LeParisien – « Seine-Saint-Denis : cinquante Roms relogés dans une école désaffectée »

Vous aimerez aussi...

13 réponses

  1. Martin dit :

    Il semblerait que la mairie organise une manifestation le 2 mars pour dire stop aux expulsions et au relogement des roms.

    La même mairie qui promettait à des français éligibles aux logements sociaux des logements et qui a mené si ma mémoire est bonne il y a quelque mois une dame au désespoir à s’immoler.

    j’espère qu’en 2014 les opposants sauront faire un bilan de ce qu’aura fait la mairie ces dernières années.

    0

    0
  2. Incendie d’un bidonville : la résorption par l’Etat ne peut plus attendre 

    Le bidonville accueillant environ 300 personnes rue des Fillettes à Aubervilliers, en limite de Saint-Denis, sur un terrain privé a été détruit par un incendie cet après-midi qui se propage aux entrepôts voisins.

    Ce nouveau drame qui selon les premières informations n’a pas fait de victime, rappelle la nécessité absolue et l’urgence de la mise en œuvre par l’Etat d’un plan de résorption des bidonvilles à l’échelle de l’Ile-de-France. Didier Paillard, maire de Saint-Denis, s’est immédiatement rendu sur place où il a rencontré Jacques Salvator, maire d’Aubervilliers, qu’il a pu assurer de son soutien.

    Depuis des années, les élus confrontés à cette urgence alertent l’Etat et l’Union européenne sur cette urgence sanitaire et humaine. Le 15 décembre dans une tribune publiée par Le Monde, Didier Paillard maire de Saint-Denis décrivait le danger mortel pour les habitants des bidonvilles de la Porte de Paris à Saint-Denis et proposait des mesures urgentes :

    Le Gouvernement doit prendre ses responsabilités en évacuant sans délais les bidonvilles dangereux, en contraignant les propriétaires de terrains, pour la plupart publics, à les sécuriser et en mettant en œuvre à l’échelle régionale des mesures d’urgence d’hébergement par réquisition de terrains ou dans le patrimoine immobilier de l’Etat, pour garantir la sécurité physique et sanitaire des personnes.

    L’Etat garant de l’intérêt général doit organiser et au besoin contraindre la répartition de la solidarité sur toute l’Ile-de-France :

      • Organiser la création de terrains sécurisés, salubres et aménagés sur le modèle de la loi qui oblige à créer des aires d’accueil des gens du voyage

      • Fixer une proportion obligatoire par commune d’accueil de personnes issues des bidonvilles à l’exemple de la loi SRU qui contraint à un minimum de 20% et bientôt 25% de logements sociaux

    0

    0
  3. Martin dit :

    C’est beau les bon sentiments.

    Vous allez faire quoi des sdf de plus en plus nombreux dans la rue? personne n’en parlent de eux, qui sont dans une détresse encore plus grande car ils sont seul et abandonné la plupart du temps par leur familles.

    Vous allez faire quoi quand 10 millions de roms viendront frapper à votre porte car ils auront entendu que des logements sont donné gratuitement par la France?

    La vrai solution doit venir de l’Europe qui doit obliger la Roumanie à s’occuper de sa propre population.

    Par contre il faut reconnaitre que la mairie de st Denis alerte depuis des années l’état de la situation de plus en plus insoutenable de ces camps.

    0

    0
  4. MOMO dit :

    est ce que c’est à Aubervilliers ou Saint-Denis ?
    le maire est incapable de s’occuper de ses dyonisiens et va à Auber, pour s’occuper de personnes qui résident làbas.

    c’est le monde à l’envers.

    0

    0
  5. citoyen93 dit :

    Je ne comprends pas la logique des élus à l’initiative de ce communiqué.
    Est ce que l’on va indéfiniment accueillir tous les Roms d’Europe sur des friches industrielles ?
    Si j’ai bien compris ce qui a été écrit, il est également question de réquisitionner dans le patrimoine immobilier de l’état.
    Quand on sait que des personnes en demande de logements sociaux sont sur liste d’attente depuis plus de 5 ans, j’ai l’impression que ces élus ne réalisent pas la portée de leurs propos.
    Allons nous supporter le poids d’une problématique qui dépasse nos frontières ?.
    Est ce que les installer de façon durable sur des terrains aménagés va réellement être une réponse à la problématique des Roms ?
    Pour ma part je ne le pense pas et cela va être contre productif en créant un appel d’air qui ne fera qu’aggraver la situation.

    0

    0
  6. Horta dit :

    Il y a une seule solution : rapatrier tous ces roms dans leurs pays d’origine et contraindre ces états à les accueillir dans des conditions décentes sous peine de supprimer l’intégralité des aides européennes que reçoivent ces pays. En France, ils sont uniquement voués à la mendicité ou au vol puisque la loi ne les autorise pas à travailler.

    0

    0
  7. Horta dit :

    Tiens l’article du Journal de Saint-Denis sur l’incendie du camp de roms d’Aubervilliers (limite Saint-Denis) a disparu. Serait-il parti en fumée lui aussi ?

    0

    0
  8. koil dit :

    D’ailleurs en parlant de ça vers 13h30 voie 41/43 a la descente du premier escalator, un Rom pleurant et rampant, montrant son fils sur un siège sans pieds !!!
    Si ce n’est utiliser la misére bref pauvre gosse.
    Je valide le discours d’Horta, dans aucun autre pays non européen on peut faire ce que font les roms donc le problème c’est cette union européenne et les viviane reding qui y pullulent.

    0

    0
  9. TRAZ dit :

    Mer….credi ! Zut et Zut on va en faire quoi des Roms d’Aubervilliers ? On peut pas les laisser comme ça, c’est sur, il a raison le père Paillard.

    Moi j’habite la porte de Paris, et je constate avec effroi qu’il reste des terrains où il y a de la place !!!

    Alors pourquoi ne viendraient ils pas s’installer Porte de Paris, et puis assez de constructions en cartons et bois livrés par le service de nettoyage de plaine commune (bah oui plutôt que de recycler ce qui traine dans cette décharge qu’est saint denis autant livrer directement le matériel nécessaire) qu’ils construisent en dur carrément c’est mieux, ça résiste mieux aux incendies.

    0

    0
  10. goldo dit :

    moi je pense que tout est a reconstruire,nous fonction sur un système déconnant,nous marchons sur la tête. nous voulons prendre en charge toute la misère du monde et malheureusement nous n’en n’avons plus les capacités. C’est tout un système qui est déconnant et non les gens. La valeur du travail est complètement niée.
    j’ai un collègue aide soignant âgé de 45 ans qui vit seul avec un salaire de 1300€,il vit dans une chambre de 8 m2 et est attente de logement social depuis 8 ans. Est-ce normal de se préoccuper d’abord des Roms. Occupons nous de notre misère et par la suite nous prendrons en charge la misère des autres qui devient ingérable. Goldo

    0

    0
  11. Yamina dit :

    @goldo
    Je suis tout à fait d’accord avec vous ……

    0

    0
  12. goldo dit :

    Ah ça me fait du bien de voir que l’on est plusieurs a penser la même chose mais que pourrions nous faire ensembles pour faire avancer les choses,renverser la vapeur.?
    Je pense qu’il faut déjà redéfinir le mot social car dans ce pays on confond social et assistanat.
    Assister les gens en difficulté au lieu de les soutenir,de les acccompagner vers quelque chose de solide,nous leur versons de l’argent sans rien demander en contre partie,moi j’appelle celà les mépriser. J’ai toujours dit que la gratuité était néfaste,je pense que tout le monde devrait payer des impôts même sur des minimums sociaux. Ne serait-ce que 5€;celà responsabiliserait les gens et nous ne les mettrons pas dans une citation de sous citoyen. L’argent est un symbole et payer donne de la reconnaissance et de la valeur,c’est un moyen d’échange .

    0

    0
  13. suger dit :

    Dépêche AFP – 15/03/13 – 14H22 (extraits) :
    Les Roms occupant des campements « ne souhaitent pas s’intégrer » en France, a déclaré jeudi le ministre de l’Intérieur Manuel Valls estimant dans un entretien au Figaro que la solution des villages d’insertion n’a qu’un intérêt limité.
    Cette expérience des villages d’insertion « ne peut concerner qu’une minorité car, hélas, les occupants des campements ne souhaitent pas s’intégrer dans notre pays pour des raisons culturelles ou parce qu’ils sont entre les mains de réseaux versés dans la mendicité ou la prostitution », a observé le ministre.
    Selon M. Valls qui entend poursuivre le démantèlement des camps de Roms, « les préfets sont soumis à une contradiction car ils doivent à la fois démanteler les campements tout en répondant à la demande de mener un diagnostic social visant à trouver des mesures alternatives ».

    « Aujourd’hui, nous estimons qu’environ 20.000 hommes, femmes et enfants originaires de Roumanie et de Bulgarie pour la plupart occupent en toute illégalité plus de 400 campements dans notre pays, dont les deux tiers sont en Ile-de-France », note M. Valls.
    « Implantés en bordure de quartiers populaires déjà percutés par la crise, ils sont à l’origine de problèmes de cohabitation qui prennent des formes parfois inquiétantes comme en témoignent les incendies constatées la semaine dernière à Aubervilliers et Sarcelles », a-t-il dénoncé.
    (…) En 2012, la France a expulsé 12.800 Roumains et Bulgares sur un chiffre record de près de 37.000 reconduites à la frontière. Mais le nombre des Roumains et Bulgares reconduits est appelé à baisser en 2013 après la décision de M. Valls de supprimer l’aide au retour humanitaire qui leur était accordée (300 euros par adulte et 100 euros par enfant mineur).
    « C’était un système pervers, dénoncé tant par les autorités roumaines que les ONG, qui organisait, favorisait voire institutionnalisait un vaste circuit d’immigration clandestine », justifie le ministre.
    « Les candidats à l’exil débarquaient en France avec la certitude de faire un voyage lucratif. Ils repartaient vers leur pays avec l’argent de l’aide en poche avant e revenir grâce à des prête-noms, en compagnie d’enfants ou encore de faux parents. La France est devenue l’aimant d’un trafic qui tirent les ficelles depuis l’étranger », a-t-il poursuivi.

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *