Libération : Les pedopsychiatres de Seine Saint Denis en détresse

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. bill dit :

    Ce sont aussi les instituteurs qui doivent compenser. En maternelle, on voit des enfants qui ont clairement besoin d’aide mais la prise en charge est souvent longue à venir. En attendant, ce sont les instits qui font de leur mieux pour gérer leur classe et ces élèves aux besoins particuliers. En plus, le manque de place d’accueil en structure adaptée fait que certains enfants restent en maternelle en attendant enfin le sésame pour un accompagnement adapté qui leur permettra de grandir et de s’épanouir, quel soulagement et quelle joie pour les familles quand ce jour arrive s’il arrive jamais… 

    La France n’est déjà pas très en avance sur ce sujet mais notre département est comme d’habitude en dessous de la moyenne… Les familles ont peu d’interlocuteurs et encore moins de solutions. De quoi ajouter une bonne dose de difficultés pour les familles dans des situations qui peuvent parfois mettre les relations de couple à rude épreuve et fragiliser un peu plus les enfants.

    0

    0
  2. chris dit :

    Les commentaires sur l’article original (Libé) sont intéressants. Quand j’en dis le dixième ici, on me fait passer au mieux pour un pessimiste. Vous ne seriez pas un peu angéliques ici ?

    0

    0
  3. bill dit :

    Le JSD : Service pédopsychiatre de Delafontaine en grève pour dénoncer le dépouillement du service au détriment des malades et familles…

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *