LeParisien – « Les arrêtés anti-expulsions annulés »

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. citoyen93 dit :

    Cette problématique est une problématique globale qui dépasse les compétences des villes comme celles de Saint-Denis.
    Je suis bien évidemment scandalisé quand des familles se trouvent à la rue, de surcroit lorsqu’il y a des enfants.
    D’un autre côté, quoi faire ?
    Il manque globalement des logements sociaux et dans le même temps cette ville en a trop.
    La politique de la sanction me semble être une arme à utiliser auprès des communes qui ne jouent pas le jeu.

    0

    0
  2. bernard dit :

    ben moi contrairement a toi je trouve normal d etre a jour dans ses loyers. tout le monde doit payer ses dettes. raison de plus quand l etat donne une bonne partie des revenus parfois a la place du pauvre locataire qui ne paye pas. peut etre pourrait se mettre a la place du propriétaire qui d une n a pas le montant de ce qui lui est du mais qui plus ne peut pas changer de locataire pour en retrouver un qui lui payera. sachant qu en plus une periode d expulsion dure en moyenne 3 années. je vous laisse imagine pour lui la galere (en plus c est lui qui paye les frais de justice). alors franchement pour moi, dans le contexte de saint denis ce n est pas le locataire que je plaint.
    ps : je precise je ne suis absolument bailleur. je n ai que ma residence prinicipale que j occupe donc je n ai aucun partie pris !

    0

    0
  3. olivg93 dit :

    Plus d’encadrement encore des locations, est-ce une solution ?
    Aujourd’hui, quand un « petit » propriétaire (pas une grosse boîte, pas un rentier) loue son appartement, il prend un risque important et tout impayé peut le mettre dans une situation délicate. Il existe certes des assurances pour les risques locatifs, mais les compagnies demandent que les locataires gagnent des sommes monstrueuses par rapport au loyer (ou parfois même des bailleurs abusent en demandant des cautions sur 3 générations, ou demandent des documents auxquels ils ne doivent pas avoir accès).

    Maintenant, si vous ne voulez pas payer votre loyer, le bailleur doit faire valoir ses droits auprès d’une juridiction qui peut mettre un certain temps à réagir, d’autant que les services sociaux doivent trouver une solution de relogement. Au mieux, l’opération prend 1 an, le tout aux frais du bailleur… C’est autant de gagné pour qui serait mal intentionné.
    Bien sûr, loin de moi l’idée de penser que toutes les locataires sont des fraudeurs en puissance. Et il est nécessaire d’avoir un encadrement pour éviter les dérives (la situation dans les pays anglo-saxons, où le landlord peut donner congé presque sans justification en 2 mois n’est guère enviable…)

    Mais je pense que décréter que les expulsions sont illégales, c’est risquer de rendre plus frileux encore les propriétaires qui vont rechigner à mettre leur bien en location et préféreront le vendre… Le droit au logement est un droit important, mais le droit de la propriété l’est aussi et il faut réussir une synthèse entre les deux.

    0

    0
  4. momo dit :

    alors que les bailleurs sociaux sont les premiers à expulser.
    c’est se moquer de qui!!

    0

    0
  5. BB dit :

    Plus la loi est contraignante pour les bailleurs, plus ceux-ci réclament des milliards de documents pour s’assurer que le locataire va bien s’acquitter de son loyer. C’est mécanique.

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *