LeParisien – « Sept dealers présumés arrêtés rue Fontaine » (actualisé)

Vous aimerez aussi...

37 réponses

  1. LaMitad dit :

    Le confectionneur « confectionnait » dans un appartement en face de la mairie apparemment, –tout un symbole.
    Pour le reste, hier soir la rue était calme ( 5-6 gars en bas). On attend de voir maintenant sur la durée!

    En tout cas, c’est une très bonne nouvelle

    0

    0
  2. nikita dit :

    waoooouh quelle bonne nouvelle ! merci Sam, merci à tous, et continuons le combat pour que Saint-Denis redevienne la ville où il fait bon vivre !

    0

    0
  3. Minet dit :

    Bravo à la police nationale pour ce travail.

    0

    0
  4. Goldo dit :

    je suis rentrée du Havre cet AM et j’ai lu celà dans le Parisien,ça fait du bien mais pourvu que celà ne se déplace pas un peu plus loin.
    Au havre j’ai signé une pétition faite par des riverains habitant le centre car ils se plaignaient de groupes qui s’agglutinaient devant certains commerces pour s’alcooliser. J’entendais une dame dire »moi j’ai déménégé » et une autre qui répondait »oui mais si tout le monde s’en va »?
    Je me serai cru a St Denis avec ces actions et les travaux du futur tram.Mon frère me disait qu’en plus celà allait s’empirer avec le tram qui allait faire déplacer les gens des cités,un peu comme celà se passe a St DeniS;Pourtant nous on espère avec la venue du tram,un mieux êre,espérons que l’on ne se trompe pas.
    Moi qui disait que je repartirai dans cette ville,celle où j’ai grandi,peut-être que finalement j’ai raison de rester a St Denis. Goldo

    0

    0
  5. Stéphanie dit :

    Excellent nouvelle en effet pour ce quartier et la ville en général ! Merci à la police nationale pour le travail accompli. Il est vrai qu’en tant qu’habitant il est parfois dur de voir les choses empirées sans que rien ne semble être fait pour enrayer le phénomène mais ce genre d’enquête demande de la patience, du travail, des planques, …. il n’y a que comme cela que l’on arrive à des « prises » de cette envergure.

    0

    0
  6. Margaud dit :

    Bonne nouvelle pour le centre-ville dyonisien
    D’autant que les démantèlements -partiels ici- de réseaux évitent que les problèmes ne fassent que se déplacer dans le quartier d’à côté (à la différence de la pose de caméras, bien connue pour ne pas résoudre la délinquance, avoir cet effet pervers tout en étant couteuse. C’est ce que la police appelle « l’effet plumeau »).
    Bravo aux équipes de police pour ne pas y être allée avec le dos du plumeau

    0

    0
  7. ellia dit :

    C’est un bon début, en espérant que cette intervention portera des fruits à long terme.

    Il y a encore des résistants bourrés dans la rue Fontaine, mais ils sont moins nombreux et moins bruyants.
    On criera « Victoire », quand on ne verra plus aucun d’eux dans cette rue.

    Par ailleurs, j’ai remarqué hier soir, que certains avaient fumés dans le hall d’entrée du 2 rue Fontaine (ça sentais le crack!!) et urinés………… Est-ce leur manière de se venger ???

    0

    0
  8. LaMitad dit :

    Le jugement a eu lieu cet AP pour les 4 interpellés. 4 ans de prisons fermes pour le confectionneur et sa femme. 4 ans également pour le vieux rasta et le métisse à moustache.

    0

    0
  9. mimile dit :

    Ce soir, rue Fontaine, la flicaille ça rigole pas des masses. Jolie dominante bleu marine pour les musclés et costar cravate pour les autres. Jolie descente à l’endroit peu éclairé de la rue (au niveau du pressing). Pour le reste la rue est calme on se croirait presque à Neuilly.
    Stay tuned…

    0

    0
  10. suger dit :

    @Margaud : Permettez-moi de ne pas être d’accord avec vos deux affirmations. Il faut, en effet, se réjouir de l’action de la police dans le démantelement de ce réseau de drogue et espèrer que cela va permettre aux habitants de la rue Fontaine de pouvoir respirer au moins quelque temps. Mais cela ne permet pas de penser que le trafic de drogue ne va pas se déplacer dans le quartier à coté. Nous savons à Saint-Denis, par expérience, que le trafic mené sur le parvis de la Gare, efficacement combattu après de multiples manifestations des habitants du quartier (Merci à « Sans crier Gare »), s’est déplacé dans les rues avoisinantes et sur les rues de la République et Fontaine. Je ne sais si c’est un « effet plumeau »…, mais le constat est là et confirme, hélas, ce que la plupart de nos villes connaissent.
    Quant à votre affirmation de l’inutilité et du coût excessif de la vidéosurveillance, c’est un point de vue et non une vérité établie. Je pense qu’une politique ciblée d’utilisations des cameras de surveillance couplée à des interventions rapides de la police nationale et d’une « police municipale » digne de ce nom permettrait de limiter le poids de l’insécurité à Saint-Denis. Et si l’on devait chiffer le coût monétaire et surtout social de la délinquance, il me semble bien supérieur à celui du coût d’installation et de suivi de la vidéosurvillance.
    Enfin, l’opposant le plus acharné à la vidéosurveillance, le sociologue Laurent Mucchielli, ne propose comme alternative que la création de « médiateurs dans les quartiers sensibles ». Or nous sommes bien placés à Saint-Denis, où la municipalité a mis en place ce genre de dispositif (plutôt que de développer une vraie police municipale), pour savoir la totale inefficacité de ces médiateurs face à la délinquance.

    0

    0
  11. LEON dit :

    Salut-à-tous par Toutatis !
    Je dis ça parce qu’un jour l’un de ces lascars m’avait traité de Gaulois et de Viking. Il m’avait même dit « retourne en Bretagne! ». Et je me souviens que j’en avais été époustouflé, stupéfié, car je rentrais précisément de… vacances en Bretagne ! Stupéfait face à un consommateur de stupéfiants qui savait d’où je venais, voilà ce que j’étais !!! Faut le faire ! Pendant une demi minute au moins, je m’étais dit que, vraiment, la came a des effets bénéfiques, voire magiques : tu te sens léger, tu peux gueuler dans la rue, boire des tas de canettes et aussi quelques mignonnettes, casser les bouteilles vides pour écouter la petite musique du verre pilé, puis entrer dans les halls pour pisser d’avoir trop bu, histoire de tester la résistance des habitants, et puis -ça c’est le bouquet-, chier en toute traquillité en plein milieu du-dit hall, quand tu t’imagines qu’ils sont morts de trouille et ne te diront rien. C’est super ! Et en plus tu peux deviner ce qu’ils ont fait le jour d’avant ! Franchement, c’est vraiment super de super!

    Alors je suppose que quand Lamitad nous dit qu’ils se sont vu accorder gentiment « ‘4 ANS » sans préciser de quoi il s’agit, c’est qu’il s’agit sûrement d’un contrat en or massif. Car ce sont des artisans, et même des artistes, ne l’oublions pas; ils se produisent en bas de chez nous comme des saltimbanques, ils disparaissent et reviennent par intermitence. Tiens, mais oui… ce sont des intermittents du spectacle (de notre rue) ! Ils méritent donc largement notre soutien, car on va s’ennuyer s’ils ne reviennent plus. Un contrat en or massif, c’est comme le loto, tu comprends : si tu gagnes tu pars. C’est normal. Ou alors tu restes et tu achètes la Mairie. Carrément ! La Mairie, bel immeuble en pierres de taille, bien plus confortable que les petits immeubles qui sont juste en face.

    Non, vraiment, les amis, si nous ne voulons pas souffrir d’une trop longue absence, il faut espérer que les « 4 ANS », c’est pas un contrat en or massif mais un contrat plus simplement en … tôle et, pour mieux le dire, en taule !!! Comme ça, on est sûr de les revoir bientôt.
    Car « 4 ANS » c’est pas le bout du monde et ça peut même être encore plus court, s’ils font appel, ou s’il n’y a plus de place dans les petits studios spéciaux où ils seront logés et nourris à nos frais. Ou encore s’ils pratiquent assez assidument la « bonne conduite ». Ils se retrouveront alors stupéfaits d’être aussi vite dehors; encore stupéfaits d’avoir bénéficié de ce contrat de 4 ANS (qu’ils doivent ce soir trouver assez stupéfiant…). En vérité je vous le dis -comme disait quelqu’un d’autre : qu’ils nous reviennent vite, car on va s’ennuyer. Déjà je commence à tourner en rond comme le font dans leur cage les …
    LEON.

    0

    0
  12. Sam dit :

    Voici quelques détails concernant la descente policière et le jugement.

    Police

    – La descente est le résultat d’une enquête initiée en septembre dernier. 

    – 17 interpellations dont 5 principaux dealers de crack de la  rue Fontaine et de Chaumette . 

    Les garde à vue se sont prolongées jusqu’à aujourd’hui jeudi 17 Novembre. Les individus sont passés en comparution immédiate au TGI de BOBIGNY ce jeudi après-midi . Deux des dealers  étaient en récidive légale et avaient déjà été condamnés à 18 mois de prison il y a 4 ans pour trafic de crack au quartier de la GARE. 

    La police reste vigilante car il y a toujours un risque que d’autres dealers prennent le relai plus tard et ailleurs. 

    Justice

    – 4 ans de prison ferme pour deux dealers avec 3 ans d’interdiction de paraître à ST DENIS. 
    – 4 ans de prison dont 3 fermes pour les deux autres dealers avec 3 ans d’interdiction de paraître à ST DENIS
    – 2 mois de prison avec sursis pour la compagne un peu complice d’un des dealers « le confectionneur ». 

    Conclusion : Cette investigation est une réussite et est sans doute un bon début pour éradiquer le trafic dans ce secteur du centre ville. Il faut donc rester prudents et surtout mobilisés !

    En tout cas, je suis drôlement contente de ne plus croiser avec mon bébé ces animaux – le mot est fort mais ces dealers ne méritent pas mieux – sur le chemin à la crèche.

    0

    0
  13. Max dit :

    On ne peut que se réjouir de l’arrestation de ces malfaisants. Je doute néanmoins que les problèmes se résolvent rapidement faute de vrais moyens et de volonté. Sans compter toutes les peines de prison non effectuées ou classées sans suite… On sait aussi que quand ce genre de filière est légèrement démantelée aussitôt une autre prend le relai. Le coût réel d’un gramme de coke est ridicule et les bénéfices considérables… pourquoi travailler pour un smic ?

    0

    0
  14. sarah dit :

    Si nous pouvons certes être satisfait de l’arrestation de ces personnes, comment osez-vous les qualifier d’animaux ? Je suis très choquée de vos propos. Malgré tous leurs débordements et les grandes nuisances qu’ils occasionnent aux riverains, développer une véritable haine à leur égard n’est pas la solution. C’est un véritable dérapage…

    0

    0
  15. Ellia dit :

    Je pense que tous ceux qui font des nuisances, des tapages nocturnes, des animations de bourrés à répétion, il faut non seulement les verbaliser, mais aussi les interdire de paraître dans la ville……….. Il faut que des nouveaux décrets, arrêtés soient établis pour ces types d’individus.

    On a l’impression de vivre dans un zoo ouvert à Saint-Denis avec des individus qui se comportent comme des bêtes et parfois pire !

    Il serait bien que la Mairie aussi organisme une campagne de sensibilisation sur la drogue, l’alcool, le civisme, le respect du voisinage……

    0

    0
  16. Ellia dit :

    Entre nous, ils sont vraiment trop cons ces « bourrés et traficants et autres »… Hier soir, comme la voiture de police était encore stationnée au niveau de la rue Fontaine, ils se sont mis dans une petite ruelle et attendaient dans le froid que la police parte pour revenir dans la Rue Fontaine.

    On a l’impression qu’ils sont envoutés par la rue Fontaine, voire le magasin « Exotique Center » c’est hallucinant !!!!!! des vrais malades, il faut les faire soigner (et je ne rigole pas)

    0

    0
  17. sophie dit :

    @Margaud
    Comme Suger, je ne peux vous laisser dire cela sur la vidéo.
    L’installation de la vidéo surveillance à Saint Denis me paraît être une EVIDENCE !!

    Ne pas l’installer relève de l’inconscience de nos élus ! Il est vrai, que notre maire Didier Paillard, élus par 7200 personnes (sur plus de 100 000 habitants) n’avait bien évidemment pas instauré dans son programme l’installation de vidéo surveillance, cette technique (qui a fait ses preuves à Epinay/Seine pour ne citer que la ville la plus proche) permettrait, non seulement à la police de résoudre des affaires dans le suivi des enquêtes donc des moyens techniques supplémentaires mais éviterait bon nombre d’agressions en pleine rue. Du moins si elle ne les évite pas, elle permettrait de retrouver les auteurs des faits !

    Aujourd’hui c’est l’impunité la plus totale sur les vols à la tire, les vols violences, les roulottes. J’ai encore été témoin, pas plus tard que lundi – jour de la descente rue Fontaine -, d’un vol avec violence sur une dame très âgée à l’angle de la rue Franklin et de la rue Gabriel Peri. Ce, pour quelques grammes d’or, ils l’ont suivi sur 200 mètres avant de se jeter sur elle en arrivant rue Franklin.
    J’ai suivi la scène depuis le nouveau restaurant japonais rue Gabriel Peri, il était 15h tout était calme, lorsque mon regard s’est posé sur cette femme âgée qui marchait tranquillement le long des vitrines; j’ai d’un coup imaginé le pire lorsque j’ai compris que les deux hommes qui la suivaient n’étaient pas des gardes du corps. Le temps de piquer un sprint en hurlant, le mal était fait, ma petite mamie était déjà allongée sur la chaussée, elle serrait son sac contre elle, sa chaîne et sa gourmette en or envolées !! Après les sacs à main, les téléphones, aujourd’hui ces lâches s’intéressent plus particulièrement au cours de l’or !! trop facile à la revente !

    De très nombreuses personnes en ont fait les frais (à Saint Denis comme ailleurs), nous n’aurons pas de chiffres car en général les victimes ne portent pas plainte, sauf ma petite mamie qui avait pris soin d’assurer ses bijoux.
    Le débat est ouvert, je sais que nous sommes tous très divisés sur cette question. Mais qui peut-être gêné par la vidéo ? Qui ?
    Si ce n’est les agresseurs, les cambrioleurs, les braqueurs, les dealers ! Rassurez vous cela ne vous empêchera pas de vous gratter le nez en pleine rue, de sortir avec votre amant ou votre maitresse, d’oublier de ramasser la crotte du chien !!! Vous ne serez pas inquiétez, qui donc cela dérange ?? Ceux qui n’ont pas bonne conscience. Point.

    Le maire nous doit de vivre en sécurité dans cette ville, il faut un REFERENDUM POPULAIRE sur cette question, la vidéo va être mise en marche quotidiennement autour du stade de France ce sont les entreprises qui le demande.
    Et nous, les habitants du centre ville on compte pour du beurre ? En tout cas moi je dis bravo aux services de police en général, pour la descente angle Dezobry/Auguste Delaune d’il y a plusieurs semaines, 4 ou 5 dealers en comparution immédiate et la descente de lundi rue Fontaine.
    Reste encore les jeunes dealers qui squattent devant le 15 rue Fontaine (maison appartenant à la ville de Saint Denis au bout de la galerie Rosalie); maison désertée pas ses occupants successifs à cause des mecs qui squattent la rue jusqu’au 19 rue Fontaine.
    Le secrétaire générale Luc Bouvet a tenu un bon nombre d’années, puis récemment c’est le directeur des antennes jeunesse de Saint Denis qui a battu le record…6 mois et la petite famille déménage ! et les élus ne se posent toujours pas de question. 
    Quel gâchis !!!

    0

    0
  18. Fabye dit :

    Moi aussi j’applaudis l’action de la police nationale. Si ces individus ont été condamnés à ces peines c’est que le travail d’enquête a dû être intense et avec des preuves provenant d’images prises par des caméras à l’appui! Car oui c’est une réalité il faut des preuves visuelles pour faire tomber ces types. Rue des Chaumettes, les toxicomanes sont toujours là, car l’arrestation des dealers n’a pas tout résolu bien sûr. A quand un véritable programme politique sur le trafic et la consommation de stupéfiants? Un programme qui proposerait des solutions réalistes car caméra ou pas le trafic s’amplifiera et se déplacera.

    0

    0
  19. Sam dit :

    On n’entend pas certains quand les habitants souffrent du trafic de drogue mais ils sont « choqués » (Oh mon dieu !) quand je qualifie les dealers – qui défèquent, urinent, hurlent et ne respectent rien ni personne…- d’animaux. C’est le monde à l’envers ! 

    Je maintiens mes propos, n’en déplaise à certains. 

    0

    0
  20. margaud dit :

    Diable, vous aimez bien déformer ce que j’écris et vous y opposer « suger »… 😉
    Descendez donc de votre cheval, je vous en prie. Vous semblez avoir un peu de mal avec les opinions qui pourraient faire mine d’apporter même de très loin une pointe de nuances aux vôtres : il vous faut immédiatement rétablir la vérité vraie. Cela devient gênant, surtout pour quelqu’un de récent sur ce forum, on a l’impression que vous défendez une ligne officielle dont on ne peut pas varier d’un iota…

    J’ai discuté avec de nombreux commissaires, élus, urbanistes, sociologues depuis de nombreuses années sur la question de la vidéosurveillance, j’ai lu des rapports, des études… et je ne pense pas écrire n’importe quoi sur ce sujet.

    Mais je ne rentrerai pas dans ce débat qui n’en est pas un car vos interprétations faussent toute discussion. Je n’ai pas écrit que la délinquance ne se déplacerait pas dans le quartier d’à côté du fait de l’intervention de la police (« pas que » à un sens différent de « pas »). Je n’ai pas non plus écrit que la vidéosurveillance ne servait à rien : j’ai écrit qu’elle ne « résolvait » pas le problème de la délinquance. Elle peut être utile pour la faire fuir des endroits où elle est installée.
    Pourriez-vous me laisser m’exprimer sans me tomber systématiquement sur le rable en déformant mes propos? Je saluais une action sur le fond de la part de la police.

    0

    0
  21. Lazare dit :

    Moi, j’aime les animaux, les vrais !

    0

    0
  22. Stéphanie dit :

    Je comprends tout à fait les propos de Sam et j’avoue que je partage son point de vue. Il y en a marre du politiquement correct !
    Et dire qu’ils s’apparentent à des animaux cela ne signifie pas que l’on développe une « véritable haine » à leur égard, même si, là encore, je peux comprendre que les habitants qui ont subi cela au quotidien finisse par la développer ….

    0

    0
  23. margaud dit :

    @Sophie
    Ne vous laissez pas influencer par Suger 😉 je n’ai pas écrit que la vidéosurveillance ne doit pas être utilisée à Saint-Denis. Elle peut avoir son intérêt en complément d’autres actions si l’on sait précisément ce qu’on veut en retirer.
    Mais oui, elle est couteuse pour des effets très contestés, non elle ne résoud pas la délinquance, elle dissuade d’agir à certains endroits (et donc induit un déplacement dans la rue d’à côté, le quartier d’à côté, ou la ville d’à côté, j’espère donc que ceux qui se battent pour avoir des caméras dans le centre-ville sont prêts à le faire très vite pour les autres quartiers qui subiront probablement les répercussions). Par ailleurs, il existe effectivement des agresseurs assez neuneu pour voler quelqu’un sous une caméra de vidéosurveillance mais la plupart font ça un peu plus loin. De nombreux flics l’expliquent et ça paraît plutôt logique. Donc l’argument du « il faut bien des preuves pour arrêter les gens » est aussi très très relatif. Cela arrive de temps en temps mais est loin de représenter la majorité des cas.
    Les caméras semblent avoir des effets réels mais limités, dans des circonstances particulières, pour un coût qui est en revanche certain, lui. Il semble que dans de nombreuses villes, elles soient surtout utilisées pour rassurer l’électorat à peu de frais (mais forcément à coût d’augmentation d’impôts, sujet qui préoccupe pas mal de gens sur ce forum). A Saint-Denis, elles peuvent probablement aider ponctuellement à pacifier certaines rues mais il faut peser les avantages et les inconvénients : si les caméras sont installées dans des rues où la police fait patiemment un travail de planque elles serviront seulement à faire fuir les délinquants pistés. Peut-être quelques rues plus loin.
    Les gens qui ne veulent pas vivre sous le regard constant des caméras ont aussi le droit de demander des garanties pour que les caméras soient enlevées au bout de quelques mois ou années, une fois la rue tranquilisée. Par exemple. Là aussi, le débat est complexe et ne peut pas être mené en montant sur ses grands chevaux dès que quelqu’un émet une réserve, une nuance.
    Les débats ont l’air effectivement passionnés sur ce forum, à ce sujet notamment.

    0

    0
  24. Sam dit :

    @Margaud

    Vous découvrez « le charme » de ce blog 😉

    Ahhhh la vidéosurveillance, sujet qui revient tout le temps sur ce site !
    C’est un outil, dont efficacité ou l’échec dépendra de son usage point barre !

    C’est un peu comme l’informatique, on peut investir dans du matériel à la pointe mais si on met n’importe qui derrière c’est l’échec garanti.

    0

    0
  25. suger dit :

    @Margaud : Je suis heureux de voir que la vidéosurveillance ne vous paraisse pas aussi inutile que vous le laissiez entendre. Et je vous rassure, nombre de partisans de la vidéosurveillance sur ce blog et ailleurs n’en attendent pas des miracles. C’est un outil supplémentaire que doit se donner la ville pour lutter contre l’insécurité.
    La passion que nous y mettons est à la hauteur de l’exaspération ressentie devant l’absence de prise en compte responsable de ce problème par la municipalité. Obtenir l’ébauche d’un commencement de l’existence d’un embryon de police municipale après des années de refus, puis de tergiversations diverses a été une victoire face à l’idéologie « anti-sécuritaire » de l’ancien député-maire, aujourd’hui président de Plaine-Commune.
    Maintenant, nous voyons le maire actuel, son héritier, passer du refus absolu de la vidéosurveillance, à l’autorisation d’installation pour la SNCF pour le parvis de la Gare (mais sans réelle réalisation), puis à l’acceptation de l‘activation en permanence des caméras autour du Stade de France à la demande des entreprises. Combien de temps faudra-t-il attendre encore pour que la vidéosurveillance concerne les points sensibles dans la ville et notamment le centre ? Mais que de temps perdu, que de demi-mesures, que d’agressions et de souffrances qui auraient pu être évitées ! Sur la sécurité, la municipalité traîne constamment les pieds et ne pense qu’à se déresponsabiliser de la part qui la concerne dans ce domaine en rejettant la faute sur l’Etat.

    0

    0
  26. thierryb dit :

    En tout cas, Margaud a de la ressource en argumentation (forme et contenu) … 😉 , LEON de la verve, Suger des convictions, Sophie de la fougue, et à la fin c’est Sam qui établit les comptes et pose le débat…

    0

    0
  27. Pgase90 dit :

    J’attends avec impatience le jour où nous autres, habitants de Saint Denis, n’aurons plus comme sujet de mobilisation que le retrait des caméras de vidéosurveillance, devenues inutiles tant la ville serait redevenue « normale »… Je propose de garder le sujet au chaud en attendant qu’il soit d’actualité, d’ici 10 ou 15 ans (et oui je suis optimiste).

    En attendant ce jour, Saint Denis peut devenir un terrain fascinant pour le parti ou le candidat qui aurait envie de dépasser les débats idéologiques et démagogiques sur la sécurité qui empêchent tout progrès sur ce point. Dépassons l’angélisme ou la dramatisation qui font les beaux jours des débats télévisés ou des salons parisiens, soyons pragmatiques et sans tabous tant que cela peut améliorer notre vie quotidienne.

    La vidéosurveillance peut-elle attenter à la liberté de chacun en nous « mettant sous surveillance » ? Peut-être, mais je pense que le climat d’insécurité (je parle bien de climat), la dégradation de l’espace public, les incivilités sont eux un risque avéré et touche à des libertés plus fondamentales. Est-elle un remède miracle ? Non, un outil supplémentaire qui, s’il ne dissuade pas, permet aux force de police de mener un travail d’enquête plus efficace. D’ailleurs les trafiquants – de vrais spécialistes eux, en matière d’efficacité, l’ont bien compris : souvenez-vous de cette crack house fermée il y a 2 ou 3 ans, équipée d’un système de video surveillance pour permettre aux trafiquants de surveiller les mouvements dans la rue.

    L’effet plumeau ? Si cela signifie que cette délinquance va s’installer ailleurs, dans d’autres communes, tant mieux pour les dyonisiens : notre ville a assez de défis à relever pour faire porter ce fardeau à d’autres territoires, plus vernis. Ni Saint Denis ni son maire n’ont vocation (et de légitimité) à régler ce problème de façon globale, uniquement de façon locale. D’ailleurs une bonne partie des trafics locaux ont un rayonnement bien au delà de Saint Denis : pourquoi une des villes les plus pauvres de l’Ile de France devrait supporter ces trafics en déchargeant les villes les plus riches (dont Paris) ?

    Enfin peut-être faudrait-il s’attaquer aux sources locales de cette délinquance. J’en vois deux principales :

    – une pauvreté terrifiante, surtout en comparaison de Paris, commune limitrophe. Le seul remède efficace à court terme et actionnable au niveau local, c’est plus de mixité sociale. Mais comme Braouezec et consorts font tout pour l’éviter, afin de protéger leurs intérêts électoraux, cela ne passer que par un changement de municipalité (idem au niveau de l’intercommunalité). C’est le moment !

    – un laissez-aller généralisé : urine, défécations, déchets dans la rue, crachats (j’en passe…). Certains n’ont aucune dignité, aucune estime de soi et malheureusement c’est un cercle vicieux. Je soutiens Sam sur ce coup, quand on en arrive là oui, malheureusement on peut dire que certains se comportent comme des animaux, et en entraînent d’autres. Là encore, je pense qu’il faut casser un tabou et sanctionner systématiquement ces écarts, même symboliquement. Il faut que la ville retrouve sa dignité sans quoi aucun effort ne pourra s’inscrire dans la durée.

    Malheureusement, l’équipe municipale actuelle, et son mentor député/président de l’intercommunalité ne l’entendent pas de cette oreille et préfère prendre les habitants de Saint Denis en otage afin de promouvoir leurs intérêts (privés ou de clan) en jouant la démagogie devant les caméras de télévision. Profitons des échéances qui se profilent pour les mettre dehors et donner une nouvelle chance à notre ville !

    0

    0
  28. momo dit :

    simple, il faut aller à la réunion publique de la ville, tous les élus seront là et vous pourrez leur dire sur la sécurité, la prostitutuion, elle se passe le:
    Vendredi 25 novembre 19h :
    ■ Salle de la Légion d’honneur
    6 rue de la Légion d’honneur
    il faut être nombreux

    0

    0
  29. goldo dit :

    je ne sais si c’est un déplacement de la rue fontaine mais voilà deux soirs que je passe avec le tram a l’église neuve et que je constate un attroupement d’une dizaine de personnes.

    0

    0
  30. TRAZ dit :

    Nous ne voulons pas vivre en permanence sous l œil des caméras .

    Bon ben dans ce cas il faut partir à la campagne ! Vous avez des caméras dans les commerces, dans les transports en commun, sur les routes, etc…. Il faut tout simplement vivre avec son temps et arrêter de crier au scandale !! Préférez vous vivre avec des caméras au dessus de vos têtes ou préférez vous laisser le champs libre aux dealers et aux malfaisants de toutes sortes ?

    Quand au coût qui inquiète tant, nous venons de prendre 45% d augmentation de notre taxe d habitation pour financer autolib qui ne s implante même pas a saint dénis et dont les tarifs sont prohibitifs !

    Alors on fait quoi ? On s indigne pour avoir bonne conscience ( caméras = big brother, animaux = dealers ou gros dégueulasse ) ou on regarde la vérité en face ?

    0

    0
  31. Sam dit :

    Dites donc ça chauffe par ici ! 😀

    Mais on a déjà des caméras dans les rues, souvenez-vous de l’article d’Anthony… 😉

    0

    0
  32. Sam dit :

    @Pgase90

    « pourquoi une des villes les plus pauvres de l’Ile de France devrait supporter ces trafics en déchargeant les villes les plus riches (dont Paris) ? »

    Malgré sa paupérisation, Saint-Denis est loin d’être une ville pauvre. Ce n’est donc pas uniquement une question de moyens mais de choix et de volonté politiques.

    0

    0
  33. LEON dit :

    Quelle effervescence! Je viens de lire ! Un échange épique et démocratique qui fait plaisir ! Ce blog est un vrai carrefour (sans super marché). On peut y croiser le fer et les points de vue contradictoires, et repartir avec des pépites qui crépitent dans la tête, pour nuancer ou aiguiser nos réflexions. C’est quand même chouette, non ? Dès qu’on pense à ça, on n’a plus envie de se tirer la gueule ou de se crêper le chignon devant les caméras -ou pas… On est content qu’il existe, ce blog !

    Et justement, d’avoir lu tout ça me donne l’envie d’ajouter deux ou trois ingrédients dans le grand chaudron qui bouillonne. C’est au sujet des animaux. Oui, je le confirme : on entendait ces temps-ci de vrais cris d’animaux, ou plus précisément des cris de bêtes. Et je suis d’accord pour reconnaître que ça écorche le gosier de le dire, car ce sont encore des hommes, tout de même ! En principe ou… par principe, en tout cas. Nous, nous le savons. Mais eux, le savent-ils encore ? Leur déshumanisation va si vite ! Elle est tellement avancée qu’ils peuvent s’exprimer par des cris d’animaux -ou de bêtes.

    Comment en sont-ils arrivés là ? Comment est-on passé du bébé à l’épave ? C’est une question qui souvent me hante. Une question qui remonte à la source. Qui recoupe celle de l’Education (faite d’amour, de vigilance, d’explications, de frustrations bien comprises, d’expériences guidées, d’apprentissages, de connaissances, de transgressions limitées, etc.), tout ce qui peut servir à fabriquer de l’ homme -de l’humain. J’y pense souvent. C’est d’ailleurs là que je puise ce qui me reste de compassion pour ces anciens enfants, quand je pense qu’ils n’ont pas eu tout ça, ou pas assez. Qu’on les a laissés accuser une culture et des connaissances qu’il était plus facile de rejeter que d’acquérir. Qu’on les a laissés trouver trop dure l’école, y perdre leurs chances. Qu’on ne les a pas aimés avec ce que cela signifie d’autorité capable de dire NON -en expliquant pourquoi on dit non (car aimer un enfant, c »est d’abord savoir lui dire non). C’est ainsi que tout commence. Très tôt.

    On peut bien sûr énoncer toutes les causes : politiques, ethniques, culturelles, et économiques; mais on oublie presque toujours ce qui se passe au sein de la relation familiale dès le début de la vie; ce qui préserve le petit arbre et le fait pousser droit en l’épanouissant peu à peu. Si on n’a pas réussi cela, l’illusion se construit que tout-avoir-pour-soi avec la plus grande FACILITE est possible; que l’autre n’est pas ce qu’on appelle une personne, mais juste l’ instrument de satisfaction immédiate de nos désirs -bon à jeter, voire à détruire, s’il ne permet pas d’obtenir ce qu’on veut. Quand la cote d’alerte est ainsi passée, on se trouve nez à nez avec l’animal -ou plutôt avec la bête. Qui ne fait pas que pousser des cris, d’ailleurs…

    Il ne faut donc pas regretter de se servir de ces mots dans le blog. Ils nous permettent sans doute de libérer l’exaspération et la colère -qui ne sont pas à confondre avec la haine. Et de ne pas se voiler la face devant cette réalité, en la reconnaissant pour ce qu’elle est : triste et inquiétante.

    S’il y a parfois de l’humain dans l’animal, il y a certainement -et toujours- de l’animal dans l’humain -fort heureusement. Le nier ou l’oublier, c’est risquer de confondre ce qui révèle l’animalité la plus normale, et la plus saine, avec ce qui relève de la bestialité.

    Ce n’est pas l’animalité qui est ici en cause, c’est la bestialité. C’est vers la bestialité que conduit (peut-être irréversiblement ?) la déshumanisation : une quinzaine d’années y suffisent.
    LEON

    0

    0
  34. Stéphanie dit :

    Merci Léon pour ces mots plein de clairvoyance et de justesse. Je prends toujours autant de plaisir à te lire. Tu as su résumer ma pensée.

    0

    0
  35. goldo dit :

    je suis d’accord si ces hommes en sont arrivés là c’est qu’il ya eu un ratage dans leur éducation. Et aussi ok pour dire que le non pour un enfant est structurant.Même si être élevée dans trop d’autoritarime est néfaste,vaut encore mieux le trop que le pas assez. Ceci explique celà mais n’excuse rien,nous avons tous le choix un jour de réagir et de passer à autre chose.Celà s’appelle le libre arbitre. jeJ ne dis pas que c’est facile mais en se faisant aider par des pro ou des associations on peut toujours y arriver.

    0

    0
  36. noelle23 dit :

    eh, bien à mon tour de féliciter la police nationale !! malgrè des effectifs en baisse chez eux, ils ont réussi depuis qqs années entre la gare et le centre-ville maintenant, à éradiquer des dealers: même si le trafic se déplacera sans doute, saluons cette très bonne nouvelle pour les riverains…bravo aussi à Mr le prefet Lambert pour son efficacité depuis sa prise de fonction en seine saint denis…et pour revenir au débat sur les ‘ animaux’, je crois qu’il FAUT subir toutes ces nuisances au quotidien pour faire le parallèle entre ces indésirables et des animaux…arrêtons l’angélise et la langue de bois et appelons un chat un chat ( hihi ) !!! pour en revenir au débat sur l’éducation donné, on peut aussi considérer que l’individu est libre de ses choix et que même s’il n’a pas eu une éducation structurante, doit pouvoir aussi utiliser ses ressources propres…pour faire bref: on est pas obligé d’emmerder les autres (qui ne vous veulent même pas de mal ) quand on est soi-même dans la galère…

    0

    0
  37. Ellia dit :

    Bonjour à tous,

    Depuis quelques temps, le carnaval des bourrés a repris progressivement dans la rue Fontaine. Ils sont moins nombreux, mais toujours aussi bruyants.

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *