LeParisien – « Le squat de la rue Charles-Michels définitivement évacué »

Vous aimerez aussi...

37 réponses

  1. Sam dit :

    Très bonne nouvelle !

    Vraissemblablement, cette fois-ci les squatteurs ne se sont pas laissés trop instrumentalisés par les groupuscules d’extrême gauche (dont le collectif du peuple de la gare )…

    0

    0
  2. stéphane dit :

    Juste pour rétablir quelques vérités :

    Un grand nombre d’habitants du quartier de la gare ont soutenu les expulsés de la rue dezobry par solidarité élementaire : nos enfants sont scolarisés dans les mêmes écoles, nous connaissons les parents au quotidien. Des liens forts se sont crées sur le quartier, ne vous en déplaise

    C’est absolument odieux de laisser penser que les expulsés ont été manipulé, alors que certain(e)s se battent encore aujourdh’ui pour un logement décent et que toutes les grandes décisions ont été prises par les expulsés eux-mêmes.

    Vos attaques haineuses, notament sur le collectif « le peuple de la gare » sont significatives d’un certain état d’esprit
    Personnellement, je ne poursuivrirai pas sur ce registre

    Ps : rassurez-vous des dionysiens soutiennent (et depuis de nombreuses années) les habitants de Charles Michels
    et pour dernière information les habitants de la rue dezobry ont toujours payé des indemnités de logement alors que le propriétaire était un marchand de sommeil

    0

    0
  3. philgali dit :

    Si encore le bâtiment était beau, mais cette ruine est classée au monument historique ??
    Non franchement je pense qu’il pourrait être rasé, cela éviterait les nouveaux squat…

    0

    0
  4. Sam dit :

    Oups, je crois qu’on ne nous aime vraiment pas…tant pis 😉

    0

    0
  5. suger dit :

    @stephane : puisque vous prétendez vouloir la vérité, pourriez-vous expliquer pourquoi vous faites un amalgame entre deux situations différentes l’une rue Charles-Michels et l’autre rue Dezobry ? Cela signifie-t-il que vous considérez également la municipalité, propriétaire rue Charles-Michels, comme un « marchand de sommeil » ?
    Derrière vos déclamations, on retrouve le scénario habituel de l’ultra-gauche locale : le repérage d’un bâtiment dégradé avec un propriétaire défaillant ou racheté par la mairie en vue d’une réhabilitation, suivi d’une occupation illégale de ce bâtiment par des squatteurs généralement sans titre de séjour, une situation de surpeuplement s’ajoute alors à l’état déjà dangereux du bâtiment, suit une demande d’évacuation par le propriétaire ou la ville, puis la « mobilisation » d’une association soutenant les squatteurs s’opposant à l’expulsion, et enfin le but est atteint, c’est-à-dire des passe-droits pour des logements sociaux et des régularisations en échange d’une évacuation plus ou moins pacifique du bâtiment…
    Conclusion : si l’on veut obtenir un logement social et un titre de séjour à Saint-Denis, il faut non pas respecter les procédures normales d’attribution, mais squatter un immeuble, avec le soutien d’une association d’ultra-gauche.

    0

    0
  6. Lazare dit :

    …………. » et surtout la régularisation de tout le monde……… » Ben voyons, c’est sans fin !
    PS : je suis en verve aj, ce doit être certainement l’énervement.
    François Cogniet ( 1814 Lyon- 1888 Saint Denis) industriel, pionnier du béton armé et de la préfabrication, installé à Saint Denis, décida avec l’architecte Théodore Lachez de construire près de son usine, une maison faite de moëllons artificiels en ciment; et c’est effectivement le premier immeuble en béton coulé au monde (1852) ( tiré de Infociments et de Wikipédia); ça m’en bouche un coin, je regarderai le coin maintenant d’un autre oeil. Que oui, Il faut le garder.

    0

    0
  7. Sam dit :

    Il me semble important de garder ce bâtiment. 

    0

    0
  8. Marion dit :

    @ Stéphane
    Les squatteurs explusés sans-papiers font, le plus souvent, l’objet d’un trafic odieux d’êtres humains organisé par des mafias aux ramifications internationales qui se jouent des Etats, de leurs frontières et de leurs lois…. Reste donc la loi du plus fort pour des gens à qui l’on promet monts et merveilles en Europe en échange de sommes d’argent colossales. Dépouillés de l’essentiel de leurs économies, endettant leurs familles par l’usure, ces dernières sont menacées des pires représailles en cas de défaillance.
    Ce commerce d’esclaves des temps modernes est plus juteux, et surout moins risqué pénalement pour des trafiquants qui n’hésitent pas à les maltraîter et à mettre leur vie en péril. Ce trafic odieux prospère car il rapporte plus que la drogue ou le trafic d’organes.
    Ici, récupés par des marchands de sommeil qui louent des logements insablubres à des prix extravagants, ils occupent des emplois à haut risque pour leur santé. Les maladies professionnelles ou les accidents de travail survenus, ils disparaissent littéralement des écrans radars.
    Excusez-moi, mais j’ai une autre conception des Droits de l’Homme. Utilisez vos énergies contre ces trafiquants et dénoncez cette forme d’esclavage, vous ferez oeuvre plus utile.

    0

    0
  9. ddavid dit :

    Il faudrait aussi garder la beaucoup plus belle « maison Coignet », qui surplombe le quai un peu avant, voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Maison… et qui tombe en ruine depuis de tres nombreuses années dans l’indifférence totale des autorités bien qu’ elle soit connue des étudiants en architecture dans le monde entier! Et que le département s’ en enorgueuillisse: http://www.tourisme93.com/document….
    A part ça je suis de tout coeur pour les squatters. La situation du logement dans notre pays est tellement répugnante que tous les moyens sont bons pour en dégotter un. Bon ce que j’en dis….n’ engage que moi!

    0

    0
  10. une peuple de la gare :-) dit :

    Salut,

    OUI, respect pour le batiment qui est un fleuron de l’histoire de l’architecture, car le 1er réalisé en béton…. Après si l’architecture des villes était pensée collectivement réellement c’est à dire avec ses habitant-e-s, certaines absurdités n’existeraient peut-être pas, comme en centre ville actuellement par exemple…

    Et OUI respect aussi pour les humains vivants qui ont vécu des années dans ce bâtiment, qui ont vécu la violence de l’incendie avec un mort et des blessés graves (attention comme on en parle, il fallait y être pour juger un tel événement, y être en solidarité pour commencer à comprendre…)
    Des expulsés aujourd’hui qui ont connu hier une lutte âpre et très collective avec des habitants du quartier (et même de la ville mobilisés bien au delà de toutes appartenace politique, juste pour le droit au logement et à la dignité).
    Lutte où la mairie loin d’être gauchiste a fini par concéder à cause de l’ampleur populaire de la mobilisation un ACCORD AVEC l’ETAT (pourtant de droite, à bien noter) pour régulariser et reloger les habitant-e-s progressivement.

    Nous ne confondons pas un marchand de sommeil et la mairie de St Denis, c’est vous qui le dites et jamais les tracts de cette mobilisation n’ont traité la mairie de la sorte. Et nous ne confondons pas non plus comme vous le dîtes « l’éxtrême gauche » et des habitants, des parents, des enseignants unis contre la violence des expulsions.
    Pour le dire autrement : Les manifs ont mobilisé beaucoup. Genre deux manifs par semaine durant les deux premiers mois, en plein hiver, et c’était au tout début de la lutte, les manifs ayant duré jusqu’au printemps. Cela représentait la plupart du temps des centaines de personnes.

    Donc soit St Denis est redevenue Rouge Vif et on est dans une période pré-révolutionnaire (ce dont je doute grandement), soit il s’agit plus simplement d’un mouvement SOCIAL type RESF; DAL, habitants en lutte mobilisés sur la question de leur avenir qui est directement une question sociale car cela regarde tout le monde. La politique du logement. Le logement comme question publique de et dans la Cité.

    Preuve en est des TRACTAGES systématiques devant les écoles de notre quartier, mais plus largement en centre ville et à Franc Moisin… Les discutes étaitent régulières, les parents concernés…
    Ce qui a fait et qui fera la vitalité et la légitimité incontestable de ce mouvement, c’est le fait que les expulsés elles et eux même ont décidé de leur destin malgré toutes les difficultés. Mais aussi la manière dont les habitant-e-s, les salariée-e-s, les étudiant-e-s ou retraité-e-s de St Denis se sont portés solidaires.

    Un exemple tout bête mais qui pousse à se positionner contre l’absurde politique et social. Quand des parents mettent 3h à amener CHAQUE jour leurs mômes à l’école, car expulsés dans le 94 et que l’école c’est Brise Echalas, la solidarité peut s’avérer élementaire. Moi je l’ai fait.

    Beaucoup des familles ont été relogées. Elles soufflent et peuvent enfin se construire, moi aussi je souffle, et l’école s’en porte mieux aussi. Côté parents, il y a (excusez moi le terme) une plus value. Une plus grande capacité à partager nos savoirs, nos savoir-faire, à se filer des coups de mains…. Bref, cette lutte a aussi resserré les liens entre nous et pour nos môme aussi…

    Un autre regard sur le quartier…….
    Une « peuple de la gare » 🙂

    0

    0
  11. Marion dit :

    « peuple de la gare » ? Pourquoi cette apellation ? Le peuple de la gare, tel que vous l’entendez, n’existe pas !
    Mon époux et moi-même résidons, comme tant d’autres, dans le quartier « Gare-République », et empruntons quotidiennement la gare de St-Denis comme beaucoup de gens habitant dans les parages.
    Une fois ce constat basique et non polémique établi, permettez-moi de vous assurer que vous ne détenez pas le monopole de la sollicitude, de l’entraide, du secours apporté aux voisins ou à toute autre personne en difficulté ou en détresse.
    Dorénavant, je vous serais reconnaissante de nous épargner vos leçons de morale gratuitement distribuées « à la volée », où il est flagrant que les enjeux personnels et narcissiques surplombent bien des idéaux.
    La plupart du temps, l’aide déintéressée à autrui se fait sans tapage publicitaire, ni propagande, ni échange de bons et loyaux services entre copains et complices.
    J’aimerais entendre d’autres voix humbles en lieu et place d’un discours hautain et moralisateur, dicté par un état d’esprit « entre-soi », basé sur la fermeture et l’exclusion d’une grande partie du Peuple habitant dans le secteur de la gare !:

    0

    0
  12. quelqu'un dit :

    Bonjour « peuple de la gare »,
    Est-ce qu’on sait comment ces gens ont atterri dans ce squat ?

    0

    0
  13. goldo dit :

    Nous,amicale de locataires ou collectifs habitants ou simples habitants,nous sommes en permanence solidaires des uns et des autres. La soilidarité doit être partout et non pas seulement ves les gens en très grande difficulté. La solidarité est un état d’esprit que moi je refuse de mêler a la politique. Ce sont des questions de valeurs et de personnes. Goldo

    0

    0
  14. jugurta dit :

    @sam
    Merci sam pour ton explication sur les groupuscules extrêmes gauche,dont le « peuple de la gare ».
    De la part de groupuscules extrêmes droite dont « sans crier gare »nous ne sommes pas surpris.

    0

    0
  15. suger dit :

    « groupuscules d’extrême-droite » ?!…
    On pourrait se dire qu’une telle appelation a peu de sens venant de « jugurtha » qui nous a habitués à bien d’autres outrances dans ses messages. Mais cela démontre surtout à quel niveau d’intolérance se situent certains partisans de la municipalité et leur incapacité à supporter le moindre débat.
    Il est vrai que P.Braouezec leur donne l’exemple en proclamant que sa réélection comme député lui a été « volée » alors qu’il a été battu clairement à l’issue d’élections démocratiques, ou, plus grave, quand Mme Haye encourage les agresseurs du nouveau député, le soir des résultats à la mairie.
    Finalement, qui est d’extrême-droite ? Le refus de la démocratie parlementaire, la violence comme « argument » politique, le rejet de la liberté d’expression sont les expressions des extrêmismes de droite comme de gauche.

    0

    0
  16. jugurta dit :

    @suger
    je ne faisait que répondre à Sam sur ses accusations envers les personnes du collectif « peuple de la gare ».Collectif composé de citoyens de tout horizon politique,culturel ou social.Sa phrase n’appelle à auqu’un débat,c’est de la diffamation pur,insulté les élus tant que voulez mais laissez le « peuple de la gare » en paix.Merci d’avance
    jugurta sans H et sans Haine

    0

    0
  17. Marion dit :

    HAINE ……HAINEUX …..HAINEUSE … Décidémment, vous n’évoluez que dans ces registres là, et n’avez que ces mots à la bouche …. Etrange pour les « grands sauveurs de l’Humanité » que vous prétendez être ! (en toute modestie bien-sûr).
    Si vous répondiez à la question fort bien posée ci-dessus de « quelqu’un, » cela aiderait tous les lecteurs de ce blog (adhérents ou pas à SCG) à mieux comprendre vos intentions, vos méthodes, vos liens, et surtout l’origine des moyens dont vous disposez. Merci d’avance de nous « sortir des ténèbres », simples débatteurs que nous sommes dans cet espace de liberté de ton et de parole … Mais c’est vrai qu’avec un peu plus de tolérance et d’élégance, ça surprendrait moins ceux qui découvrent l’existence de cette « boîte »de dialogue !

    0

    0
  18. momo dit :

    tout ce qui arive dans cette ville, c’est voulu et réfléchi,
    je viens de lire la lettre de Renaud, de virsr le site le classement des villes pauvres et le taux, et je comprends mueux la stratégie de cette ville.
    je suis entièrement d’accord avec Sam, c’est extrème gauche qui se permet de donner des leçons de moral, Bobo de surcroi, j pense q’un moment il faut arr^éter.
    Vous voulez des Rooms, penez les chez vous.
    Vous defendez les sans papiers et trouvre norml qui squattent? prenez les chez vous;
    arretez de faire semblant d’être humaniste, sachant pertinement que c’est faux, c’est facile d’être humaniste quand on prend à des pauvres pour donner à d’autres pauvres,
    J’en ai marre de cette ville, je revien de vacances et j’avas oublié qu’elle était aussi sale,
    avec tout l respet pour les gens issu de l’immigration( dont moi même) j’avais l’impression d’etre dans un atre pays mais ps en France.
    Je pense qu’un moment il faut arrêter de faire semblant.
    Ce n’est pas rendre service à la population de paupériser ccett vlle.
    Mais peut-être c’est la stratégie de la municipalité pour 2014.
    Mais en attendant,on souffre, on en a marre, et est dégouté.
    Il faudrait demander ànos élus de se promener dans St-Denis. Qu’il arrêt de fair parking mairie à leur domicile.
    Qu’il voit l’état de cette vill. Mais j’epère que notre ex député, maintenant, il aura le temps de voire cettre crasse.
    je viens de recevoir mon neveu qui vient de province, il a été choqué par la rue de la république.
    en révant qu’un jour que notre ville sera propre

    0

    0
  19. momo dit :

    désolé pour les fautes, j’ai voulu vous dire ce que je ressentais sans me relire et mon clavier prend de l’âge.

    0

    0
  20. stéphane dit :

    Marion, à la question : Comment les gens atterrissent dans un squat ?

    En m’appuyant sur la grande pertinence des arguments cités plus haut

    Je répondrai que l’action du squatteur obéit à des choix rationnels :

    – Eviter de faire la queue à Plaine co habitat pour déposer un dossier de logement social

    – Profiter de l’exigüité des lieux pour ressouder la cohésion familiale

    – Offrir des activités ludiques à ses enfants :la peinture au plomb remplace avantageusement les gommettes

    – Apprendre à assaisonner les blattes en période de crise

    – Faire la danse du ventre à un ou une militant(e)gauchiste, de préférence en manque de reconnaissance narcissique, pour obtenir un relogement

    Et voilà l’affaire (enfin le logement) est dans le sac, le bonheur est au bout du bitume, le tout bien sûr à la barbe des dionysiens de souche. C’est simple comme du Guéant… ou du Suger

    Ps : Aux derrnières nouvelles, le collectif trés informel « le peuple de la gare » n’est financé par aucune officine mystérieuse (même pas la mairie)

    0

    0
  21. Une portion du "Peuple de la Gare" :-) dit :

    Salut,

    ça va passer pour prétentieux encore je suppose, mais obligée de le dire, ensuite je m’arrête. Si je puis me permettre une dernière intervention, la discussion sur qui est « le collectif le peuple de la gare? » est un peu délirante . C’est à croire qu’on ne vit pas dans le même quartier…………………..

    Nous sommes présent-e-s dans toutes les fêtes de quartier depuis 3 ans, nous participons deux fois par an à des braderies solidaires dont les bénéfices sont reversés aux coopératives des écoles du quartier, nous avons fait des projections de films à l’école Vallès OUVERTES A TOUS ET GRATUITES (on a même précisé sur les affiches que ceux qui n’étaient pas parents pouvaient venir, il n’ya pas d’entre soi comme insinué ci dessus), nous avons participé à la Fabrique du Macadam (qui parlait notamment de la rénovation urbaine, du mal logement, de St Denis et du quartier…) sur le parvis de la gare en juin dernier… Collectif fantôme No comprendo.

    La question a déjà été posée ici par le passé dans plusieurs post et notre réponse est toujours la même. Collectif informel d’habitants du quartier, collectif sans statut, sans cotises, sans chef et sans hiérarchie (simple rizhome) sans financement, sans journal, sans local, sans soutien de la mairie, en toute autonomie de la mairie, de l’Etat et de tout parti. On n’a rien demandé à la mairie. Si !!! On a un barnum à la fête de quartier, comme toutes celles et ceux qui en demandent un dans les réunions préparatoires à la fête…. Pas de quoi acheter une conscience.

    Présent dans les luttes sociales dinoysiennes ou nationales : votation contre la privatisation de la poste, défense d’une école publique de qualité et des services publics plus globalement, défense des conquêtes sociales (retraites, sécu.. ) solidarité avec les sans papiers, sans logements, sans droits… Nous tractons, collons, manifestons comme nous pouvons avec d’autres forces progressistes dionysiennes. Nous ne sommes pas grand chose, mais avec du collectif on sait qu’on peut faire des belles choses…

    NOus ne donnons pas de leçons, nous témoignons de ce que nous faisons puisque question a été posée ici. Nous réduire à une asso d’êxtrême gauche affiliée à la mairie c’est mal voir ce qui s’est passé ces derniers mois et années dans le quartier en dehors de Sans crier gare…. Nous ne sommes pas difficiles à rencontrer, nous vivons ici………..

    Si certain-e-s attaquent nos positions quant à notre engagement contre les expulsions à St Denis, ils doivent alors porter publiquement la même critique contre TOUTES les organisations suivantes (à ma connaissance pas toutes d’extreme gauche……..) orgas signataires et actives durant cette année dans la lutte aux cotés des expulsés des rues Dezobry et Gabriel péri mis à la rue en plein hiver dernier.

    Je vous donne la liste des orgas engagées à critiquer en même temps que nous, ça va faire du taff : le DAL (droit au logement), l’APEIS (asso de chômeurs sur St Denis), la CGT Plaine commune, le Comité Catholique Contre la Faim et pour le Développement, l’ Église catholique de S-D, Europe-Ecologie-Les Verts, Fédération pour une alternative sociale et écologique S-D, Lutte Ouvrière, Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre tous les peuples, Nouveau Parti Anticapitaliste S-D, Parti de Gauche S-D, Parti Communiste S-D, Parti Socialiste S-D, Réseau Solidarité Logement S-D, SNUIpp/FSU, SUD Collectivité territoriale Mairie de S-D, SUD-Education S-D, Union Solidaires S-D.

    Voilà, dans le collectif le peuple de la gare, il y a de tout et de rien, d’un point de vue juridique on est rien, d’un point de vue humain et politique on se serre les coudes autour de la question sociale et culturelle, valeurs importantes pour nous. Que vous organisiez des solidarités, faites, nous n’avons jamais communiqué contre vous, mais pas de préjugés et de désinformation à notre égard. Pour le reste, s’il y avait un vrai questionnement et une vraie envie de connaître notre démarche, je suppose que la discussion aurait lieu plus simplement dans la rue…..

    Pour finir, petit cadeau musical. Je pense que notre modeste collectif s’inscrit dans une tradition assez ancienne du mouvement social. J’aime beaucoup le texte déclamé a la fin de cette chanson qui est interprétée par la Compagnie Jolie Môme et écrite par Georges Moustaki. : http://www.dailymotion.com/video/xc

    0

    0
  22. Damdam dit :

    Mais bien sur que la mairie communiste fait le choix de la pauperisation pertinament, c’est evident que l’arrivé massive d’une classe moyenne a saint denis va les faire couler c’est bien connu les classes moyennes ne votent plus coco par conviction car quand on voit l’etat des villes ou sont au pouvoir ca donne a reflechir (pauperisation, delinquence, saleté) d’autre villes de l’ex ceinture rouge de Paris les ont deja chassé et on commence deja a voir les effets positifs, Je pense a pantin par exemple. A bien sur nos chere elus qui ne font que ca par bonte d’ame veulent pas les roms pour leur potentiels voix au elections non… Ce qui me rends optimiste c’est la debacle annoncé pour 2014 de l’equipe braouzec and co, il y a qu’a regarder les legislative battus dans quasiment toute les circonscriptions. Quand a Jugurta, vous faites une fois de plus demonstration de votre vision obtus du debat en nous signifiant que le simple citoyen cherchant le calme, la sureté, et une vie plutot tranquille est un facho si il n’est pas pres a recueuillir toute la misere du monde.
    Jsuis desolé pour vous mais saint denis va mal, la vraie mixité n’est aussi peu presente ici qu’a neuilly, ensuite libre a vous de vivre dans le deni de realité mais quand vous aurez vecu la moitié des choses qui me sont arrivés depuis que je vis ici, vous la ramenez moins.

    Tiens une ptite question n’est ce pas Sam qui a su faire bouger les medias et attirer l’attention sur la situation desespere du quartier Gare il y a quelques années ou etiez vous vous ?

    Desolé pour le ton vindicatif de cette reponse mais se faire traiter de facho alors que j’aspire seulement a une vie simple et tranquille ca me fait sortir de mes gonds.

    0

    0
  23. Stéphanie dit :

    Ah revoilà « l’extrême droite » et le « financement d’officine mystérieuse » qui ressortent du tiroir.
    Il est tout à fait normal que Le Peuple de la Gare ne soit pas financé puisque vous n’êtes pas, sauf erreur de ma part, une association : il n’y a pas de quoi se glorifier me semble-t-il …. Quant à une éventuelle « officine mystérieuse » : il est déjà très difficile en ce moment d’obtenir des subventions alors réussir à les obtenir mystérieusement je demande à voir !
    Enfin parler de l’association comme d’un « groupuscule d’extrême droite », c’est tout à fait risible mais, bon, nous avons l’habitude : certains ont l’humour et les raccourcis faciles …. Comme le dit Damdam, on sort facilement de ses gonds après avoir lu ce genre d’inepties !

    0

    0
  24. goldo dit :

    quand allons nous rassembler simplement pour un même objectif,le droit de vivre comme la majorité des gens,dans une ville normal sans se critiquer les uns et les autres.?
    Nous nous connaissons le peuple de la gare et nous connaissons aussi sans crier gare et nous en tant qu’amicale et collectifs habitants sommes aussi présents. Ensembles pour améliorer cette ville,de gauche,de droite,j’en ai rien a faire du moment que l’on va dans le même sens. Goldo

    0

    0
  25. jugurta dit :

    @damdam
    bonjour,premièrement ma réponse à sam sur cette accusation de « groupuscules d’extrêmes gauche » est une manière de lui faire comprendre que ne peut porter des accusations gratuites sans en recevoir en retour.Mon accusation de groupuscules d’extrêmes droite ne vous plais pas et bien nous non plus les accusations de sam ne nous plaisent pas.Secondo à la question ou je me trouvais quand la situation du quartier gare était désespéré,je suis sorti de chez moi avec ma compagne pour secourir un agent de la propreté qui se faisait agressé par des dealeurs ( toute la rue brise échalas a assisté a la scène derrière leurs fenêtres),après l’avoir soigné chez nous je suis allé rassembler les agents du CTM et nous nous sommes rendu a la mairie pour leur annoncé l’application du droit de retrait sur le secteur gare temps que la sécurité ne sera pas assuré,j’ai rencontré le préfet et les différent élus tout comme d’autres habitants du quartier dont Sophie.Ensuite moi et ma famille avons reçu des menaces de mort de la part des dealeurs nous ne nous sommes pas démonté pour autant,nous avons porté plainte et sommes toujours là pour défendre et construire du lien social.Cela te va t-il ?
    cordialement

    0

    0
  26. habitant dit :

    Peut-être faire attention à ne pas réduire les habitants de Saint-Denis d’un côté classe moyenne et de l’autre les « sans », sinon il n’y a pas de compréhension et de la ville et des uns envers les autres: L’opposition classique et bête du collectif versus individus… Alors que Saint-Denis, c’est un tout.
    Il y a aussi des habitants modestes tout aussi solidaires qu’on oublie, sans être à la rue avec des difficultés de logements depuis des lustres et sans être dans des collectifs de lutte. « Luttes » parfois intestines entre collectifs comme ça peut exister parce que c’est pas toujours l’amour fou quand cela devient beaucoup trop politisé et que ça part dans tous les sens.
    Que des habitants aient pu se reloger, c’est ça le plus important.

    0

    0
  27. stéphane dit :

    Excusez pour le peu, mais généralement j’ai pas le temps de poster sur internet
    Ce qui m’a fait réagir, c’est les insinuations mensongères et premières sur la manipulation des expulsés de la rue Dezobry par les soutiens (haut de l’article)
    Aprés, il ne faut pas s’étonner des polémiques…

    Stéphane
    Bobo, travaillant dans le service public pour 1450 euros par mois
    et ne pouvant pas, pour le moment, participer au grand jeu de la spéculation immobilière sur Saint-Denis.

    0

    0
  28. suger dit :

    @ stéphane : La bonne question est : pourquoi est-ce à Saint-Denis que des mal-logés, particulièrement des personnes sans titre de séjour, squattent de nombreux immeubles ?
    C’est effectivement un choix rationnel de leur part car la municipalité et les organisations proches de celle-ci ne cessent de proclamer que ces personnes ont raison, qu’ils bénéficieront de leur protection, et qu’ils feront tout pour leur fournir un logement social et un titre de séjour, même et surtout s’ils n’y ont pas droit.
    Cela permet à la municipalité et à ces associations de se poser médiatiquement en défenseur de toute la misère du monde, de susciter des manifestations qu’ils seraient bien incapables de mener avec les habitants ordinaires de Saint-Denis (vous savez : ceux qui paient un loyer, touchent un salaire ou des indemnités chômage, ceux que les communistes défendaient autrefois).
    De plus avec un peu – beaucoup ? – de propagande, cela permet de culpabiliser ceux qui ont la « chance » d’avoir un logement notamment social et de résider légalement en France. Cela permet de faire pression pour les faire taire sur l’état désastreux de la ville, pour éviter qu’ils ne remettent en cause les incompétents qui sont censés la gérer.
    Bien sûr, ceux qui ne se laissent pas intimider par ces manœuvres sont des nantis, des fascistes ou d’affreux « bobos » ! C’est une stratégie très simple, un peu usée, mais qui, du moins jusqu’en 2014, peut avoir une certaine utilité pour la municipalité en sursis et ses amis…

    0

    0
  29. sam dit :

    St Denis, sa Basilique, son festival, son TGP, son marché, ses faits divers et ses activistes d’extrême gauche…

    0

    0
  30. stéphane dit :

    Ce qui est bien avec Suger, c’est qu’à chaque post on apprend des trucs nouveaux :

    – Il existerait donc une distinction intrinsèque entre citoyens ordinaires et celles et ceux qui ne le sont pas…
    Moi qui ai déja oublié de payer mon loyer à maintes reprises, qui ai connu la galère de la précarité pendant de longues années, je suis pas sûr d’être si ordinaire que ça… enfin pas aussi extraordinaire dans la normalité que Suger..

    – Grande nouvelle pour la France, le mal-logement et le phénomène des squats ne touche pratiquement que Saint-Denis

    Avec des infos pareilles, il faudrait penser à publier davantage, on reste à l’écoute, haletants…

    Stéphane
    Activiste d’extrême gauche sans parti (mais avec un couteau entre les dents, enfin le plus souvent)

    0

    0
  31. momo dit :

    suger, vous avez tout dit, et cela fait lontemps que je le crie, de la manipulation de la ville.
    Ils passent leurs temps à aider ceux qui sont dans l’illégalité, mais ne fait rien pour les SDF
    c’est de la discrimination, et surtout pour prouver qu’ils sont là pour nous.
    Vivement 2014,

    0

    0
  32. Damdam dit :

    @Jugurta
    Ca me vas 🙂

    Mais justement ne seras tu pas d’accord pour dire que toutes les « aventures » dont tu as été victime (qui ressemble beaucoup aux mienne en plus) sont bien le signe d’un abandon des lois de la republique par nos cheres elus ? A ta place je serais moi aussi fier de ce que tu as fait mais tout en me disant que manifestement c’est pas le taff du citoyen lambda, je suis desolé mais le temps n’est plus au demi-mesure, la mediation a montré ses limites, personnelement j’ai la chance de par mon travail de me rendre souvent a new york et je t’assures que j’ai vu cette ville changé en bien, la haut tu jettes un papier par terre jpeux te dire que si un policeman t’as vu t’es bon pour passer un mauvais quart d’heure j’ai pris cette exemple car pour moi la proprete d’une commune n’exige pas forcement des moyens fous, ni une reflexion immense juste un peu de bon sens et de respect de la vie en communauté.

    Cordialement,

    0

    0
  33. quelqu'un encore dit :

    Rebelote, parce que je n’ai pas lu de réponse, alors que ça me semble assez important de le savoir :
    Est-ce qu’on sait comment ces gens ont atterri dans ce squat ?
    Ce serait intéressant d’avoir ces renseignements. L’histoire de chaque squatteur doit être très particulière. Et à mon avis, dire que ce sont tous des profiiteurs, ou des gens manipulés par les associations est peut être caricatural.
    J’avoue n’avoir aucun avis à priori sur ces gens-là. Je préfére connaître la réalité de leurs parcourts.

    Témoignage sur un autre squat avenue Wilson à force de passer devant :
    1ère étape : il y a 2 ans une poignée de maghrébins ont occupé un petit immeuble délabré

    (réaction du passant que je suis : « Tiens ! Des réfugiés de chez Ben Ali ! »)

    2ème étape : il y a 1 an on peut en compter une bonne dizaine, avec attroupements fréquents, voitures stationnés devant en double file, certains ayant l’air de guetter.

    (réaction du passant que je suis : « Tiens ! On dirait qu’ils sont moins isolés ! »)

    3ème étape : l’hiver dernier, pose de double vitrage à toutes les fenêtres pour se protéger du froid. Des barbus en tenue de missionnaires font des allées et venues régulières.

    (réaction du passant que je suis : « Tiens ! On dirait que les affaires marchent ! Sont-ils aidés ou se débrouillent-ils seuls ? »)

    4ème étape : dernièrement, des noirs-africains y font des petites haltes et il y a une femme court-vêtue et bien maquillée qui les alpague et les reçoit gentiment.

    (réaction du passant que je suis : « Tiens ! Il y a une gardienne maintenant ! »)

    Faudrait un jour que j’appelle quelqu’un de la mairie ou de la police pour savoir s’ils sont au courant qu’il y a un squat à cet endroit et s’ils s’en sont déjà préoccupés. À moins que les gens de la propreté l’aient déjà signalé ; il est vrai qu’ils ramassent des monceaux d’ordures régulièrement devant chez eux, sans compter les odeurs de pisses qu’il peut y avoir.

    Pour résumé, je n’ai jamais parlé avec ces gens qui me foutent une paix royale. Je ne sais pas ce qu’ils font, d’où ils viennent.
    Mais j’ai le sentiment que les pouvoirs publics laissent ce genre de situation se pourrir. C’est un sentiment, et la réalité est peut-être plus compliqué que ça,… mais quand même !

    Allez, la semaine prochaine, je me renseigne auprès de la mairie !

    0

    0
  34. goldo dit :

    quand je lis tous ces commentaires,j’ai le sentiment que l’on piétine dans cette ville. Un pas en avant nous montre que quelque-chose va mieux et quelque temps après 3 pas pour reculer
    et constater que cette ville ne deviendra jamais une ville comme une autre. Mais que faire?
    Goldo

    0

    0
  35. Sam dit :

    Commencer par ne pas désesperer …allez goldo on reprend des forces, on respire fort et on continue !!!

    On a des ressources, des idées – et les suites qui vont avec -, des bonnes volontés et surtout têtus têtus têtus têtus…alors ça va payer, je te le garanti 😉

    0

    0
  36. Marion dit :

    @Goldo
    Merci pour vos témoignages rafraîchissants ! ça nous change vraiment de tous ceux qui ne sont pas sérieux, mais se prennent tellement au sérieux. Nous on doute, mais pas eux puisqu’ils détiennent la Vérité …. Donc pas d’autre alternative que de relever le gant et la tête !

    0

    0
  37. TRAZ dit :

    Bon j’ai lu tous les échanges, pff c’était long vous êtes prolixes ;)…….j’en ai vu des vertes des bleues, des oranges, du cri, des larmes, des contents, des moins contents, mais j’ai surtout vu et lu des personnes qui vivent au même endroit mais ne ressentent pas les choses de la même façon…..et là ce me laisse pantois….

    Il y a les « peut être résignés » ( le terme est peut être trop fort ou mal à propos mais je n’en vois pas d’autres pour le moment, désolé !) regroupant mes AMIS du peuple de la gare, qui se disent que bon c’est comme ça à Saint Denis, faisons en sorte que ça le fasse et laissons de côté les problèmes annexes pour s’occuper et aider les personnes (c’est comme cela que je l’ai perçu à la lecture des posts!).

    et de l’autre côté il y a mes AMIS de Sans Crier Gare, qui se disent que trop c’est trop (et quand on voit l’état de la ville, encore une fois le terme est peut être mal choisi car pas assez fort !), et qu’il faut faire bouger les choses, bouger les responsables pour qu’ils prennent enfin leurs responsabilités et qu’ils ne se contentent pas de faire de la démagogie…….et ça ! Ca fait du bien !!!

    Vous l’aurez compris le discours de Sans Crier Gare me plait davantage, sans pour autant faire de moi un anti-peuple de la gare !

    Alors je dis à mes AMIS, chouette on est pas d’accord, mais bon hein trève de chicanerie

    @ Une portion du « Peuple de la Gare » 🙂 : merci pour ton mini exposé, je sais enfin ce que c’est le peuple de la gare !

    Bises à tous…

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *