; enfin celui de Saragosse (toujours pour une expo, lui aussi ) est aujourd’hui hors exploitation (je cite depuis votre lien: « La télécabine est arrêtée depuis Février 2011 pour cause de déficit budgétaire, cela en raison de la possibilité de venir facilement au parc de l’eau à l’aide d’autres moyens de transport (bus, voiture). Elle est actuellement à l’abandon sur le site, en attente d’un éventuel déplacement vers une station de ski alpin »).
    -le cas que vous citez comme exception (Olesa) œuvre sur un dénivelé de 92m et a une capacité de transport de 180 (cent quatre-vingts) passagers par heure . À titre de comparaison, la ligne 13 du métro parisien transporte 17 000 (dix-sept milles) passagers par heure (127 millions de passagers par an, avec un service d’environ 21 heures par jour) et la ligne 14 environ 10000 passagers par heure.
    L’éventuel téléphérique de Bagnolet est aujourd’hui dimensionné pour un trafic de 100 p/h, et l’hypothèse haute à plein développement est de 500p/h.
    Même en tenant compte de l’étendu du parcours, on se rend compte rapidement de l’écart vertigineux d’une installation téléphérique par rapport à la charge de trafic exigée entre Paris et Saint Denis (voir à ce titre la surcharge de la ligne 13 du métro et les projets sur le prolongement de la 14)
    Un téléphérique comme celui dont on parle est comparable par fréquentation à celle d’un/deux Bus RATP (http://fr.wikipedia.org/wiki/T%C3%A…).
    Par contre en termes d’investissements, je vous laisse imaginer lequel coûte davantage (voir cas de Saragosse).
    Plus en général, le téléphérique (non ski) trouve sa raison d’être dans des contextes à accessibilité complexe (notamment fort dénivelé) et il s’affirme à une époque où le contact avec la nature et le paysage, le rôle du sport dans la vie des citoyens, le frontières urbain-suburbain étaient très différentes de celles d’aujourd’hui.

    Son développement en milieu urbain est typique des situations de croissance chaotique et non programmées de l’espace habité, d’absence de politiques rationnelles du territoire, de manque de tissage entre infrastructure et habitation. Il n’est pas un hasard que les cas existants se concentrent en Amérique Latine, en Espagne, en Algérie, où le téléphérique est le moyen pour ‘rattraper’ les liaison entre territoires dont le bâti s’est développé de façon rapide, brusque, souvent incohérente.
    Il faut espérer qu’on puisse raisonner sur nos territoires dans d’autres termes que ceux ci.
    Je laisse en dernier l’argument paysager. La Plaine a réussi à resurgir d’un passé urbain et paysager très ‘dur’, partagée comme elle l’a été longtemps entre industrialisation à tout va et crise de l’industrie (en passant de la forêt de cheminées aux friches abandonnées).
    Je ne sais rien du tracé imaginé (le plus bref serait le long de l’avenue Wilson): mais repousser en arrière ce territoire, en en sacrifiant l’espace de vie et de vue par des nouvelles infrastructures à fort impact serait à mon sens revenir en arrière (les riverains de l’avenue Wilson apprécieront!). L’histoire de ces lieux (A1 et A86) nous apprend qu’il faut penser la présence des infrastructures en allégeant plutôt qu’en alourdissant.
    Bref, excusez moi de la longueur, mais le sujet est vraiment intéressant et mérite de l’analyse derrière les effets d’annonce.
    Merci à Marion pour en avoir ouvert le parcours.

    0

    0
  21. ddavid dit :

    @faber
    Si vous n’aimez pas l’esthétique du téléphérique de Barcelone, pourquoi ne pas demander la destruction de la tour Eiffel?
    http://www.livingbarcelona.fr/telep
    A part ça ce qui fait la vocation touristique de cette machine, c’est le prix du billet: 11 euros le trajet! Sinon ça serait extrémement pratique! D’autre part il tourne depuis 1931, ça donne une idée de la robustesse de ces installations.
    Prix comparé à un autobus EN SITE PROPRE : à voir!

    0

    0
  22. faber dit :

    @ddavid. L’argument ‘Eiffel’ est régulièrement reproposé quand on parle de l’impact de structures sur le paysage. Premier point: il y a un écart entre ‘ne pas aimer’ et ‘demander la destruction de’ quelque chose; deuxième point: l’affinité esthétique entre pylônes du téléphérique de Barcelone (1930) et tour Eiffel (1889) est loin d’être évidente (le fait qu’il s’agisse dans les deux cas de structures en fer puddlé n’est qu’un élément); troisième point: il est impossible de considérer de manière abstraite et autonome un œuvre quelconque en faisant abstraction de son CONTEXTE paysager, environnemental, historique. Poser la même structure au milieu du désert, sur une côte abrupte, dans une périphérie industrielle ou un centre ancien aboutira nécessairement à des résultats très différents. Ce discours vaut également par le cas que vous évoquez. Imaginons de transférer la tour Eiffel sur le port de Barcelone et les pylônes du téléphérique sur le Champs de Mars… je ne sais pas si Paris y gagne (et peut être Barcelone non plus!).
    Le contextes sont irréconciliablement différents. Le Champs de Mars tout le monde le connaît; pour se faire une idée du cadre des pylônes de Barcelone:
    http://www.linternaute.com/voyage/e
    D’autre part, jusqu’à présent nul n’a évoqué la question primaire de ce type d’installation, c’est à dire quelle est la FONCTION de ce téléphérique? À quoi SERT-il? Quels sont les BESOINS auxquels il répond?
    J’ai l’impression qu’on prend là le problème à l’inverse: « voilà l’idée géniale! Et maintenant débrouillez vous pour lui trouver un sens ». (Je caricature, bien évidemment, mais pourquoi ne pas sourire un peu! :-))
    Je suis totalement d’accord avec Sam : le métro 8 prolongé et le redéploiement de la ligne 13 et 14 sont largement en meilleure adéquation avec les besoins de transport sur le secteur. Mais tout doit être pensé dans une approche globale et organique, qui vise par exemple à cibler une utilisation contenue de l’automobile, raisonne sur l’allégement des branchements A86 et A1 et la résorption des fractures urbaines qu’elles engendrent, relancer la communication fluviale.
    Voilà ce que j’aimerais lire dans les tracts des candidats, plutôt que de ‘numéros’ sans contexte et peu d’analyse.
    … et pour finir: si on veut me faire payer 11€ pour aller de Porte de Paris à Porte de la Chapelle (3,6km) à 18km/h (donc 12′) alors que je suis en 13′ à Châtelet en partant de la gare SNCF pour moins de 3€… il va falloir me convaincre! 😀

    0

    0
  23. Sam dit :

    La priorité en terme de transport doit concerner les habitants des quartiers excentrés et enclavés. Oui il y en a à St Denis.

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *