L’Express – « Comment je suis devenu prof en un jour »

Vous aimerez aussi...

11 réponses

  1. citoyen93 dit :

    C’est hallucinant mais je ne suis pas étonné.
    Le ministre de l’éducation a tout de même expliqué qu’il aurait recours à Pole emploi pour le recrutement d’enseignants remplaçants.
    On a des ultra libéraux qui ont une volonté de casser un système éducatif pour faire la part belle à l’enseignement privé.
    Il ne faut pas chercher plus loin des explications.
    On a des affairistes de droite qui nous font une politique ultra libérale de droite.
    N’oubliez jamais que Sarko est pote de Balkany dont les frasques ont défrayé les chroniques judiciaires.
    On ne peut pas faire des cadeaux à Bolloré et consort et dans le même temps donner des moyens à l’éducation nationale.
    Je n’ai pas voté pour lui et je me rends compte qu’il est encore pire que ce que je craignais.

    0

    0
  2. koil dit :

    Ouais mais ce cursus à l’avantage de parler à un jeune.

    Ce monsieur a l’air d’être un passionné et vient du monde du travail et a donc une approche plus terre a terre de dehors l’école que la majorité des profs.

    Dans mon cas en IUT technique, les profs venant de société du privé venant faire cours étaient beaucoup plus intéressant que les maitres de conférence et autres qui étaient là à plein temps. Je pense pas qu’il y ai un cursus miracle, comme pas mal de chose, être prof c’est la transmission du savoir via une bonne pédagogie et ça pour moi c’est inné.

    0

    0
  3. Sam dit :

    « être prof c’est la transmission du savoir via une bonne pédagogie et ça pour moi c’est inné » …comment s’assurer qu’une personne est capable d’être pédagogue et d’être prof ?

    Etre prof ne s’improvise pas et n’est pas un don qui tombe du ciel…c’est un métier. L’éducation est la base de tout… on ne recrute pas dans ce milieu comme pr le Mac Do ou Ikea.

    0

    0
  4. citoyen93 dit :

    De toutes façons on tend vers ce type d’enseignants qui seront recrutés à la va vite pour combler les trous générés par les absences.
    Comme au jeu des sept familles on aura une bonne ou une mauvaise pioche. Visiblement cet enseignant a l’air de maitriser la matière donc tant mieux mais cela augure mal pour l’avenir.

    0

    0
  5. thierryb dit :

    « être prof c’est la transmission du savoir via une bonne pédagogie et ça pour moi c’est inné. » Je croyais ça quand sorti tout frais de prépas et d’ années d’études je me suis retrouvé devant des élèves de lycée pro: si je n’avais pas eu de formation, je serais toujours à me demander pourquoi ils n’arrivent pas à comprendre en deux heures ce que je saisis d’un texte à la première lecture…

    En fait, c’est une véritable révolution copernicienne qui doit s’opérer dans l’esprit de celui ou celle qui « sait » :
    S’il y a bien sûr des qualités personnelles (aimer sa matière et transmettre ce savoir-là, apprécier le contact avec les élèves, aimer la curiosité des autres -déjà plus rare- avoir beaucoup d’énergie car enseigner ça pompe énormément on ne le dit pas assez, …), enseigner est vraiment un métier.

    Savoir ne suffit pas pour enseigner avec la plupart, la démarche intellectuelle d’un élève pour comprendre est si diverse et variable que l’enseignant doit avoir des stratégies, et ce n’est pas en ayant été un bon élève (la plupart des profs ont été de bons élèves, connivents avec leurs enseignants) qu’on sait le mieux faire !

    Combien de fois je vois des gens qui ratent leurs premiers cours, sans comprendre pourquoi ça ne passe pas, alors qu’un simple changement de perspective, d’ordre des consignes, de rythme, de construction de la réflexion, de mise en activité, change tout à la leçon suivante, et laisse place un truc bête, mais fondamental : le plaisir ! (du professeur mais aussi des élèves!)

    Au départ, tout le monde imite ce qu’on a cru comprendre du métier de ses enseignants, or plus les élèves sont faibles, plus il faut travailler de façon complexe en amont; si vous mettez en activité, si on travaille pour répondre à un problème élaboré ensemble (ça, ça veut dire « manipulé » par vous..), le résultat est meilleur.

    C’est là, précisément que la formation intervient. Par ailleurs, la pédagogie ne suffit pas : on n’enseigne pas le colonialisme, la démographie, la poésie, l’épistémologie, la musique, U=Ri, sans se poser des questions didactiques sur le rapport qu’entretiennent ces savoirs et leur restitution en classe. Doit-on dicter ? lire ? écrire ? raconter ? documents, lesquels, dans quel but, pour prouver quoi?…)

    Un bon exemple : là, maintenant, je sens que vous trouvez ça trop long, que je risque de noyer ce que je tenais absolument à dire dans ce que vous, vous aurez retenu, entre ce que je voulais dire et ce que vous vouliez lire…

    0

    0
  6. habitant dit :

    CQFD ThierryB, d’où l’urgence vitale de ne pas abolir les IUFM :
    Institution de Formation des Maîtres!

    0

    0
  7. Sam dit :

    A vrai dire la Com’ du corps enseignant n’est pas claire et je pense que beaucoup de gens ne comprennent pas. Merci Thierryb pour toutes ces explications !

    0

    0
  8. citoyen93 dit :

    Le gouvernement ne reviendra pas sur les IUFM car il est dans une logique d’économie qui passe par la subtitution de l’IUFM pas la fac classique.
    Je ne vais pas refaire tout le film mais en gros on fait une économie sur la formation des profs ce qui est une erreur monumentale.
    On va donc avoir un système éducatif au rabais qui va faire la part belle à l’enseignement privé.
    Conclusion : ceux qui auront de l’argent pourront financer des études à leurs enfants et les autres subiront un enseignement de masse par des enseignants non préparés, vite démotivés auprès d’étudiants également démotivés.
    On est dans une doctrine ultra libérale qui a fait des dégats monstrueux aux USA et qui visiblement a la faveur du gouvernement Sarko.
    On est en face de politiques comme Christine Lagarde (ministre de l’économie) qui a fait ces études dans plus grandes fac privés US ou les frais de scolarité sont aux alentours de 50 000 euros annuels sans parler des frais annexes (logements, nourriture, fourniture, etc..).
    Sarko via son grand pote Pasqua a créé la fac privé Léonard de Vinci qui est une école de commerce ou les étudiants apprenent à faire du fric, oups à « Manager ».
    J’attire votre attention sur le fait qu’il faut absolument voter pour des contre pouvoirs dont les projets sont en total opposition à cette clique d’affairistes qui vont saigner à blanc les classes populaires et plus largement les classes moyennes.

    0

    0
  9. thierryb dit :

    @sam 

    Tu dis: « la Com’ du corps enseignant n’est pas claire et je pense que beaucoup de gens ne comprennent pas. « 
    C’est sûrement en partie vrai, mais quand tu vois que d’un côté les syndicats ne communiquent que sur les « moyens » (vieille rengaine pour les gens) et que la presse, qui aujourd’hui par exemple dit que la mobilisation du jour est liée à l’insécurité, qui n’est absolument pas évoquée dans les réunions comme une cause première, tu te demandes comment « faire savoir »! Parfois, connaissant un peu le milieu journalistique, je me dis que leurs préjugés sont à l’image de la com gouvernementale, et qu’ils n’ont pas de vision claire non plus…

    Hier par exemple, sur une radio, j’ai entendu une pub guillerette (pub du Ministère) mettant en scène un enfant qui va entrer en seconde, à qui on dit « tu veux du soutien individuel pour t’aider à avoir tes examens? » « oh oui! » « eh bien réjouis-toi, dès l’année prochaine, le ministère a prévu…etc »; alors qu’il suffit de regarder les répartitions horaires ( cela se fait en CA d’établissement et c’est assez technique) pour comprendre que les heures de « soutien » seront effectuées au détriment du nombre d’heures de discipline et qu’en plus ce sera de l’individuel…en groupe de 15 ou même en classe entière, d’après les collègues de Seconde.

    Des fois, tu as envie de bousculer la machine, tant les profs rentrent dans le schéma « victimaire » au lieu d’être fiers de leur rôle et de proposer, mais on peut aussi comprendre la lassitude, quand tu te fais taper sur la tête depuis des années, que ton métier est déprécié, ta valeur peu reconnue socialement, alors que tu SAIS que tu fais du vrai boulot !

    0

    0
  10. Sam dit :

    Tu sais Thierryb, rien que pour ça le blog est une réussite…perso, ça me permet de m’ouvrir les yeux et décrypter certaines choses qui se passent à côté de chez nous et que je regarde de l’extérieur en me fiant à la presse…Merci pour ta réponse.

    Je vais te faire rire, mais plus je te lis et plus tu me donnes envie de devenir prof 😉

    Titi, tu te rends compte ? Ta « cousine » débloque, n’est-ce pas … 😀

    Biz

    0

    0
  11. koil dit :

    Ouais perso je crois beaucoup a l’inné et non au stéréotype, d’ailleurs il n’ y a qu’a voir nos politiques ils ont tous le même cursus et sont tous aussi mauvais.( souvent là pour la place car elle doit être bien bonne)

    On gueule souvent sur l’ENA, mais la formation des profs c’était un peu ça. Et beaucoup de profs et instits sont venus la parce qu’il y avait de la lumière.

    Par contre c’est sûr quand on voit thierryb c’est tout autre…mais bon ça c’est comme les cheminots, on retient que les casses couilles.

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *