Les médiateurs de nuit : premier bilan fait par le JSD

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. georges dit :

    la solution: ce soir on fait un noeud à son mouchoir et demain on vire le député sortant.

    0

    0
  2. sam dit :

    Eh bien, le JSD est encore fois la voix de ses sponsors. Tout va bien dans le meilleur des mondes à SaintDenisLand !!!

    Effectivement, il est temps de faire le bilan de la solution miracle. On compte bien en parler lors de la prochaine réunion avec le préfet le 27 juin prochain. On verra factuellement si ce bilan est positif.

    En tout cas, plusieurs témoignages de riverains secteur de la République nous sont parvenus concernant la passivité voir l’ambiguïté de comportements des médiateurs de nuit lors de l’exercice de leur mission.

    Exemple, le témoignage de Janet concernant la rue de la Rep’ qui date du 30 mai dernier :

    « A partir de 22h, y a plus personne, chacun fait ce qu’il veut ici. Si tu veux taper un foot, tu tapes un foot, le ballon cogne contre les rideaux métalliques, quel que soit l’heure, personne ne viendra jamais te dire d’arrêter, à croire que les flics ont peur.
    Si tu veux fumer du crack, tu te mets où tu veux et tu fumes ta pipe, de jour comme de nuit. Les médiateurs passeront te faire la bise (véridique), puis te souhaiteront une bonne soirée (…) ».

    Nous avons remonté ce témoignage à Monsieur le préfet lors de notre entrevue du 30 mai dernier. Eh bien, il n’a pas jugé le comportement des médiateurs « positif ».

    Par ailleurs, nous avons appris lors de cette entrevue que l’Etat participe également au financement des médiateurs de nuit. La municipalité s’est bien gardée de le dire, il serait intéressant de savoir pourquoi.

    0

    0
  3. Fabye dit :

    Des médiateurs lorsqu’il s’agit de calmer des fêtards éméchés, un couple qui se dispute des voisins qui s’engueulent, c’est très bien. Mais « calmer » un trafic de drogue et des consommateurs accros au crack c’est un pansement sur une plaie béante. Je les trouve bien courageux d’accepter ce travail.

    0

    0
  4. Lazare dit :

    De nuit comme de jour, les médiateurs sont complètement invisibles, ou alors complètement transparents carrefour rues Dezobry-Renan où sévissent jusqu’à plus soif, quelques allumés, excités, alcoolisés et urineurs (car quand on boit on pisse ! et on pisse partout !) au grand, très grand dam des riverains. Bof !, a dit Braouesec, bof ! a dit Paillard.
    PS : fermeture, à l’angle, du Fried Chicken, pour raisons administratives.

    0

    0
  5. Mat 77 dit :

    J’abonde dans votre sens, je ne savais même pas qu’il y avait des médiateurs dans le secteur Dezobry ! Par contre il y a un travail qui relève du travail de police, sur les buveurs et autres crackeux… Je ne suis pas assez juriste, mais on doit pouvoir trouver une qualification suffisante pour leur demander d’évacuer les lieux, « de manière courtoise et ferme »… une bonne question à poser au préfet en effet !

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *