Libération – « Bobigny drague les classes moyennes »

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. alain dit :

    Curieuse appréciation de la Maire. « ….la population n’est pas assez importante pour y faire face (..Les charges de la ville), ce qui sous entend que c’est à cause d’eux, « les salauds de pauvres » comme disait l’autre que la ville n’y arrive pas.
    Curieux donc que la réaction de la Maire ne s’adresse pas aux vrais responsables, et ne dénonce pas le chômage exhorbitant dans sa ville et le 93 en général, la faiblaisse des salaires et pensions, etc. En un mot ce n’est pas le libéralisme débridé qui est en cause mais les habitants.
    Créer de la mixité, oui, il faut le faire, mais ce n’est pas par ce biais là qu’il convient d’aborder la question de la pauvreté des citoyens et des villes.
    Bon courage quand même.

    0

    0
  2. djakk dit :

    C’est pas « les salauds de pauvres » , c’est simplement qu’on ne peut pas taxer les pauvres, parce que … ils sont pauvres ! Pourtant les dépenses sont les mêmes qu’à Paris, par exemple pas de raison que le ramassage des ordures soit moins cher à Bobigny qu’à Paris, c’est la même grande ville en fait.

    Une autre solution (meilleure ?) serait la mise en commun des ressources fiscales, comme dans les autres grandes villes … c’est la base de l’intercommunalité. Ou comme dans Paris, où les quartiers riches financent les équipements des quartiers pauvres.

    Sujet très sensible en Île-de-France je sais, mais si les Hauts-de-Seine sont riches, grâce à leurs entreprises, des travailleurs de Bobigny y sont sans doute pour quelque chose.

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *